Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les fill...

Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural

Claire Federspiel
Les filles du coin
Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2021, 264 p., ISBN : 9782724627350.
Haut de page

Texte intégral

1Que signifie vivre et grandir en milieu rural pour un·e jeune, aujourd’hui, en France ? La jeunesse rurale est souvent décrite par la négative, en opposition à la jeunesse urbaine. La vie loin des grandes villes possède pourtant de nombreuses spécificités. C’est d’ailleurs pour mieux en rendre compte que la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) a décidé de mener l’enquête au centre de cet ouvrage1. Elle s’inscrit dans la lignée des recherches sociologiques récentes sur les jeunes ruraux de Nicolas Renahy, qui a décrit Les gars du coin (2010)2, et de Benoît Coquard, qui s’est penché sur Ceux qui restent (2019)3. Elle s’en distingue néanmoins par sa volonté de « déclin[er] au féminin » ses recherches (p. 261) et de s’intéresser, pour sa part, aux « filles du coin », à celles qui restent et dont « [o]n sait encore peu de choses » (p. 7). L’objectif principal de Yaëlle Amsellem-Mainguy, à travers cet ouvrage, est de « documenter comment les jeunes femmes vivent leur “jeunesse” en milieu rural » (p. 12).

2Pour ce faire, l’autrice met à disposition des lecteur·rices un matériau empirique considérable. Elle mobilise les résultats d’une enquête de terrain qu’elle a menée, entre février 2018 et février 2019, par entretiens et observations, dans la presqu’île de Crozon, dans les Ardennes, dans les Deux-Sèvres et dans le massif de la Chartreuse, auprès de deux cents jeunes filles âgées de 14 à 28 ans, majoritairement issues des classes populaires et de la petite classe moyenne, qui vivent en milieu rural (p. 17). L’ouvrage est ainsi riche de récits de vie et d’extraits d’entretiens qui dépeignent les conditions de vie, les expériences ainsi que les parcours de ces « filles du coin », de leur enfance à leur entrée dans la vie active, au fil de six chapitres. Son spectre est large : l’intégration dans la vie locale et les relations familiales (chapitre 1), la construction des groupes de copines et des sociabilités amicales (chapitre 2), les parcours scolaires (chapitre 3), les conditions d’emploi (chapitre 4), les loisirs (chapitre 5), la mise en couple (chapitre 6) sont autant de thèmes abordés, dans cet ouvrage.

3Parmi tous les intérêts de l’ouvrage, nous en mentionnerons trois principaux ici. Tout d’abord, il est donné au lecteur la possibilité de mieux cerner ce que signifie vivre en milieu rural. Yaëlle Amsellem-Mainguy met en effet en avant des éléments qui fondent le rapport au territoire, pour ses enquêtées. Vivre en milieu rural, c’est d’abord avoir l’impression d’un « vide ». La ruralité gagne à être comprise comme une « construction subjective », explique l’auteure (p. 16). Nombreuses sont en effet les jeunes filles à signaler en entretien qu’autour d’elles, « c’est mort », « c’est paumé », « y a que des champs », « y a beaucoup de personnes âgées » (p. 20). Ce sentiment de « rien » renvoie en fait aux réalités diverses auxquelles elles font face, selon les territoires : éloignement des services publics, mobilité difficile, manque de jeunes du même âge ou de loisirs dédiés aux jeunes, entre autres. Mais se dire du « coin » et revendiquer son appartenance locale est permis aussi par un autre élément : l’ancrage territorial. Les filles développent d’autant plus le sentiment d’« être d’ici » qu’elles participent à la vie locale (fêtes de village, clubs sportifs, pompiers volontaires, associations, par exemple) et que leurs parents et grands-parents, avant elles, ont fait de même et bénéficient d’une notoriété locale.

  • 4 L’auteure reprend là la notion de « capital d’autochtonie » (p. 26) définie par Jean-Noël Retière : (...)

4Cet ouvrage permet, ensuite, aux lecteur·rices de comprendre dans quelle mesure les territoires ruraux influent sur les parcours des « jeunes filles du coin ». Tous les chapitres reviennent, par exemple, sur le problème de la mobilité intraterritoriale, caractéristique forte du milieu rural. Pour toutes ces jeunes filles, les déplacements prennent en effet beaucoup de temps, sont financièrement coûteux et plus compliqués à organiser, surtout lorsque les transports en commun manquent. Leur vie quotidienne s’en retrouve affectée, et ce à tous les points de vue, que ce soit pour aller à l’école, faire des « virées » entre amies, faire ses courses ou pour trouver un emploi. Les jeunes rurales doivent donc « faire avec » et « s’adapter », et notamment compter sur le soutien de leur entourage pour faire « taxi », explique Yaëlle Amsellem-Mainguy. La forte interconnaissance est là une autre caractéristique notable du monde rural, que met en lumière cet ouvrage, tant elle marque les parcours des jeunes femmes. « Ici, tout le monde se connaît » dit-on (p. 68). « Être du coin », bénéficier d’une notoriété familiale et être imbriquée dans un groupes de copines « procure certaines marges de liberté » (p. 69). C’est la promesse d’un « capital d’autochtonie »4 c’est-à-dire d’autant de ressources produites par les sociabilités locales qui permettront aux jeunes femmes, par exemple, de profiter de la voiture d’une amie pour un trajet, d’avoir l’opportunité de rencontrer un nouveau compagnon et même, de décrocher un emploi. Yaëlle Amsellem-Mainguy prévient néanmoins que « [c]onnaître tout le monde », c’est aussi « être connue de tous » (p. 69). L’interconnaissance peut aussi influer négativement les parcours et « dev[enir] violence », en témoignent les cas de ces jeunes filles victimes de commérages, stigmatisées et mises à l’écart à l’école (p. 107-108) ou de cette femme exclue de la vie locale, en raison de son parcours amoureux jugé trop déviant (p. 221-224).

5Enfin, l’ouvrage démontre que la jeunesse rurale est loin d’être homogène. Les jeunes ruraux vivent des expériences différentes. Cela s’explique, premièrement, par la diversité des territoires que ces jeunes occupent. Ainsi Yaëlle Amsellem-Mainguy explique-t-elle que la recherche d’emploi ne se fait pas dans les mêmes conditions économiques dans les Ardennes, territoire qui souffre de la désindustrialisation, que dans la presqu’île de Crozon, espace touristique, avec une plus grande offre de petits emplois locaux l’été. Deuxièmement, les parcours de vie en milieu rural se distinguent au gré des inégalités de genre. Les filles sont ainsi bien plus limitées dans leurs déplacements et dans leurs activités que les garçons. À l’adolescence, par exemple, les sorties en deux-roues leur sont souvent interdites et les clubs de foot – qui deviennent non mixtes à partir d’un certain âge – leur sont fermés. C’est justement parce que Yaëlle Amsellem-Mainguy a fait le choix de se concentrer sur « les filles du coin » qu’elle parvient à rendre compte de ces rapports de genre, dans cet ouvrage. Troisièmement, l’auteure prend soin de rappeler systématiquement, dans chaque chapitre, qu’il existe aussi des différences entre les jeunes filles elles-mêmes. Toutes les filles qu’elles a rencontrées ne font pas la même expérience de la ruralité. Certaines se retrouvent marginalisées en raison de leurs pratiques culturelles minoritaires, comme cette jeune fille au style gothique-punk qu’a rencontrée l’auteure (p. 98). D’autres sont mises à l’écart en raison de leur précarité économique. Elles déménagent souvent, vivent dans des habitats isolés et vétustes. Elles se retrouvent alors rapidement en dehors des solidarités locales, n’ayant pas les moyens d’inviter des amies chez elles ou de faire des sorties payantes en groupe. Leur parcours est ainsi bien différent des « filles du coin » les plus dotées économiquement et socialement, qui s’appuient sur leur notoriété familiale et bénéficient d’un fort soutien local.

6Yaëlle Amsellem-Mainguy offre finalement un portrait des « filles du coin » à la fois précis, nuancé et vivant. On peut dire sans hésitation qu’elle a atteint son objectif initial. Il n’y a pas un chapitre qui ne donne la parole à ces jeunes femmes et qui ne donne à voir leur vie quotidienne dans les mondes ruraux, dans toutes leurs dimensions. L’ouvrage constitue ainsi un complément nécessaire aux recherches en sociologie de la jeunesse. Il intéressera aussi les professionnels de terrain qui accompagnent les jeunes au quotidien. Les économistes également gagneront à s’emparer de cet ouvrage s’ils sont désireux de mieux saisir les inégalités scolaires entre territoires et de mieux comprendre le fonctionnement du monde du travail en milieu rural. Plus largement, cet ouvrage a la grande qualité d’être accessible à toutes et tous, chacun·e pourra donc y trouver son intérêt propre.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage est une adaptation d’un rapport d’étude qu’a publié l’auteure, en 2019, dans le cadre de ses activités de recherche à l’INJEP : Amsellem-Mainguy Yaëlle, en collaboration avec Voisin Sacha-Gaspar, « “Les filles du coin” : Enquête sur les jeunes femmes en milieu rural. Sociabilités dans l’espace local rural populaire », Injep Notes & rapports/rapport d’étude, 2019.

2 Voir Renahy Nicolas, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Sciences humaines et sociales », 2010. Compte rendu de Dominique Budin pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/5418.

3 Voir Coquard Benoît, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte, coll. « L’envers des faits », 2019. Compte rendu de Kevin Diter pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/39690.

4 L’auteure reprend là la notion de « capital d’autochtonie » (p. 26) définie par Jean-Noël Retière : Retière Jean-Noël, « Autour de l'autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 16, n° 63, 2003, p. 121-143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Federspiel, « Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48658

Haut de page

Rédacteur

Claire Federspiel

Doctorante en économie et en histoire de la pensée économique (Université Paris 1). Agrégée de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search