Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sophie Duteil Deyries, Transgress...

Sophie Duteil Deyries, Transgression scolaire au prisme du genre. De l’invisibilité des filles à la survisibilité des garçons

Marie Esclafit
Transgression scolaire au prisme du genre
Sophie Duteil Deyries, Transgression scolaire au prisme du genre. De l'invisibilité des filles à la survisibilité des garçons, Paris, L'Harmattan, coll. « Savoir et formation », 2020, 296 p., ISBN : 978-2-343-20234-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Duteil Deyries Sophie, Le mécanisme de la transgression genrée dans un réseau d’éducation à Montpel (...)
  • 2 Ayral Sylvie, La fabrique des garçons : sanctions et genre au collège, Paris, PUF, coll. « Partage (...)
  • 3 Observatoire international des prisons, « Qui sont les personnes incarcérées ? », 8 février 2021 [E (...)

1En introduction à la recherche doctorale dont est issu cet ouvrage1, Sophie Duteil Deyries, militante féministe et conseillère principale d’éducation, se rappelle la façon dont un professeur a justifié auprès d’elle son choix de ne pas intervenir dans une violente dispute d’élèves : « Oh ce sont des garçons ! Ils se bagarrent, c’est normal ! ». Ainsi, bien que le règlement intérieur s’attache à ne pas faire de différence entre les filles et les garçons, il semble que, dans les faits, certains comportements contraires à la règle soient acceptés parce que conformes à la norme. Comme le soulignaient les travaux de Sylvie Ayral, nous nous sommes habitués à ce que les garçons transgressent davantage que les filles, et cela ne nous étonne guère de savoir que ces derniers sont surreprésentés parmi les sanctionnés, tant dans la sphère scolaire (80% des punis2) que sociale (96,4% de la population carcérale en 20213). C’est ce rapport différencié à la transgression que Sophie Duteil Deyries a choisi d’interroger, en se penchant sur ses manifestations au sein de plusieurs établissements scolaires allant de la maternelle au lycée. Qui sont les transgresseurs ? Quelles sont les transgressions ? Et qu’en disent les différents acteurs de l’institution scolaire ?

  • 4 La carte scolaire désigne un système d’affectation des élèves dans des établissements scolaires sit (...)

2Organisé d’une manière académique, l’ouvrage s’ouvre sur un premier chapitre assimilable à une revue de littérature, ainsi que sur un certain nombre de « passages obligés » : retour sur les inégalités sociales touchant les femmes, bref historique du passage « du sexe au genre » et tentative de définition de ces deux notions. En l’inscrivant dans le champ des études de genre, l’autrice affirme que les inégalités entre les filles et les garçons ne sont pas naturelles mais socialement construites et qu’il y a « une hiérarchisation entre ce que représente le masculin (valorisé) et ce que représente le féminin (dévalorisé) » (p. 38). Elle entend, de ce fait, étudier la façon dont nous apprenons à nous conformer à des « stéréotypes sexués » et, plus particulièrement, la façon dont l’institution scolaire participe, au travers de son système punitif, à produire des injonctions de genre. Pour cela, et afin d’interroger l’éventuelle continuité des pratiques transgressives et punitives de l’école primaire à l’enseignement secondaire, Sophie Duteil Deyries fait le choix d’analyser l’ensemble d’un réseau d’établissements liés entre eux par la carte scolaire4 : un lycée, trois collèges et une école primaire, qu’elle présente au deuxième chapitre. Au-delà des données matérielles (carnets de liaison et données issues du logiciel Pronote de gestion de la vie scolaire) qu’elle a recueillies sur les comportements factuels des punisseurs et des transgresseurs, elle s’est intéressée au discours des élèves et des professeurs sur la transgression scolaire. 500 élèves ont été interrogés selon différentes modalités en fonction de leur âge : entretien individuel semi-directif pour les collégiens et les lycéens, entretien individuel basé sur des images du CE2 au CM2 et entretien collectif basé sur ces mêmes images pour les CP-CE1. En maternelle, 55 élèves ont été observés ; enfin, 29 entretiens non directifs ont été menés avec les professeurs de ces différents niveaux.

  • 5 Dorlin Elsa, Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017 ; compte rendu de Roci (...)

3Ainsi, c’est en croisant sa revue de littérature avec les résultats de son enquête que l’autrice fait émerger, dans le dernier chapitre de son ouvrage, un modèle permettant d’ « expliquer et justifier un mécanisme immuable, incessant, perpétuel : le mécanisme genré de la transgression scolaire » (p. 123). Elle y identifie quatre « facteurs » d’alimentation de ce mécanisme : des manifestations, des explications et des répercussions genrées de la transgression, ainsi que des identités féminines et masculines construites dans un rapport différencié à la violence et à la désobéissance. S’intéressant, dans un premier temps, à la construction genrée des identités transgressives, Sophie Duteil Deyries relève que les filles sont davantage socialisées en conformité avec les attentes de l’institution scolaire. On leur apprend à respecter les règles sans suggérer qu’il puisse y avoir de bonnes raisons de les enfreindre tandis que la socialisation masculine encourage l’affirmation de soi, au prix parfois de la désobéissance. Il y a une « utilité sociale de la transgression chez les garçons » (p. 95) : transgresser leur permet de se montrer virils, indépendants, et d’ainsi témoigner du fait qu’ils sont bien de « vrais » hommes. De plus, tandis que les garçons sont très vite habitués au corps à corps et à la confrontation, les filles sont davantage initiées à l’esquive. Elles apprennent à éviter de se faire repérer, embêter ou violenter, développant de la sorte ce que l’on pourrait appeler, avec Elsa Dorlin, un « dirty care »5. Les nuages de mots générés par Sophie Duteil Deyries nous apprennent que les élèves interrogés disent généralement des filles qu’elles sont calmes, travailleuses, attentives et bavardes, et des garçons qu’ils sont violents, insolents, drôles et bagarreurs. Pour l’autrice, on peut donc parler de deux univers scolaires distincts, l’un féminin et l’autre masculin, dont les adultes ne sont pas exclus puisque nombre d’élèves et de professeurs relient l’exercice de l’autorité au sexe de l’enseignant, en supposant notamment que les hommes puissent avoir plus d’autorité du fait de leur carrure, de leur voix, etc.

4L’étude quantitative menée par l’autrice lui a également permis de constater que, ces représentations et modes de socialisation s’articulent à différentes formes de manifestation de la transgression. Dans les trois collèges au sein desquels elle a eu accès au logiciel Pronote, en moyenne, 74% des sanctions disciplinaires sont destinées aux garçons. Il est également intéressant de noter que, comme le dit un professeur, et comme le confirment les statistiques générées par Sophie Duteil Deyries, de la sixième à la troisième, « les garçons ne se calment pas et les filles, ça monte » (p. 159). Le type de transgression pour lequel les élèves sont sanctionnés diffère également en fonction de leur genre : les garçons sont davantage représentés dans les actes les plus répréhensibles, tandis que les filles transgressent généralement sans que cela n’ait trop d’impact sur autrui ou sur le bon fonctionnement de l’institution scolaire. Les premiers chercheraient à être « remarquables » tandis que les secondes s’efforceraient de rester « confidentielles » (p. 136).

5Ce champ lexical différencié revient également lorsque Sophie Duteil Deyries s’intéresse à la façon dont les acteurs de l’institution scolaire rendent compte des raisons d’être du phénomène transgressif. Ainsi, pour nombre d’entre eux, au travers de la transgression, les garçons cherchent avant tout à se rendre intéressants, visibles ou drôles, ce qui en fait des transgresseurs « sympas ». Beaucoup soulignent le fait que les garçons se battent pour jouer, quand ce n’est pas pour asseoir leur domination ou exprimer une colère qu’on ne leur apprendrait pas à verbaliser. Les filles sont, quant à elles, plutôt perçues comme des transgresseuses déresponsabilisées, mues par des problèmes personnels ou un état mental instable. Si certains garçons insistent, de ce fait, sur la nécessité de les défendre plutôt que de les punir, l’autrice souligne la double sanction qu’elles subissent malgré tout, puisque se battre, cracher ou répondre, c’est contraire aux règles « surtout pour une fille » (p. 222). La violence dont elles font preuve est tantôt minimisée : les filles frapperaient doucement ou ne feraient que se tirer les cheveux, tantôt maximisée : elles seraient plus violentes que les garçons. Quoi qu’il en soit, les filles qui se battent « sont toujours dans le trop ou dans le pas assez » (p. 129). Enfin, les façons de sanctionner diffèrent également selon le sexe du contrevenant : avec les filles, les professeurs useraient davantage d’un registre préventif tandis qu’avec les garçons, le ton répressif dominerait. De plus, lorsque l’autrice analyse la nature différenciée des mots laissés dans les carnets de liaison selon qu’ils appartiennent à une fille ou à un garçon, elle note que les enseignants formulent davantage d’injonctions à l’égard des filles que des garçons, dont ils se contentent généralement de décrire la transgression. Son observation en classe de maternelle l’amène, de ce fait, à formuler l’hypothèse selon laquelle on demanderait aux filles de « ne pas être » (violentes, vulgaires etc.) et aux garçons de « ne pas faire » (du foot en classe, la guerre ou un « combat avec les serpillières »).

  • 6 Mathieu Marie, Mozziconnacci Vanina, Ruault Lucile, Weil Armelle, « Pour un usage fort des épistémo (...)

6Ainsi, pour Sophie Duteil Deyries, l’ensemble des acteurs du monde scolaire participe, de différentes manières, à l’entretien du mécanisme genré de la transgression. C’est en donnant à voir les différents composants de ce mécanisme et en théorisant certaines de leurs articulations qu’elle entend, dans cet ouvrage, leur donner davantage de moyens de résister à ce dispositif, voire de le détourner. La grande quantité d’hypothèses et de données qui constellent cette étude offre ainsi une matière indispensable à l’analyse des pratiques scolaires. Malgré l’originalité et l’intérêt des idées développées dans cet ouvrage, nous pouvons cependant regretter que celles-ci soient parfois davantage juxtaposées qu’articulées. Si l’autrice a recours à un grand nombre de références éclectiques au sein des études de genre (Butler, Guillaumin, Badinter, Michele Obama, etc.), les controverses théoriques qui traversent ce champ de recherche hétérogène et divisé ne sont pas pour autant restituées. Nous aurions également apprécié de voir certaines considérations méthodologiques – probablement mises de côté dans la difficile conversion de la thèse à l’ouvrage publié – plus longuement exposées. La nature des relations d’enquête, la familiarité de la chercheuse avec le milieu enquêté ainsi que leurs impacts sur les résultats et théorisations produits ne sont que peu analysées. De manière générale, nous aurions apprécié de plus longs développements relatifs au statut accordé à la parole enquêtée. Pourquoi, par exemple, attribuer une valeur différentielle à la (libre) parole en fonction de l’âge ? Il nous semble également que le propos de l’autrice aurait pu prendre davantage d’ampleur et de force si les notions de subjectivité et d’objectivité avaient fait l’objet d’un usage moins classique, peut-être davantage informé des épistémologies féministes du standpoint6. Enfin, nous pouvons également noter quelques inexactitudes et fautes de frappe (inversion des titres des colonnes d’un tableau, inversion des chiffres pour désigner certains groupes etc.) qui nuisent parfois à la fluidité de lecture de ce texte, pourtant nécessaire et instructif.

Haut de page

Notes

1 Duteil Deyries Sophie, Le mécanisme de la transgression genrée dans un réseau d’éducation à Montpellier : la formation de deux univers scolaires, thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université de Montpellier, 2018.

2 Ayral Sylvie, La fabrique des garçons : sanctions et genre au collège, Paris, PUF, coll. « Partage du Savoir », 2011.

3 Observatoire international des prisons, « Qui sont les personnes incarcérées ? », 8 février 2021 [En ligne] https://oip.org/en-bref/qui-sont-les-personnes-incarcerees/ (consulté le 15 mars 2021).

4 La carte scolaire désigne un système d’affectation des élèves dans des établissements scolaires situés dans leur secteur géographique de domiciliation.

5 Dorlin Elsa, Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017 ; compte rendu de Rocio Munguia Aguilar pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.24023.

6 Mathieu Marie, Mozziconnacci Vanina, Ruault Lucile, Weil Armelle, « Pour un usage fort des épistémologies féministes », Nouvelles questions féministes, vol. 39, n° 1, 2020, p. 6-15, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/nqf.391.0006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Esclafit, « Sophie Duteil Deyries, Transgression scolaire au prisme du genre. De l’invisibilité des filles à la survisibilité des garçons », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48623

Haut de page

Rédacteur

Marie Esclafit

Doctorante en philosophie politique (CRISES, Université Paul Valéry – Montpellier 3).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search