Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Nelcya Delanoë, Caroline Grilllot...

Nelcya Delanoë, Caroline Grilllot, Casablanca-Hanoï. Une porte dérobée sur des histoires post-coloniales

Bénédicte Champenois Rousseau
Casablanca-Hanoï
Nelcya Delanoë, Caroline Grillot, Casablanca-Hanoï. Une porte dérobée sur des histoires postcoloniales, Paris, L'Harmattan, 2021, 162 p., préf. François Guillemot, ISBN : 978-2-343-22175-5.
Haut de page

Texte intégral

1Fin avril 2006, Caroline Grillot est dans la ville de Hekou, dernière bourgade avant la frontière sino-vietnamienne, pour y effectuer une recherche ethnographique sur le trafic transfrontalier de « fiancées vietnamiennes ». Alors qu’elle essaie d’engager la conversation avec de possibles informatrices, elle est interpellée par une jeune femme qui lui affirme être française. Troublée par la coïncidence, la chercheuse essaie de recueillir, par bribes, l’histoire de la dénommée Dung, tout en lui promettant d’enquêter, sans trop savoir comment. La transcription phonétique du patronyme de la jeune femme laisse entrevoir une origine maghrébine : algérienne, marocaine ? Comment procéder ? Commence alors pour la chercheuse une quête sur Internet dont elle promet de rendre compte à la jeune femme.

  • 1 Delanoë Nelcya, Poussières d’Empires, Paris, PUF, 2002.

2Munie de quelques éléments lacunaires et parfois contre-intuitifs, Caroline Grillot commence à explorer le web et découvre la piste de Poussières d’Empires1, ouvrage de l’ethno-historienne Nelcya Delanoë, consacré aux soldats du corps expéditionnaire français en Indochine, dont une bonne partie venait des colonies. Parmi ces soldats, certains Marocains sont restés au Viêt-Nam après la capitulation et ne sont rentrés au Maroc que dans les années 1970. Caroline Grillot écrit alors un mail à Nelcya Delanoë, lui confiant les détails de sa rencontre avec Dung, et la promesse faite à celle-ci de l’aider à prouver ses origines. Commence alors une recherche à quatre mains, les deux femmes se découvrant, par-delà la différence de générations, des atomes crochus, des enfances marocaines, et une commune envie d’aider Dung, que l’existence a passablement malmenée, à retrouver un équilibre.

3À deux voix, en quatre chapitres, au fil de nombreux allers-retours, entre le Maroc et la France, pour l’une, et entre Chine et Viêt-Nam pour l’autre, elles retracent l’histoire de la famille fractionnée et recomposée par l’histoire de Dung, que son statut de métisse cantonne aux marges d’une société vietnamienne peu sensible à la diversité. Elles seront aidées, à Casablanca par Miloud, un des porte-parole de ce contingent rapatrié au Maroc en 1972, à Hanoï par Fardani, premier ambassadeur du Maroc au Viêt-Nam, qui se prend lui aussi d’intérêt pour l’histoire de cette petite poignée de descendants de soldats marocains peinant à faire reconnaître une ascendance qui les pénalisent dans leur pays natal. Les auteures estiment que Dung « n’aurait sans doute jamais interrogé cette ascendance paternelle, n’était que celle-ci la pénalise et en fait une femme difficilement mariable dans un pays où, jusqu’à ce jour, il est mal vu d’être métis » (p. 36).

4Ce double récit est intéressant à plusieurs titres. Il permet, en dénouant les fils de l’histoire de Dung, de mêler petite et grande histoire. Il témoigne des vicissitudes des familles vietnamiennes pendant la seconde moitié du vingtième siècle et jette un éclairage inédit sur l’existence de ces « Viêt Phi » (vietnamiens d’Afrique), faits prisonniers et/ou ralliés aux Viet Minh, qui mettront des années à rejoindre leur Maroc natal. Le royaume chérifien nouvellement indépendant a mis peu d’empressement à rapatrier d’éventuels fauteurs de troubles. Les deux chercheuses trouvent une alliée dans leur quête en la personne de Malika Rochdi, une de ces « chinouis », comme les surnomment les casaouis, vietnamo-marocaine, née au Vietnam et grandie près de Casablanca, parfaitement à l’aise dans les deux langues et les deux cultures. Malika, recrutée par l’ambassade à Hanoï, se prend de passion pour la cause de la dizaine de descendants de soldats marocains dont il faut encore prouver la filiation malgré la disparition des archives locales. Consultation des archives de l’armée française, des services de l’Administration rapatriés à Nantes : les enquêtrices ne négligent aucune piste.

5Ces passages d’un pays à l’autre, d’une époque à l’autre, sont symbolisés par la porte de style néo-mauresque édifiée par les ralliés marocains à l’entrée du camp de Son Tây qui figure en photo sur la couverture du livre. C’est Nelcya Delanoë qui a retrouvé cette porte en l’an 2000, au milieu d’un foisonnement de bananiers. Les responsables du Patrimoine à Hanoï la classent et une collecte de fonds internationale est levée pour sa restauration, considérée comme une image de l’essor des nouvelles relations vietnamo-marocaines.

6Le récit croise les parcours des deux chercheuses tout en constituant une méditation sur ce qu’est la recherche, sur les rapports entre les enquêtrices, leurs terrains et leurs informateurs·trices. À rebours du mythe du chercheur objectif et surplombant, il pose la question de l’imbrication entre enquêtrices et enquêtées sur un terrain ethnographique. Se faire accepter sur un terrain, c’est forcément se compromettre. Quelle est la bonne distance ? Comment ne pas concevoir de l’empathie pour ses enquêtées lorsqu’elles se révèlent fragiles et ballotées par la vie ? Comment ne pas se sentir engagée par l’injustice de certaines situations ? Jusqu’où peut-on espérer changer la vie de ses enquêté·e·s ?

7L’ouvrage tisse également des liens transversaux entre les ex-colonies de l’Empire, dont on a du mal à reconnaître qu’ils ont existé tant l’accent est mis sur les relations descendantes entre territoire métropolitain et colonies. Le récit esquisse des pistes d’une histoire à écrire des relations entre anciennes colonies et sur la réappropriation politique opportuniste de l’histoire par les régimes en place. Une lecture facile à mettre entre les mains des ethnographes novices et, plus largement, de tous ceux qu’intéressent ces liens forgés par les histoires individuelles dans les franges de l’ex-empire colonial français.

Haut de page

Notes

1 Delanoë Nelcya, Poussières d’Empires, Paris, PUF, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Champenois Rousseau, « Nelcya Delanoë, Caroline Grilllot, Casablanca-Hanoï. Une porte dérobée sur des histoires post-coloniales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48378

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search