Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Willard V. O. Quine, Joseph S. Ul...

Willard V. O. Quine, Joseph S. Ullian, La fabrique des croyances. Une introduction au raisonnement scientifique

Jean Zaganiaris
La fabrique des croyances
Willard Van Orman Quine, Joseph S. Ullian, La fabrique des croyances. Une introduction au raisonnement scientifique, Genève, Markus Haller, 2021, 273 p., trad. Florian Cova, ISBN : 978-2-940427-46-8.
Haut de page

Texte intégral

1Quels sont les rapports entre croyances et savoirs ? Quels sont les critères permettant de déterminer si une connaissance peut prétendre à la scientificité ? Est-ce que le fait qu’une affirmation est reconnue comme étant vraie par le plus grand nombre constitue une raison suffisante pour l’accepter en tant que telle ? C’est à ces questions que tentent de répondre les auteurs de l’ouvrage, en énonçant le ton dès le début : « Ce qui fait la science, c’est son système, pas le sujet sur lequel elle porte. Et ce qui fait le système, c’est l’application judicieuse de la logique, La science prend ainsi sa source dans la recherche rationnelle de la vérité » (p. 13). La recherche scientifique peut porter sur une diversité de sujets à condition de renoncer à la superstition et de privilégier le raisonnement. Renoncer aux superstitions, à la magie, et adopter une posture logique implique dès lors d’interroger nos croyances : comment est-ce qu’elles se forment et se maintiennent ? Sont-elles compatibles ou non avec le raisonnement scientifique prétendant à la vérité ?

2Les croyances ne sont pas stables. Elles se modifient perpétuellement et peuvent entrer en conflit les unes avec les autres. Dès lors, comment déterminer si une croyance est vraie ou fausse ? Pour les auteurs, les croyances peuvent donner une dimension mystique à des termes tels que « savoir », « connaissance » et « vérité », rendant floue la frontière entre ce que l’on croit et ce que l’on croit être vrai. Pour éviter la confusion, il est nécessaire de pouvoir s’appuyer sur le langage : « La vérité est une propriété des phrases que partagent toutes celles qui pourraient être affirmées de façon correcte » (p. 31). Confronter nos croyances avec notre raison permet de rejeter celles qui sont incohérentes. Le point de départ de tout raisonnement scientifique consiste à mettre de la cohérence dans nos idées, en déterminant quelles sont les croyances que nous devons abandonner si nous souhaitons essayer d’atteindre la vérité.

3L’étape suivante consiste à savoir bien observer afin de déceler les fausses croyances. L’observation n’est pas tant à entendre au sens sociologique du terme mais plutôt à travers sa dimension langagière. Les énoncés d’observation permettent de rendre compte des objets extérieurs et d’entretenir des liens logiques avec l’élaboration d’une théorie scientifique : « Un énoncé d’observation est une phrase pour laquelle on peut raisonnablement s’attendre à l’accord des différents témoins au moment où se déroule la situation ou l’événement qu’elle décrit » (p. 49). Toutefois, même si les auteurs reconnaissent l’existence d’un point de contact entre le langage et l’expérience, nous ne pouvons les suivre entièrement sur la dimension purement formelle de l’énoncé d’observation. Se limiter à décrire langagièrement la réalité sociale revient à fétichiser le langage et dès lors remplacer une croyance par une autre, plutôt que de se confronter empiriquement au réel en adoptant les rigueurs de la démarche sociologique et de ses outils qualitatifs ou quantitatifs. L’ouvrage de Quine et Ullian ouvre la stimulante question d’une combinaison heuristique des approches philosophiques et sociologiques. Comme le disent très bien les auteurs, chacun d’entre nous contribue, à travers ses observations – qui peuvent donc se faire de manière multiple –, à l’édification d’un savoir commun que nous partageons tous, ce qui à la fois rend la science possible mais difficile à atteindre. Il est dommage dès lors de ne pas inclure une réflexion sur la transdisciplinarité.

4Si chacun peut apporter sa pierre à l’édifice scientifique – le bon sens est la chose du monde qui est en effet la mieux partagée –, comment faire le tri entre la scientificité ou la non scientificité de l’apport ? Pour cela, le point de départ est la prise en compte de ce qui est « auto-évident ». Une phrase est logiquement vraie quand elle constitue « l’instance d’une forme logique valide » (p. 73). Lorsque nous disons qu’un homme célibataire est un homme non marié, notre énoncé peut prétendre à la validité de par son auto-évidence. Le langage permet de rendre compte des implications – c’est-à-dire du fait qu’un énoncé peut en impliquer un autre – et de construire un raisonnement logique susceptible de donner de la cohésion à nos croyances. Certes, comme le montre le rapport complexe des mathématiciens au postulat d’Euclide ou bien l’adhésion au modèle géocentrique avant les apports de Copernic ou Galilée, des principes auto-évidents que l’on a cru vrai à telle ou telle époque peuvent être remis en cause. C’est en ce sens que les auteurs insistent sur l’importance de l’hypothèse dans le raisonnement, en tenant compte de la plausibilité de leurs conséquences, et aussi du témoignage, entendu comme une extension de nos sens.

5Même si elle reste majoritairement conservatrice, une connaissance scientifique est possible, notamment par la prise de conscience réflexive de « l’ignorance de notre ignorance » (p. 111). L’intérêt du livre de Quine et Ullian est de rompre à la fois avec les postures relativistes, affirmant que toutes les croyances se valent, et les postures dogmatiques, fétichisant abusivement le scientisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Willard V. O. Quine, Joseph S. Ullian, La fabrique des croyances. Une introduction au raisonnement scientifique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48662 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48662

Haut de page

Rédacteur

Jean Zaganiaris

Professeur de philosophie, lycée Descartes de Rabat.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search