Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Arthur Vuattoux, Adolescences sou...

Arthur Vuattoux, Adolescences sous contrôle. Genre, race, classe et âge au tribunal pour enfants

Simon Protar
Adolescences sous contrôle
Arthur Vuattoux, Adolescences sous contrôle. Genre, race, classe et âge au tribunal pour enfants, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2021, 192 p., ISBN : 9782724626940.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On pense entre autres à Jean Bérard, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au s (...)

1Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2016, l’ouvrage d’Arthur Vuattoux propose une analyse du fonctionnement de la justice des mineurs et contribue à ce titre au dynamisme des études sur la justice en France, dont témoigne la publication au cours des années 2010 de plusieurs thèses sur ces questions1. L’enquête menée entre 2011 et 2016 au sein de deux tribunaux pour enfants entend restituer le « point de vue quotidien de l’institution » (p. 6), en s’appuyant principalement sur une analyse qualitative et quantitative de dossiers de jeunes, qui fait dialoguer décisions pénales et éducatives les concernant. Cette analyse est complétée par des observations (d’audiences, d’un procès d’assises, du service éducatif auprès du tribunal, etc.) et des entretiens avec des professionnels de la justice, mobilisés avec le souci constant de donner à voir le fonctionnement judiciaire (dont témoigne l’utilisation de tableaux et schémas, tel celui de la salle d’audience de la cour d’assises visible à la page 30). L’ambition scientifique dont rend compte l’ouvrage est d’objectiver les discriminations institutionnelles qui ont cours au sein de la justice des mineurs, et qui produisent et reconduisent des oppressions de genre, mais aussi de race, de classe et d’âge. La démonstration s’articule en deux temps et par élargissement problématique, d’une approche centrée sur le genre, à une approche intersectionnelle des rapports de pouvoir, tenant compte de leur diversité. Les démonstrations se fondent sur des « scènes de la vie judiciaire » (p. 17), interprétées au moyen d’outils conceptuels variés (masculinité, blanchité, agency, adultification…) et mobilisés avec une grande clarté et nuance.

  • 2 Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Ouvrage traduit sous la direction de M (...)

2Reprenant les travaux de Coline Cardi, Arthur Vuattoux met en évidence les spécificités du traitement des filles au tribunal pour enfants. Il souligne un « recours au soin » plus fréquent de la part des magistrats et montre que les rapports d’experts de la santé mentale sont non seulement sollicités plus fréquemment mais ont une influence plus décisive pour les filles que pour les garçons. À cela s’ajoute une attention accrue à la sexualité et l’intimité des filles, alors que ces questions sont pratiquement absentes des dossiers de garçons. Ces éléments sont complétés par une étude des représentations des masculinités des jeunes en circulation au tribunal. S’appuyant sur les travaux de Raewyn Connell (dont l’auteur a, avec d’autres, contribué diffuser les travaux en France2), Arthur Vuattoux conteste l’idée selon laquelle ces jeunes incarneraient une masculinité hégémonique, montrant d’une part qu’il s’agit d’une « hégémonie en trompe l’œil » (p. 73), d’autre part que la diversité des expressions de la masculinité auxquelles ils sont confrontés est occultée dans les représentations des professionnels.

3Fort de ces constats, l’auteur avance que, loin d’une « justice personnalisée » revendiquée par l’institution (en se fondant notamment sur l’ordonnance du 2 février 1945), c’est une « discrimination institutionnelle » qui est à l’œuvre. Ce concept, qui témoigne d’une approche radicalement critique, insiste à la fois sur le fait que les régularités observables dans le traitement judiciaire sont liées au sexe des personnes jugées et contredisent donc l’idée de personnalisation, et sur le « caractère actif de la production des normes par l’institution » (p. 93).

  • 3 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours aux Collège de France (1989-1992), Paris, Seuil, 2012.
  • 4 Elsa Dorlin, « Les Blanchisseuses. La société plantocratique antillaise, laboratoire de la féminité (...)

4La deuxième partie d’Adolescences sous contrôle correspond à un deuxième temps de l’enquête d’Arthur Vuattoux, marqué par un passage du paradigme du genre à celui d’intersectionnalité et par la diversification des lieux d’enquêtes. La transparence avec laquelle l’auteur expose l’évolution de son objet met en évidence les apports heuristiques d’une analyse intersectionnelle et réaffirme son importance pour l’analyse des « actes d’État »3. Interrogeant la diversité des privilèges et oppressions qui ont cours au tribunal, l’auteur s’arrête particulièrement sur le cas des « jeunes filles roumaines ». Ce groupe social, occupant une place particulière dans la configuration des rapports sociaux de classe, de race, de genre et d’âge, fait en effet exception aux constats précédents sur le traitement judiciaire des jeunes filles, contre qui les peines de prison sont habituellement rares. Arthur Vuattoux montre que, si ces peines sont fréquentes pour les « jeunes filles roumaines », c’est que ces dernières font l’objet d’un « double rejet » de l’institution : hors du groupe des filles et hors du groupe des adolescentes (p. 157). En tant que femmes non-blanches, elles ne satisferaient pas aux critères de la féminité4, supposée les orienter davantage vers le soin que vers la prison ; et en tant que jeunes femmes « non-domiciliées » vivant d’expédients et dont la culture d’origine induirait un passage précoce au statut d’épouse et de mère, elles sont perçues comme plus adultes et donc davantage responsables des délits qu’elles commettent.

5Arthur Vuattoux mène donc à bien le projet de rendre tangible la production et la reproduction d’oppressions par une institution et ses agents, réussissant même à mettre en évidence l’intrication et la pluralité de ces oppressions. C’est peut-être à la question de l’âge que l’on aurait aimé voir consacrés davantage de développements (présent dans le sous-titre de l’ouvrage, l’âge ne fait l’objet que de mentions ponctuelles dans le texte), notamment pour justifier plus clairement le choix de la justice des mineurs plutôt que celle des majeurs pour mettre en évidence les mécanismes de discriminations institutionnelles et, potentiellement, inscrire le fonctionnement de cette institution dans le contexte plus large des rapports sociaux d’âge. Outre ce point de détail, et du fait de l’originalité de ces résultats en contexte français et du grand sens pédagogique avec lequel ils sont exposés, on se réjouit de la présente publication et on peut se féliciter que les travaux d’Arthur Vuattoux soient déjà intégrés à la formation d’une partie des professionnels de la justice des mineurs.

Haut de page

Notes

1 On pense entre autres à Jean Bérard, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (1968-1983), Paris, Presses de Science Po, 2013 ; Yasmine Bouagga, Humaniser la peine. Enquête en maison d’arrêt, Rennes, PUR, 2015 ; Xavier de Larminat, Hors les murs. L’exécution des peines en milieu ouvert, Paris, PUF, 2014 ; Nicolas Sallée, Éduquer sous contrainte. Une sociologie de la justice des mineurs, Paris, Presses de l’EHESS, 2016.

2 Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Ouvrage traduit sous la direction de Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux, Paris, Éditions Amsterdam, 2014.

3 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours aux Collège de France (1989-1992), Paris, Seuil, 2012.

4 Elsa Dorlin, « Les Blanchisseuses. La société plantocratique antillaise, laboratoire de la féminité moderne », in Hélène Rouch, Elsa Dorlin et Dominique Fougeyrollas-Schwebel (dir.), Le Corps, entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Protar, « Arthur Vuattoux, Adolescences sous contrôle. Genre, race, classe et âge au tribunal pour enfants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48381

Haut de page

Rédacteur

Simon Protar

Doctorant en science politique et chargé de cours à l’ENS de Lyon (UMR Triangle).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search