Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Étienne Peyrat, Histoire du Cauca...

Étienne Peyrat, Histoire du Caucase au XXe siècle

Vincent Benedetto
Histoire du Caucase au XXe siècle
Étienne Peyrat, Histoire du Caucase au XXe siècle, Paris, Fayard, 2020, 364 p., ISBN : 978-2-213-71246-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’historien Étienne Peyrat dresse ici le portrait d’un Caucase politiquement et culturellement fragmenté qui connait des dynamiques transfrontalières multiples depuis la fin du XIXe siècle. Cette région, parcourue par des communautés et organisée par des pouvoirs locaux, est impliquée au XXe siècle dans l’affermissement des nations russe, turque et iranienne, mais également dans l’essor des nations géorgienne, azérie et arménienne. Les dirigeants locaux alternent entre opposition et coopération avec les puissances voisines – l’Iran et la Turquie – et le pouvoir central russe, qui cultivent un intérêt pour cette région des confins, alimentant des tensions tout au long du siècle. Étienne Peyrat parvient ici à livrer l’histoire d’une région trop souvent délaissée au profit des grands ensembles politiques qui l’entourent. Le Caucase, confins des Empires et des États, fait l’objet d’une analyse ciblée qui en démontre toute la complexité politique et culturelle. En effet, chaque chapitre traite des implications transfrontalières des phénomènes politiques, militaires, économiques et sociaux étudiés. Tout l’enjeu du livre est de confronter l’affermissement des frontières, suivant la logique d’affirmation des différents États au XXe siècle, à la pratique pluriséculaire d’une frontière ouverte des populations dispersées dans toute la région.

  • 1 Michael. A. Reynolds, Shattering empires: the clash and collapse of the Ottoman and Russian empires (...)

2Le livre est riche d’une bibliographie conséquente qui témoigne de l’inscription de l’étude dans l’histoire des frontières régionales1 et du croisement des historiographies nationales. Les lecteurs souhaitant approfondir leur connaissance de l’histoire du Caucase pourront très aisément y puiser des références. On peut louer la présence de références en langues étrangères tant l’apport des historiographies nationales semble pertinent pour étudier cette région. Bien que nombre de références françaises et anglaises laissent espérer au lecteur non-universitaire un éventuel approfondissement, celles-ci restent, dans leur grande majorité, tirées de revues scientifiques peu accessibles au grand public. Cela tient au fait qu’il n’existe que très peu d’ouvrages sur la région. Cet état de fait renforce l’intérêt d’une telle publication. Concernant les archives, l’auteur présente la diversité des sources mobilisées pour l’étude de la région et propose un croisement des archives officielles des États de la région et d’Europe occidentale avec différentes disciplines : l’histoire orale, l’anthropologie, la sociologie l’ethnographie ainsi que la musicologie.

3Le livre passe d’un chapitre à un autre grâce à des césures chronologiques et politiques qui scandent selon l’auteur l’histoire du Caucase. Au XXe siècle, une succession de moments clefs rythme la lecture, à l’instar du conflit caucasien de la Première Guerre mondiale, des difficultés de la Nouvelle politique économique (NEP) dans le Caucase russe à partir de 1925, du début de la Guerre Froide et de la révolution iranienne ainsi que de l’intervention de l’URSS en Afghanistan en 1979. La fin de l’ouvrage traite de la fragmentation politique de la région au moment de l’indépendance des nations caucasiennes sur les décombres de l’URSS en 1991 et met en avant les défis économiques et politiques de ces États dans le paysage géopolitique contemporain.

  • 2 Michael Herzfeld, L’intimité culturelle : poétique sociale de l’état nation, Québec, Presses de l’U (...)

4L’auteur montre que cette région, loin d’être sujette aux directives des gouvernements centraux, jouit d’une marge de manœuvre certaine grâce à des acteurs dont les motivations sont en décalage avec les capitales d’Empire. Malgré l’influence des puissances turque, persane, et surtout russe, les populations locales parviennent à maintenir les formes d’une culture propre. Cette idée avancée par Étienne Peyrat pourrait être rapprochée de la notion d’« intimité culturelle » que développe l’anthropologue Michael Herzfeld2. Ce dernier étudie le maintien de pratiques culturelles propres à une population d’un État malgré la mise en place d’une politique nationaliste ayant pour objectif l’homogénéisation culturelle d’un pays. En effet, Étienne Peyrat met en regard dans chaque décennie les directives politiques des divers dirigeants du Caucase et des puissances environnantes avec les oppositions des populations locales : « Les projets des pouvoirs en place pour les zones frontières ne doivent cependant pas occulter la résistance, volontaire ou structurelle, qu’opposent bien souvent les populations » (p. 114).

5Alors que la région est traversée par de multiples interactions humaines, le livre met en lumière son processus de nationalisation, obstruant les déplacements et la pratique d’un territoire dont les frontières n’étaient pas éprouvées par les populations de diverses cultures. Ainsi, l’ouvrage est d’une grande utilité pour comprendre le contexte de naissance des trois républiques géorgienne, arménienne et azérie au lendemain du premier conflit mondial et leur relation aux puissances frontalières, mais aussi aux Alliés victorieux de la guerre. Ces naissances post-impériales imposent de « vivre dans les interstices étatiques » (p. 91). En effet, l’auteur parvient à mettre en évidence l’inadéquation territoriale des États avec les pratiques et les structures impériales héritées : « Chaque nouvel État, découpant son territoire dans les plis d’un Caucase auparavant unifié, se rend compte des liens qui l’unissent à ses voisins » (p. 91). Les frontières changent alors de nature : de frontières ouvertes et vécues de manière fluide par les populations, elles deviennent des frontières politiques hermétiques. Malgré la formation de gouvernements locaux, ces trois nations sont rapidement intégrées au système politique soviétique, impliquant une oscillation entre l’autonomie, le compromis avec le pouvoir russe et ses répressions ponctuelles.

  • 3 Houri Berberian, Roving revolutionaries: Armenians and the connected revolutions in the Russian, Ir (...)
  • 4 Gilles Pecout, « Pour une lecture méditerranéenne et transnationale du Risorgimento », Revue d’hist (...)

6Les quatre premiers chapitres font du Caucase une véritable fenêtre sur le début de siècle révolutionnaire, depuis la révolution russe de 1905 jusqu’à la révolution bolchevique de 1917, en passant par la révolution constitutionnelle persane débutant en 1906 et la révolution jeune-turque de 1908. L’espace caucasien pris dans le « feu croisé » permet d’analyser les dynamiques transnationales de ces révolutions grâce à la mise en évidence des circulations de « révolutionnaires itinérants »3 et militaires, des armes et des propagandes diverses tout au long du siècle (p. 32). En mettant en lumière cet aspect, Étienne Peyrat s’inscrit dans le courant historiographique de l’histoire révolutionnaire croisée et transnationale4. L’exemple de la communauté iranienne du Caucase russe qui appuya nettement le mouvement constitutionnaliste persan est à ce titre pertinent. Les figures iraniennes du mouvement habitaient pour partie dans cette région où transitaient certaines influences réformistes de l’Empire ottoman.

7Comme l’auteur l’affirme dès les premières lignes de l’introduction, la violence est un phénomène qui ne peut échapper à l’étude des relations transfrontalières : « la capacité du Caucase à connaître, au gré d’événements parfois fortuits, de soudaines flambées de violence, apparaît comme un des traits caractéristiques de la situation frontalière entre les empires. La triple frontière multiplie en effet les influences croisées et les possibilités de contamination » (p. 19). Depuis la première révolution russe de 1905 jusqu’à l’effondrement soviétique, la violence semble en permanence motivée par le croisement d’enjeux politiques et culturels frontaliers.

8Le livre aborde enfin la dimension économique et marchande des frontières de la région. En effet, les oppositions et les compromis économiques tissés entre les puissances participent au gel et au dégel des relations entre les puissances régionales. L’auteur développe par exemple la crise russo-persane de 1926 qui met l’autorité soviétique face la contestation des couches marchandes du Caucase insatisfaites de la NEP. Le rapprochement de ces derniers avec l’Iran est aussi motivé par des querelles identitaires dans le Caucase russe. Il reste que cette dimension économique est surtout étudiée dans la seconde partie de l’ouvrage, notamment à travers les différentes politiques nationales qui sont mises en œuvre à partir des années 1960-1970.

9L’auteur parvient à mettre en avant la complexité de la région caucasienne grâce à l’analyse des relations internationales. Sa capacité à osciller entre cette dimension macro de l’analyse et l’inscription locale de celle-ci rend la lecture attrayante, tant par l’explicitation des conflits locaux que les témoignages d’individus extraits d’archives plurielles. Ainsi, le grand mérite du livre réside dans l’épaisseur historique donnée à un espace en creux, aux confins des Empires et des puissances régionales. L’ouvrage est d’une grande utilité pour tout lecteur désireux de comprendre la formation des États caucasiens contemporains ainsi que les causes des conflits qui agitent la région. En dehors des États caucasiens, c’est également un éclairage essentiel sur l’importance de la région dans l’histoire de la Turquie, de la Russie et de l’Iran.

Haut de page

Notes

1 Michael. A. Reynolds, Shattering empires: the clash and collapse of the Ottoman and Russian empires, 1908-1918, Cambridge ; New York, Cambridge University Press, 2011.

2 Michael Herzfeld, L’intimité culturelle : poétique sociale de l’état nation, Québec, Presses de l’Université Laval, 2007.

3 Houri Berberian, Roving revolutionaries: Armenians and the connected revolutions in the Russian, Iranian, and Ottoman worlds, Oakland, California, University of California Press, 2019.

4 Gilles Pecout, « Pour une lecture méditerranéenne et transnationale du Risorgimento », Revue d’histoire du XIXe siècle. Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, no 44, 2012, p. 29-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Benedetto, « Étienne Peyrat, Histoire du Caucase au XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48396 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48396

Haut de page

Rédacteur

Vincent Benedetto

Étudiant en master 2 d’histoire contemporaine à l’ENS de Lyon et agrégé d’histoire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search