Skip to navigation – Site map

HomeContentsLes comptes rendus2021David Harvey, Les limites du capital

David Harvey, Les limites du capital

Pierre Le Brun
Les limites du capital
David Harvey, Les limites du capital, Paris, Amsterdam Editions, series: « Lignes rouges », 2020, 640 p., trad. Nicolas Vieillescazes, préf. Cédric Durand, ISBN : 9782354801991.
Top of page

Full text

1La traduction en français des Limites du capital était très attendue. Paru en 1982, cet imposant ouvrage est reconnu comme la grande synthèse conceptuelle de la radical geography et du matérialisme historico-géographique. David Harvey y élabore une théorie des crises du mode de production capitaliste à partir des pistes proposées par l’auteur du Capital. L’ambition du livre est double : restituer la cohérence et la portée des travaux de Marx, et la prolonger des dimensions temporelles et spatiales du processus d’accumulation. Les « limites » sont donc autant celles de l’ouvrage de Marx que du mode de production capitaliste.

  • 1 Si le Capital constitue de loin la principale référence de Harvey, les Grundrisse et les Théories d (...)
  • 2 Les travaux de Manuel Castells, Henri Lefebvre, Alain Lipietz et Christian Topalov sont cités à plu (...)

2Les Limites du capital sont un ouvrage de théorie pure, élaboré à partir d’un vaste travail de lecture et d’interprétation des travaux de Marx1 et de ses exégètes anglophones et francophones2. Dans la continuité de Marx, David Harvey organise son propos de façon dialectique. Il consacre les sept premiers chapitres à la clarification de la théorie des crises à laquelle serait parvenu Marx au terme des trois volumes du Capital. Dans la seconde partie de l’ouvrage, il entreprend une formalisation systématique de certaines pistes laissées par Marx à l’état d’esquisse. Il défend l’idée que le système de crédit d’une part, et l’expansion géographique des forces productives d’autre part, constituent deux mécanismes capables de repousser temporairement les contradictions identifiées par Marx au sein du mode de production. Ni l’un ni l’autre ne constituent pour autant des antidotes définitifs à la suraccumulation : « si le rapport fondamental reste inchangé, les contradictions sont simplement déplacées et recréées sur un plan différent. » (p. 415).

  • 3 Voir notamment : Harvey David, « Afterthoughts on Piketty's Capital in the Twenty-First Century », (...)

3Les chapitres 1 à 4 présentent les différentes composantes de l’accumulation et de la circulation du capital identifiées par Marx, et clarifient les relations qui les unissent. À rebours de la majorité des travaux d’économie, David Harvey rappelle que le capital se définit comme un rapport social guidé par l’impératif d’accumulation et non comme une chose plus ou moins inégalement distribuée3. Il souligne le caractère historique du mode de production capitaliste et de la définition de la valeur retenue par Marx pour en rendre compte : « le temps de travail socialement nécessaire n’est l’étalon de la valeur que dans la mesure où sont apparus un mode de circulation capitaliste et un mode de production capitaliste » (p. 85). Cette théorie de la valeur est nécessaire pour montrer que l’accumulation repose, dans la sphère de la production marchande, sur l’extraction de survaleur via l’exploitation des travailleurs (chapitre 1). L’étude de la distribution des valeurs et des moyens de production d’une part (chapitre 2) et de la consommation d’autre part (chapitre 3) permet à David Harvey d’identifier un certain nombre d’obstacles à la circulation du capital, susceptibles de déséquilibrer le processus d’accumulation. Le changement technologique joue également un rôle ambigu (chapitre 4) : nécessité coûteuse pour les capitalistes individuels, il contribue, sur le plan collectif, à diminuer le taux de profit par l’augmentation de la composition-valeur du capital.

  • 4 Le capital par action constitue une forme de capital dévalorisée en elle-même. Il est rémunéré par (...)
  • 5  « Tout ce qu’on puisse affirmer avec une absolue certitude, c’est que Marx considérait son exposit (...)

4À partir de ces premiers éléments, David Harvey synthétise le modèle de l’accumulation proposé par Marx et en tire une théorie des crises dite « première mouture ». L’étude des mutations de l’organisation de la production depuis la fin du XIXe siècle (chapitre 5) permet d’interpréter « toute l’histoire des transformations organisationnelles sous le capitalisme […] comme une progression dictée par l’effort de perfectionner le fonctionnement de la loi de la valeur » (p. 220), c’est-à-dire en particulier de favoriser l’égalisation des taux de profit entre firmes et entre secteurs. Ce processus historique aboutit à ce qui constitue le cœur du modèle d’accumulation esquissé par Marx dans le livre 3 du Capital : la baisse tendancielle du taux de profit (chapitre 6). Celle-ci engendre un déséquilibre entre la masse toujours plus importante de capital en circulation et le nombre réduit de débouchés rentables dans lesquels il peut s’investir. Cette situation ne peut être résolue que par une dévalorisation d’une partie du capital, qui peut elle-même prendre deux formes inégalement brutales. La « dévalorisation constante » (p. 270) peut d’abord être entretenue par la centralisation du capital (l’absorption des petits producteurs par les plus gros), l’accroissement du capital par action4 ou le recours aux aides d’État. Lorsque ces mécanismes se révèlent insuffisants, la dévalorisation prend la forme d’une crise économique. Cette théorie « première mouture » (chapitre 7) permet donc d’attribuer les crises du capitalisme non à des perturbations contingentes et exogènes mais bien à l’instabilité intrinsèque du processus d’accumulation. Elle souligne en outre que toute crise économique doit se comprendre comme une crise de suraccumulation. Fondée sur des postulats très restrictifs, cette première mouture appelle, pour David Harvey, son propre dépassement5.

5Les chapitres 8 à 10 sont ainsi consacrés à l’élaboration d’une théorie « deuxième mouture », qui intègre la dimension temporelle de la circulation du capital. L’accumulation, montre David Harvey, repose sur la production de capital fixe, c’est-à-dire d’infrastructures et d’équipements (chapitre 8). Le capital fixe constitue à la fois une soupape de l’accumulation (en tant que débouché pour le capital suraccumulé), un levier pour celle-ci (la production et l’échange sont facilités par l’utilisation de bâtiments, de routes, etc.), mais aussi une entrave à la circulation du capital (le capital fixe est difficile à déplacer). Le caractère à la fois nécessaire et contraignant du capital fixe pose la question de son mode de financement. Il permet à David Harvey de souligner le caractère nécessaire du système de crédit, sorte de « système nerveux central qui régule le mouvement du capital » (p. 356), c’est-à-dire qui coordonne dans le temps les activités des capitalistes (chapitre 9). Il organise pour cela une circulation du capital sous la forme d’argent, en partie déconnectée de la circulation de la valeur sous la forme de marchandises. Le système de crédit suppose en effet de produire du capital fictif, c’est-à-dire un capital qui renvoie non à une valeur existante mais à un engagement sur la production à venir (à l’image, par exemple, des titres financiers). L’étude des cycles d’accumulation permet de montrer qu’en temps de crise, le réflexe des capitalistes est de chercher les formes d’argent les plus solidement ancrées dans la marchandise, donc à évincer les valeurs fictives (chapitre 10). Ainsi, les contradictions internes à la production (identifiées par la première mouture) rendent nécessaire l’instauration d’un système de crédit, instable, partiellement déconnecté de la sphère de la production, soumis à des cycles, et régulé tant bien que mal par l’État.

  • 6 « La circulation du capital porteur d’intérêt dans les titres fonciers joue un rôle analogue à celu (...)
  • 7 Déplacer le capital avant que celui-ci ne soit amorti génère des pertes : « les capitalistes peuven (...)
  • 8 Momentanément, car ces investissements augmentent à terme la production de survaleur, donc in fine (...)
  • 9 Harvey David, « The spatial fix – Hegel, von Thunen, and Marx », Antipode, vol. 13, n° 3, 1981, p.  (...)
  • 10 Les liens entre « spatial fix », développement inégal et impérialisme sont davantage développés dan (...)

6Les chapitres 11 à 13 aboutissent sur la formulation d’une théorie « troisième mouture », qui prend en compte la dimension proprement spatiale du capital. L’étude de la rente foncière, inaboutie chez Marx, permet à David Harvey de préciser le rôle fondamental qu’elle joue dans le processus d’accumulation (chapitre 11). La capacité des propriétaires fonciers à tirer une rente des avantages situationnels de certaines terres permet de maintenir une concurrence entre les capitalistes nécessaire à la poursuite du changement technologique et de l’accumulation. Ce mécanisme suppose une marchandisation préalable de la terre, c’est-à-dire sa transformation en actif financier, donc en capital fictif. En retour, cette marchandisation du foncier inscrit le capital dans l’espace, tout comme le crédit l’inscrit dans le temps6. La dévalorisation, en tant qu’expression des contradictions de la circulation et de l’accumulation, est alors à envisager comme un phénomène « toujours propre à un lieu et à un moment particulier » (p. 528). Pour David Harvey, l’organisation spatiale des économies prend la forme d’un « développement géographique inégal » (p. 470), c’est-à-dire d’une concentration tendancielle du capital dans certains territoires (chapitre 12). David Harvey rappelle en effet que la circulation du capital doit se dérouler dans un temps particulier : le temps de rotation socialement nécessaire7. L’enjeu, pour les capitalistes, est de diminuer ce temps de rotation de façon à favoriser la libre circulation du capital, ce qui requiert qu’une partie de celui-ci soit transformée en capital fixe. Celui-ci est principalement ancré dans les villes, où il est le plus rentable. Son inertie, c’est-à-dire la difficulté à déplacer le capital fixe dans l’espace au gré des besoins de l’accumulation, alimente à terme des crises localisées. David Harvey synthétise son modèle de l’accumulation en distinguant plusieurs circuits du capital, de rythme et de fixité géographique variables. Le capital suraccumulé dans le circuit de la production peut être momentanément sauvé de la dévalorisation en étant investi dans les infrastructures sociales ou dans l’environnement bâti8. La suraccumulation peut ainsi être soulagée par une expansion géographique de la circulation du capital qui ouvre à celui-ci de nouveaux débouchés. Cette « solution spatiale »9 suppose de convertir sans cesse de nouvelles économies au capitalisme, donc de recourir à l’impérialisme (chapitre 13)10.

  • 11 Jessop Bob, « On the Limits of Limits to Capital », Antipode, vol. 36, n° 3, 2004, p. 480-496.
  • 12 Pour un exemple de validation empirique du schéma théorique de David Harvey, voir notamment : Kutz, (...)

7Les Limites du capital constituent un ouvrage aussi ambitieux que riche dont la portée théorique s’étend bien au-delà de la géographie économique. Le souci modélisateur de David Harvey le conduit à laisser de côté certaines problématiques centrales, telles que le rôle de l’État dans l’accumulation ou le déploiement du marché économique mondial11. Le primat accordé à la réflexion théorique sur l’étude historique – que David Harvey considère comme la principale limite de son travail – est une invitation à soumettre les thèses avancées dans l’ouvrage à l’épreuve des faits12.

Top of page

Notes

1 Si le Capital constitue de loin la principale référence de Harvey, les Grundrisse et les Théories de la plus-value sont également fréquemment mobilisés. Le Manifeste du parti communiste, absent de l’ouvrage, est l’objet d’un article ultérieur : Harvey David, « Geography of Class Power », Socialist Register, vol. 34, 1998, p. 49-74.

2 Les travaux de Manuel Castells, Henri Lefebvre, Alain Lipietz et Christian Topalov sont cités à plusieurs reprises.

3 Voir notamment : Harvey David, « Afterthoughts on Piketty's Capital in the Twenty-First Century », Challenge, vol. 57, n° 5, 2014, p. 81-86.

4 Le capital par action constitue une forme de capital dévalorisée en elle-même. Il est rémunéré par le taux d’intérêt et ne capte donc qu’une partie (et non la totalité) de la valeur qu’il permet de créer.

5  « Tout ce qu’on puisse affirmer avec une absolue certitude, c’est que Marx considérait son exposition de la baisse des profits comme une “première mouture” de sa théorie de la formation des crises sous le capitalisme. […] Ainsi nous retrouvons-nous avec une masse considérable de travail à finir. » (p. 264)

6 « La circulation du capital porteur d’intérêt dans les titres fonciers joue un rôle analogue à celui du capital fictif en général. Il indique les lieux où peut s’implanter l’accumulation future et agit comme un catalyseur, qui contraint la configuration spatiale de l’accumulation à se réorganiser en fonction des impératifs sous-jacents de l’accumulation » (p. 466).

7 Déplacer le capital avant que celui-ci ne soit amorti génère des pertes : « les capitalistes peuvent déplacer leurs activités sans encourir de dévalorisation seulement dans l’hypothèse peu vraisemblable où la totalité des temps de rotation et des périodes de travail du capital qu’ils emploient (constant, variable, fixe, etc.) se terminent simultanément. » (p. 491).

8 Momentanément, car ces investissements augmentent à terme la production de survaleur, donc in fine « exacerbe[nt] le problème sous-jacent de suraccumulation » (p. 501).

9 Harvey David, « The spatial fix – Hegel, von Thunen, and Marx », Antipode, vol. 13, n° 3, 1981, p. 1-12.

10 Les liens entre « spatial fix », développement inégal et impérialisme sont davantage développés dans un ouvrage ultérieur : Harvey David, Le nouvel impérialisme, Paris, Les prairies ordinaires, coll. « Penser/croiser », 2010. Pour un compte-rendu, voir : Clerval Anne, « David Harvey et le matérialisme historico-géographique », Espaces et sociétés, vol. 147 n° 4, 2011, p. 173-185.

11 Jessop Bob, « On the Limits of Limits to Capital », Antipode, vol. 36, n° 3, 2004, p. 480-496.

12 Pour un exemple de validation empirique du schéma théorique de David Harvey, voir notamment : Kutz, William, « The Eurozone crisis and emerging market expansion : capital switching and the Uneven Geographies of Spanish Urbanization », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 40, 2016, p. 1075-1093.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Le Brun, « David Harvey, Les limites du capital », Lectures [Online], Reviews, Online since 12 April 2021, connection on 14 June 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48499 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48499

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search