Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Christine Chognot, Le sens de l’a...

Christine Chognot, Le sens de l’action dans les associations

Dorian Debrand
Le sens de l'action dans les associations
Christine Chognot, Le sens de l'action dans les associations, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie économique », 2020, 194 p., préf. Robert Lafore, ISBN : 978-2-7492-6738-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’après Touraine Alain, Après la crise, Paris, Seuil, 2010.
  • 2 Cf. Deneault Alain, L’économie de la nature. Feuilleton théorique 1, Montréal, Lux, 2019 (compte re (...)
  • 3 Professeur de droit public à Sciences Po Bordeaux, président du conseil de recherche et prospective (...)
  • 4 Favorisé par la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire.

1Quelles peuvent-être les sources du politique ? Christine Chognot propose de répondre à cette question en se focalisant sur Le sens de l’action dans les associations. Son analyse met en lumière la « dimension mouvement »1 des associations, dans ce que nous pourrions appeler une « économie de l’association » – selon le sens que propose Alain Deneault de l’économie2 – où ces dernières jouent le rôle de courroie entre les aspirations des individus et le mouvement de la société. En ce sens, les associations sont en effet une source du politique. Cependant, l’auteure de l’ouvrage nuance dès l’introduction son propos sur ce potentiel mouvement des associations et leur influence aux niveaux politique et social. En effet, les associations font face à de nouveaux cadres contraignants de l’action publique et du modèle entrepreneurial qui les incitent à évoluer, cadres contraignants que Robert Lafore3 critique et souligne d’un double trait dans la préface de l’ouvrage : « un vaste mouvement de rationalisation technocratique et gestionnaire les corsète [les associations] et les instrumentalise de plus en plus étroitement » (p. 7). L’analyse des évolutions du monde associatif révèle en effet deux perspectives opposées qui sont au centre de l’ouvrage : le courant gestionnaire et le courant associationniste. Le premier poursuit une approche axée sur l’entrepreneuriat social4, dans lequel les « polarités sociales et potentiellement civiques ne sont plus centrales » (p. 13), tandis que le second poursuit davantage une visée solidaire, d’essence démocratique et critique de « l’économisme ». Paradoxalement, alors que le discours moderne cherche à périmer ce courant associationniste, celui-ci connaît une résurgence, « où les associations sont porteuses d’une alternative en économie » (p. 12). Ainsi, Christigne Chognot s’inscrit dans ce second courant et développe sa thèse au fil de cinq chapitres : elle propose d’abord de partir des conceptions plurielles et dynamiques du politique (chapitre 1), puis du ou des rôles politiques des associations (chapitre 2), en présentant notamment la démarche prospective (chapitre 3). Cette démarche est ensuite illustrée par une étude de cas (chapitre 4), avant de remonter au niveau méso de la société pour conclure sur les moyens qu’ont les associations pour peser dans la société (chapitre 5).

2Logiquement, pour comprendre comment les associations peuvent peser dans la société grâce à leur fonction politique, Christine Chognot propose dans son premier chapitre une analyse du politique. Pour cela, elle recourt à un schéma d’identification de la logique d’une société qui repose sur quatre sphères : économique, politique, publique-administrative, sociale. Ces quatre sphères interactives sont hiérarchisées selon « la culture d’une société, la discipline étudiée ou l’idéologie de l’observateur » (p. 19). Par exemple, l’auteure montre que, dans la perspective néolibérale, « la sphère sociale est une résultante du compromis État-marché » (p. 20). Ce chapitre a alors le mérite de souligner que la société n’est pas intangible, mais un construit social, une production de valeurs collectives relatives à différentes variables telles que les conflits de classe ou l’histoire par exemple. Christine Chognot intègre dans son schéma d’analyse les organisations et les institutions, donc les associations elles-mêmes. Ce cadre lui permet de rechercher les « relations effectivement à l’œuvre, dans un système concret donné, relevant d’une culture politique spécifique » (p. 25) et les moyens de détecter les sources du politique. D’emblée, elle souligne sur ce point la complexité des « dynamiques d’invention du politique », car plus aucun support matériel ou immatériel – ce que Christine Chognot nomme substrats et culture politique – ne structure les repères collectifs. La culture politique est diffractée et disséminée dans une multiplicité d’organes. Ce constat permet à l’auteure « d’interroger la capacité des associations à contribuer au double phénomène de recomposition des “substrats” et de réagencement des “supports” du politique » (p. 36).

  • 5 D’après Prouteau Lionel et Tchernonog Viviane, Le paysage associatif français. Mesures et évolution (...)

3Pour interroger cette capacité et analyser le ou les rôles politiques des associations, Christine Chognot ouvre enfin la boîte noire du milieu associatif dans son deuxième chapitre. Leur nombre, 1 500 000 en 20175, témoigne de la forte diversité des formes associatives, des associations sportives à celles du secteur de la santé, mais cela ne doit pas masquer l’extrême concentration des budgets dans une petite partie d’entre elles : les associations humanitaires, d’action sociale et de santé représentent 14% du nombre total des associations, mais 51% des budgets associatifs. Ainsi, analyser le rôle politique des associations suppose de considérer « différents rôles politiques » relatifs aux différentes sphères évoquées précédemment. De plus, l’auteure souligne que le projet associatif est politique uniquement s’il vise à agir dans la société sous la forme d’actions collectives. Pour ces raisons, elle propose d’approfondir la double dimension institutionnelle et organisationnelle de l’association, la première primant sur la seconde dans la « dimension mouvement » – le projet prime sur l’organisation. Cette dimension mouvement est inséparable de l’émergence des « organisations collectives d’associations » à même d’influencer le politique. Dans ce cadre, les associations peuvent être un « pont en tension entre démocratie représentative et démocratie participative » (p. 58).

  • 6 Berger Gaston, « L’attitude prospective », Prospective, n° 1, 1958.

4L’un des moyens d’avancer pour les associations est la prospective. Le troisième chapitre de l’ouvrage se focalise entièrement sur ce moyen, défini comme « un processus d’analyse, de réflexion, d’échanges (interactions) et de discussions, en amont de la décision et nécessaire dès lors que le contexte change, évolue » (p. 62). L’intérêt principal de la prospective est de créer un consensus sur un futur souhaitable et les conditions pour y parvenir. La citation de Gaston Berger à propos de la prospective est à ce titre tout à fait bienvenue : « le rêve est le contraire du projet, car au lieu d’amorcer l’action, il nous en détourne »6 (p. 63). De manière assez surprenante, alors que le terme « projet » semble vidé de son sens aujourd’hui, ou plutôt pris en otage par un novlangue contemporain, l’auteure le réhabilite, en fait même la notion implicite qui décrit en un mot la vocation des associations, ce but implicite présent dans la définition même de l’association comme « un ensemble de personnes réunies dans un but autre que celui de partager des bénéfices » (p. 64) pour agir au nom de l’intérêt général. Ainsi, « la démarche prospective pourrait, en théorie, être l’essence même d’une démarche de projet associatif » (p. 64).

5Dans son chapitre 4, Christine Chognot souligne que, parmi les nombreuses associations présentes en France, celles qui témoignent d’une volonté d’agir sont les associations de solidarité. Ce chapitre de l’ouvrage présente ainsi l’expérience d’une dynamique prospective sur le terrain en proposant l’étude de cas approfondie d’une association de solidarité ancrée dans la tradition chrétienne : Nos Regards Communs. Cette étude de cas, à l’instar d’autres exemples présentés tout au long de l’ouvrage, met en lumière l’importance cruciale de la mobilisation d’acteurs engagés. L’association Nos Regard Communs illustre cette « économie de l’association », la possibilité d’interactions entre le niveau micro (des individus au sein d’une association), méso (des groupements/unions d’associations) et macro (au niveau de la société), une articulation entre le niveau local et le niveau global : la dimension mouvement des associations.

6C’est sur ce dernier point que l’ouvrage s’achève dans le chapitre 5, qui porte sur la nécessité de ne pas agir seul, de s’élever dans des « espaces “méso”, dans lesquels la dimension mouvement parvient à s’inscrire dans des engrenages opérants, pour peser dans la société » (p. 117). Cet argument rejoint l’idée selon laquelle toute démarche individuelle de changement serait inopérante dans une société-monde avec système global. Ainsi, « l’action se construit tout à la fois localement (par le concret, par son ancrage et ses effets) et au-delà, par sa connexion avec les combats généraux auxquels elle se relie symboliquement » (p. 120) pour tenter de réinventer une culture politique. L’association est un espace d’intermédiation, un corps intermédiaire organisé, entre le micro (le sujet personnel) et le macro (au niveau global), qui peut créer un mouvement réel dans la société grâce à un rapport de force. L’auteure souligne bien que la dimension mouvement n’est pas compatible avec une posture de neutralité, mais nécessite de choisir le chemin d’une critique sociale au niveau du système lui-même et ainsi éviter d’être l’idiot utile de ce dernier. C’est en cela que cet ouvrage est aussi un plaidoyer pour l’engagement militant.

7L’ouvrage semble être un concentré de la thèse de recherche de l’auteure : il est ainsi extrêmement dense et documenté, rigoureux, mais aussi relativement difficile d’accès et parfois sibyllin… Ce sont les défauts de ses qualités. Également, on reste parfois sur sa faim sur le thème de la confrontation entre les deux courants opposés, le gestionnaire et l’associationniste, qui semble toujours abordé sans jamais être approfondi davantage. D’ailleurs, l’auteure oppose parfois directement la perspective néolibérale et le courant associationniste. N’est-ce pas ici un acte manqué ? Nous aurions préféré entendre tout net que néolibéralisme et courant gestionnaire ne faisaient qu’un et qu’ils marchaient main dans la main. Ceci étant, l’analyse du sens de l’action dans les associations de Christine Chognot est tout à fait convaincante et permet de clarifier le rôle effectivement politique de certaines associations.

Haut de page

Notes

1 D’après Touraine Alain, Après la crise, Paris, Seuil, 2010.

2 Cf. Deneault Alain, L’économie de la nature. Feuilleton théorique 1, Montréal, Lux, 2019 (compte rendu d’Alexandre Klein pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/41352) et Deneault Alain, L’économie de la foi. Feuilleton théorique 2, Montréal, Lux, 2019 (notre compte rendu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/39354).

3 Professeur de droit public à Sciences Po Bordeaux, président du conseil de recherche et prospective de l’UNIOPSS.

4 Favorisé par la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire.

5 D’après Prouteau Lionel et Tchernonog Viviane, Le paysage associatif français. Mesures et évolutions, Paris, Dalloz, 2019 [2007].

6 Berger Gaston, « L’attitude prospective », Prospective, n° 1, 1958.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorian Debrand, « Christine Chognot, Le sens de l’action dans les associations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48568

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search