Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2021Diana Mishkova, Beyond Balkanism....

Diana Mishkova, Beyond Balkanism. The Scholarly Politics of Region Making

Svetlana Dimitrova
Beyond Balkanism
Diana Mishkova, Beyond Balkanism. The Scholarly Politics of Region Making, London, Routledge, col. « Routledge Borderlands Studies », 2020, 292 p., ISBN : 9780367666088.
Inicio de página

Texto completo

1Les Balkans sont devenus l’objet d’une importante littérature qui s’attache à déconstruire l’image créée par l’Occident. En mettant l’accent sur les représentations populaires, ces études se basent sur des fictions littéraires et cinématographiques, textes journalistiques, récits de voyageurs, documents politiques et diplomatiques, etc. Ainsi, le balkanisme scientifique semble moins exploré. L’historienne Diana Mishkova se donne donc comme objectif de proposer « une reconstruction historique des visions sur les Balkans qui ont émergées des pratiques discursives académiquement fondées et des usages politiques » (p. 3). Ces représentations « régionalistes » locales, dans leurs imbrications avec les visions scientifiques extérieures, sont au centre de l’analyse.

2L’ouvrage suit une présentation chronologique. Le propos s’ouvre avec le XIXe siècle, quand les premières occurrences de l’idée des Balkans dans les travaux de scientifiques austro-hongrois, allemands, britanniques, russes, français et américains désignent des réalités disparates et des géographies variables (chapitre 1). Ce récit nous mène à l’origine de l’émergence des Balkans comme entité géopolitique séparée. La « question d’Orient » devient un canevas pour l’expression des positions politiques ; les Balkans prennent les contours d’un espace de possibles dans les orbites de la civilisation européenne (p. 33). Ancrées dans leur époque, les positions scientifiques reflètent non seulement les concurrences entre différents pays et centres de pouvoir mais aussi les luttes propres à l’établissement des institutions scientifiques en Europe. Les études slaves et les études ottomanes positivistes de l’Europe « centrale », surtout de langue allemande et hongroise, représentent l’antécédent de la genèse du balkanisme académique. Ainsi, par exemple, Konstantin Jiřeček, philologue slaviste austro-hongrois, après son séjour en tant que haut fonctionnaire au gouvernement de Bulgarie, s’installe à Vienne où il enseigne l’histoire des Slaves du Sud et devient l’un des pères fondateurs de la balkanologie (ou des études balkaniques). Ses préférences politiques pour le conservatisme et l’élitisme ont aussi contribué à la création d’un « balkanisme péjoratif comme acte d’identification avec la carte épistémologique et libérale de la modernité » (p. 13). Dès le premier chapitre, l’analyse de Mishkova se montre attentive aux multiples connexions entre les différentes géographies académiques, systématiquement nuancées, et affirme sa volonté de dépasser l’opposition Est-Ouest.

3La conceptualisation des Balkans comme espace historico-culturel est parachevée par les processus simultanés de l’institutionnalisation des sciences humaines et de la « nationalisation des sciences » à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle (chapitre 2). Les promoteurs locaux des études balkaniques s’inspirent des approches comparatistes en linguistique, géographie, folklore, ethnographie, ethnopsychologie, déjà implantées en Occident à l’époque. Paradoxalement, ces usages ont tourné en unification de caractéristiques structurelles d’une région « spécifique ». Ainsi, l’historien bulgare Ivan Chichmanov plaide pour une « histoire connectée » des identités collectives, car la connaissance de l’histoire nationale implique la connaissance de l’histoire régionale. Le national et le régional s’avèrent inhérents à la même orientation intellectuelle. L’auteure analyse les discours « régionalistes » d’Ivan Chichmanov, Jovan Cvijić et Nicolae Iorga, parmi d’autres. Ainsi, le géographe Jovan Cvijić mobilise l’ethnopsychologie pour décrire des types et des zones de civilisation à l’intérieur d’une « mentalité balkanique » de la péninsule. Ses arguments scientifiques entrent en résonnance avec des arguments politiques. À l’époque, la Serbie était censée devenir le centre de gravité pour les Slaves de l’Europe, ainsi qu’une frontière face à l’expansion allemande à l’Est.

4Dans la période de l’entre-deux-guerres, les projets académiques autour du balkanisme se développent dans la direction de l’ethnopsychologie qui accentue la mentalité nationale et régionale (chapitre 3). Les différentes trajectoires montrent les usages des schémas transnationaux afin de renforcer le nationalisme ethnoculturel. Comme pendant la période précédente, les projets régionaux sont subordonnés à des agendas géopolitiques. Ces projets « autochtones » sont analysés dans leurs connexions avec les entreprises de recherche sur les Balkans « externes » à la région (chapitre 4). La recherche en France sur la région, tout comme sur l’Empire ottoman précédent, suit de près les actions politiques. À cette époque, la géographie humaine et politique gagne de l’importance dans le monde universitaire. Intéressées par les relations entre l’État, la nation et le territoire unifié, les sciences sociales manifestent une hostilité envers les empires multinationaux ; les scientifiques apportent leur expertise pour la création d’États-nations suivant le modèle français. L’idée d’une confédération d’États balkaniques rencontre un intérêt en France pour bloquer l’expansion allemande et russe. Dans la Géographie universelle de Paul Vidal de la Blanche, les Balkans figurent comme « Europe périphérique », distincte de l’Europe de l’Est et de l’Europe Centrale. Les sciences sociales de cette époque n’ont pas réussi à transformer la région en cadre d’analyse porteur (p. 107). Entre 1934 et 1950, les Balkans disparaissent de la littérature académique de langue française. L’imaginaire de la culture populaire associe la région avec quelques lieux communs : l’identité byzantine-orthodoxe, l’héritage ottoman et les connexions orientales, le retard par rapport à la modernité. Ces traits sont ici évoqués pour discuter la juxtaposition des discours académiques occidentaux.

5Dans le contexte de la division après la deuxième guerre mondiale, les Balkans disparaissent comme objet du paysage scientifique. Les scientifiques locaux doivent jongler avec des discours de l’internationalisme, du nationalisme et du régionalisme, parfois simultanément (chapitre 5). La carte des affiliations géopolitiques divise les pays en trois catégories (membres de l’OTAN, membres du Pacte de Varsovie et non-alignés). À partir des années 1960, nombre d’initiatives ré-institutionnalisent les « études des Balkans et du sud-est européen » comme une sous-catégorie dans une autre aire d’étude, celle de l’« Europe de l’Est », et remettent à l’ordre du jour le positionnement des Balkans par rapport à l’agenda réactualisé de la modernisation, le retard et l’européanisation (« old wine in new bottles », p. 152). Les instituts d’études balkaniques et du sud-est européen, créés un peu partout dans la région à cette époque, sont promus comme des unités interdisciplinaires ; en réalité, c’est l’histoire qui y domine. Contrairement à ce qui se passe dans les aires culturelles » naissant « à l’Ouest », les autres sciences sociales (économie, sociologie, sciences politiques, anthropologie) sont pratiquement absentes. Les études historiques sur le «sud-est européen » restent centrées sur cas nationaux. La marginalisation des sciences sociales empêche ainsi les scientifiques de sortir du métanarratif sur les Balkans (continuité et culture autochtone), de dépasser la fonction « auxiliaire » des Balkans et de s’inscrire dans un horizon méthodologique plus transversale (p. 171).

6Pendant la Guerre froide, en dehors de la région, les termes « Balkans » et « Europe du sud-est » n’avaient plus de référent significatif dans la littérature scientifique (chapitre 6). Au cours des années 1950-1960, les études politiques aux USA recouraient rarement au terme très connoté de Balkans. Le territoire des études de l’est européen était celui des études comparatives du communisme et des sciences sociales (sciences politiques, économie, sociologie). Dans une perspective diachronique, ces pays sont principalement abordés comme un prototype du Tiers monde « agraire » et « retardé ». À partir des années 1970-1980, nombre d’études comparatives en USA et Grande Bretagne se concentrent sur l’histoire économique. La notion de « périphérie » continue d’être centrale. Les variantes régionales du fascisme ou communisme sont associées à des particularités politiques qui peuvent remonter au Moyen Âge. Le consensus scientifique se construit autour du « retard sur la modernisation » qui contribue à la stabilisation d’une identité, analyse l’auteure, en référence aux « concepts antonymes asymétriques » de Reinhart Koselleck.

  • 1 Ainsi, Pierre George sépare les pays du nord (Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie et Roumanie) et les (...)
  • 2 Pour situer la création de cette « aire » dans le contexte français plus large, voir : Ioana Popa, (...)

7En France, l’intérêt pour les Balkans, disparu après la deuxième guerre mondiale, réapparaît au cours des années 1970-1980. Jusqu’à cette époque, les langues et l’ethnographie des Balkans sont présentes à l’Institut d’études slaves et à l’INALCO, tandis que les compétences des études sur Byzance, la Turquie et le communisme sont déléguées à d’autres institutions. Tout comme avant la guerre, la fusion entre la géographie humaine et l’histoire continue de caractériser la science sur cette région en France. La littérature géographique reflète le manque de consensus au sujet de critères du découpage régional et de la terminologie1. L’expression « sud-est européen » n’était pas utilisée avant les années 1970, quand Georges Castellan a créé le Centre d’études des civilisations de l’Europe centrale et du sud-est. La situation en France fait contraste avec celle des pays anglo-saxons : les études de cette « aire » du sud-est européen se retrouvent séparés dans un espace entièrement occupé par la géographie et l’histoire et duquel les sciences sociales sont absentes (p. 202)2.

  • 3 Maria Todorova, Imagining the Balkans, New York, Oxford University Press, 1997 (traduit en français (...)

8Au cours de la période après 1989 (chapitre 7), dans le contexte des guerres de Yougoslavie, les Balkans deviennent un « concept symbolique ». Le discours « balkanique » se renforce, en lien avec la légitimation des vagues d’élargissement de l’Union européenne. Ces nouveaux « engagements » avec la région ont été mis à l’épreuve par la sociologie et la géographie critique (à la suite des sociologues français Henri Lefebvre et Pierre Bourdieu, entre autres) et les théories postcoloniales (à la suite d’Edward Saïd) qui ont démontré le caractère construit, arbitraire et hiérarchisant de la délimitation régionale, à partir des années 1990. Les études critiques de ce courant, attentives aux politiques des représentations et la « colonisation narrative » auxquelles les études sur les Balkans ont participé, ont été conceptualisées aux États-Unis et au Royaume-Uni, où elles ont acquis la réputation de New Balkans Studies » (p. 214). Le livre Imagining the Balkans de Maria Todorova, largement traduit et discuté dans toutes les régions, devient une référence3. Ce changement épistémologique avait pour objectif de libérer le concept des Balkans de son essentialisation et de ses interprétations erronées. Il a abouti à une autre interrogation : comment les « études balkaniques » et la région pourraient-elles rester des catégories utiles, vu le caractère « inventé » du concept et ses usages politiques (p. 215). Après l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’Union européenne en 2007, la pertinence politique et l’intérêt scientifique des Balkans décroît d’une manière drastique. L’UE recourt à une nouvelle catégorisation – les pays-candidats à l’adhésion seront labélisés « Balkans de l’Ouest ». Les scientifiques se retrouvent devant un nouveau risque.

9À la fin de son analyse, l’auteure revient sur l’intérêt euristique de sa méthode : étudier le « balkanisme académique » contribue aux débats sur la création d’espaces et de régions historiques (p. 5) mais invite aussi à une réflexion sur les catégories d’analyse. Et si ces catégories s’avèrent « flexibles » et « sensibles », elles impliquent d’autant plus la responsabilité et l’imagination des scientifiques.

10En mobilisant des sources en plusieurs langues, l’ouvrage éclaire les discours scientifiques « locaux » qui restaient « périphériques ». Le livre fait une démonstration de la méthode : c’est dans une perspective transnationale et relationnelle qu’il devient possible de saisir divers projets politiques et académiques nationaux, régionaux, internationaux, et de d’observer comment ils émergent, se rencontrent, s’influencent, se connectent, se heurtent… Pour comprendre les réalités socio-historiques, il est utile de connaître les multiples connexions transnationales et les conditions qui les rendent possibles. Dans cette optique, les conflits ne se réduisent pas à une confrontation dualiste « Est-Ouest ». Le propos alterne des visions « intrarégionales » et les représentations « extrarégionales ». Si la méthode employée réussit à convaincre, serait-elle adaptée à l’étude de réalités autres que les savoirs « savants » ? On aimerait aussi en savoir plus sur des études en langue grecque et turque. Le livre s’adresse aux chercheurs mais peut, par sa méthode, intéresser tous ceux qui travaillent sur l’implication des sciences dans la production de régions et « aires » ou sur les relations entre le monde académique et le politique. Il peut encore être utile à tous ceux qui partagent la conviction que la réflexion sur les frontières des objets en sciences sociales est un impératif tant scientifique que pédagogiques et éthique.

Inicio de página

Notas

1 Ainsi, Pierre George sépare les pays du nord (Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie et Roumanie) et les pays du sud (Bulgarie, Yougoslavie et Albanie), en mettant la Grèce et la Turquie dans une autre catégorie ; au même moment, André Blanc inclut la Yougoslavie, la Grèce, la Bulgarie et la « Trace de Turquie » dans sa Géographie des Balkans, et exclut la Roumanie, tout en résumant que les Balkans représentent « plus un problème qu’une région ».

2 Pour situer la création de cette « aire » dans le contexte français plus large, voir : Ioana Popa, « L’attrait d’un label souple. Les “aires culturelles” au prisme des programmes d’enseignement supérieur français après la Seconde Guerre mondiale », Revue d'anthropologie des connaissances, vol. 13, n° 1, 2019, p. 113-145 ; Ioana Popa, « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires. La 6e section de l’EPHE et les études sur l’espace russe, soviétique et est-européen », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 210, 2015, p. 60-68.

3 Maria Todorova, Imagining the Balkans, New York, Oxford University Press, 1997 (traduit en français : L’imaginaire des Balkans, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Svetlana Dimitrova, « Diana Mishkova, Beyond Balkanism. The Scholarly Politics of Region Making  », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 12 abril 2021, consultado el 16 junio 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48498

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search