Navigation – Plan du site
El Bi'r - Le puits

El Bi'r - Le puits

Récits d'engagements anti-colonialistes à Lyon pendant la guerre d'Algérie
Béatrice Dubell, El Bi'r - Le puits. Récits d'engagements anti-colonialistes à Lyon pendant la guerre d'Algérie, 2008.
Notice publiée le 06 décembre 2010

Présentation de l'éditeur

Albert Carteron, prêtre anti-colonialiste à Lyon, pendant la guerre d’Algérie

Pendant la période de la guerre d’indépendance, beaucoup d’Algériens de Lyon connaissaient l’abbé Albert Carteron, qui habitait un petit appartement, dans le quartier de « la place du pont ». Ils le surnommaient "El-bi’r", c’est à dire "le puits", l'homme des secrets bien gardés.

Convaincu, dès avant 1954 de la nécessité historique de l’indépendance de l’Algérie, il avait su à la fois gagner la confiance des militants algériens et sensibiliser les milieux chrétiens lyonnais à leur cause.

Tout au long du conflit, il traça sa route, à pas mesurés, entre charité chrétienne et engagement politique. En parlant d’Albert, les témoins, Français et Algériens, hommes et femmes, parlent aussi de leur position face à cette guerre clandestine qui se menait sur le sol de France.
 

Résistances anti-coloniales à Lyon : des parcours oubliés

Le film revisite le trou de mémoire de la guerre d'Algérie, à partir des liens de solidarité et de lutte développés en métropole pendant la guerre entre Français et Algériens.

Il met en lumière le parcours de ces personnes, qui, dans les années cinquante, dans leur engagement dans une même lutte anti-coloniale étaient guidés par l'idée de la construction d'une future amitié entre les peuples. Leurs histoires manquent dans les représentations communément partagées. Cet héritage symbolique n'a été assumé collectivement, ni d’un côté, ni de l’autre de la Méditerranée

Le film raconte avec précision certaines de ces amitiés Franco-Algériennes telles qu’elles se sont nouées dès le début du conflit, dans une grande ville française. Il éclaire le contexte ainsi que les questions morales et politiques auxquelles ont été confrontés les français dans leur soutien aux militants algériens.
                        
Produit par Z’azimut Productions en coproduction avec Télé Lyon Métropole et en association avec Les Inattendus avec la participation du CNC, Centre national de la cinématographie, le soutien de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances — L’Acsé — Fonds Images de la diversité, le soutien de la Procirep, société des producteurs et de l’Angoa.

Ce film est issu d’un travail de proximité dans le cadre de la résidence des Inattendus à la Guillotière, sa diffusion non commerciale est portée par Grand ensemble- atelier de cinéma populaire.

Haut de page