Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sophie Noël, L'édition indépendan...

Sophie Noël, L'édition indépendante critique. Engagements politiques et intellectuels

Mathieu Sadourny
L'édition indépendante critique
Sophie Noël, L'édition indépendante critique. Engagements politiques et intellectuels, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2021, 232 p., 1re éd. 2012, ISBN : 978-2-37546-144-0.
Haut de page

Texte intégral

1En dépit d’une année 2020 marqué par différents épisodes de confinement, les ventes de livres n’auraient globalement été affectées que de manière limitée, si on suit les données récoltées par le Syndicat de la librairie française, qui regroupe 368 librairies1. La lecture n’aurait donc pas régressé en temps de confinement2. Ce constat moyen n’est toutefois pas forcément applicable à l’ensemble des parutions, à l’instar de l’édition en sciences humaines et sociales (SHS), confrontée à de nombreux défis3. Et au sein même de cette catégorie, les défis peuvent être différents selon les éditeurs.

2L’ouvrage de Sophie Noël, L'édition indépendante critique. Engagements politiques et intellectuels, s’attache justement à une fraction de ces éditeurs, ainsi que son titre l’indique. Il entend « explorer » un paradoxe, évoqué dès l’introduction : pourquoi les éditeurs critiques en SHS, le plus souvent précaires du point de vue économique, « occupent une position forte dans l’ordre des légitimités du champ éditorial » (p. 12). Trois parties sont alors consacrées à ce sujet.

  • 4 Une thématique actuelle avec la réédition de Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron J (...)

3La première porte un titre que n’aurait pas renié Montesquieu : « Comment peut-on être un éditeur critique indépendant ? ». En quatre chapitres, elle propose une genèse du champ de l’édition critique en SHS en France depuis les années 1960 puis caractérise, à l’aide de critères les plus objectivés possibles, « une population floue », en l’occurrence celle des éditeurs de critique sociale (qu’est-ce qu’un éditeur , que recouvre le terme « d’indépendance » si souvent convoqué, comment circonscrire leur domaine éditorial – les sciences humaines et sociales – et comment évaluer le caractère critique d’une maison d’édition ?). Ce travail de caractérisation offre un bel exemple de construction de l’objet sociologique4, attentif aux problèmes et limites rencontrés. Le chapitre suivant fournit quelques clés d’accès au champ éditorial en insistant plus particulièrement sur les contraintes économiques, le développement de politiques d’auteurs ainsi que le recours à la traduction, afin de se faire une place dans un espace souvent présenté comme saturé et propice à la surproduction éditorial. Le dernier chapitre analyse les différents modèles éditoriaux (savant, mixte, d’avant-garde) en se focalisant sur quatre indicateurs (l’identité des auteurs publiés, la dynamique des collections, les genres publiés et le prix de vente).

  • 5 Bourdieu Pierre, « La production de la croyance : contribution à une économie des biens symboliques (...)
  • 6 Sur les fondements de l’intervention publique en matière culturelle voir Benhamou Françoise, L'écon (...)

4La seconde partie, intitulée « Les stratégies de résistance à l’économicisation des pratiques », développe une thématique bourdieusienne5 – le travail de Sophie Noël étant situé explicitement « dans le cadre de l’économie des biens symboliques développée par Pierre Bourdieu » (p. 25) – et analyse le rapport à l’économie entretenu par l’édition indépendante critique. Trois chapitres composent cette partie. Le premier caractérise le secteur du livre comme un secteur culturel, marqué à ce titre par diverses formes d’intervention publique6 et par des discours de résistance vis-à-vis de l’intrusion de la logique économique, menaçant l’autonomie du champ. Le second chapitre s’intéresse aux pratiques des éditeurs afin de garder l’économie à distance (désintéressement financier car des activités annexes permettent l’obtention d’un revenu, investissement sans compter dans le travail d’édition, organisation plus ou moins réussie de réseaux de distribution alternatifs…). Le dernier chapitre propose une comparaison avec la Grande-Bretagne où, en l’absence d’intervention publique, le rôle du marché est de fait plus accepté par les trois maisons d’édition critique analysée par Sophie Noël, le marché étant perçu comme garant de l’indépendance (si les ventes sont au rendez-vous alors la maison d’édition dépendra moins des banques…). L’auteure attire l’attention sur le fait que le rapprochement entre la France et la Grande-Bretagne doit être conduit avec précaution afin de tenir compte des différences structurelles entre les deux espaces et donc d’éviter le « schème culturaliste comme principe explicatif » (p. 164).

  • 7 À l’instar des quatorze cas de reconversion professionnelle d’anciens cadres diplômés de grandes éc (...)

5La dernière partie, « Profil et engagement des éditeurs critiques », revient sur les propriétés sociales des éditeurs analysés, à travers deux chapitres qui visent à répondre aux questions suivantes : « Qui sont ces éditeurs ? Quelle a été leur trajectoire ? Quelles raisons mettent-ils en avant pour expliquer leur investissement ? Quelle représentation se font-ils de leur travail ? » (p. 167). Le travail de Sophie Noël portant sur 33 éditeurs, l’analyse statistique a été délaissée au profit de la mise en évidence de certaines figures idéal typiques (héritiers, boursiers, faux autodidactes, vrais autodidactes) donnant à voir différentes trajectoires possibles, la mise en avant d’un engagement légitime (i.e. non affilié à un parti politique, non dogmatique…) et d’un univers de l’édition indépendante critique, souvent marqué du sceau de la reconversion, où les ressources et dispositions des individus jouent un rôle central7.

6La conclusion permet alors de faire le bilan des résultats obtenus et de prolonger la réflexion en posant la question de la durée de vie de telles entreprises alternatives, tout comme celles de leur articulation avec les autres éditeurs et des effets à en attendre pour le champ étudié.

  • 8 Noël Sophie, L'édition indépendante critique : engagements politiques et intellectuels, Lyon, Press (...)

7Comme Sophie Noël l’explique dans un avant-propos, cet ouvrage constitue une version remaniée d’une édition précédente (232 pages contre 442 pages, respectivement), issue de la thèse de doctorat de l’auteure8. Outre certaines mises à jour des données et inclusion de références bibliographiques plus récentes, l’auteure souhaite proposer « une plongée plus accessible dans l’univers de l’édition indépendante critique » (p. 9). Ce travail a été rendu possible par la traduction du livre en Argentine en 2018, parution qui a permis à l’auteure de resserrer son propos sur l’essentiel. Un index a également été ajouté en fin d’ouvrage.

8À la lueur de ces différents éléments, il apparaît assez nettement que l’auteure a tenu son pari. Le propos est accessible et fournit des éléments pour éclairer le paradoxe soulevé initialement tout en étant attentif aux limites de l’analyse, à la justification apportée à la méthode choisie ainsi qu’à l’ouverture aux autres disciplines (histoire, économie, sciences de l’information et de la communication). On se contentera donc de signaler une petite coquille en page 155, à propos du nom de l’auteur de La formation de la classe ouvrière, Edward P. Thompson.

Haut de page

Notes

1 https://www.syndicat-librairie.fr/2020_un_bilan_en_demi_teinte_en_librairie.

2 Jonchery Anne et Lombardo Philippe, « Pratiques culturelles en temps de confinement », Culture études, vol. 6, n° 6, 2020, p. 1-44.

3 Anheim Étienne et Foraison Livia (dir.), L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, Paris, EHESS, 2020 ; compte rendu de Thomas Veret pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/45397.

4 Une thématique actuelle avec la réédition de Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, Le métier de sociologue, Paris, EHESS, 2021 ou encore la parution de Pinto Louis (dir.), La construction d'objet en sociologie. Actualité d'une démarche, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2020 ; compte rendu de Stéphane Olivesi pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/48011.

5 Bourdieu Pierre, « La production de la croyance : contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, 1977, p. 3-43 ; Bourdieu Pierre, Les Règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

6 Sur les fondements de l’intervention publique en matière culturelle voir Benhamou Françoise, L'économie de la culture, Paris, La Découverte, 2017, chap. V.

7 À l’instar des quatorze cas de reconversion professionnelle d’anciens cadres diplômés de grandes écoles de management analysés par Ludivine Le Gros. Voir Le Gros Ludivine, « La reconversion radicale après une grande école de management : entre rupture et réactivation de dispositions intériorisées », Formation emploi, vol. 152, n° 4, 2020, p. 119-138.

8 Noël Sophie, L'édition indépendante critique : engagements politiques et intellectuels, Lyon, Presses de l'Enssib, 2012 ; compte rendu de Benjamin Caraco pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/10131

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Sophie Noël, L'édition indépendante critique. Engagements politiques et intellectuels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 avril 2021, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48523

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search