Navigation – Plan du site

AccueilLireLes notes critiques2021Un jalon en vue de la constitutio...

Un jalon en vue de la constitution d’un champ ?

À propos de : Marie-Pierre Gibert et Anne Monjaret, Anthropologie du travail, Malakoff, Armand Colin, 2021.
Etienne Bourel
Anthropologie du travail
Marie-Pierre Gibert, Anne Monjaret, Anthropologie du travail, Malakoff, Armand Colin, coll. « U Science Politique », 2021, 221 p., ISBN : 978-2-200-62453-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lezé Samuel et Masure François, « Taquiner la raison », L’Homme, n° 184, 2007, p. 193, disponible e (...)
  • 2 Ce qu’a rappelé à sa manière Elara Bertho dans son hommage à l’historien guinéen récemment disparu (...)
  • 3 Creager Angela N. H., Grote Mathias et Leong Elaine, « Learning by the books: manuals and handbooks (...)
  • 4 Sennett Richard, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel, 2010.

1Paru dans la collection « U Sociologie » chez Armand Colin, le manuel de Marie-Pierre Gibert et Anne Monjaret constitue un certain événement puisqu’il est le premier du genre à se focaliser exclusivement sur la question du travail en anthropologie francophone. Son premier mérite tient donc dans la mise à plat et la valorisation de ce « champ » en constitution ou en devenir qu’est l’anthropologie du travail. La lecture donne l’impression d’une « entreprise » d’ampleur et tout à fait remarquable. En tant que manuel, il relève d’un « genre plus difficile qu’il n’y parait au premier abord et injustement sous-estimé »1, qu’il convient d’aborder au prisme de ses dimensions tant politiques2 que patrimoniales3. Destiné à une communauté de praticien·ne·s sur le travail, il constitue à la fois une mise en abyme et une synecdoque de « ce que sait la main », pour reprendre la réflexion de Richard Sennett4.

  • 5 Neiburg Federico et Guyer Jane I. (dir.), The real economy. Essays in ethnographic theory, Chicago, (...)

2L’introduction insiste sur la « grande relativité de la notion de travail » et donc sur la nécessité d’évaluer « les apports et les limites de certaines conceptions pour [la] penser anthropologiquement » (p. 4). Invitation est ainsi faite à considérer « l’articulation de trois dimensions – effort physique, rétribution, savoir-faire – que chacun articule différemment pour qualifier ou non de “travail”, ses activités » (p. 8), ainsi que les mécanismes d’invisibilisation et les formes de reconnaissance. Une des caractéristiques originales de l’ouvrage est de mettre l’accent sur les « dimensions positives du travail » (p. 13). Cette prise de position suscitera sans doute des discussions prolongées, notamment au sujet de l’écart assumé avec différentes axiomatiques critiques (et qui pose donc la question de ses propres postulats implicites). Elle présente, quoi qu’il en soit, l’intérêt d’amener à reprendre, à propos du travail spécifiquement, les questions portées par Federico Neiburg et Jane I. Guyer5 : qu’est-ce que le réel en ethnographie ? Et qu’est-ce qu’on peut en dire ?

3Après l’introduction à visée épistémologique (« Jalons pour une anthropologie du travail »), le manuel est divisé en six chapitres principaux. Dans le premier (« Façonner les individus pour le travail »), la question est celle de l’apprentissage donc de « l’acquisition de savoirs, savoir-faire et par là de savoir-être, rendue possible grâce à leur transmission » (p. 29). Le second chapitre aborde les langages (oralités et écritures) du travail : différentes modalités de communication, de nomination, d’adresse et d’humour sont présentées. Le chapitre suivant (« Travailler la matière au quotidien ») propose d’« envisager les relations fondamentales qui lient le corps de l’être humain en action, les outils qu’il utilise, les matières qu’il travaille, les savoirs qu’il met en branle, mais aussi les processus de subjectivation de celles et ceux qui, en travaillant, mobilisent leur corps dans un rapport avec les outils et la matière » (p. 71). La chapitre 4 (« Où travailler ? ») invite à considérer les espace(s) de travail et les formes de mobilités géographiques, des « petits déplacements » quotidiens aux « grandes circulations » migratoires. Le cinquième chapitre « interroge les relations entretenues entre les sphères (lieux, activités, etc.) privées, familiales et professionnelles, et les formes que prend le travail dans ces relations » (p. 129). Enfin, le dernier chapitre (« Changer de monde ») porte le regard sur les « contextes particuliers des changements de trajectoire » (p. 155) en abordant les résistances, les revendications et les luttes, les moments de perte d’emploi et de réinsertion ainsi que les liens qui perdurent au-delà du travail (retraite, mémoires). La conclusion revient sur la volonté du manuel de ne pas procéder « à une réification du travail mais bien à une interrogation des mondes du travail, dans leur variété sociale, spatiale et temporelle » (p. 178). Elle se termine par des pistes et ouvertures pour les recherches futures. S’en suivent trente-six pages de bibliographie, une table des matières et une table des encadrés.

4Ces encadrés, souvent de véritables parties, qui concluent parfois les chapitres, sont tout à fait intéressants et apportent des précisions importantes sur différents débats en cours ou sur les possibilités méthodologiques en anthropologie du travail. Ainsi, la longue note concluant le chapitre 4, « L’entreprise comme terrain, une question méthodologique » (p. 123-127), montre bien l’étendue des possibilités et des contraintes de telles enquêtes. Elle permet de sortir de l’opposition entre « occuper ou non un poste de travail » qui prend facilement des tournures moralisatrices (ne pas occuper un poste de travail contredirait le principe d’« observation participante ») ou idéologiques (l’occupation d’un poste de travail découlerait de positions marxistes, ou maoïstes à une certaine époque).

Limites du domaine considéré

  • 6 Deranty Jean-Philippe, « What is work? Key insights from the psychodynamics of work », Thesis Eleve (...)
  • 7 Voir par exemple : Buscatto Marie, La fabrique de l’ethnographe, Toulouse, Octarès Éditions, 2010 ( (...)

5Rédiger un manuel sur la question du travail en anthropologie relève de la gageure tant celle-ci apparait de façon variée dans la littérature. Ici, un fort accent a été mis sur la présentation de recherches explicitement labellisées en « anthropologie sociale et culturelle ». Toutefois, la lecture interroge sur les choix opérés dans la mobilisation ou les renvois à des champs ou des disciplines connexes ainsi que dans la sélection des références. Ainsi, page 52, à propos des « mots au travail », un renvoi est fait à l’anthropologie sensorielle, alors que dans le chapitre 1, Jean Lave est mentionnée mais aucune ouverture n’est faite vers l’anthropologie cognitive ou vers les sciences de l’éducation. Dans ce même chapitre, on aurait pu trouver aussi un lien avec la psychodynamique du travail6. Concernant la philosophie, j’ai noté la présence de Matthew Crawford, ainsi que celle de Richard Sennett pour la sociologie. On peut ainsi se demander pourquoi de tels auteurs ont pris place dans le corpus tandis que d’autres non. Ce n’est pas que leur présence, en tant que telle, apparaisse déplacée mais elle donne l’occasion de s’interroger sur les arbitrages menés. En effet, considérer ici que la mention de ces textes découlerait de leurs qualités « descriptives » supposerait nécessairement d’aborder la question de la place de la méthode ethnographique dans les sciences sociales du travail, ce qui a déjà donné lieu à plusieurs manuels ou ouvrages de synthèse7 et que Marie-Pierre Gibert et Anne Monjaret ont manifestement voulu éviter.

6Certaines ouvertures semblent assez restrictives au regard de la large palette de modalités d’écriture venant nourrir la réflexion anthropologique. Tel est le cas de l’encadré sur « la littérature comme terrain » (p. 67-68) qui la cantonne au fictionnel et au regard extérieur. Il aurait pu être intéressant, pour prendre l’exemple du travail à l’usine et à la chaîne, de montrer une variété de registres possibles (témoignages, récits descriptifs ou expériences vécues relatées de façon imagée) allant de Simone Weil (La Condition ouvrière) à Joseph Ponthus (À la ligne), en passant par Robert Linhart (L’établi) ou Leslie Kaplan (L’excès-l’usine).

  • 8 Adell Nicolas, Anthropologie des savoirs, Paris, Armand Colin, 2011.
  • 9 Berliner David, Legrain Laurent et Van de Port Mattjis, « Bruno Latour and the anthropology of the (...)
  • 10 Copans Jean et Adell Nicolas, Introduction à l’ethnologie et à l’anthropologie, Paris, Armand Colin (...)
  • 11 Voir, par exemple, les pages à propos de l’enseignement in Caratini, Sophie, Les non-dits de l’anth (...)
  • 12 Nader Laura, Contrarian anthropology. The unwritten rules of academia, New-York et Oxford, Berghahn (...)
  • 13 Borofsky Robert, An anthropology of anthropology. Is it time to shift paradigms?, Kailua, Center fo (...)

7De plus, le travail scientifique est très peu abordé. Même si le manuel de Nicolas Adell, Anthropologie des savoirs8 (paru dans la même collection), est mentionné deux fois, cette absence de traitement véritable n’est pas sans évoquer une black box9. Au sein de celle-ci, le travail des anthropologues eux-mêmes fait alors figure de « black box au carré » tant (réflexivité à propos des recherches de terrain mises à part) les publications disponibles à ce propos sont disparates et prennent souvent la forme de passages brefs10 ou parcellaires11, de témoignages, de récits, voire d’anecdotes. Les analyses d’ensemble plus critiques et systématisées, comme celles de Laura Nader12 appliquant au domaine académique les enjeux de contrôle liés aux « professionnal mindsets » (pouvant mener à des formes d’ « harmonie coercitive »), sont peu discutées dans l’espace francophone et la récente proposition de Robert Borofsky de procéder à une Anthropology of anthropology13 reste méconnue pour le moment.

Négligence ou paradoxe autour du travail en anthropologie

  • 14 Bernard Julien, Edey Gamassou Claire, Mias Arnaud et Renault Emmanuel (dir.), L’interdisciplinarité (...)

8Afin de discuter, plus que de critiquer, certaines positions prises par les auteures, je souhaite revenir sur l’idée que le travail serait un « champ négligé » de l’anthropologie comme le dit Gerd Spittler (p. 14). Finalement, comme il est noté, de nombreux·ses anthropologues ont été confronté·e·s à la question du travail. En somme, il serait peut-être plus simple de dénombrer celles et ceux pour qui ce n’a pas été le cas d’une façon ou d’une autre. Par ailleurs, un récent ouvrage sur « l’interdisciplinarité au travail » observait que si le travail fait l’objet de nombreuses études sous-disciplinaires dans les sciences sociales et au-delà (sociologie du travail, psychologie du travail, médecine du travail, psychopathologie du travail, droit du travail, économie du travail, histoire du travail), « ces sous-disciplines [sont] souvent dévalorisées par rapport à d’autres sous-disciplines jugées plus nobles »14. Pour les coordinateurs de l’ouvrage, ceci peut renvoyer à la potentielle dévalorisation symbolique des activités de travail en elles-mêmes par rapport à d’autres activités (estimées plus prestigieuses) mais aussi à l’importance accordée au travail par les chercheur·se·s de ces sous-disciplines qui « sont convaincus que le travail constitue une question majeure, injustement sous-estimée ».

  • 15 Weber Florence, Brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion, 2015, p. 246-254 et p. 307-31 (...)
  • 16 Charbonnier Pierre, La fin d’un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola, Paris, CNRS (...)
  • 17 Passeron Jean-Claude, « Anthropologie et sociologie », Raison présente, n° 108, p. 3. Disponible en (...)

9Ainsi, ce sentiment de « négligence » ne serait pas spécifique aux anthropologues s’intéressant au travail. Ce qui serait spécifique à l’anthropologie, par contre, ce serait l’impossibilité de pouvoir véritablement parler d’une sous-discipline telle que « l’anthropologie du travail ». En d’autres termes, il y aurait bien un « problème du travail » en anthropologie que je propose de penser (pudiquement) comme un paradoxe, interrogeant les inerties institutionnelles et scientifiques et, spéculairement, la permanence du Grand Partage15. Bien sûr, de premier abord, nul·le ne souscrit plus à cette partition (dont on ne finit pas, pourtant, de proclamer la fin16). Et pour ce qui concerne la sociologie et l’anthropologie, par exemple, Jean-Claude Passeron se demandait déjà au début des années 1990 s’il valait la peine de les distinguer17. Il n’en demeure pas moins que certaines interrogations, comme ici à propos de la place du travail en anthropologie, n’appellent pas que des réponses en termes de « sociologie des sciences », mais également en termes d’organisation de la pensée.

Prendre acte du tournant ontologique ?

  • 18 Godelier Maurice, « Travail », in Pierre Bonte et Michel Izard (dir.), Dictionnaire de l'ethnologie (...)
  • 19 Méda Dominique, Le travail. Une valeur en voie de disparition ? (nouvelle édition), Paris, Flammari (...)
  • 20 Becquemont Daniel et Bonte Pierre, Mythologies du travail. Le travail nommé, Paris, L’Harmattan, 20 (...)

10Second point de discussion, dans la continuité : en introduction, la première définition du travail retenue, et qui ouvre le livre, est celle proposée par Maurice Godelier18 qui insiste sur la distinction entre le culturel et le naturel. Cette question de l’action humaine sur la nature est aussi largement présente dans les définitions retenues dans l’encadré « Quelques définitions anthropologiques du travail » (p. 11-12). Bien sûr, de nombreuses références mobilisées dans le manuel présentent des approches variées mais, sur le plan le plus théorique, c’est donc bien une conception naturaliste et anthropocentrée du travail qui est mise en avant (par-delà les prudences sur l’usage du terme en lui-même ou ses aspects concrets/abstraits). Je regrette, à ce titre, que n’est pas été plus mis en valeur le caractère proprement cosmologique de cette conception, naturaliste et anthropocentrée, du travail. Caractère dont la trajectoire a été retracée par Dominique Méda19, ce qui lui a permis de parler du travail comme un « fait social total » (au sens de Marcel Mauss) ou d’une « idéologie » (au sens de Louis Dumont), au moins dans l’espace intellectuel de la modernité. Par ailleurs, la définition de Maurice Godelier a fait l’objet d’une critique (assez frontale) de la part de Daniel Becquemont et de Pierre Bonte dans Mythologies du travail. Le travail nommé où ils ont voulu montrer que « cette notion de “travail” sous forme d’activité matérielle régissant les relations entre “l’homme” et la “nature” est une figure produite par le mouvement des idées occidentales »20.

  • 21 Hamilton Jennifer, « Labour », Environmental humanities, n° 6, 2015, p. 183-186, en ligne : https:/ (...)
  • 22 Escobar Arturo, Kothari Ashish, Salleh Ariel, Demaria Federico et Acosta Alberto (dir.), Pluriverse (...)

11De ce fait, ne conviendrait-il pas d’essayer de prendre davantage acte du tournant ontologique en retenant de nouvelles définitions du travail moins naturalistes ? Je pense ici à celle proposée par Jennifer Hamilton (2015) dans la revue Environmental humanities21 où elle invite à considérer, dans les procès de travail, celui effectué par les animaux, les végétaux, les machines, et aux existants plus largement, ainsi qu’à la place accordée au travail (via deux entrées spécifiques, mais à replacer dans l’ensemble : « Wages for housework » par Sylvia Federici et « Worker-led production » par Theodoros Karyotis) dans le dictionnaire récemment co-édité par Arturo Escobar Pluriverse. A post-development dictionary22.

Places respectives du salariat et de la précarité

  • 23 Meillassoux Claude, Femmes, greniers et capitaux, Paris, Éditions François Maspero, 1982. Et Pour u (...)

12Enfin, la discussion introductive mise à part, les exemples choisis tiennent souvent le travail salarié comme point focal, comme forme de référence, et la bibliographie mobilisée porte beaucoup sur des recherches menées dans le domaine français. De plus, plusieurs théories critiques n’apparaissent que de façon discrète. Ceci entraine plusieurs biais, notamment dans le chapitre 5 « Être ou ne pas être au travail », où les critiques des formes d’exploitation ne sont mentionnées que dans l’encadré final (p. 149-154) intitulé « Aux frontières du travail ? ». De la sorte, dans le cours du chapitre, la réflexion sur le rapport entre travail et hors-travail s’en tient largement à considérer les activités effectuées « hors-travail » sous l’angle d’un complément (aussi substantiel soit-il) et ne considère pas le caractère politique de leurs dynamiques. Page 136, à propos des pauses-café et de leurs sociabilités, est écrit : « le hors-travail serait en quelque sorte favorable au travail », mais rien n’est dit, par exemple, de la problématique « production/reproduction de la force de travail », prépondérante chez Claude Meillassoux23.

  • 24 La littérature disponible abordant les questions de genre de façon non binaire est bien mince en an (...)
  • 25 Tabet Paola, Les doigts coupés. Une anthropologie féministe, Paris, La Dispute, 2018.
  • 26 Testart Alain, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail, Paris, (...)
  • 27 Schepens Florent, Hommes des bois ? Socio-anthropologie d’un groupe professionnel, Paris, Éditions (...)

13De plus, si la question du genre est très présente dans ce chapitre (dans une optique binaire24), la notion de « division sexuelle du travail » est à peine mentionnée ou largement reléguée en marge, et sans référence à certaines études pourtant d’importance, qu’elles aient été le fait d’anthropologues féministes matérialistes, comme Paola Tabet25, ou d’orientation plus symboliste, comme Alain Testart26. De la même manière, la question de l’« économie domestique » est bien abordée dans ce chapitre, mais la focalisation sur le salariat évacue différentes possibilités d’articulation, par exemple entre travail indépendant, travail domestique et travail salarié au sein d’un couple27. Ici aussi, l’idée que le travail domestique puisse constituer une exploitation n’apparait que dans la partie finale, à propos du « travail invisible ».

  • 28 Benanav Aaron, « The origins of informality: the ILO at the limit of the concept of unemployment », (...)
  • 29 Copans Jean, « Mondialisation et salariat : une dynamique historique ou un ethnocentrisme analytiqu (...)
  • 30 Didry Claude, L’Institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, 2016  (...)
  • 31 Eckert Andreas, « Wage labour », in Stefano Bellucci et Andreas Eckert (dir.), General Labour Histo (...)

14Cette focalisation sur le salariat amène encore à considérer que les autres activités économiques relevées dans les ethnographies tiennent de l’informel. Les recherches de Keith Hart sont bien mentionnées et s’il est indiqué que « les catégorisations en termes d’informalité ou d’illégalité du travail sont liées aux questions d’organisation économique et/ou administrative, juridique à l’échelle nationale et internationale » (p. 153), la logique n’est pourtant pas poussée jusqu’au bout. En effet, les réflexions sur l’informalité ont émergé progressivement après la Deuxième Guerre mondiale et dans le cadre d’un agenda explicitement normatif de l’Organisation internationale du travail (OIT), tenant l’emploi salarié comme référence28. Ainsi, plutôt que de considérer le travail informel comme une frontière du travail, il aurait pu être intéressant de le mettre en vis-à-vis avec le travail salarié29, et de valoriser davantage le caractère nécessairement situé des recherches sur le travail. Plus largement encore, il aurait pu être intéressant de mentionner, ne serait-ce que brièvement, les récents apports de l’histoire du travail montrant le salariat comme une catégorie à l’émergence très progressive, formalisée (en France) par l’entremise du droit et du contrat de travail à la toute fin du XIXe siècle et de plus en plus remis en cause depuis les années 198030. D’autre part, et en conséquence, suite aurait alors pu être donnée aux perspectives issues de la Global history of work et notamment aux mots d’Andreas Eckert : « la précarité peut être considérée comme une dimension constitutive du travail capitaliste, de la même manière que l’incertitude et l’instabilité ont toujours été des caractéristiques inhérentes au travail salarié, en Afrique ou ailleurs. Jan Breman et Marcel van der Linden avancent même que “la véritable norme ou le véritable standard du capitalisme global est l’insécurité, l’informalité ou la précarité”. Si ceci est bien le cas, alors l’Afrique pendant le vingtième siècle peut être considéré comme le cas d’école du capitalisme global »31.

15Pour conclure, nous pouvons retenir que la qualité de ce manuel ne tient pas qu’à son contenu propre (très fourni, par ailleurs) puisque sa publication revêt aussi une importance symbolique dans la trajectoire de l’anthropologie sociale et culturelle. Nul doute qu’il intéressera et accompagnera avantageusement désormais les étudiant·e·s qui aborderont les problématiques relatives au travail dans le cadre de cette discipline. Les choix opérés ne pouvaient manquer de susciter le débat en raison du caractère protéiforme de l’objet considéré. Ces choix constitueront donc autant de points d’appui pour les recherches futures. Enfin, pour peu qu’ils suscitent des interrogations (ce à quoi cette note a essayé de donner voix), il serait douteux de considérer que ces dernières ne concernent, à propos du travail, que les anthropologues.

Haut de page

Notes

1 Lezé Samuel et Masure François, « Taquiner la raison », L’Homme, n° 184, 2007, p. 193, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/lhomme.21937

2 Ce qu’a rappelé à sa manière Elara Bertho dans son hommage à l’historien guinéen récemment disparu Djibril Tamsir Niane : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/03/11/l-historien-guineen-djibril-tamsir-niane-specialiste-de-l-histoire-medievale-africaine-est-mort_6072773_3382.html

3 Creager Angela N. H., Grote Mathias et Leong Elaine, « Learning by the books: manuals and handbooks in the history of science », BJHS Themes, n° 5, 2020, p. 1-13, disponible en ligne : https://doi.org/10.1017/bjt.2020.1

4 Sennett Richard, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel, 2010.

5 Neiburg Federico et Guyer Jane I. (dir.), The real economy. Essays in ethnographic theory, Chicago, Hau books, 2019, disponible en ligne : https://haubooks.org/the-real-economy-essays-in-ethnographic-theory/.

6 Deranty Jean-Philippe, « What is work? Key insights from the psychodynamics of work », Thesis Eleven, n° 98, 2009, p. 69-87, disponible en ligne : https://doi.org/10.1177/0725513609105484.

7 Voir par exemple : Buscatto Marie, La fabrique de l’ethnographe, Toulouse, Octarès Éditions, 2010 (compte rendu de Laëticia Stauffer pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.1241) ; Arborio Anne-Marie, Cohen Yves et Fournier Pierre, Observer le travail : histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, 2008 ; Avril Christelle, Cartier Marie et Serre Delphine, Enquêter sur le travail : concepts, méthodes, récits, Paris, La Découverte, 2010 (note critique d’Alexandra Bidet pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.1341).

8 Adell Nicolas, Anthropologie des savoirs, Paris, Armand Colin, 2011.

9 Berliner David, Legrain Laurent et Van de Port Mattjis, « Bruno Latour and the anthropology of the moderns », Social anthropology/Anthropologie sociale, vol. 21, n° 4, 2013, p. 435-457, disponible en ligne : https://doi.org/10.1111/1469-8676.12051.

10 Copans Jean et Adell Nicolas, Introduction à l’ethnologie et à l’anthropologie, Paris, Armand Colin, 2019, p. 27-30. Comme l’ont noté par Marie-Pierre Gibert et Anne Monjaret, ce manuel aborde la question du travail dans une sous-partie intitulée « Anthropologie des capitalismes » de son chapitre 4 (p. 122-135).

11 Voir, par exemple, les pages à propos de l’enseignement in Caratini, Sophie, Les non-dits de l’anthropologie, Paris, Éditions Thierry Marchaisse, 2012, p. 19-35.

12 Nader Laura, Contrarian anthropology. The unwritten rules of academia, New-York et Oxford, Berghahn books, 2018 ; Nader Laura, « Unravelling the Politics of Silencing », Public anthropologist, vol. 1, n° 1, 2019, p. 81-95, disponible en ligne : https://doi.org/10.1163/25891715-00101006.

13 Borofsky Robert, An anthropology of anthropology. Is it time to shift paradigms?, Kailua, Center for a Public Anthropology, 2019, disponible en ligne : https://books.publicanthropology.org/an-anthropology-of-anthropology.html.

14 Bernard Julien, Edey Gamassou Claire, Mias Arnaud et Renault Emmanuel (dir.), L’interdisciplinarité au travail. Du travail interdisciplinaire à la transformation du travail, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2020, p. 13-14.

15 Weber Florence, Brève histoire de l’anthropologie, Paris, Flammarion, 2015, p. 246-254 et p. 307-311 ; compte rendu de Léo Magnin pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.20617.  

16 Charbonnier Pierre, La fin d’un grand partage. Nature et société de Durkheim à Descola, Paris, CNRS éditions, 2015.

17 Passeron Jean-Claude, « Anthropologie et sociologie », Raison présente, n° 108, p. 3. Disponible en ligne : https://www.persee.fr/doc/raipr_0033-9075_1993_num_108_1_4734.

18 Godelier Maurice, « Travail », in Pierre Bonte et Michel Izard (dir.), Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, Paris, PUF, 1991, p. 717-720.

19 Méda Dominique, Le travail. Une valeur en voie de disparition ? (nouvelle édition), Paris, Flammarion, 2010.

20 Becquemont Daniel et Bonte Pierre, Mythologies du travail. Le travail nommé, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 9.

21 Hamilton Jennifer, « Labour », Environmental humanities, n° 6, 2015, p. 183-186, en ligne : https://doi.org/10.1215/22011919-3615970.

22 Escobar Arturo, Kothari Ashish, Salleh Ariel, Demaria Federico et Acosta Alberto (dir.), Pluriverse. A post-development dictionary, New Delhi, Tulika books et Authorsupfront, 2019.

23 Meillassoux Claude, Femmes, greniers et capitaux, Paris, Éditions François Maspero, 1982. Et Pour une relecture de problématiques marxiennes sur le travail au prisme de ses enjeux contemporains (en anthropologie), voir le récent dossier coordonné par Harvey Penny et Krohn-Hansen Christian, « Dislocating Labour: Anthropological Reconfigurations », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 24, n° 1, 2018, disponible en ligne : https://rai.onlinelibrary.wiley.com/toc/14679655/2018/24/S1.

24 La littérature disponible abordant les questions de genre de façon non binaire est bien mince en anthropologie du travail (surtout si est mise de côté l’exotisation dont font régulièrement l’objet les personnes trans ou intersexes). Elle serait sans doute à déceler dans une relecture d’ethnographies envisagées initialement via d’autres thématiques. Sans se cantonner à l’anthropologie, la documentation sur les mondes du travail vécus par les personnes LGBT+ est défaillante (Hadjisolomou Anastasios, « Doing and Negotiating Transgender on the Front Line: Customer Abuse, Transphobia and Stigma in the Food Retail Sector », Work, Employment and Society, 12 janvier 2021, en ligne : https://doi.org/10.1177/0950017020977331).

25 Tabet Paola, Les doigts coupés. Une anthropologie féministe, Paris, La Dispute, 2018.

26 Testart Alain, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail, Paris, Gallimard, 2014.

27 Schepens Florent, Hommes des bois ? Socio-anthropologie d’un groupe professionnel, Paris, Éditions du CTHS, 2007.

28 Benanav Aaron, « The origins of informality: the ILO at the limit of the concept of unemployment », Journal of Global History, n° 14, 2019, p. 107-125, disponible en ligne : https://doi.org/10.1017/S1740022818000372.

29 Copans Jean, « Mondialisation et salariat : une dynamique historique ou un ethnocentrisme analytique ? », Les mondes du travail, n° 8, 2010, p. 121-128, disponible en ligne : https://www.lesmondesdutravail.net/2013/PDF/Mondes-travail-8.pdf.

30 Didry Claude, L’Institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, 2016 ; compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.20667.

31 Eckert Andreas, « Wage labour », in Stefano Bellucci et Andreas Eckert (dir.), General Labour History of Africa. Workers, Employers and governments, 20th-21st centuries, Woodbridge et Abidjan, James Currey et ILO Regional Office for Africa, 2019, p. 44 (traduction personnelle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Bourel, « Un jalon en vue de la constitution d’un champ ? », Lectures [En ligne], Les notes critiques, mis en ligne le 12 avril 2021, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48502 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48502

Haut de page

Rédacteur

Etienne Bourel

Doctorant en anthropologie (LADEC – Université Lyon 2), Etienne Bourel a mené des recherches ethnographiques dans le milieu de l’exploitation forestière au Gabon, au croisement des anthropologies politique, du travail et de l’environnement.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search