Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir....

Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe

Sofia Aouani
Se ressaisir
Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir. Enquête autobiographique d'une transfuge de classe féministe, Paris, La Découverte, coll. « L'envers des faits », 2021, 431 p., ISBN : 978-2-348-04503-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Noiriel, « Journal de terrain, journal de recherche et auto-analyse. Entretien avec Florence (...)

1La publication de l’ouvrage de Rose-Marie Lagrave, ancienne directrice d’études à l’EHESS, dans la collection « L’envers des faits » de La Découverte pourrait paraître surprenante. En effet, intitulé Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, le livre relève a priori d’un genre particulier, l’ego-sociologie, qui s’appuie rarement sur une enquête en bonne et due forme. Or, c’est bien ce que fait Rose-Marie Lagrave ici. Si l’autrice se prend elle-même pour objet de son livre, mobilisant notamment ses souvenirs, elle ne sacrifie rien aux méthodes de recherche traditionnellement utilisées en sociologie pour comprendre et expliquer sa forte ascension sociale. Photographies, lettres, carnets, agendas maternels, archives personnelles et administratives, entretiens réalisés avec ses frère et sœurs, ses enfants et les enfants de ses ancien·nes instituteur·rices constituent la toile de fond de l’ouvrage. Pour saisir sa position sociale aujourd’hui et sa trajectoire d’ensemble, Rose-Marie Lagrave mène l’enquête, reprenant les perspectives ouvertes par Florence Weber qui expliquait que « trouver la place qu’occupe quelqu’un (même s’il s’agit de soi-même), c’est souvent découvrir le point de croisement des différents points de vue, socialement situés, sur cette personne. Même si ce point d’intersection n’existe pas, n’a pas de réalité, n’est jamais opérant »1. C’est donc par rapport à ses parents, aux douze membres de sa fratrie (dont deux sont décédés en bas âge, deux autres au moment de l’enquête), à ses ancien·nes camarades de classe, enseignant·es, collègues de travail et camarades militant·es, à son ex-conjoint, à ses enfants et à ses étudiant·es que Rose-Marie Lagrave conduit ce travail d’auto-analyse vertical.

  • 2 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’Agir Éd, 2004.

2Un énième récit de transfuge de classe, donc ? Non. Outre la méthode, c’est tout simplement, et ce n’est pas peu de choses, par l’originalité de ses caractéristiques sociales et de son milieu d’origine que Rose-Marie Lagrave se distingue de celles d’autres sociologues transfuges de classe. Onzième enfant de la fratrie, elle est née en 1944 dans une famille nombreuse, rurale, mais ni ouvrière ni paysanne, « pauvre mais jamais misérable » (p. 14), située à droite de l’échiquier politique et où le catholicisme rigoriste occupe une place importante. Elle grandit en tant que fille dans cet univers social. D’une part, ce dernier élément est décisif dans sa trajectoire. D’autre part, Rose-Marie considère que sa prise en compte est importante dans la compréhension et dans le renouvellement de l’analyse des grandes mobilités sociales. L’auteure parle de « cécité analytique » (p. 17) de la part des « hommes universitaires [qui] n’ont pas, sauf exception, à faire retour sur eux en tant qu’individus genrés » (p. 16). Se mettre en récit, penser son ascension sociale et s’affirmer comme « je » – et par là se distinguer d’Annie Ernaux, à laquelle l’auteure s’affilie volontiers – sont pourtant autant d’opérations influencées par le genre. Rose-Marie Lagrave souligne ainsi les paradoxes d’une réflexivité assumée et brandie comme une garantie des recherches. L’auteure remarque d’ailleurs que l’autoanalyse, lorsqu’elle met en évidence une origine sociale populaire, peut être constituée comme capital symbolique et militant mais que les injonctions à procéder à une telle démarche sont différenciées selon le genre. Loin de la perception bourdieusienne du transfuge de classe miraculé ou miraculeux2, Rose-Marie-Lagrave affirme au contraire : « je me déclare non méritante, n’en déplaise à certains jugements m’affublant encore de ce qualificatif » (p. 194).

  • 3 Rose-Marie Lagrave, « Se ressaisir », Genre, sexualité et société, no 4, 5 décembre 2010.

3Ce travail, retardé jusqu’à la retraite, d’abord envisagé sur son frère aîné Claude, autiste, essayé dans un article homonyme3, sollicité par Paul Pasquali, débute sur des appréhensions et hésitations. L’écriture soignée et argumentée retraduit tout du long l’anxiété, fidèle compagne de Rose-Marie Lagrave. Le récit est organisé de manière chronologique. L’auteure examine ses manières d’être, ses perceptions d’elle-même et des autres. Elle restitue les décisions prises par elle-même, ses parents et les membres de sa fratrie qui ont forgé sa position actuelle par une succession d’états et de configurations sociales plus ou moins ouvertes au changement. Dans la première partie de l’ouvrage, elle pose le cadre familial marqué par une mobilité sociale de ses parents contrariée par le contexte de la Seconde Guerre mondiale et la maladie de son père atteint de tuberculose. Cette dernière déclenche le départ des sept premiers enfants de la région parisienne, vers l’Aveyron paternel dans un premier temps puis vers la Normandie où l’auteure a grandi. Le licenciement du père de Rose-Marie Lagrave, alors employé, met son foyer en difficultés financières. L’éloignement géographique de la famille, conséquence d’un déclassement économique et social, est compensé par la conversion du capital scolaire et culturel parental dans l’espace villageois désormais occupé. Rapporté à cette configuration, la chute est amortie. À travers des descriptions serrées, Rose-Marie Lagrave montre comment les savoirs, savoir-être et savoir-faire de son père, acquis au séminaire, et ceux de sa mère, acquis lorsqu’elle était gouvernante auprès d’une famille bourgeoise parisienne, imprègnent les rapports au voisinage de la famille comme son éducation et celle de ses frères et sœurs. Les agendas de la mère de l’auteure sont par exemple une porte ouverte d’une part sur le travail minutieux réalisé au quotidien pour assurer la subsistance du foyer et, d’autre part, sur le travail continu de dissimulation par un entretien des apparences. Le dressage des corps et le catholicisme panoptique sont les deux matrices éducatives du couple dont le frère aîné est une illustration parfaite. Pour les autres, elles trouvent des affinités avec le cadre scolaire. Et ces manières d’être raisonnent encore aujourd’hui tandis qu’on entend la litanie du père qui assène « je te le ferai passer ton faux orgueil ». L’inculcation, quotidienne et brutale, du sens du travail et du respect des règles produit chez Rose-Marie Lagrave et ses frère et sœurs l’incorporation d’une culpabilité forte et d’une répression de soi qui les fait briller auprès des instituteur·trices par leur discipline. La fratrie, pensée de manière indifférenciée, réussit scolairement : sept enfants sur onze entrent au lycée dans un contexte où l’inscription et l’obtention du certificat d’études primaires restent rares. Le salut jusque dans l’école, donc ? Pas tout à fait puisque l’école produit également ses effets par un élargissement du champ des possibles et conduit Rose-Marie Lagrave à quitter le cadre familial pour Caen. C’est finalement au lycée qu’elle expérimente, pour la première fois à son détriment, l’écart de condition sociale avec ses camarades. On plonge dans une époque, celle d’un lycée non mixte avec son internat et ses surveillantes, la directrice et les enseignantes qui servent de modèles, les premières amitiés et inimitiés, les hontes aussi. Mais les sœurs de Rose-Marie Lagrave ayant ouvert la voie avant elle, le lycée apparait aussi à l’autrice comme une étape décisive mais intermédiaire avant un ailleurs plus souhaitable : Paris.

4Dans la deuxième partie surgissent les vicissitudes de sa vie étudiante parisienne, parmi lesquels le travail salarié, le parcours universitaire jusqu’à son entrée en thèse, la découverte des lieux et du goût culturels, aujourd’hui très bien maîtrisés. L’air de rien, Rose-Marie Lagrave produit de cette manière une forme de socio-histoire de l’espace universitaire d’alors perçu successivement par une étudiante, apprentie-sociologue, puis doctorante mère de deux enfants qui « voudrait en être ». Elle est ainsi confrontée à l’affaiblissement du Centre de sociologie rurale de l’EHESS qu’elle intègre dans les années 1970, duquel elle prend ses distances par une succession de réorientations au sein desquels le Centre de sociologie européenne occupe une place de choix. Rose-Marie Lagrave a finalement fait toute sa carrière à l’EHESS. Elle prend d’abord en charge pendant une vingtaine d’années le bureau des relations internationales : mandatée pour défendre les intérêts de l’institution à l’étranger, elle convertit dans cette entreprise ses dispositions de classe, de genre et religieuse (p. 250 et suivantes). C’est à son dévouement à l’institution, qui n’empêche pas qu’elle émette des critiques, que Rose-Marie Lagrave estime devoir sa nomination comme directrice d’études à l’École où elle participe à la création d’un master mention Études de genre, aujourd’hui largement reconnu. Elle nous fait entrer par la petite porte des arrangements, négociations et intérêts de l’institution du point de vue d’une de ses travailleuses. On peut regretter que les rapports qu’entretient Rose-Marie Lagrave à son cercle familial et à sa fratrie soient ici peu évoqués. Cela permettrait peut-être d’expliquer pourquoi, ayant continué de fréquenter activement sa famille, elle n’a pas éprouvé d’écartèlement entre deux univers socialement distants.

5La troisième partie solde la consécration de l’autrice puisque c’est au terme de sa carrière, au moment du passage à la retraite, qu’elle éprouve une fois pour toutes que « la bascule d’une classe à l’autre a toutes les chances de devenir irréversible » (p. 21). Ses enfants devenus adultes confirment d’ailleurs la pente de la trajectoire maternelle. Et pourtant, son vieillissement biologique et social est une épreuve pour celle qui a consacré une grande partie de sa vie à travailler de manière acharnée. Elle encourage d’ailleurs les chercheur·ses féministes à constituer le vieillissement en véritable objet d’étude.

  • 4 Julie Pagis et Paul Pasquali, Mobilités sociales, Politix, n°114, 2016/2.

6Cet ouvrage est une invitation à une prise en compte systématique du temps et des échelles dans l’observation du monde social. Rose-Marie Lagrave se ressaisit en même temps qu’elle ressaisit les univers multiples qu’elle a parcouru. C’est aussi ce qui permet de comprendre à chaque fois par rapport à quelles échelles et quelles figures de légitimité elle se positionne. De cette façon aussi, Rose-Marie Lagrave montre qu’au-delà de l’amplitude, de la vitesse et du sens du déplacement vécu, les positions sociales occupées s’incarnent dans des registres langagiers, des décors, des expressions et des non-dits que l’enquête permet parfois de révéler. Enfin, elle engage une réflexion par l’exemple sur la notion de mobilité sociale réconciliant approches en termes de petites4 et très grandes mobilités y compris au sein de l’institution scolaire. Un ouvrage qui, en somme, mérite bien qu’on s’en saisisse.

Haut de page

Notes

1 Gérard Noiriel, « Journal de terrain, journal de recherche et auto-analyse. Entretien avec Florence Weber », Genèses, vol. 2, no 1, 1990, p. 142‑143.

2 Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’Agir Éd, 2004.

3 Rose-Marie Lagrave, « Se ressaisir », Genre, sexualité et société, no 4, 5 décembre 2010.

4 Julie Pagis et Paul Pasquali, Mobilités sociales, Politix, n°114, 2016/2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofia Aouani, « Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 avril 2021, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48494

Haut de page

Rédacteur

Sofia Aouani

Doctorante en sociologie à l’Université Grenoble-Alpes (laboratoire Pacte).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search