Navigation – Plan du site

Claude Rosental, Les capitalistes de la science. Enquête sur les démonstrateurs de la Silicon Valley et de la NASA

Quentin Ravelli
Les capitalistes de la science
Claude Rosental, Les capitalistes de la science. Enquête sur les démonstrateurs de la Silicon Valley et de la NASA, CNRS, coll. « Société », 2007, 268 p., EAN : 9782271065223.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Claude Rosental (CNRS/EHESS) étudie la mise en oeuvre d'un projet aérospatial de la NASA. Elaboré en octobre 1989, ce projet prévoit l'exploration de Saturne et de son environnement à partir de juillet 2004, pour une durée de 4 ans, ainsi que l'exploitation de l'ensemble des données recueillies qui doit s'étendre jusqu'en 2020. L'objectif consiste notamment à découvrir la nature et la dynamique des anneaux de Saturne, la composition de son sol, les raisons de la multiplicité de ses satellites et de la présence de vents soufflants à plus de 1800 km/h. Or, pour mener à bien ce vaste programme aérospatial, il est nécessaire de disposer d'un logiciel informatique très performant. Baptisé « Orion » pour les besoins de l'anonymat, ce logiciel doit permettre à la fois la planification du voyage et l'analyse des résultats.

2Mais l'étude du logiciel Orion n'est qu'un moyen de mettre en lumière un aspect particulier du travail des chercheurs : l'utilisation de « démos ». Les démos sont de courtes performances qui visent à démontrer la solidité du travail et des résultats d'un programme de recherche auprès des employeurs, des bailleurs de fonds ou d'éventuels clients intéressés par les applications de la recherche. Chaque geste, chaque étape du raisonnement y est savamment étudiée et préparée à l'avance, le nombre de seconde pour chaque argument est minutieusement pesé. Les démos visant à convaincre de la solidité du logiciel Orion se situent donc à la lisière entre le travail de recherche proprement dit et sa mise en scène, sa théâtralisation en vue de convaincre un public.

3La démo associe ainsi au rôle de scientifique celui du promoteur, de l'entrepreneur qui doit présenter, en un laps de temps limité pour viser l'efficacité démonstrative, la pertinence du programme, sa rapidité, l'importance de ses champs d'application, son caractère novateur. Les trois équipes chargées du développement d'Orion ont, donc parmi leurs objectifs, outre la mise au point d'un outil scientifique, la séduction des astronomes et astrophysiciens qui pourraient en avoir l'usage. Cette particularité se répercute jusque dans le contenu des recherches, que Claude Rosental analyse à partir d'un corpus d'e-mails échangés avec les chercheurs sur plusieurs années. Les jugements propres à la qualité des scénarios, de la mise en scène démonstrative (comme le caractère « pessimiste » ou non de certains résultats), se logent constamment dans ces échanges d'arguments scientifiques par courrier électronique.

4De telles démonstrations sortent donc partiellement du registre de la preuve scientifique. Elles impliquent tout un travail de présentation, voire de mise entre parenthèse des défauts du programme, détaillé dans la première partie de l'ouvrage (« Objectif démo »). Les temps de calcul du logiciel Orion sont par exemple donnés sans prendre en compte les temps d'impression, qui allongeraient inévitablement la durée de résolution et porterait préjudice à l'image du logiciel. Les équipes de recherche, transformées en « atelier de la célérité », mettent alors sur pieds des outils statistiques de valorisation de la rapidité des calculs et ne mentionnent qu'en privé les problèmes rencontrés. Dans le même ordre d'idée, la maniabilité pour l'utilisateur potentiel est largement étudiée : une interface graphique, la plus claire et la plus efficace possible, doit être constituée.

5Le recours systématique à la démo constitue également un « outil relationnel de premier plan » (p. 73), qui se substitue souvent aux autres formes de relations entre chercheurs. Comme le décrit la seconde partie (« démos exploratoires »), la démo devient une manière de se présenter, mais aussi un procédé remplaçant les rendez-vous, les cafés, les rencontres informelles. Elle envahit les relations sociales entre scientifiques. L'une de ses fonctions permet même d'étudier l'auditoire, d'en explorer les comportements, d'analyser ses réactions : « en d'autres termes, l'exercice des démos consistait pour les démonstrateurs à la fois à exhiber et à observer » (p. 79) Les démos sont donc pour les démonstrateurs eux-mêmes une démarche expérimentale : elle leur permet de savoir ce qui convint, ce qui laisse sceptique, ce qu'il faut améliorer dans l'art de la démonstration.

6Les démos forgent donc les relations entre acteurs en leur permettant d'élaborer un « objet-frontière », c'est à dire un objet qui soit suffisamment ajustable pour concilier différents points de vue mais qui puisse en même temps « définir une identité commune et la nature des relations entre les protagonistes » (p. 152) Par la diffusion rapide de nouveaux modèles scientifiques, elles contribuent à ce que Claude Rosental appelle, dans sa troisième partie (« Un régime démo-cratique »), une « démo-cratisation : l'accès proposé au plus grand nombre passait par le recours aux démos et autres clips de la recherche. » (p. 184) La démonstration n'est donc pas seulement une présentation scientifique, ni une exhibition publicitaire, elle est aussi une forme de relation sociale en extension.

7Si ce procédé scinde l'activité du chercheur en deux tendances distinctes, il ne favorise pas pour autant une « schizophrénie » scientifique (certains chercheurs conservent leur rigueur scientifique pendant les démonstrations). Et s'il se généralise ou se « démo-cratise » depuis trois décennies, il n'est cependant pas de facture récente (le clavier « Qwerty » mis au point au 19ème siècle répond par exemple déjà à l'exigence de vente des représentants de commerce qui devaient écrire « type writer » devant leurs clients, ce qui est plus facile si la plupart des lettres se situe sur la même ligne...). Enfin, les démo attirent l'attention sur tout un spectre d'argumentations à la fois scientifiques et rhétoriques qui ne se réduit pas aux sciences dures ou appliquées. Les sciences sociales elles-mêmes en font bien souvent l'usage.

8Au total, Claude Rosentaal propose une approche originale en sociologie : elle permet en effet un dépassement du clivage entre une approche internaliste et externaliste du travail intellectuel, car elle analyse les implications des démonstrations scientifiques à la fois du point de vue des relations sociales qui les sous-tendent et du contenu qu'elles présentent. Cet angle d'analyse relève donc aussi bien de la sociologie des sciences que de la sociologie des organisations et construit des points de jonction entre les deux domaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Ravelli, « Claude Rosental, Les capitalistes de la science. Enquête sur les démonstrateurs de la Silicon Valley et de la NASA », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 12 novembre 2007, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/482

Haut de page

Rédacteur

Quentin Ravelli

Doctorant au Groupe Travail et Mobilité à l'université Paris-10 Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page