Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2021Gabriel Langouët, Non aux inégali...

Gabriel Langouët, Non aux inégalités obscènes ! Oui à un plus juste partage ! Le long confinement… Et demain ?

Jean-Michel Morin
Non aux inégalités obscènes ! Oui à de plus justes partages !
Gabriel Langouët, Non aux inégalités obscènes ! Oui à de plus justes partages ! Le long confinement… Et demain ?, La Ciotat, Des auteurs des livres, 2020, 74 p., ISBN : 978-2-492375-02-6.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain, annuel, depuis 1990. www.undp.org/content/undp/f (...)
  • 2 Langouet Gabriel, Les inégalités entre États et populations de la planète, Paris, L’Harmattan, 2011 (...)

1Gabriel Langouët publie depuis les années 1980 sur les inégalités face au système éducatif français. Ses travaux sur le choix des familles entre école publique et école privée ont fait date. Depuis dix ans, il a changé d’échelle, décryptant les données mondiales rassemblées par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD)1. Il traque ainsi les inégalités économiques, sociales, éducatives, sanitaires et politiques dans et entre les différents pays de la planète. Son dernier opuscule constitue une synthèse, voire un cri. Il est difficile de rendre compte de ce court ouvrage. Le titre suggère plutôt un manifeste indigné. Mais le contenu reste particulièrement dense et rigoureux. En fait, Gabriel Langouët résume et prolonge trois ouvrages qu’il a publiés sur les inégalités dans le monde, ainsi que les débats qu’ils ont suscités2. Il réutilise ainsi ses données sur : le monde (2011), sur l’Europe (2014) et sur les contrastes entre pays (2018), puis actualise ses résultats à l’heure de la pandémie apparue en 2020. Une des richesses de cette synthèse est de faire une large place aux débats, tant sur la mesure des inégalités que sur les remèdes à apporter.

  • 3 Amartya Sen, L’économie est une science morale, Paris, La Découverte, 1999.

2Le PNUD collecte des données de 182 des 200 pays au monde. Cela permet de calculer pour chacun son Indice de développement humain (IDH), selon la formule mise au point par le prix Nobel d’économie Amartya Sen3. Cet indice rend compte certes du revenu par habitant mais aussi de la santé – mesurée par l’espérance de vie – et de l’éducation. Les résultats sont spectaculaires ; citons-en quelques-uns : un Burundais dispose d’un revenu six cents fois inférieur à un Norvégien, en moyenne ; un Afghan a une espérance de vie de 45 ans, alors que cette dernière atteint 83 ans pour un Japonais ; enfin, au Mali, l’alphabétisation des adultes est de 26 %, et l’alphabétisation des femmes est de 18 %

  • 4 Hans Rosling, Factfulness, Paris, Flammarion, 2019.
  • 5 www.gapminder.org/dollar-street.
  • 6 Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, (...)

3La recherche sur les inégalités au sein de chaque pays est tout aussi importante. Elle passe par le calcul de l’indice de Gini : dans un pays, quelle part de richesse détiennent les 10 % de la population qui sont les plus riches ? Qu’est-ce qu’être pauvre dans un pays riche ? À cet égard, Gabriel Langouët montre qu’à chaque niveau de richesse, dans certains pays, cette aisance matérielle globale est répartie de manière plus égalitaire que dans d’autres, avec un accès plus aisé aux soins ou à l’éducation. L’auteur pense aux pays d’Europe du Nord pour les pays riches. Mais certains pays pauvres, voire très pauvres, savent aussi garantir un minimum de soins ou d’éducation. Bref, ils parviennent à un partage plus égalitaire, en particulier des soins, même à partir de ressources faibles. Ainsi, l’espérance de vie dépasse 68 ans au Vietnam ou en Ouzbékistan, pays qui ne disposent pas du même revenu moyen que la Norvège, pays à espérance de vie élevée mais à fort revenu moyen. Ceci étant, les écarts de richesse et de développement humain sont tels que les comparaisons sont difficiles à tenir à cette échelle des pays du monde. On peut se reporter aussi aux travaux de Hans Rosling4 qui propose de quitter à un moment les chiffres et finit par photographier les gens avec leurs objets quotidiens. Son site Dollar Street5 montre concrètement comment on vit avec 1 $ par jour, plutôt qu’avec 8 $ ou 32 $ – revenus qui sont les seuils séparant le milliard d’humains le plus pauvre du milliard d’humains le plus riche de la planète. Dans son livre suivant, en 2014, pour suivre une zone plus homogène, Gabriel Langouët prend les résultats de l’Union européenne qui, en 2011, regroupe 27 États. L’Union européenne compte plus de 500 millions d’habitants, disposant d’un revenu brut par habitant de 34 600 $. Dans cet ensemble, il est intéressant d’isoler les 17 États qui ont adopté l’euro6 : « Ils figurent dans le groupe des 20 % de population les plus riches de la Terre » (p. 34). De surcroît, leurs populations bénéficient d’une espérance de vie élevée, entre 75 et 82 ans. La France fait partie des six pays de cette zone euro qui ont un « excellent » niveau de vie et où la population est en « excellente » santé. En revanche, les politiques éducatives ne reçoivent qu’une mention « bien », la France se situant derrière beaucoup d’autres pays comparables.

4Pour observer les inégalités au sein de chaque pays européen, l’auteur raffine l’analyse. Il introduit deux nouveaux indices. Le premier est l’inégalité entre les genres. Il mesure les différences entre les situations des hommes et des femmes. Or, ces inégalités sont nettes, y compris au sein de la zone euro. Le second indice mesure les pertes de développement humain liées aux inégalités de tous ordres. Cet indice sophistiqué est proposé par le PNUD. Il compare l’indice de développement humain (IDH) déjà utilisé plus haut avec un indice ajusté aux inégalités (IDHI). La différence entre les deux évalue donc des pertes, en pourcentage. Si ces pertes sont de 23 % à l’échelle de la planète, dans Union européenne, elles s’échelonnent entre13 % et 5 %.

5De ces comparaisons européennes, l’auteur retire deux constats. D’une part, certains pays, comme la Suède et la Finlande, sont au sommet sur tous les critères : revenu, santé, éducation, parité homme-femme, égalité ajustée en interne. Il cite la Suède ou la Finlande. D’autre part, certains États des anciennes républiques communistes du bloc de l’Est, même s’ils ont échoué économiquement et sont en train de se relever, peuvent avoir de bons scores sur des indices d’égalité ou même d’éducation. C’est pourquoi l’auteur s’attache ensuite à observer de tels contrastes, puis à mettre en lumière des exemples de voies originales de développement humain.

6Pour aboutir à des contrastes typés, Gabriel Langouët resserre son échantillon dans son troisième livre sur le sujet, en 2018, en retenant vingt pays très différents. À première vue, ils représentent tout un spectre de développement humain, de la Norvège, de l’Islande ou du Canada, jusqu’à l’Inde, le Mali ou Haïti. Pour autant, l’auteur introduit des nuances à travers deux indices supplémentaires : d’une part, un indice de démocratie qui mesure l’équilibre politique, avec droits de l’opposition, possibilités d’alternance, etc.,

7d’autre part, l’indice de satisfaction globale à vivre qui mesure le bien-être ressenti par la population dans son ensemble (mis au point par Gallup, à l’échelle mondiale). Ajoutés aux indices économiques, sanitaires, éducatifs, de genre, d’égalité, déjà utilisés, ces deux indices sont spécifiquement politiques et sociaux. Le dernier se veut presque une mesure du bonheur ou de la qualité de vie d’un peuple. Les résultats sont impressionnants. Quatre exemples, sur les vingt présentés, en donnent une bonne idée (valeurs de 2018).

Revenu / h ($)

IDH (max = 1)

Satisfaction

Démocratie

Norvège

63 909

0,994

++

++

France

36 629

0,884

=

+

Maurice

16 777

0,771

=

Haïti

1 636

0,471

--

--

  • 7 Hervé Le Bras, Se sentir mal dans une France qui va bien, Paris, L’Aube, 2019.

8Les Français sont deux fois plus riches que les Mauriciens mais ces derniers sont presqu’aussi bien soignés et éduqués. En outre, les deux populations vivent dans des démocraties où, pour l’essentiel, les droits sont garantis, même si l’on fait encore mieux ailleurs. Et leurs indices de satisfaction sont voisins. Ce sont d’ailleurs plutôt les Français qui auraient tendance à « se sentir mal dans une France qui va bien »7.

9L’auteur revient souvent sur le cas de Cuba. Le revenu des Cubains est légèrement plus élevé que celui des Mauriciens et leur IDH est proche de celui des Français. Autrement dit, l’éducation et la santé des Cubains sont plutôt bonnes. En revanche, leur indice de satisfaction n’a même pas pu être mesuré, car le régime dictatorial au pouvoir s’oppose à une telle démarche.

10De telles comparaisons donnent des pistes pour envisager des voies de développement. La richesse ne fait pas tout. La santé et l’éducation sont deux axes prioritaires pour tous. Une meilleure égalisation des chances, si ce n’est des résultats, est souhaitée partout. Et un État de droit, garantissant la dignité des personnes est un cadre indispensable, même si certains régimes autoritaires réalisent de bons scores sanitaires, voire éducatifs.

11La réflexion que l’auteur engage dans son livre récent, fin 2020, en période de pandémie réinterroge toutes ces données. Selon lui, la Covid-19, comme toutes les maladies contagieuses, est avant tout une maladie qui touche les plus fragiles et les plus pauvres. Directement, elle se diffuse dans les endroits où les populations sont fortement concentrées, peu protégées, par leurs conditions de logement et de transport. Indirectement, les confinements touchent les emplois précaires et peu qualifiés, même si l’on assiste à certaines prises de conscience, comme celle des cadres supérieurs en télétravail qui applaudissaient infirmières, caissières de supermarché et livreurs de provisions, lors du premier confinement.

12Dans une telle optique, les inégalités mesurées ne peuvent que se creuser encore. En outre, des secteurs essentiels, comme ceux de la santé ou de l’éducation, révèlent leurs vulnérabilités, voire certaines défaillances logistiques ou organisationnelles. L’auteur revient alors sur la situation particulière de la France, en esquissant même une analyse territoriale, tant les situations sont contrastées, au sein du pays. À l’issue de la crise, si le pays reste riche, il va compter encore plus de pauvres au sein de sa population. Gabriel Langouët invite à un plus juste partage. On ne peut que le suivre sur ce principe. Reste à trouver des voies de mise en œuvre. Mais c’est une autre histoire. Il est clair que les solutions à appliquer ne sont plus du ressort du sociologue mais bien du politique, à l’issue d’une délibération, la plus démocratique possible. Dans ce registre, l’auteur passe peut-être trop vite du rôle du « savant » à celui du « politique ». Autant nous sommes plus réservé sur les voies qu’il préconise pour sortir de la crise, autant il faut d’urgence diffuser largement toutes les données qu’il a si soigneusement triées. Avant de prescrire des remèdes, encore faut-il identifier les causes du mal. C’est ce diagnostic nécessaire que nous fournit l’auteur.

Inicio de página

Notas

1 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain, annuel, depuis 1990. www.undp.org/content/undp/fr/home/librarypage.html.

2 Langouet Gabriel, Les inégalités entre États et populations de la planète, Paris, L’Harmattan, 2011, préface de Roger Establet ; Les inégalités dans l’Union européenne et ailleurs, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Réveillons-nous ! pour un monde plus juste, avec Dominique Groux, Paris, L’Harmattan, 2018. Voir aussi : www.gabriel-langouet.com.

3 Amartya Sen, L’économie est une science morale, Paris, La Découverte, 1999.

4 Hans Rosling, Factfulness, Paris, Flammarion, 2019.

5 www.gapminder.org/dollar-street.

6 Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Portugal, Slovaquie et Slovénie.

7 Hervé Le Bras, Se sentir mal dans une France qui va bien, Paris, L’Aube, 2019.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jean-Michel Morin, « Gabriel Langouët, Non aux inégalités obscènes ! Oui à un plus juste partage ! Le long confinement… Et demain ? », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 14 abril 2021, consultado el 29 julio 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48542 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48542

Inicio de página

Redactor

Jean-Michel Morin

Maître de conférences en sociologie, Université de Paris.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search