Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Lucien Sève, Interventions

Lucien Sève, Interventions

Christophe Premat
Interventions
Lucien Sève, Interventions, Paris, La Dispute, 2020, 208 p., introduction et présentation d'Isabelle Garo et Jean Quétier, post. Isabelle Garo, ISBN : 978-2-84303-317-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lucien Sève, Penser avec Marx aujourd’hui, tome I : Marx et nous, Paris, La Dispute, 2004 ; Penser (...)
  • 2 Nous reprenons volontairement le titre de l’ouvrage de Jacques Derrida qui invitait à redécouvrir l (...)

1Voici une année que le philosophe et militant révolutionnaire Lucien Sève disparaissait. Il faisait partie, avec Jean Salem et André Tosel, de ces générations d’intellectuels marxistes qui n’avaient jamais cessé de réinterpréter l’œuvre de Marx à l’aune du réel ; les quatre tomes de Penser avec Marx aujourd’hui témoignent de cet effort constant1. Comme l’écrit Isabelle Garo dans la postface de ces Interventions, « Lucien Sève s’inscrit dans la longue tradition de ceux qui s’efforcent d’articuler la connaissance toujours renouvelée de la logique du capitalisme à la lutte pour son dépassement-abolition, comme le disait Marx d’un seul mot : Aufhebung » (p. 225). Lucien Sève a fait de ce terme la devise de son engagement philosophique, sur lequel il est revenu à plusieurs reprises. Parallèlement à cette activité intellectuelle, il a été membre du Comité central du Parti Communiste Français de 1961 à 1994, il a dirigé les Éditions sociales de 1970 à 1982 et a notamment participé aux travaux du Comité consultatif national d’éthique de 1983 à 2000 (p. 121). Le présent ouvrage rassemble des prises de positions militantes et des entretiens avec l’auteur qui permettent de comprendre la manière dont il a mis en valeur la théorie anthropologique de Marx. Lucien Sève est de ce point de vue représentatif d’une tradition marxiste francophone qu’il importe de revisiter au-delà de la multiplicité des « spectres de Marx » (p. 10)2.

2L’intervention de Lucien Sève lors du XXIIème Congrès du PCF en 1976 est retranscrite et souligne une grande rigueur intellectuelle quand il s’agit de penser l’héritage du léninisme (p. 218). Ce congrès avait été marqué par un révisionnisme idéologique du PCF avec notamment l’abandon de la doctrine de la « dictature du prolétariat » au profit de la voie démocratique pour réaliser les conditions d’une société communiste. C’est au cours d’une intervention théorique remarquée que Lucien Sève rappelle la pensée léniniste en la reliant au contexte de l’évolution de la Russie au début du XXe siècle. Lénine avait, selon Lucien Sève, compris la relation entre l’expérience révolutionnaire et le contexte politique marqué par un gouvernement bourgeois d’une part et les Soviets des ouvriers d’autre part (p. 27). Lénine avait également conscience de l’évolution historique de la Russie en 1917, encore composée majoritairement de petits propriétaires et de paysans. Cela explique sans doute que « s’il y a chez Lénine, et c’est une chose infiniment précieuse, une théorie du passage pacifique du pouvoir au prolétariat et à ses alliés, il n’y a pas et il ne pouvait y avoir de théorie du passage pacifique au socialisme » (p. 29). La dictature du prolétariat implique un rapport de force pour que les masses puissent faire prévaloir leurs intérêts et choisir une force politique capable de porter ces revendications et de structurer le changement révolutionnaire. S’il n’y avait eu qu’un passage pacifique au socialisme, la possibilité de transformation sociale aurait sans aucun doute été brutalement confisquée par l’appareil d’État bourgeois (p. 30). On sent déjà dans ces propos l’interrogation fondamentale sur ce que devrait signifier une stratégie communiste en France dans un contexte très différent de celui de la Russie du début du XXème siècle (p. 44). Si on remplace cette dictature du prolétariat par une transition simplement démocratique, le risque est d’appauvrir le contenu de cette stratégie et de ne miser que sur l’échéancier électoral. « Cette conclusion a pris la forme de l’abandon de la dictature du prolétariat, qui était plus globalement l’abandon de cette vision de la construction d’une société postcapitaliste. Mais la grande question qui restait en suspens c’était naturellement de savoir par quoi on allait la remplacer » (p. 201). En réalité, Lucien Sève a regretté l’abandon de l’exigence intellectuelle de penser une véritable stratégie révolutionnaire articulée autour d’un mouvement social horizontal. Le Congrès de 1976 a constitué une occasion manquée d’investir dans une stratégie alternative fondée sur une participation démocratique des masses travailleuses. Sève revient ainsi, dans les interventions rassemblées dans cet ouvrage, sur les ambiguïtés de la ligne du PCF à la fin des années 1970 au moment où il proposait une « refondation » lors de la session de juin 1984 du Comité (p. 135 ; p. 177). Si Lucien Sève approuvait néanmoins l’abandon de la dictature du prolétariat, il souhaitait que la refondation communiste prît la forme d’une démocratie horizontale, enracinée dans le mouvement social. Il avait ainsi en tête une démocratisation profonde de la stratégie communiste, ce qui lui a valu des critiques acerbes de la part des instances dirigeantes du PCF (p. 178).

  • 3 Il est intéressant également de rappeler dans ce contexte l’opposition de Jacques Derrida à l’espri (...)

3Les interventions de Lucien Sève ont aussi été très nombreuses en faveur de l’enseignement de la philosophie, en particulier au moment où la réforme Haby de 1975, qui institue le collège unique, tente de marginaliser cette discipline et d’en faire un instrument au service des intérêts du pouvoir (p. 77)3. Il défend une visée révolutionnaire pour la philosophie, laquelle doit selon lui introduire une pensée critique remettant en cause les fondements idéologiques de la classe bourgeoise (p. 82). Selon Lucien Sève, la philosophie transforme le caractère des élèves et prépare la voie à une autonomie individuelle et sociale. Renforcer cet enseignement philosophique doit permettre de nourrir le souci de transformation des rapports sociaux, tandis que l’affaiblir, c’est le limiter à la diffusion des conceptions de la bourgeoisie (p. 92)… ce qui explique les efforts des pouvoirs en place pour réformer cette matière (p. 79).

  • 4 Lucien Sève, Marxisme et théorie de la personnalité, Paris, Éditions sociales, 1969.
  • 5 Voir Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, « Bakhtine démasqué », COnTEXTES [En ligne], Prises de p (...)
  • 6 Lucien Sève effectue une allusion au scientifique Konstantin Tsiolkovski, « théoricien majeur de l’ (...)

4C’est sans doute ici que l’on peut percevoir une profonde cohérence de la pensée de Lucien Sève, articulée autour d’une théorie rigoureuse de la personnalité4. L’auteur permet au lecteur de redécouvrir une tradition marxiste ignorée, avec des penseurs tels que Vygotski (1896-1934) et Volochinov (1895-1936) travaillant respectivement sur une psychologie matérialiste et sur l’individualité (p. 163). Lucien Sève rappelle d’ailleurs les enjeux de l’affaire Bakhtine qui révèle, d’après les travaux de Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, une série d’incohérences éditoriales et des plagiats avérés (p. 155)5. La popularité de Mikhaïl Bakhtine a malheureusement relégué dans l’ombre des œuvres marxistes importantes sur le langage et le développement de la personnalité. C’est dans cette perspective que Lucien Sève commente les apports de Vygotski et exhume des figures totalement ignorées, à l’instar de celle du pédagogue Anton Makarenko qui a créé des écoles pour recueillir les orphelins (p. 165)6. Selon Vygotski, l’être humain dispose d’une trajectoire individuelle riche à partir de ses rapports sociaux, d’où la nécessité de penser les sciences sociales dans une optique émancipatrice (p. 171). Il existe d’après lui des correspondances très fortes entre les disciplines qui portent sur le savoir social (économie, sociologie, histoire, politique) et celles qui portent sur le savoir individuel (psychologie, psychiatrie, psychanalyse, psycholinguistique, psychobiographie).

  • 7 Lucien Sève est revenu dans ses dernières conférences sur l’exigence de penser l’humanité au plus p (...)
  • 8 Pour Lucien Sève, l’humanité ne fait de progrès que lorsqu’elle développe la totalité des potential (...)
  • 9 Dans ses analyses sur la bioéthique et l’anthropoéthique, Lucien Sève se rapproche intuitivement de (...)

5Lucien Sève a toujours défendu l’idée que l’œuvre de Marx était traversée par une problématique anthropologique et s’est ainsi opposé aux thèses de Louis Althusser (p. 172). Pour ce dernier, le thème de l’aliénation a disparu du Capital alors que pour Lucien Sève, Marx n’a cessé d’enrichir sa conception de l’aliénation depuis ses Manuscrits de 1844 (p. 190), ce qui témoigne de l’importante cohérence de son œuvre sur les plans sociologique et psychologique. Au fond, Lucien Sève a toujours décrit avec minutie un humanisme marxiste fondé sur une attention fondamentale portée à l’état de la condition humaine avant de considérer la relation à la nature. Dans ses derniers entretiens, il s’inquiète du fait que cette question anthropologique (fondamentale) soit délaissée au profit d’une pensée écologique soucieuse uniquement du changement climatique et de l’extinction des espèces animales (p. 196). Le risque est alors de voir émerger des justifications des inégalités sociales via la question environnementale, au sens où les conditions de vie des masses prolétaires seraient moins importantes que celles d’autres êtres vivants. Pourtant, l’homme se distingue des autres espèces en raison de sa nature sociale, d’une insertion dans un monde social et non seulement naturel (p. 220). Si l’abandon de l’idée d’une valeur spécifique de l’humain par certaines pensées écologistes est une erreur fondamentale, c’est parce que la crise anthropologique précède la crise environnementale7. Lucien Sève a d’ailleurs été l’un des rares penseurs marxistes à proposer une théorie de « l’anthropoéthique » (p. 110) qui repose sur une « régulation universelle par les fins humaines » (p. 105). Cette régulation contredit l’esprit concurrentiel du capitalisme qu’il qualifie d’« inéthique » (p. 105) car cet esprit ne prend pas en compte le développement concret de l’humanité dans sa totalité8. Lorsque Lucien Sève s’est intéressé à la bioéthique, c’était pour montrer comment il fallait résister à la tentation de manipuler la vie à des fins purement marchandes grâce aux progrès scientifiques (p. 112)9.

  • 10 Voir les entretiens menés auprès du cinéaste Robert Guédiguian et du psychanalyste Roland Gori qui (...)
  • 11 « Relire le philosophe Lucien Sève », L’Humanité, 10 décembre 2020, vol. 21, n° 2907.

6La publication de ces Interventions offre au lecteur une vue d’ensemble de l’originalité de la démarche de Lucien Sève qui, sur la base d’un humanisme marxiste, a défendu une philosophie communiste caractérisée par une pensée de l’émancipation individuelle et sociale10. C’est d’ailleurs à partir de cette philosophie qui rétablit le prestige de la personnalité humaine que Lucien Sève s’est constamment opposé au stalinisme (p. 181) qui n’a été à ses yeux qu’un « national-étatisme de rattrapage brutal du capitalisme »11. Cet ouvrage permettra aux lecteurs de découvrir une œuvre riche et relativement méconnue au-delà des cercles marxistes, il montre également l’originalité d’une tradition marxiste francophone critique.

Haut de page

Notes

1 Lucien Sève, Penser avec Marx aujourd’hui, tome I : Marx et nous, Paris, La Dispute, 2004 ; Penser avec Marx aujourd’hui, tome II : « L’homme » ?, Paris, La Dispute, 2008 ; Penser avec Marx aujourd’hui, tome III: « La philosophie » ?, Paris, La Dispute, 2014; Penser avec Marx aujourd’hui, tome IV : « Le communisme » ? Première partie, Paris, La Dispute, 2019.

2 Nous reprenons volontairement le titre de l’ouvrage de Jacques Derrida qui invitait à redécouvrir les esprits de Marx pour penser les cadres de l’émancipation sociale surtout à une époque où ce nom reste associé presque de manière indélébile à l’échec de l’expérience soviétique. Voir Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993. Lucien Sève propose également de penser une définition du communisme qui ne reste pas uniquement associée à l’histoire de l’URSS (p. 215).

3 Il est intéressant également de rappeler dans ce contexte l’opposition de Jacques Derrida à l’esprit de cette réforme qui réduisait les citoyens à de simples travailleurs. « En touchant à la ‘classe-de-philo’, en provoquant un débat virulent et national à ce sujet, la manœuvre Giscard-Haby a fait apparaître que la classe-de-philosophie n’était pas naturelle, neutre et intouchable ; dès qu’elle a cessé de répondre à telle transaction historico-politique, on peut la détruire comme on l’avait construite », https://redaprenderycambiar.com.ar/derrida/frances/derrida_corps.htm (Site consulté pour la dernière fois le 28 mars 2021).

4 Lucien Sève, Marxisme et théorie de la personnalité, Paris, Éditions sociales, 1969.

5 Voir Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, « Bakhtine démasqué », COnTEXTES [En ligne], Prises de position, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 28 mars 2021 : http://journals.openedition.org/contextes/5971

6 Lucien Sève effectue une allusion au scientifique Konstantin Tsiolkovski, « théoricien majeur de l’astronautique » (p. 165), sans pour autant mentionner les conceptions de Tsiolkovski sur le panpsychisme signifiant la coexistence de l’esprit et de la vie dans toute la matière.

7 Lucien Sève est revenu dans ses dernières conférences sur l’exigence de penser l’humanité au plus profond de la crise écologique. Voir la conférence donnée auprès de l’association EPS et société https://www.youtube.com/watch?v=UzVBaJne9DE et enregistrée le 9 avril 2017 (site consulté pour la dernière fois le 29 mars 2021).

8 Pour Lucien Sève, l’humanité ne fait de progrès que lorsqu’elle développe la totalité des potentialités humaines tandis que l’esprit du capitalisme repose sur leur aliénation au profit d’un petit nombre.

9 Dans ses analyses sur la bioéthique et l’anthropoéthique, Lucien Sève se rapproche intuitivement de la méthode proposée par Edgar Morin. Voir Robin Fortin, Comprendre la complexité, Introduction à la méthode d’Edgar Morin, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 215.

10 Voir les entretiens menés auprès du cinéaste Robert Guédiguian et du psychanalyste Roland Gori qui se réclament de la pensée de Lucien Sève. « De Lucien Sève à Robert Guédiguian et Roland Gori », L’Humanité, 24 septembre 2020, vol. 12, n°13100.

11 « Relire le philosophe Lucien Sève », L’Humanité, 10 décembre 2020, vol. 21, n° 2907.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Lucien Sève, Interventions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48653

Haut de page

Rédacteur

Christophe Premat

Maître de conférences en études culturelles à l’Université de Stockholm.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search