Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Danièle Linhart, L’insoutenable s...

Danièle Linhart, L’insoutenable subordination des salariés

Simon Abramowicz
L'insoutenable subordination des salariés
Danièle Linhart, L'insoutenable subordination des salariés, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie clinique », 2021, 288 p., ISBN : 9782749268491.
Haut de page

Texte intégral

1Danièle Linhart est une auteure de référence pour celles et ceux qui s’intéressent au monde du travail et plus particulièrement à la construction sociale des rapports de domination, dans le cadre juridique du salariat. Depuis des décennies, ses recherches se focalisent entres autres sur l’évolution des structures organisationnelles relatives aux conditions de travail. Lors de la séance inaugurale d’un colloque sur les formes contemporaines de l’emprise (UMons, septembre 2019) auquel j’assistais, elle déclara en substance qu’il ne sert à rien de perdre notre temps à réformer le système car seule une révolution peut le corriger, propos qui donne une bonne idée de la posture idéologique que Danièle Linhart imprime à ses analyses.

  • 1 Linhart Danièle, La comédie humaine du travail, Toulouse, Érès, 2019 [2015].

2Son dernier ouvrage s’inscrit dans la lignée du précédent1. Il présente les stratégies managériales que les entreprises françaises mettent en œuvre pour transcender le rapport de subordination. Or, ce dernier reste un élément essentiel du contrat de travail. Le style d’écriture surprend dès le début du livre. Moins académique que d’accoutumée, il imprime un sentiment intimiste qui touche autant les cœurs que les esprits et qui tranche avec le cynisme et la dureté de l’objet même de l’analyse.

3Habituel dans ce genre d’ouvrage, le détour historique s’appuie sur des témoignages récoltés par l’auteure dès les années 1970. Ce matériau précieux permet de mettre en perspective le vécu des travailleurs face aux injonctions patronales de l’époque avec celui des salariés confrontés dès les années 1980 aux nouvelles techniques de management. L’auteure note avec pertinence que, durant les Trente Glorieuses, les syndicats s’accommodent de l’organisation du travail dictée par le seul patronat. S’appuyant sur les gains perpétuels de productivité, cette organisation permet aux travailleurs de revendiquer du pouvoir d’achat et de monnayer les contraintes liées aux conditions de travail. Je me dois cependant de nuancer ces arguments. C’est durant cette période, en effet, que les premiers ergonomes, préoccupés par la santé des travailleurs, investissent les entreprises, à la demande de certaines organisations syndicales. On peut se référer à ce sujet aux expériences menées dans les usines par Alain Wisner, dès le milieu des années 19602. Ses interventions portent autant sur la santé que sur le rythme et les conditions de travail. Ces mêmes préoccupations se retrouvent par ailleurs dans le préambule de l’Accord interprofessionnel de 19753.

4Le chapitre suivant explique comment le patronat a su profiter des revendications de Mai 68 pour conforter sa mainmise sur les travailleurs. En flattant leur ego, il a tiré avantage des représentations narcissiques que les travailleurs mobilisaient dans le cadre de leur activité et de l’importance du statut social que revêt la valeur travail dans notre société. L’auteure propose également une synthèse entre, d’une part, l’intrusion des employeurs dans la vie privée des salariés et, d’autre part, la façon dont la société de consommation surveille ces mêmes salariés et conditionne leurs comportements. Ces deux phénomènes contribuent en effet à désamorcer toute tentative critique à l’égard du système.

  • 4 Je citerai notamment deux ouvrages rédigés par les victimes de ce système délétère. Leurs témoignag (...)

5L’auteure développe ensuite une idée originale, qui donne un sens nouveau à la fonctionnalité des open spaces. Dans la littérature managériale, ceux-ci ont en effet pour vocation, en décloisonnant les espaces de travail, de favoriser les échanges. Derrière cette justification intellectuellement acceptable s’en cache une autre, un peu moins reluisante. Il s’agit en réalité de supprimer l’autonomie dont bénéficient jusqu’alors les cadres et de supprimer, en même temps, les privilèges attachés à la fonction, comme l’assistance d’une secrétaire, par exemple. Les cadres sont sommés de rentrer dans le rang, au même titre que les employés, sous peine de se voir accusés d’infidélité à l’entreprise. L’épisode dramatique qu’a vécu France Télécom est cité comme exemple emblématique des dégâts causés par le new management. Des sources diverses ont relaté et détaillé cette sombre histoire4.

6Le livre nous entraine ensuite dans la description des formes d’organisation du travail les plus répandues actuellement. Que ces nouvelles structures se nomment entreprises libérées ou intrapreneuriat social, elles n’ont qu’un seul but : se substituer aux désillusions que provoquent immanquablement les promesses induites par les nouvelles techniques de management. Danièle Linhart précise, avec justesse, que leur création représente l’aveu d’échec implicite d’un système qui se targue pourtant d’offrir aux salariés un environnement de travail prompt à l’accomplissement de soi.

7L’entreprise libérée est la structure qui rencontre de nos jours le plus de succès, ce qui justifie que deux chapitres entiers soient consacrés à son analyse. Bénéficiant d’un large écho médiatique (l’usage du terme « libéré » n’y est certainement pas étranger), cette entreprise est présentée par ses thuriféraires comme une synthèse qui dépasse les contradictions du taylorisme et du new management. Ses détracteurs la voient, quant à eux, comme un prétexte légitime pour supprimer les cadres intermédiaires et, par conséquent, réduire les coûts salariaux. L’analyse qu’en donne Danièle Linhart est profonde et détaillée. Sans concession, elle se base, entre autres, sur les témoignages des acteurs du terrain et les récits des dirigeants. Il en résulte une équivoque au sujet du terme « liberté ». C’est en effet moins la liberté réelle qui importe que le sentiment d’être libre. Cette ambigüité ne peut qu’entrainer déception et frustration dans l’esprit des travailleurs. Une telle vision disruptive de l’entreprise ne convainc pas l’auteure, qui ne voit comme signe distinctif de cette forme d’organisation que « l’engagement visible » du dirigeant, ou plutôt du leader, dont le rôle se réduit à définir les objectifs et à concevoir une stratégie d’ensemble pour l’entreprise. On peut ajouter un autre rôle moins conventionnel, mais tout aussi important, qui contribue aussi au succès de l’organisation. Le leader doit imaginer une nouvelle histoire, un storytelling, selon les préceptes de la novlangue, que les travailleurs sont sommés d’intérioriser sous peine d’être exclus du destin ainsi dessiné. L’entreprise libérée ne représente, selon Danièle Linhart, qu’une énième version du management moderne. Les évolutions se font à la marge sans toucher à l’essentiel. Si les travailleurs sont libérés des moyens, il en est tout autre des finalités, qui restent l’apanage des patrons.

8Le dernier thème abordé est celui de l’épuisement du salariat. Malgré toutes les tentatives de modernisation, ce système n’arrive toujours pas à répondre aux aspirations des salariés. Il devient dès lors inutile d’essayer de nouveaux modèles. Le salut viendrait de l’ubérisation du marché du travail que les nouvelles technologies permettent aujourd’hui. Or, les témoignages liés à cette activité et remontant du terrain ne semblent pas concourir à une amélioration des conditions de travail. Le défi reste donc de démocratiser le lien de subordination, tout en préservant le modèle du salariat, qui offre les meilleures garanties pour la protection sociale. Or, pour les courants progressistes, le lien de subordination est concomitant au salariat et dissocier les deux peut entrainer des conséquences dommageables. L’auteure regrette amèrement que la gauche n’approfondisse pas cette question de manière plus constructive. En laissant les idées ultralibérales s’accaparer du débat médiatique, la gauche se prive de mettre à l’agenda une problématique qui concerne pourtant l’ensemble de la société. Et, préférant rester dans une posture défensive, elle s’abstient également de débattre de la question politique du travail.

  • 5 Linhart Danièle, « Préface », in Riposte. CTE, pour une réduction collective du temps d’emploi, Mon (...)

9Laissons le mot de la fin à Danièle Linhart qui, dans la préface d’un livre engagé5, insistait sur l’importance « d’une véritable lutte à mener au sein même de ce salariat pour faire renaître le travail, le véritable travail, fruit de la compétence et de la qualité de l’engagement des travailleurs ».

Haut de page

Notes

1 Linhart Danièle, La comédie humaine du travail, Toulouse, Érès, 2019 [2015].

2 https://journals.openedition.org/pistes/3045.

3 Rochefort Thierry, « L’amélioration des conditions de travail à l’épreuve du système français de relations professionnelle : La négociation de l’accord interprofessionnel de 1975 », Négociations, n° 19, 2013, p. 9-25.

4 Je citerai notamment deux ouvrages rédigés par les victimes de ce système délétère. Leurs témoignages stupéfiants dépassent les scénarios les plus fantaisistes que l’on pourrait imaginer pour décrire le monde du travail : Dervin Yonnel, Ils m’ont détruit. Le rouleau compresseur de France Télécom, Neuilly-sur-Seine, Michel Lafon, 2009 ; Talaouit Vincent, Ils ont failli me tuer, Paris. Flammarion, 2010.

5 Linhart Danièle, « Préface », in Riposte. CTE, pour une réduction collective du temps d’emploi, Mons, Éditions du Cerisier, 2017, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Abramowicz, « Danièle Linhart, L’insoutenable subordination des salariés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48448

Haut de page

Rédacteur

Simon Abramowicz

Je suis diplômé en sciences politiques et chercheur à l’Université libre de Bruxelles. Après vingt-cinq ans d’expérience dans la vie professionnelle, dont seize en tant que délégué syndical, je mène actuellement des recherches, dans le cadre d’un doctorat en sociologie, sur la manière dont les syndicats investissent la question du bien-être au travail. Je porte également un intérêt à d’autres disciplines des sciences sociales : l’économie, la psychologie et l’anthropologie. Père de trois enfants, je m’efforce de trouver un équilibre entre ma vie privée et ma vie professionnelle en ces temps de crise sanitaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search