Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021La langue n’est pas sexiste : une...

La langue n’est pas sexiste : une réponse à David Descamps et Agathe Foudi

Patrick Charaudeau
La langue n’est pas sexiste
Patrick Charaudeau, La langue n’est pas sexiste. D’une intelligence du discours de féminisation, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « clair & net », 2021, 176 p., ISBN : 9782356877536.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Je dois tout d’abord reconnaître que la partie qui résume l’ouvrage est bien faite, avec honnêteté. Ce sont les commentaires adjacents, personnels, des auteur(e)s auxquels je voudrais répondre.

2Il est dit que : « La liberté défendue par Patrick Charaudeau s’avère ainsi assez largement bornée par le fait qu’il existerait de bonnes et de mauvaises pratiques ». Je répondrai que, bien sûr, il existe de bonnes et de mauvaises pratiques (encore qu’à la place de bonnes et mauvaises pratiques, je dirais des pratiques cohérentes et d’autres qui ne le sont pas), au regard des contraintes et des règles qu’impose la langue, lesquelles sont le résultat des interactions qui se produisent entre les membres d’une communauté linguistique. Sans cela, il n’y aurait pas de langues. Et dans le langage comme dans toutes les activités de la vie sociale, les libertés sont toujours « bornées » (mais je préfère le terme de « limitées ») par les contraintes que se donne la société, la liberté des uns étant limitée par la liberté des autres. Décrire ces contraintes, ce n’est pas être prescriptif. C’est faire la cartographie de ce qui des possibles et impossibles langagiers.

3Il est dit que : « Si l’ouvrage présente une analyse théorique et pratique très réfléchie sur la question de la féminisation du discours, on peut regretter, en tant que sociologues, son caractère expressément linguistique qui conduit assez largement à occulter la question sociale qui y est attachée et à donner bien peu de poids aux structures sociales dans la production des discours ». Cette réflexion laisserait entendre qu’il n’existe qu’une discipline : la sociologie. Or, dans le champ des sciences humaines et sociales, il existe diverses disciplines (psychologie sociale, anthropologie, histoire, sciences politiques, entre autres, et sciences du langage), chacune devant rendre compte de ses analyses en fonction des données qui les définissent. Dans cette analyse, la question sociale n’est pas occultée, puisque montrer le fonctionnement du langage en rapport avec ses contraintes historiques, l’évolution de la grammaire selon les influences de chaque époque, les divers usages des mots du lexique, c’est faire droit à l’aspect social du langage (La langue-norme que je définis dans l’ouvrage fait d’ailleurs partie des études sociolinguistiques). Et puisque les auteur(e)s rappellent les propos d’Antoine Meillet comme quoi « les causes dont dépendent les faits linguistiques doivent être de nature sociale », je dirai que c’est une évidence, puisque les faits linguistiques sont construits par la communauté linguistique elle-même. Mais, à l’époque, Antoine Meillet ne faisait pas la différence, qui s’impose maintenant, entre langue-système, langue-norme et langue-discours.

4Il est dit que : « Même si l’auteur prend bien garde à rappeler que le “sujet parlant est [...] un être collectif, contraint par des règles et des normes” (p. 31), concevoir les individus comme des êtres humains dotés d’une “capacité de se construire une pensée personnelle” (p. 160) ou invoquer la “responsabilité du sujet parlant” (p. 33) invite tout de même à faire du discours des individus le produit d’êtres pouvant a priori se dégager des contraintes sociales, très maîtres de l’usage qu’ils font de la langue et à négliger, in fine, qu’au quotidien, le discours des individus est surtout affaire de régularités, d’habitudes, d’usages et de normes ancrés dans le monde social ». Je répondrai qu’évidemment, on ne sera jamais dans la tête des individus, mais ce qui est en cause ici est une affaire de postulat : ou l’on postule que les individus sont toujours totalement déterminés par les contraintes sociales, qu’ils n’ont pas le choix, ce qui fait qu’aucun individu ne s’appartient en propre et ne peut donc jouir d’aucune liberté ; ou l’on postule que l’individu, à travers ses rapports d’altérité, cherche à s’individuer pour exister et gagner en autonomie. C’est dans ce second postulat que je m’inscris car l’observation des faits de langage montre ce jeu constant de la part du sujet parlant entre contraintes et liberté de choix – ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il soit parfaitement « maître de l’usage de la langue –, comme cela apparaît dans mon ouvrage La Manipulation de la vérité (Lambert-Lucas, 2020). C’est dans ce postulat que s’inscrivent la philosophie nietzschéenne, la phénoménologie, et Foucault dans ses derniers cours avec « le souci de soi ».

5Plus loin, les auteur(e)s du compte rendu insistent sur cette même idée, en reprochant à l’étude de « passer outre [le fait] que les dénominations et qualificatifs que l’on peut utiliser pour se désigner ou désigner autrui dépendent de la position dont on dispose dans l’espace social et que, dans les relations discursives qu’ils ont avec les dominants, les dominés ne peuvent que se soumettre aux manières de dire que ceux-ci leur imposent ». On en revient au postulat de l’individu totalement surdéterminé par le social. C’est une position bien connue en sociologie, mais ce n’est pas la seule. En tout cas, à observer et analyser les interactions langagières dans les cas de violences verbales, on voit comment se produisent les rapports dominants dominés, avec inversion du rapport de la part des dominés, et prise de pouvoir de ces derniers. Il y a une pensée dominante dans une certaine sociologie (à laquelle semblent appartenir les auteur(e)s du compte rendu) qui essentialise la domination toujours dans le même sens, faisant que les dominants sont toujours dominants et les dominés toujours dominés. Il est vrai que toute relation entre les individus vivant en société est toujours marquée au sceau d’un rapport de force parce que le seul fait de la différence entre individus pose le problème à chacun de résoudre l’altérité. Mais les façons de la résoudre sont diverses et variées. Il ne faut pas confondre rapport de force qui est un processus et rapport de domination qui est seulement un résultat. Cela dit, bien sûr, ici, il n’est question que de rapports de langage a effet symbolique, puisque le travail d’analyse se fait sur corpus.

6Quant à considérer que l’ouvrage « n’interroge pas vraiment les effets sociaux de la féminisation du discours et plus précisément son rôle possible dans la lutte contre la domination masculine », je répondrai qu’on ne peut rendre compte de tout à travers une seule discipline, même en pratiquant de l’interdisciplinarité. Aucune discipline ne peut épuiser à soi seule la signification des faits sociaux. Mais il est également vrai que je ne me situe pas dans l’apriori d’une domination masculine à travers le langage. Il me semble que partir d’aprioris de valeur, c’est déroger à l’engagement du chercheur au regard de ce qui est attendu de son travail. C’est pour moi une question d’éthique. Reste qu’il faut poursuivre cette analyse en essayant de voir comment fonctionne les représentations sociales sur ces questions, et de le faire en croisant des études de terrain avec des études expérimentales de psychologie sociales qui montrent que les représentations dépendent de nombreux facteurs, dont le contexte d’enquête et la forme des questionnements.

7Enfin, je ne peux souscrire à ce commentaire : « il convient tout de même de rappeler que les rapports de domination situés dans les représentations trouvent leur origine dans des rapports sociaux objectivement fondés qui se nouent entre les individus et que les usages langagiers ne font, généralement, que retraduire. Mais si la première de ces positions tend à s’imposer aujourd’hui, c’est certainement qu’il est dans l’intérêt des dominants, quels qu’ils soient, de déplacer l’origine des inégalités et de la domination depuis les structures objectives vers les structures discursives et de faire comme si la domination ne pouvait être que symbolique ; registre à partir duquel ces mêmes dominants peuvent toujours se présenter comme dominés ». Il s’agit là d’un commentaire, dont les auteur(e)s sont évidemment libres, mais qui est hors de propos par rapport au contenu de l’ouvrage, à moins d’en faire une lecture orientée de façon apriorique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Charaudeau, « La langue n’est pas sexiste : une réponse à David Descamps et Agathe Foudi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 mars 2021, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48296

Haut de page

Rédacteur

Patrick Charaudeau

Professeur émérite de l’Université de Paris XIII.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search