Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Céline Lefève, François Thoreau e...

Céline Lefève, François Thoreau et Alexis Zimmer (dir.), Les Humanités médicales. L’engagement des sciences humaines et sociales en médecine

Carla Robison
Les humanités médicales
Céline Lefève, François Thoreau, Alexis Zimmer (dir.), Les humanités médicales. L'engagement des sciences humaines et sociales en médecine, Arcueil, Doin Editions, coll. « La personne en médecine », 2020, 330 p., ISBN : 978-2-7040-1584-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment Cole Thomas R., Carlin Nathan S., Carson Ronald A., Medical Humanities. An Introduction, (...)

1Après la parution récente de plusieurs introductions aux humanités médicales en langue anglaise1, Les Humanités médicales se présente comme le premier ouvrage francophone de référence sur ce champ de recherche en pleine expansion. Sans prétention à l’exhaustivité, il présente à la fois l’histoire de l’appellation « humanités médicales », les traditions de pensée anglophones qui ont contribué à son développement, et les principaux enjeux du champ. Ainsi, les différents contributeurs du livre y voient l’occasion de « dresser des paysages problématiques » (p. 5) devant le public francophone, encore peu familier avec une appellation qui existe en France depuis moins de dix ans.

  • 2 Notamment par le biais du programme « La Personne en médecine » de l’Université de Paris et du rése (...)

2La section introductive de l’ouvrage est à cet égard très informative. Elle brosse en trois temps le tableau du champ des humanités médicales : les coordinateurs de l’ouvrage reviennent d’abord sur son enracinement en France2, puis Alan Bleakley remonte à son développement initial aux États-Unis et au Royaume-Uni, et Céline Lefève détaille finalement les perspectives pédagogiques qui en découlent. Se dessine dans cette section tout le programme de l’ouvrage, ainsi que sa vision particulière du champ, que reflètent ensuite la plupart des textes. Au fil des vingt-six contributions du livre, les humanités médicales sont pensées par les auteurs sous l’angle de la recherche-action. Sans pour autant être subordonnées à la médecine, elles accompagneraient la recherche et l’enseignement de pratiques médicales en quête de réflexivité. Si les humanités médicales ne sauraient prétendre insuffler de « l’humanité » dans cette sphère d’activité longtemps régie par un modèle biomédical, elles contribuent à son renouvellement, avec en particulier un accent sur l’éthique et le « soin », ainsi qu’un décentrement du regard, glissant du pôle du médecin vers celui du patient.

  • 3 À propos de ce courant originaire des États-Unis, se référer en langue française notamment à Tronto (...)

3L’ouvrage est divisé en huit parties, qui toutes explorent des horizons différents : des divers acteurs de la santé tels que les hôpitaux ou l’industrie pharmaceutique (partie 1 et 2), jusqu’à l’utilisation pédagogique de la littérature et des arts visuels dans les cursus médicaux (partie 7 et 8), en passant par des détours féconds du côté de l’épidémiologie et la santé globale (partie 3), la vulnérabilité et les environnements toxiques (partie 4 et 5), ou encore les nouvelles initiatives pédagogiques et scientifiques (partie 6). Malgré la diversité des thématiques abordées, on retrouve à la lecture une unité autour de notions et de concepts qui permettent d’identifier en filigrane l’appareillage théorique des humanités médicales. Ainsi, plusieurs contributions mettent par exemple un accent particulier sur la notion d’éthique, pensée en lien avec la philosophie du care3. D’autres ont en commun de remettre en perspective le concept de « vulnérabilité ». Plus précisément, elles s’emploient à lui conférer une amplitude nouvelle, qui s’étend du biologique jusqu’à l’environnement, ceci pour envisager les sujets vulnérables à l’aune également de milieux de vie tels que des environnements toxiques notamment.

  • 4 « Les permanences d’accès aux soins de santé (PASS) sont des cellules de prise en charge médico-soc (...)

4Aux côtés des travaux de penseurs du « canon » anglophone des humanités médicales, tels qu’Arthur Frank, sont convoqués les travaux de penseurs français tels que Georges Canguilhem et Didier Fassin, qui donnent à voir le ferment proprement francophone du champ tel qu’il est ici présenté. Dans l’ouvrage, des contributions théoriques jouxtent des contributions historiques telles que celle de Nils Kessel sur l’histoire partagée de la médecine et de l’industrie pharmaceutique, ou celle de Sarah Atkinson et Sara Rubinelli sur la place des récits dans les recherches et les politiques liées au cancer, mais aussi des contributions issues d’enquêtes de terrain. À ce titre, la contribution de Sergio Sismondo et Zdenka Chloubova est par exemple tirée d’entretiens auprès de leaders d’opinion de l’industrie pharmaceutique, tandis que celle de Richard C. Keller traite des limites de l’épidémiologie à partir d’une étude de la canicule de 2003. Par ailleurs, la plupart des contributions se penchent sur des pratiques contemporaines : l’article de Jean-Chrisophe Weber s’intéresse ainsi à l’impact de la nouvelle gouvernance hospitalière sur la phronesis des médecins, et celui de Kirsten Ostherr aux liens que les patients et les hôpitaux entretiennent avec la téléréalité médicale et les réseaux sociaux. En outre, une partie des contributions porte sur de nouveaux dispositifs qui ressortissent des humanités médicales, à l’instar de celle de Gérard Reach sur le nouveau label « Hospitalité » de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP), de celle de Claire Georges-Tarragano et Denis Mechali dédiée au dispositif d’accès aux soins de santé (PASS4), ou de celle d’Émilie Hermant, Valérie Pihet et Katrin Solhdju à propos de Dingdingdong, institut de coproduction de savoir sur la maladie de Huntington.

5En somme, la variété des disciplines représentées dans cet ouvrage collectif illustre bien le décloisonnement interdisciplinaire revendiqué par le champ. En effet, on compte parmi les auteurs des figures de la sociologie, de l’anthropologie, de l’histoire, de la philosophie, des sciences de la communication, des sciences politiques, des cultural studies, des études anglophones et de la psychologie. Certains contributeurs sont en outre des praticiens de santé, à l’image du psychologue Josep Rafanell i Orra, ou des médecins Gérard Reach et Jean-Christophe Weber. Pour autant, le livre « ne se donne pas pour but de dresser un panorama des humanités médicales, ni d’en dire le “tout” » (p. 4). À dessein, le choix des contributions n’est pas neutre mais traduit plutôt une volonté de « prendre position » (p. 4) dans le champ en « refus[ant] la facilité – inscrire n’importe quelle forme de collaboration avec des professionnels de santé dans les humanités médicales » (p. 4).

  • 5 Pour n’en citer que quelques-uns, c’est le cas par exemple du chapitre 20 par Valérie Gateau, du ch (...)
  • 6 Kristeva Julia, Moro Marie Rose, Ødermark John et Engebretsen Eivind, « Cultural Crossings of Care. (...)

6De fait, la plupart des chapitres sont tournés vers la formation des médecins à l’hôpital comme à l’université5 et décrivent en détail certaines initiatives pédagogiques des contributeurs, comme le cinéclub Barberousse de l’Université de Paris (ch. 22), ou les Cafés éthiques organisés au sein du groupe hospitalier Paris Nord-Val de Seine (ch. 20). En ce sens, le décloisonnement des connaissances vise ici souvent à bâtir un pont vers la formation médicale et la recherche en médecine. Mais sont aussi évoquées d’autres perspectives et conceptions contemporaines, que les coordonnateurs invitent, aux côtés de leurs propositions, à explorer pour « en prolonger les pistes » (p. 4). S’il s’en distingue pour sa part, Alan Bleakley prend ainsi le temps de rappeler celle de Julia Kristeva et ses collègues6, pour qui les humanités médicales dépassent la transformation d’une formation médicale jugée déficiente et constituent un horizon ouvert à tout type d’interaction et de dialogue entre la médecine, les arts et les sciences humaines.

  • 7 En particulier dans la contribution de Richard C. Keller (ch. 7), celle de Todd Meyers et Nancy Ros (...)
  • 8 Se référer par exemple au numéro de Feminist Encounters qu’elles ont récemment coordonné, notamment (...)

7Sur un autre plan, il est louable que – dans la veine des critical medical humanities – le présent ouvrage intègre une pluralité d’expériences de la maladie sans négliger les facteurs de classe et de « race » qui peuvent entrer en jeu7. Dans un même souci d’intersectionnalité, nous nous permettrons d’ailleurs de conseiller en parallèle la lecture de travaux tels que ceux de Sherri Foster et Jana Fune8, hautement complémentaires en ce qu’ils mettent pour leur part l’accent sur les problématiques de genre, ici moins traitées mais sujettes à un intérêt grandissant au sein des humanités médicales. Côté scandinave, par exemple, on peut ainsi évoquer des initiatives comme le Nordic Network Gender, Body and Health, ou encore le Center for Women’s and Gender Research (SKOK) de l’Université de Bergen, dont un axe phare est consacré à l’intersection des humanités médicales et des études de genre.

8Entre tradition et innovation, Les Humanités médicales est un ouvrage important, qui marque l’institutionnalisation progressive du champ éponyme dans le monde francophone, et explicite les lignes de force propres à cette institutionnalisation. S’il dresse une filiation avec des courants et perspectives anglophones tels que les critical medical humanities, ceci en invitant l’une de ses représentantes (Sarah Atkinson) à contribuer à l’ouvrage, il ouvre aussi des perspectives novatrices qui sortent du schéma classique de la rencontre médecin/patient. Finalement, paru aux éditions médicales Doin, et ciblant d’après sa quatrième de couverture non seulement un public universitaire, mais aussi les acteurs de la santé, cet ouvrage n’aura certainement aucun mal à emporter l’adhésion de son public, même si le lectorat littéraire le conjuguera quant à lui avec d’autres lectures additionnelles.

Haut de page

Notes

1 Notamment Cole Thomas R., Carlin Nathan S., Carson Ronald A., Medical Humanities. An Introduction, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, Whitehead Anne et Woods Angela (dir.), The Edinburgh Companion to the Critical Medical Humanities, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2016, ou encore Bleakley Alan (dir.), Routledge Handbook of the Medical Humanities, New York, Routledge, 2019.

2 Notamment par le biais du programme « La Personne en médecine » de l’Université de Paris et du réseau international de recherche du CNRS : https://irn-medical-humanities.org/.

3 À propos de ce courant originaire des États-Unis, se référer en langue française notamment à Tronto Joan, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009 [1993].

4 « Les permanences d’accès aux soins de santé (PASS) sont des cellules de prise en charge médico-sociale, qui doivent faciliter l’accès des personnes démunies non seulement au système hospitalier mais aussi aux réseaux institutionnels ou associatifs de soins, d’accueil et d’accompagnement social. » : https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/parcours-de-sante-vos-droits/modeles-et-documents/article/les-permanences-d-acces-aux-soins-de-sante-pass

5 Pour n’en citer que quelques-uns, c’est le cas par exemple du chapitre 20 par Valérie Gateau, du chapitre 6 par Paul Scheffer, du chapitre 13 par les représentants des collectifs Toxic Tour Detox 93 et Croisières toxiques, du chapitre 19 par Nicolas Lechopier et du chapitre 22 par Céline Lefève.

6 Kristeva Julia, Moro Marie Rose, Ødermark John et Engebretsen Eivind, « Cultural Crossings of Care. An Appeal to the Medical Humanities », Medical Humanities, vol 44, n° 1, 2018, p. 55-58.

7 En particulier dans la contribution de Richard C. Keller (ch. 7), celle de Todd Meyers et Nancy Rose Hunt (ch. 9), celle de Nicholas Shapiro (ch. 11) et celle de Barbara L. Allen, Yolaine Ferrier et Alison K. Cohen (ch. 12).

8 Se référer par exemple au numéro de Feminist Encounters qu’elles ont récemment coordonné, notamment l’introduction (Foster Sherri L. et Fune Jana, « Feminist Encounters with the Medical Humanities », Feminist Encounters: A Journal of Critical Studies in Culture and Politics, vol. 2, nº14, 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carla Robison, « Céline Lefève, François Thoreau et Alexis Zimmer (dir.), Les Humanités médicales. L’engagement des sciences humaines et sociales en médecine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48573

Haut de page

Rédacteur

Carla Robison

Normalienne agrégée de lettres modernes

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search