Navigation – Plan du site

Evelyne Favart, Frères et soeurs, pour la vie ?. Les relations fraternelles à l'épreuve du temps

Karine Mari
Frères et soeurs, pour la vie ?
Evelyne Favart, Frères et soeurs, pour la vie ? Les relations fraternelles à l'épreuve du temps, EDIMAF, 2007, 395 p., EAN : 9782874300301.
Haut de page

Texte intégral

1Évelyne Favart est sociologue. Elle a réalisé une thèse de doctorat sur le thème des relations entre frères et sœurs adultes, en menant, au sein du service de Sociologie de la famille de l'Université de Liège, ses recherches en tant qu'Aspirante du FNRS. Elle est actuellement chercheure à l'Université Libre de Bruxelles, chargée de recherches du FNRS, dans le service de Sociologie de l'éducation. Ses domaines de recherche portent sur des problématiques touchant au familial, à l'intimité et aux parcours de vie.

2Qu'est-ce donc qu'être frères et sœurs ? Dans ce livre, Évelyne Favart montre qu'à l'âge adulte les liens fraternels ne se réduisent pas aux bons ou au x mauvais souvenirs du vivre-ensemble initial ou du passé archéologique des prédécesseurs de la famille, mais ils sont composé d'un mélange de passé actualisé, de présent et de devenir. Cette étude est fondée sur des récits croisés de frères et sœurs adultes qui ont pour but de comprendre les mécanismes du fonctionnement de la fratrie. L'étude s'appuie sur un contexte de familles de la bourgeoisie belge de fratries nombreuses (entre 4 et 6 membres), d'une génération d'adultes confirmés (entre 50 et 70 ans). Il convient ici d'insister sur le choix de fratries appartenant à la bourgeoisie : on considère souvent que les fonctions de la famille ne se limitent pas aux seules fonctions externes, et notamment à la reproduction sociale, mais que la famille est aussi le « lieu privilégié où les individus peuvent, par une relative stabilité de ce cadre de référence, construire leur identité personnelle » (de Singly, « Pour une autonomie relative de la sociologie de la famille », 1991). Or, pour certains (Le Wita, Pinçon et Pinçon-Charlot, entre autres), une particularité de la bourgeoisie serait de placer le sujet à l'arrière-plan. Les recherches portant sur ce milieu posent d'ailleurs la mobilisation de la reproduction sociale comme un évidence. Un des objectifs de ce livre est de remettre en question ces affirmations, d'autant que la recherche de l'épanouissement personnel, l'injonction à être soi qui caractérisent notre société contemporaine, n'échappent pas aux membres de la bourgeoisie.

3Dans la première partie de l'ouvrage, Evelyne Favart prend soin de définir les différentes acceptions de la fratrie. Elle identifie et différencie ainsi l'ensemble des frères et sœurs issus d'un même couple parental, unis par des liens de sang, de ceux qui sont nés de lits différents (appelés demi-frères ou demi-sœurs) ou encore de ceux qui n'ont aucun parent en commun (dans les familles recomposées). Ainsi de nouveaux liens fraternels peuvent se créer au-delà du biologique ou du juridique. De manière intéressante, elle s'interroge sur l'élargissement du sens « frères-sœurs » en soulignant l'appropriation de ce terme dans le domaine religieux, philosophique ou même bien sûr dans la devise républicaine. Elle recense récits religieux, littéraires ou cinématographiques qui mettent en scène des frères et sœurs (depuis le récit de la genèse jusqu'aux célèbres Dalton). Elle examine enfin les règles juridiques qui régissent les droits et devoirs des frères entre eux, sans oublier la question de l'adoption. Par ailleurs, elle souligne le rôle des analyses psychologiques, psychanalytiques ou sociologiques sur le sujet. Elle fait également état des différentes études qui prennent en compte l'évolution de la fratrie en raison de l'évolution même de la famille contemporaine. Cela la conduit à poser les fils directeurs de son étude qui reposent sur la considération des différentes tensions qui sous-tendent les relations fraternelles (d'ordre relationnel, identitaire, temporel, hiérarchique, statutaire et affectif). L'ouvrage s'intéresse aussi aux différents paradoxes de cette relation : c'est pourquoi la mémoire familiale, c'est-à-dire les raisons de la pérennité ou de l'évolution de cette relation, est prise en compte. Puis il s'agit de démêler l'identité des frères et sœurs, c'est-à-dire résoudre la contradiction entre « se ressembler et se différencier ». Le livre se referme sur l'étude relationnelle et la tension entre « se rassembler et se séparer ».

4La deuxième partie s'attache donc à traiter de la « mémoire familiale ». Le rôle de la mémoire est fondamental dans la constitution identitaire et la mémoire familiale a ceci de particulier qu'elle permet de construire sa propre histoire en la confrontant à celle des autres membres de la famille. Comment celle-ci se transmet-elle ? Entre objectivité et subjectivité, entre données symboliques ou matérielles, plusieurs scénarios sont possibles. Tout d'abord lors de la formation du couple, il peut y avoir rupture avec le passé. Par ailleurs, lors de l'éducation des enfants, se pose la question de savoir quelle mémoire va l'emporter : celle de l'homme, celle de la femme, ou les conjoints construisent-ils une mémoire commune intégrant les deux passés individuels ? À travers la mémoire familiale, les frères et les sœurs donnent un sens à la relation fraternelle parce qu'elle constitue une trame. La mémoire familiale peut être de nature fédératrice et elle nécessite d'être actualisée pour perdurer. Par ailleurs, un même événement peut être interprété très différemment par deux membres de la même famille. Enfin, chacun ne va pas tirer le même parti de la mémoire familiale.

5La mémoire familiale se transmet grâce à différents supports. D'abord, il y a ce que l'auteur appelle le « folklore familial », cet ensemble d'anecdotes qui suscite l'humour et crée une complicité au sein de la famille. L'humour peut permettre de changer l'interprétation qu'on a du passé, même si ces plaisanteries peuvent ne pas faire rire tout le monde. La mémoire familiale passe aussi par des objets transmis par les parents, par héritage. Ces objets retracent les particularismes d'une histoire commune : même si les personnes extérieures à la famille n'y voient peut-être qu'une marque d'appartenance sociale, ils s'inscrivent aussi dans une intimité familiale, qui relient frères et sœurs. La mémoire familiale peut enfin être transmise par les albums de famille, qui sont un moyen de mettre en évidence ce fonds commun. La reconstitution de l'arbre généalogique correspond à la recherche du point d'origine de la famille et constitue donc un fonds de nature « archéologique » qui sert aussi à la transmission de la mémoire familiale.

6Dans sa troisième partie, Évelyne Favart explore les tensions qui parcourent les relations entre frères et sœurs. Elles peuvent se résumer à une opposition plus ou moins nette entre « se ressembler et se différencier » ou entre « origine et originalité ». Dans la construction des trajectoires individuelles au sein d'une même famille, on peut distinguer deux tendances : celle qui consiste à maintenir le cap, à se conformer au modèle d'origine (l'objectif est d'alors suivre la voie) ; la deuxième s'y oppose puisqu'il s'agit de rompre avec ce modèle, de revendiquer son indépendance et son originalité (ici, il s'agit de trouver sa voie). Bien sûr ces deux tendances ne sont pas exclusives et il peut y avoir des ruptures dans les deux parcours. Il faut aussi noter que l'interprétation qui est donnée des parcours de chaque membre de la fratrie ne sont pas le fait uniquement de l'individu. Vient s'y ajouter le regard des autres frères et sœurs. Le choix de ses parcours et les tensions qui peuvent en résulter sont aussi le fait d'une hiérarchisation des différentes appartenances familiales de l'individu : généralement, l'alliance conjugale l'emporte sur l'appartenance à la fratrie (ainsi qu'à la place accordée à la fratrie par alliance. Enfin les tensions identitaires proviennent aussi de l'évaluation que la famille des parcours individuels et du sentiment de justice ou d'injustice qui s'ensuit. À l'intérieur d'une même fratrie, on peut comparer réussite professionnelle, réussite conjugale et familiale, sociale, personnelle... C'est alors le registre de la concurrence qui est invoqué ici, chacun mesurant sa place sur l'échelle considérée (matérielle, culturelle, affective...).

7Enfin, la quatrième partie présente l'assise relationnelle de la fratrie. Les interactions qui ponctuent la vie des individus avec le reste des membres de sa fratrie confirment la permanence du lien fraternel. Ces interactions se matérialisent sous la forme de réunions familiales, de repas festifs à l'occasion de plus ou moins grandes occasions. Les parents ont souvent un rôle fédérateur dans l'organisation de tels événements puisqu'ils se chargent généralement de réunir la famille. La participation à ces rassemblements devient alors un gage de loyauté familiale. Évelyne Favart explique qu'il existe parfois un décalage entre la bonne entente qui est mise en scène pour ces événements et la réalité de l'état des relations fraternelles. C'est la raison pour laquelle elle parle de « fraternité mondaine ». Elle présente aussi d'autres dispositifs qui sont sensés maintenir cette bonne entente au sein de la fraternité : les frères et sœurs exercent les uns sur les autres un rôle de « sentinelle » en rappelant à l'ordre ceux qui dans la fratrie s'éloigneraient du chemin jugé convenable. Enfin, elle présente les réactions de la fratrie quand l'un de ses membres traverse une période difficile et elle l'appelle la fraternité « roue de secours ». La sollicitude que les frères et sœurs démontrent dans ces cas-là peut procéder d'une logique solidaire, qui est plutôt de l'ordre du devoir ou d'une logique affinitaire. L'ouvrage présente enfin une typologie des relations fraternelles selon que, au sein de la fratrie, c'est l'égalité, l'indifférence ou la rivalité qui prédomine.

8Pour conclure, l'ouvrage explique que les relations fraternelles, dans des fratries d'adultes confirmés, ne se réduisent ni aux expériences du passé (à la mémoire familiale) ni à celles du présent. Elles sont un mélange de passé actualisé (et réinterprété), de présent et de devenir et s'insèrent dans un réseau plus large de parenté (alliance conjugale, fratrie par alliance...) dans lequel frères et sœurs ont plusieurs rôles à jouer et à hiérarchiser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Mari, « Evelyne Favart, Frères et soeurs, pour la vie ?. Les relations fraternelles à l'épreuve du temps », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 12 novembre 2007, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/486

Haut de page

Rédacteur

Karine Mari

Auditrice d'agrégation à l'ENS Lettres & Sciences Humaines.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page