Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sophie Jehel, Alexandra Saemmer (...

Sophie Jehel, Alexandra Saemmer (dir.), Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique

Salah Arrar
Éducation critique aux médias et à l'information en contexte numérique
Sophie Jehel, Alexandra Saemmer (dir.), Éducation critique aux médias et à l'information en contexte numérique, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2020, 316 p., ISBN : 978-2-37546-126-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Sophie Jehel et Alexandra Saemmer est le fruit de multiples réflexions vouées à poser les jalons d’une éducation critique aux médias en contexte numérique en pleine effervescence. Issues de recherches empiriques menées pendant trois ans (de 2016 à 2018), les contributions rassemblées dans ce livre mobilisent un ensemble de méthodes d’analyse qui peuvent être de nature sémiotique, socioculturelle et/ou économico-politique. Elles interrogent, sous des modalités diverses, les rapports que les élèves des établissements scolaires entretiennent aux médias à la quête de démarches stratégiques susceptibles d’assurer une prise de conscience par rapport aux enjeux inhérents à toute production médiatique accessible via le web.

2Les articles s’inscrivent dans trois axes d’analyse : la lecture critique des médias, la mise au point de pratiques réflexives et le développement d’approches créatives à mettre au service des jeunes citoyens en vue de les former à appréhender le monde médiatique et à maitriser les codes de création de l’information.

  • 1 Le concept d’infomédiaire est le résultat de contraction des deux termes information et intermédiai (...)
  • 2 Néologisme dérivé du verbe anglais « to afford » pour désigner la capacité d’un objet à exercer une (...)

3S’initier à l’entreprise laborieuse de décodage des infomédiaires1suppose la capacité de cerner différentes sortes de désinformation en ligne suscitée par la prolifération des fake news, qui génèrent de plus en plus de méfiance vis-à-vis des réseaux sociaux numériques. Dans un premier temps, Jehel Sophie met en avant les facteurs de cette défiance, notamment à l’égard des écrits journalistiques, et insiste plus particulièrement sur la décrédibilisation de la profession de journaliste suite à des dérives liées à la publication de fausses informations, à des mises en scènes mensongères, à des faux directs et à des traitements subjectifs de certains évènements. Elle propose ensuite quelques pistes éducatives pouvant favoriser la construction d’une posture critique en explicitant les mécanismes de production des informations et en initiant les jeunes à se méfier du processus d’instrumentalisation des affects grâce à des débats portant sur la déontologie journalistique au sein des différentes institutions éducatives. Dans cette perspective, Romain Bdouard préconise fortement d’armer les adolescents de compétences sociotechniques, économiques et épistémologiques à développer chez eux de façon progressive : il est important de savoir d’abord identifier les sources d’information fiables, puis pouvoir ensuite évaluer leur pertinence et être enfin capable à débattre à propos des valeurs véhiculées par les médias. Il faut ajouter à cela les nombreux outils permettant de lutter contre les fausses informations, présentés par Léo Jannot-Sperry comme l’élaboration de lois, la mise en place d’outils de censure par les plateformes des contenus controversés et la mise en œuvre de la technique de fact-checking visant la vérification rigoureuse des faits rapportés. Dans un second temps, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) nécessite l’apprentissage et l’analyse du contexte politique et de l’environnement économique dans lequel s’ancre la plateformisation d’internet afin de déterminer l’influence exercée par les grandes entreprises GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sur l’univers numérique à l’échelle mondiale. Face à une telle influence, Guillaume Sire préconise une critique réfléchie des moteurs de recherche. Il expose dans sa contribution les partis pris de ces opérateurs : loin d’être neutres, les résultats des recherches affichés reflètent des choix opérés par les concepteurs et sont soumis à des algorithmes paramétrés par les ingénieurs en fonction de leurs intérêts et de projets économiques et politiques. En vue d’illustrer cette réalité, les deux contributions de Clément Mabi « Comment saisir la qualité politique des technologies numériques » et de Camille Alloing et Julien Pierre « Faire attention ou l’affectivité en contexte numérique »donnent l’exemple des affordances2qui interpellent les internautes de deux façons distinctes : elles les impliquent activement dans la vie politique à travers des plateformes dédiées à organiser des débats politiques, à comparer des programmes électoraux ou à signaler des problèmes liés au fonctionnement de la démocratie dans les pays et elles mobilisent des stratégies affectives afin d’utiliser les émotions dans une logique marchande. Par exemple, un post qui suscite plus d’interactions génère plus de gains pour le réseau social.

  • 3 Au sens de l’ensemble des représentations, visions ou images que les membres d’une communauté se fo (...)
  • 4 Terme utilisé par l’auteure dans le sens de méthodologie qui traverse les disciplines en sciences h (...)

4De ce qui précède, éduquer les jeunes à adopter des postures critiques à vis-à-vis des réseaux socio-numériques s’avère crucial puisque cela leur permet d’apprendre à déjouer les mécanismes selon lesquels leurs activités et leurs actions sur le web (commentaires, partages, publications, abonnements à certains sites) sont contrôlées et utilisées à des fins économico-politiques. Dans cette optique, les contributions du deuxième axe mettent en exergue quelques pratiques de lecture dont le but consiste à déconstruire les discours médiatiques et d’entretenir une distance critique à leur égard. L’école est le premier lieu de l’apprentissage de cette lecture critique. Anne Cordier met l’accent sur l’importance d’une éducation à l’information et aux médias qui se fasse par l’intermédiaire d’exercices de lecture réflexive. D’un point de vue pédagogique, ces exercices doivent reposer sur une approche sociale et écologique puisque celle-ci permet de cerner les imaginaires3 relatifs aux pratiques informationnelles juvéniles, qui sont largement influencées par des logiques sociales et individuelle qui dépasse le cadre scolaire et qui se manifestent dans l’ensemble de la société. Ainsi, tout ce qui se fait en classe par les enseignants ou qui se dit à la maison par les parents et qui circule dans les divers milieux sociaux affecte (consciemment ou inconsciemment) les utilisations que les adolescents font des différents outils numériques. Hors de l’école, Francis Jauréguiberry considère que les parents doivent guider les enfants lors de la navigation sur internet en leur faisant prendre conscience des dangers potentiels. Les enfants sont en effet les proies privilégiées du harcèlement ou de l’hameçonnage, il est donc essentiel de leur montrer comment protéger leur vie privée et intime. Dans certains cas, il est même indispensable de recourir à l’outil du contrôle parental pour paramétrer l’accès à des contenus inappropriés. Il faut aussi signaler qu’en raison des différences de genre, produites par la socialisation, les pratiques et les relations sociales sur internet diffèrent entre les hommes et les femmes. En rappelant cela, Marlène Coulomb-Gully prône une approche genrée comme « méthodologie traversière »4 en sciences humaines et sociales : d’une part, le concept de genre permet d’analyser la construction de stéréotypes médiatiques et participent à l’instauration et la perpétuation de rapports de domination (sexués) et, d’autre part, il permet de dénaturaliser les représentations masculin/féminin et la hiérarchisation entre les sexes.

  • 5 Montage de logiciels et d’objets matériels permettant la production de contenus accessibles sur la (...)
  • 6 La conception de designs des dispositifs médiatiques disposant d’une multitude de fonctionnalités p (...)
  • 7 Cela renvoie au fait de détourner l’utilisation habituelle d’un objet médiatique pour réaliser des (...)

5Dans la dernière partie, l’ouvrage aborde l’éducation critique aux médias sous l’angle de savoirs et de savoir-faire relatifs à la production de l’information à mettre à disposition des jeunes citoyens. Nicole Pignier propose un panorama des différentes techniques telles que la préfiguration5, la configuration6, et la contre-figuration7, centrales dans le processus de conception technique des outils numériques (design, dispositifs, logiciels, etc.). Cela doit permettre de comprendre les orientations éditoriales des sites et les stratégies employées afin d’inciter les gens à interagir aux contenus publiés ou à les utiliser selon certaines intentions prédéfinies. Pour favoriser une appréhension critique des médias par les jeunes citoyens, il est nécessaire de susciter leur créativité, ce qui suppose, d’après Laurence Corroy, une valorisation de la pensée divergente et un rejet catégorique du conformisme qui contraint l’élève de se fondre aveuglément dans le groupe plutôt qu’à développer son autonomie. L’école a donc un rôle à jouer pour lui assurer un accompagnement progressif vers l’acquisition de savoir-faire indispensables à l’appréhension du cybermonde. Les pistes envisageables, au sein des écoles, sont aussi multiples que variées : il s’agit de proposer aux élèves des activités axées sur l’autodidaxie et sur des valeurs de dialogue, d’acceptation des opinions différentes, de sens critique, d’ouverture sur les solutions possibles à un problème, etc. Dans le dessein d’illustrer les suggestions créatives, les contributions d’Alexandra Saemmer, de Fardin Mortazavi et de Nolween Tréhondart puisent dans la littérature pour mettre en avant des dispositifs contre-hégémoniques stimulateurs du potentiel de création chez le jeune. Celui-ci peut être initié à créer des profils sur facebook dédiés à des personnages fictifs pour détourner le réseau et démonter son impertinence, ou être invité à participer à des pratiques théâtrales et scripturales (ateliers d’écriture collaborative) numériques en vue d’apprendre à se servir d’internet pour exprimer ses idées, ses ressentis et ses aspirations.

6Les différentes contributions de l’ouvrage abordent ainsi des problématiques centrales liées à l’éducation aux médias : loin de fournir des réponses toutes faites, les auteurs nous incitent à réfléchir aux rapports que nous entretenons aux réseaux numériques et nous invitent à dépasser le stade de la consommation naïve pour adopter des attitudes à la fois réflexives et créatives.

Haut de page

Notes

1 Le concept d’infomédiaire est le résultat de contraction des deux termes information et intermédiaire. Il désigne des plateformes numériques (les réseaux sociaux par exemple) facilitant aux internautes l’accès aux informations.

2 Néologisme dérivé du verbe anglais « to afford » pour désigner la capacité d’un objet à exercer une influence sur l’individu pour un usage prédéterminé.

3 Au sens de l’ensemble des représentations, visions ou images que les membres d’une communauté se font sur les usages et les valeurs de certains objets (les médias dans ce cas).

4 Terme utilisé par l’auteure dans le sens de méthodologie qui traverse les disciplines en sciences humaines.

5 Montage de logiciels et d’objets matériels permettant la production de contenus accessibles sur la toile.

6 La conception de designs des dispositifs médiatiques disposant d’une multitude de fonctionnalités permettant d’effectuer plusieurs opérations par leurs usagers.

7 Cela renvoie au fait de détourner l’utilisation habituelle d’un objet médiatique pour réaliser des pratiques originales et inattendues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salah Arrar, « Sophie Jehel, Alexandra Saemmer (dir.), Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48109 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48109

Haut de page

Rédacteur

Salah Arrar

Maitre de conférences spécialiste en didactique de français à l’École Normale Supérieure de Sétif (Algérie) et membre du laboratoire SELNOM à l’université Batna 2 (Algérie).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search