Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Rosemary-Claire Collard, Animal T...

Rosemary-Claire Collard, Animal Traffic. Lively Capital in the Global Exotic Pet Trade

Gabriel Voisin-Moncho
Animal Traffic
Rosemary-Claire Collard, Animal Traffic. Lively Capital in the Global Exotic Pet Trade, Durham, Duke University Press, 2020, 200 p., ISBN : 9781478010920.
Haut de page

Texte intégral

1Avec la récente série documentaire Tiger King: Murder, Mayhem and Madness diffusée sur Netflix, la vente d’animaux exotiques a connu un important coup de projecteur. Le dernier ouvrage de la géographe Rosemary-Claire Collard porte sur le commerce d’animaux sauvages et l’influence des logiques mercantiles sur la relation humain-animal, apportant ainsi un éclairage sur les mécanismes économiques, sociaux et écologiques qui sous-tendent ce marché particulier. Celui-ci se distingue en effet par la marchandisation d’êtres vivants que l’autrice propose de considérer comme du «  capital vivant  » (lively capital), à savoir un bien qui a de la valeur parce qu’il est un être doué d’émotions tout en étant un objet de propriété. C’est en suivant la commercialisation de l’animal depuis sa capture (chapitre 1), sa vente (chapitre 2) jusqu’aux tentatives de réintroduction (chapitre 3), que l’autrice développe une réflexion sur la relation socio-écologique inter-espèces suscitée par le modèle capitaliste actuel (chapitre 4). Pour ce faire, R.-C. Collard se fonde sur de nombreuses observations effectuées entre 2010 et 2013 au sein du circuit de vente des animaux exotiques. Ces temps d’observation ont été ponctués d’une quarantaine d’entretiens avec des acteur.rices de ce marché incluant des agents de régulation, des acheteur.euses ou encore des vétérinaires et des universitaires. Ce travail s’est déroulé dans six pays différents : le Belize, le Canada, les États-Unis, le Guatemala, le Mexique et la Suisse. Quant au cadre d’analyse de la chercheuse, celui-ci est grandement alimenté par les théories féministes et postcoloniales. Elle s’inscrit notamment dans la continuité de Sara Ahmed, figure de la phénoménologie queer, qui a étendu le principe marxiste de fétichisation de la marchandise – l’illusion selon laquelle la marchandise possèderait une valeur intrinsèque qui justifierait son prix en effaçant le coût et l’effort de production – à des objets non marchands ou représentations sociales (telle que la figure de l’étranger). Il n’est plus ici question de l’effacement de la relation de production avec l’objet vendu, mais de l’effacement de l’histoire et la culture de l’objet ou la personne pour lui redonner une nouvelle valeur intrinsèque. C’est ce qui se passe avec l’animal, qui se voit retirer sa valeur d’être vivant pour se voir imposer une valeur marchande.

2Le premier chapitre se concentre sur la capture des animaux sauvages par des braconnier.ères dans des réserves d’Amérique centrale. Ces premières observations permettent à l’autrice de saisir les effets collatéraux du braconnage sur l’ensemble de la faune. En développant la notion de «  body enclosure  » – extension de la notion d’«  enclosure  » d’Alvaro Sevilla-Buitrago, définie comme la privation d’autonomie et d’auto-valorisation d’un territoire, le plus souvent par des colonisateurs –, R.-C. Collard explique en quoi la capture d’un individu met en péril la survie du reste de la population. Avant leur capture, les animaux se sustentaient afin de satisfaire leurs propres besoins et favorisaient la survie de l’espèce en participant à l’approvisionnement de nourriture, la défense du territoire ou la survie des petits. Cependant, avec sa capture – comme avec la capture de la terre –, l’animal est rendu dépendant de l’humain pour sa survie, tandis que le reste de la population animale se voit privé d’un individu pouvant favoriser la survie et la pérennisation de l’espèce (d’autant plus que les braconnier.ères visent les petits et les mères). À cela s’ajoutent les dégâts occasionnés par la coupe des arbres et les pièges qui détruisent les lieux d’habitation des animaux. Enfin, la survie même des animaux capturés est mise en péril puisque 30 % à 70 % des oiseaux capturés meurent avant même d’arriver jusqu’à leur acheteur, ce qui pousse les braconnier.ères à en attraper plus que nécessaire afin d’optimiser la réponse à la demande du marché.

  • 1 Un parallèle rapide est fait avec les critères patriarcaux attendus d’une femme sur le marché conju (...)

3Le deuxième chapitre revient sur les ventes aux enchères des animaux et notamment sur la définition du prix et de la qualité du capital vivant, que le revendeur justifie par la rareté, la docilité et la facilité à contrôler l’animal1. Ce chapitre est aussi l’occasion pour l’autrice de souligner un paradoxe dans la pensée des acheteur.euses d’animaux exotiques. En effet, au fil des discussions avec ces acquéreur.euses, elle relève qu’iels se plaignent régulièrement des lois interdisant la détention de certaines espèces et revendiquent au nom de leur liberté le droit d’acheter ce que ces dernier.es veulent. Or, ces mêmes personnes ne semblent pas réaliser que la liberté prônée s’exerce au détriment de celle des animaux possédés. À cet égard, moins les animaux sont libres et autonomes, et plus ils ont de la valeur. Cette inégalité de traitement est d’autant plus marquante que, comme l’expliquent les vétérinaires interrogé.e.s, la possession de ces animaux dans des climats et espaces inadaptés fait naître chez eux des pathologies psychologiques et physiques potentiellement mortelles.

4Le troisième chapitre couvre les centres de réhabilitation des animaux sauvages repris aux possesseurs d’espèces illégales. Ces centres ont pour objectif de dé-standardiser (decommodify) le comportement des animaux recueillis afin qu’ils puissent retourner dans leur habitat naturel. Comme l’explique l’autrice, ces centres s’inscrivent dans une démarche biopolitique – c’est-à-dire le contrôle extérieur des individus par la maitrise de leur santé – avec pour objectif de faire correspondre les animaux recueillis à un idéal de la nature sauvage, en ayant le moins de lien possible avec l’humain. Pour ce faire, les bénévoles et employé.es sont contraint.es de naviguer entre un comportement de soin, en nourrissant et en soignant les animaux, et un comportement hostile, afin de leur inculquer la peur de l’humain : il faut éviter de leur donner un nom, les tenir à distance physiquement et en criant ou ne pas parler aux perroquets pour éviter qu’ils reproduisent des sons humains, etc. En dépit de ces efforts, les centres peinent à atteindre leur but. Tout d’abord, une grande partie des animaux admis dans ces centres y meurent en raison de leur santé dégradée. Ensuite, le processus de dé-standardisation du capital vivant est bien plus compliqué qu’avec un objet que nous pouvons recycler, modifier ou restaurer ; dans le cas des êtres vivants, la fétichisation a incrusté physiquement et psychologiquement l’animal (cicatrices, mémoire du corps, troubles du comportement, dépendance trop forte à l’humain, etc.). Enfin, une dernière limite de ces centres est que les animaux relâchés dans la nature peuvent être capturés à nouveau ; le travail des centres n’empêche pas une nouvelle standardisation et donc la poursuite du cycle de vente.

5Le dernier chapitre synthétise les réflexions précédentes afin d’analyser les relations inter-espèces suscitées par le capitalisme. Pour ce faire, R.-C. Collard traite de la notion d’autonomie et plus précisément de l’autonomie relationnelle (relational autonomy). L’autonomie est présentée comme la capacité d’avoir du contrôle sur sa vie, impliquant par conséquent la limitation des formes d’oppression comme le patriarcat ou la colonisation. L’autonomie relationnelle ajoute à cette définition la capacité de créer librement une nouvelle communauté et de nouer des liens de dépendance mutuelle avec ses membres. Pour l’autrice, la vie collective offre les conditions favorisant ce type d’autonomie. Or les deux formes d’autonomie sont retirées aux animaux en général alors qu’il est nécessaire de les penser ensemble pour changer la relation qu’entretient l’humain avec la faune sauvage. Vu sous cet angle, le processus de fétichisation du capital vivant oblitère la valeur que possèdent les animaux dans l’ensemble de la biodiversité. Le rapport avec les animaux doit passer d’une marchandisation des espèces valorisées dans un cadre capitaliste à un rapport d’autonomie relationnelle favorisant la vie dans un écosystème commun aux espèces vivantes. En raison des dégât occasionnés par ce commerce et des difficultés pour réintroduire les animaux, il semble nécessaire à l’autrice d’endiguer le processus de vente dès la capture. Même si la surveillance accrue des zones de capture semble efficace, il faut penser ce trafic comme un marché et donc y appliquer des règlementations propres. La lutte contre les captures pourrait ainsi passer par le durcissement des normes de commerce international, la réduction de la demande grâce à des campagnes de sensibilisation et l’accroissement des restrictions sur la détention d’animaux sauvages.

  • 2 Sur un thème similaire abordé sous un angle sociologique, voir par exemple les travaux de Jean Este (...)

6Pour conclure, Animal Traffic parvient à proposer une réflexion particulièrement féconde sur la relation entre les humains et les autres êtres vivants induite par le capitalisme. Rosemary-Claire Collard parvient à renouveler et prolonger intelligemment des notions issues d’une littérature scientifique et philosophique étendue, ayant comme dénominateur commun principal l’éco-féminisme et le post-colonialisme. Il faut noter qu’en dépit de la formation de géographe de l’autrice, ce bagage académique ne se retrouve pas dans l’ouvrage, qui s’approche davantage d’un travail sociologique2. Cela n’est pas un défaut en soi, mais l’emprunt d’éléments méthodologiques et théoriques à cette discipline, en assumant sa filiation, aurait probablement renforcé l’argumentation. Il reste que cet ouvrage, à l’écriture fluide et agréable, constitue un apport notable sur les questions d’éthique, d’écologie et de régulation des marchés. Nul doute que certaines idées proposées dans ce livre connaitront une longévité heuristique non-négligeable.

Haut de page

Notes

1 Un parallèle rapide est fait avec les critères patriarcaux attendus d’une femme sur le marché conjugal, permettant à l’autrice de faire un lien direct avec la pensée éco-féministe, déjà en toile de fond pour l’ensemble du livre. Pour rappel, l’éco-féminisme est un courant de pensée articulant les mouvements féministes et écologistes. Ce courant rapproche ainsi les systèmes de domination des femmes par les hommes et les systèmes d’exploitation de la nature par les humains ; il repense donc les relations entre les genres en même temps que celles entre les humains et la nature. Pour aller plus loin sur ce sujet voir Mies Maria et Shiva Vandana, Ecofeminism, Londres, Zed Book, 1993 ; d’Eaubonne Françoise, Écologie et féminisme : Révolution ou mutation ? Paris, Libre & Solidaire, 2018 ; Plumwood Val, Feminism and the Mastery of Nature, Londres, Routledge, 1994.

2 Sur un thème similaire abordé sous un angle sociologique, voir par exemple les travaux de Jean Estebanez, pour qui« […] le zoo est un dispositif spatial, c’est-à-dire un système qui rend concrets, efficaces mais discrets un pouvoir et des normes en les inscrivant matériellement en un lieu bien précis » in Estebanez Jean, « Le zoo comme dispositif spatial : mise en scène du monde et de la juste distance entre l’humain et l’animal », L'Espace géographique, vol. 39, no 2, 2010, p. 174.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Rosemary-Claire Collard, Animal Traffic. Lively Capital in the Global Exotic Pet Trade  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48419 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48419

Haut de page

Rédacteur

Gabriel Voisin-Moncho

Normalien étudiant et masterant en sciences sociales à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search