Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Matthieu Adam et Émeline Comby (d...

Matthieu Adam et Émeline Comby (dir.), Le capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville

Guy Burgel
Le capital dans la cité
Matthieu Adam, Émeline Comby (dir.), Le capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville, Paris, Amsterdam Editions, 2020, 464 p., ISBN : 9782354802172.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guy Burgel (dir.), Essais critiques sur la ville, Infolio, 2015.

1Accepter de faire la recension de cet ouvrage présentait pour le rédacteur de ces lignes une ironie particulière, certainement ignorée des auteurs et des directeurs du livre : son sous-titre – « une encyclopédie critique de la ville » – a longtemps été l’affiche d’un programme de recherche qu’il dirigeait, et qui finit par aboutir en 2015 à l’édition d’un volume collectif : Essais critiques sur la ville1 ! Cela dit, le livre a bien d’autres qualités à faire valoir, qui méritent de s’y arrêter, d’en recommander la lecture, à tout le moins la connaissance.

2La conception d’ensemble est pourtant curieuse : 30 articles assez courts, classés par ordre alphabétique ne couvrent pas toutes les lettres de l’alphabet, mais justifient le titre d’« encyclopédie », avec tout ce qu’il comporte de foisonnements, de relations croisées, mais aussi de redondances, d’absences, voire de contradictions. La perception kaléidoscopique, propre à ce genre littéraire, par petites touches assez impressionnistes (on pense à L’Abécédaire, de Marcel Roncayolo, Infolio, 2011), est ici encore accentuée par la multiplicité des auteurs (on en compte 34 différents, dont un « anonyme » !). Elle assure par ailleurs une variété de points de vue, alliant des universitaires que l’on sent plus chevronnés à de jeunes chercheurs, tout juste sortis de la thèse, dont on apprécie la fraîcheur et le témoignage identifié. On regrettera, que selon une pratique, qui tend à se répandre certainement sous l’effet d’un égalitarisme mal compris, les mentions « enseignant-chercheur » ou « doctorant », fréquemment employées, ne permettent guère de se représenter les itinéraires ou les rattachements disciplinaires des contributeurs : c’est dommage, ces brèves histoires de vie sont toujours des compléments éclairants des analyses réunies.

3Les entrées choisies révèlent un double parti de classicisme et d’originalité. On y trouve ainsi sans surprise des articles sur la « Désindustrialisation », le « Logement social », la « Mobilité », la « Périurbanisation », le « Renouvellement urbain », ou encore la « Ville durable », et d’autres titres nettement plus accrocheurs pour interpeller le lecteur : « Airbnb », « Espace public sonore », « Indésirables », « Verticalisation » ou « Zones logistiques ». On parcourt ainsi un panorama assez complet des différentes facettes de l’urbanisation aujourd’hui. Si on leur ajoute les multiples renvois internes de rubriques à rubriques, une bibliographie de près de 40 pages, où il manque pourtant des titres et des auteurs, que l’on peut juger fondamentaux, un index thématique final très riche, on aura mesuré l’ambition de l’ouvrage : fournir des clés de lecture de la ville contemporaine. La quatrième de couverture n’en fait pas mystère, qui propose rien moins que « des outils essentiels pour comprendre, penser et agir sur les transformations urbaines en cours [en dessinant] une cartographie inédite de la ville du XXIsiècle ».

  • 2 Manuel Castels, Francis Godard, Monopolville. L’entreprise, l’État, l’urbain, Mouton, 1974.
  • 3 Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas, Éditions Amsterdam, 2019.
  • 4 Hélène Patatouka, Étude des mutations sociospatiales, système financier et marché immobilier en Grè (...)

4Livre d’investigation donc, et livre militant. C’est peut-être là sa principale ambiguïté. Non que l’entrée active du chercheur dans la vie de la Cité nous effraie. L’animation depuis plusieurs décennies d’un séminaire intitulé « Analyse et politique de la ville » le garantit ! Mais l’on s’est toujours défié, par histoire générationnelle, des approximations et des projections abruptes de la sociologie marxiste des années soixante-dix (du siècle dernier !), qui reconstruisait une « Monopolville »2, sans profondeur historique, ni contradiction. Et invoquer trop souvent la « ville néolibérale » ou le « capitalisme », « parce qu’il s’est immiscé dans les moindres recoins des sociétés contemporaines » (quatrième de couverture), peut se révéler inutilement réducteur. À tout prendre, on préfère à cette axiomatique théorique l’engagement pratique et civique du Collectif Rosa Bonheur, d’ailleurs amplement cité dans l’Encyclopédie critique, quand il démonte avec nuances les mécanismes de récupération populaire des anciens territoires industriels et ouvriers en déshérence à Roubaix3. Ainsi, l’article « Financiarisation » aurait certainement gagné à être plus concret pour décrire la mainmise du capital bancaire dans la production du logement (voir à ce propos la thèse lumineuse d’Hélène Patatouka4). Les rapports entre pouvoir financier, expressions sociales et production de l’espace, sont trop subtils, pour être réduits à des logiques rationnelles et univoques.

5Heureusement, beaucoup des rubriques du livre se révèlent plus riches que la profession de foi de son titre (Le capital dans la cité), surtout quand elles s’appuient sur des travaux monographiques récents. Sans souci d’exhaustivité, ni de classement hiérarchique, citons celles qui nous ont le plus marqué, souvent par le souci de l’information, du détail précis qui appuie l’hypothèse théorique et politique.

  • 5 Mauricio Velasco, « Exclusion dans l'espace public : la présence invisible de ses habitants continu (...)

6Plusieurs apportent des éclairages originaux sur des notions, tantôt nouvelles, tantôt plus banales, mais aux contours incertains. Ainsi, dans l’article « Indésirables », Melora Koepke et Camille Noûs montrent bien que dans les métropoles, ce sont les mêmes lieux qui attirent, dans un échange symbiotique, les sans-abris et les activités de prestige : « la production de l’indésirabilité est étroitement liée à la valorisation de certains espaces et au développement du capitalisme urbain ». Leurs analyses rejoignent les descriptions que fait Mauricio Velasco Avalos pour les exclus dans l’espace public mexicain, habitants continus de la ville soudain passés de l’invisibilité à la présence dans les rues désertées par le confinement du Covid5. De même, a-t-on apprécié, sous la plume d’une jeune chercheuse, Alice Nikolli, dans la rubrique « Privatisation », comment on rendait avec subtilité des résultats d’une thèse sur les berges du Léman et du lac d’Annecy, pour montrer les simples propriétaires privés accaparant le « droit d’accès à la nature ». De façon plus technique, mais tout aussi convaincante, Nicolas Raimbault décrit les conséquences de l’exurbanisation des « Zones logistiques » par rapport à leurs localisations banlieusardes classiques : consommations foncières excessives et « ubérisation » de jeunes chauffeurs-livreurs sans qualification. À méditer en cette période de crise sanitaire et de flambée sur les commandes en ligne.

  • 6 Guy Burgel, Nicolas Ferrand, Un demi-siècle d’urbanisation dans la région lyonnaise, 1962-2010, Puc (...)

7Et c’est certainement dans les thèmes que l’on croit bien connaître que l’enrichissement est assuré. Dans l’article « Périurbanisation : la construction politique d’un modèle de civilisation urbaine », Anne Lambert, sociologue et chercheuse à l’Ined, montre bien que la dispersion périphérique de la ville se situe à la jonction d’une idéologie politique explicite (cf.« faire de la France un pays de propriétaires », Nicolas Sarkozy, 2007) et du rêve d’une classe moyenne paupérisée par la précarisation de l’emploi, qui va déboucher sur les Gilets jaunes de 2018-2019. Elle confirme ainsi nos propres intuitions6. Aurélie Delage parvient aussi à renouveler l’approche de la « Rente », assortie d’un bon sous-titre « entre ancrage et mobilité : le capital urbain pris dans ses contradictions », et de l’illustration historique éclairante sur les quartiers de gares, tour à tour spéculatifs au XIXsiècle, dévalorisés dans la seconde moitié du XXe, avant de redevenir attractifs à l’arrivée du TGV. Et, à travers le cas de Rabat, Hind Khedira montre bien les leurres de la « Smart city », qui fait passer les villes d’une « attitude managériale à une attitude entrepreneuriale », sans leur donner pour autant plus de pouvoir sur leur destin. Et pour compléter ce dictionnaire critique des idées reçues, la « Ville durable » (François Valegeas) apparaît un emballage commode pour vendre de l’image, Montpellier étant la championne incontestable, et à succès, de la catégorie : après « la surdouée » de Georges Frêche, labellisée « French Tech » en 2014, « Smartcity » en 2017, avant d’accueillir l’immeuble emblématique de « L’arbre blanc » du Japonais Sou Fujimoto, « symbole de la bétonisation sous couvert de greenwashing » !

8Mais finalement, ce que l’on préfère encore, ce sont les textes, qui nuancent, parfois contestent la thèse d’un capitalisme, dévastateur conscient et incontestable de la ville. Dans le chapitre « Migration », la sociologue Marie Bellot nous fait profiter de son expérience de postdoctorante à l’Université de Shanghai, pour expliquer la mobilité des jeunes diplômés chinois. Même dans un pays régi autant par la norme collective que par la loi d’airain des investisseurs, « l’étude du marché ne peut faire l’économie d’une analyse conjointe avec les stratégies individuelles des individus », assène-t-elle avec une certaine redondance. On ne peut qu’approuver ! De même, analysant le « Renouvellement urbain », Clément Barbier montre que le pouvoir politique n’est jamais neutre dans les mauvais coups des promoteurs, souvent laissant faire, parfois agissant en connivence, sous alibi d’impuissance ; « le renouvellement urbain n’est jamais la simple traduction des intérêts des capitalistes ». Et Louise Dorignon de conclure magistralement la démonstration avec la « Verticalisation » : « la forme ne préjuge donc pas de l’habiter : des projets sélectifs comme inclusifs peuvent se fonder sur la verticalisation ». Après l’autonomie des individus et des acteurs sociaux, celle des matérialités urbaines. On est comblé !

9Au total, un livre dont le contenu vaut certainement mieux que son titre provocateur et un rien grandiloquent, même si l’on approuve l’intention politique de donner un nouveau souffle au « droit à la ville » d’Henri Lefebvre (1968). On lui ajouterait bien le devoir de la connaître.

Haut de page

Notes

1 Guy Burgel (dir.), Essais critiques sur la ville, Infolio, 2015.

2 Manuel Castels, Francis Godard, Monopolville. L’entreprise, l’État, l’urbain, Mouton, 1974.

3 Collectif Rosa Bonheur, La ville vue d’en bas, Éditions Amsterdam, 2019.

4 Hélène Patatouka, Étude des mutations sociospatiales, système financier et marché immobilier en Grèce, Université Paris 8, 2017.

5 Mauricio Velasco, « Exclusion dans l'espace public : la présence invisible de ses habitants continus », Villes en Parallèle, n° 49-50, nov. 2020, en ligne : https://www.persee.fr/doc/vilpa_0242-2794_2020_num_49_1_1821.

6 Guy Burgel, Nicolas Ferrand, Un demi-siècle d’urbanisation dans la région lyonnaise, 1962-2010, Puca, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Burgel, « Matthieu Adam et Émeline Comby (dir.), Le capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 mars 2021, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48303

Haut de page

Rédacteur

Guy Burgel

Normalien, agrégé de géographie, après un doctorat d’État consacré à la croissance d’Athènes (1974), Guy Burgel fait toute sa carrière académique à l’Université de Paris Nanterre, où il fonde le Laboratoire de géographie urbaine, crée avec Galia Burgel la collection « Villes en Parallèle », et anime une formation d’urbanistes-aménageurs.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search