Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Gabriel Segré, Là-haut sur La Col...

Gabriel Segré, Là-haut sur La Colline. Petite sociologie des publics d’un Théâtre national

Corentin Jan
Là-haut sur La Colline
Gabriel Segré, Là-haut sur La Colline. Petite sociologie des publics d'un Théâtre national, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales. Sociologie des arts », 2020, 304 p., préf. Emmanuel Wallon, ISBN : 978-2-343-19001-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression qu’emploie Emmanuel Wallon dans la préface qu’il consacre à l’ouvrage de Gabriel (...)
  • 2 Il s’agit de Marie Colombelle, Mariana Colo, Cyrielle Gandon, Gaelle Hilaire, Léa Lacuve, Cléa Lavo (...)

1Qu’est-ce que le public d’un théâtre ? Comment décrire sa composition sans écraser les pratiques individuelles des spectateurs et spectatrices ni perdre de vue la dynamique collective qui se déploie les soirs de représentation ? Comment, en somme, rendre compte de la « dialectique de l’individu et du groupe »1 propre aux spectacles théâtraux ? Telles sont les questions auxquelles Gabriel Segré s’emploie à répondre dans une vaste étude des publics du Théâtre national de la Colline à Paris. Le présent ouvrage reprend une enquête réalisée entre 2015 et 2016 à la demande de l’institution elle-même, après que la Cour des comptes avait souligné l’absence de travaux récents sur la question. Théâtre national fortement financé par l’État, la Colline est ainsi un lieu central de la politique théâtrale française et de la recherche d’un service public du théâtre, ce qui explique l’importance et l’intérêt d’une telle enquête. L’introduction de la monographie revient longuement sur le contexte de cette commande, à la réalisation de laquelle ont contribué des étudiantes du master 2 « conduite de projets culturels – connaissance des publics » de l’Université Paris Nanterre2.

  • 3 Voir Lahire Bernard, « Entre sociologie de la consommation culturelle et sociologie de la réception (...)

2Malgré les réserves exposées par l’auteur quant à la conciliation parfois difficile entre les demandes du théâtre et la démarche sociologique adoptée, l’ouvrage tâche de décrire le plus précisément possible les nombreuses facettes du public qui vient assister aux spectacles présentés à la Colline. Le travail se déploie ainsi autour d’une enquête quantitative sous la forme d’un long questionnaire, auquel ont répondu 300 spectateurs avant les représentations de trois spectacles de la saison 2015-2016, et d’une enquête qualitative réalisée au moyen d’entretiens semi-directifs avec vingt-et-un d’entre eux. En outre, une observation ethnographique des comportements collectifs et individuels à l’intérieur du théâtre vient compléter certaines conclusions. Les questions abordées témoignent d’une volonté d’aller au-delà d’une simple description de la composition socioprofessionnelle du public : les spectateurs se voient interrogés sur leur profil culturel, leur usage du Théâtre de la Colline, les représentations qu’ils s’en font et leur degré de satisfaction à l’égard tant de la programmation que des divers services proposés au sein du Théâtre national. Enfin, Gabriel Segré s’intéresse de près à la façon dont les spectateurs jugent les spectacles présentés. L’intérêt de l’ouvrage réside justement dans la complémentarité entre un niveau quantitatif à même de fournir les grandes lignes de la composition et des attentes du public et un niveau qualitatif qui vient compléter, complexifier, voire infirmer ces premiers résultats. La volonté de l’auteur est donc de concilier en une même enquête « sociologie de la consommation culturelle » et « sociologie de la réception », selon les deux pôles identifiés par Bernard Lahire3.

3L’analyse des résultats du questionnaire laisse penser de prime abord que les spectateurs de la Colline forment un public relativement classique d’institution culturelle publique. Les spectateurs sont principalement des spectatrices. Un tiers d’entre eux a moins de 25 ans, un tiers entre 30 et 60 ans, et un dernier tiers est composé de retraités et de personnes âgées. Parisien, le spectateur majoritairement représenté est un grand consommateur culturel qui associe un niveau de diplôme élevé à une appartenance aux catégories socioprofessionnelles supérieures. Son attachement à la Colline est souvent ancien : plus de la moitié des personnes interrogées fréquentent le théâtre depuis plus de dix ans et peu y viennent pour la première fois. Tous ces résultats correspondent certes à ceux observés dans d’autres établissements culturels, mais ce n’est pas là l’occasion pour l’auteur de constater avec désenchantement un nouvel échec des politiques de décentralisation et de diversification culturelles. D’autres points du questionnaire et surtout les entretiens permettent en effet de dresser un portrait plus fin et diversifié de ce public classique.

  • 4 Voir Peterson Richard, « Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectives », Socio (...)

4Deux profils se distinguent ainsi au fil des réponses des spectateurs. Reprenant les termes de Richard Peterson4, l’auteur qualifie « d’omnivores » ceux qui s’adonnent à des pratiques culturelles éclectiques et fréquentent assidûment théâtres, cinémas, galeries, musées, mais goûtent également à des formes moins savantes, tout en ayant par ailleurs souvent une pratique artistique amatrice. En parallèle semble se dégager un groupe solide « d’experts univores » dont la consommation culturelle est davantage consacrée au théâtre : ces derniers y sortent parfois plusieurs fois par semaine, ce qui les oblige à une forte organisation logistique, tant temporelle que financière. Ils se caractérisent souvent par une connaissance très grande du marché théâtral et une fréquentation diversifiée des scènes publiques de la région parisienne, soutenue parfois par des liens plus ou moins distants avec le monde du théâtre professionnel.

  • 5 Notamment Pasquier Dominique, « La sortie au théâtre. Réseaux de conseil et modes d’accompagnement  (...)

5À partir de ce constat, l’ouvrage met en lumière les différents aspects des pratiques de ces spectateurs assidus. La fréquentation de la Colline se fait sur le mode de la confiance envers les choix de programmation : si certains choisissent de suivre le parcours d’artistes dont ils connaissent le travail, beaucoup, abonnés ou non, acceptent de découvrir des spectacles qui les décevront peut-être. Dans la lignée des analyses souvent citées de Dominique Pasquier5, une attention particulière est consacrée aux sociabilités entre les spectateurs, des recommandations de spectacles par des proches à la sortie au théâtre solitaire, en couple, en famille ou entre amis, en passant par le plaisir, évoqué ou dénié par les interrogés, d’échanger après la représentation sur le spectacle vu en commun. Le rapport aux autres spectateurs est ainsi essentiel et constitue une part primordiale d’une expérience artistique qui ne saurait se limiter au moment de la représentation.

6Si l’enquête révèle de grandes homogénéités dans le public et sa perception, très positive, de la Colline, elle met en lumière quelques singularités qui offrent une image plus complexe de l’assemblée théâtrale en présence. Il en va ainsi de certaines pratiques et de certains goûts : d’aucuns peuvent tout à fait venir seuls ; d’autres n’envisagent la sortie au théâtre qu’accompagnés. Les uns ne semblent pas supporter les manifestations de la présence du public lors du spectacle (toussotements, sorties peu discrètes…) ; les autres ont besoin de la ressentir. Certaines représentations qu’ont les spectateurs du théâtre de la Colline révèlent également des différences importantes : parfois jugée difficile d’accès et pointue, la programmation du théâtre semble pour d’autres accessible au grand public. Mais ces divergences font apparaître un public moins clivé que divers dans certaines de ses pratiques et représentations.

7Enfin, Gabriel Segré n’hésite pas à s’engager dans la voie d’une étude de la réception artistique du public de la Colline, dont il reconnait qu’elle est « le point aveugle des études sociologiques sur le théâtre » (p. 252) : malgré les difficultés parfois rencontrées par les spectateurs à la mise en mot de leur expérience, cette dernière se laisse appréhender au détour des discussions. Les entretiens et l’observation ethnographique montrent que le plaisir des spectateurs se bâtit collectivement : les rassemblements entre amis avant la représentation, les comportements collectifs au moment du spectacle et les discussions sur ce qui vient d’être vu y participent tout autant que l’œuvre elle-même. De plus, le regard du public se fait plutôt bienveillant quand il s’agit de décrire ce qu’on a pensé de la représentation et il n’est pas rare que l’absence de plaisir soit décorrélée du jugement sur la qualité artistique : les spectateurs du théâtre disent ainsi venir pour être plus déstabilisés et perturbés que divertis et directement conquis, quitte à finalement s’ennuyer.

8En comparant de tels jugements à ceux, recueillis ou entendus, concernant un théâtre privé plus facilement déprécié et qualifié de commercial, Gabriel Segré conclut à une légitimité culturelle très forte des formes théâtrales présentées à la Colline. Le public du Théâtre national se veut volontiers ascète et respectueux du travail artistique qui y est présenté. Conjugué à la composition socioprofessionnelle mise en lumière par le questionnaire, ce constat semble confirmer une persistance des modes de consommation du théâtre public. Mais il ne s’agit pas uniquement pour l’auteur de formuler un bilan désabusé. Là-haut sur la Colline, par la diversité des approches du public qu’il propose, a en effet le grand mérite de fournir une image complexe de ce dernier. C’est là l’intérêt de cette enquête centrée sur un théâtre où se déploient la variété et la constance des pratiques spectatorielles contemporaines, et dont il est impossible ici de rapporter exhaustivement la très grande richesse des résultats.

Haut de page

Notes

1 Selon l’expression qu’emploie Emmanuel Wallon dans la préface qu’il consacre à l’ouvrage de Gabriel Segré (p. 13).

2 Il s’agit de Marie Colombelle, Mariana Colo, Cyrielle Gandon, Gaelle Hilaire, Léa Lacuve, Cléa Lavot, Louna Lecomte, Solène Mannant, Noémie Maurin-Gaisne, Aphrodite Michel, Elsa Pontette, Hannah Ramuz, Rebecca Raverdel et Elisabeth Roullaud.

3 Voir Lahire Bernard, « Entre sociologie de la consommation culturelle et sociologie de la réception culturelle », Idées économiques et sociales, n° 155, 2009, p. 6-11, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2009-1-page-6.htm.

4 Voir Peterson Richard, « Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectives », Sociologie et Sociétés, vol. 36, n° 1, 2004, p. 145-164, disponible en ligne : https://id.erudit.org/iderudit/009586ar.

5 Notamment Pasquier Dominique, « La sortie au théâtre. Réseaux de conseil et modes d’accompagnement », Sociologie, vol. 3, n° 1, 2012, p. 21-37, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-sociologie-2012-1-page-21.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corentin Jan, « Gabriel Segré, Là-haut sur La Colline. Petite sociologie des publics d’un Théâtre national », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 avril 2021, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48461

Haut de page

Rédacteur

Corentin Jan

Doctorant en études théâtrales et germaniques à la Sorbonne Nouvelle (EA 4223, Centre d'études et de recherches sur l'espace germanophone) et à la Ludwig-Maximilian-Universität de Munich (DFG-Forschungsgruppe Krisengefüge der Künste).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search