Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Arnaud Alessandrin et Johanna Dag...

Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn (dir.), « Discriminations territoriales. Ville & Banlieue », Les cahiers de la LCD, n° 12, 2021

Manon Ratel
Discriminations territoriales
Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn (dir.), « Discriminations territoriales. Ville & Banlieue », Les cahiers de la LCD, n° 12, janvier 2021, 144 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 978-2-343-22066-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre le 1er mars et le 19 avril 2020.
  • 2 Quartiers fixés par l’article 5 de la loi de programmation pour la Ville et la cohésion urbaine en (...)

1Selon Santé publique France, en Seine-Saint-Denis, le taux de surmortalité a atteint 134 % durant le pic de la pandémie de covid-191, contre 99 % pour Paris intra muros. Les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV)2, notamment, ont « payé un lourd tribut » (p. 13) à la société. Ce constat vient souligner la force des inégalités qui touchent les populations selon les territoires, y compris devant la mort. Dans le prolongement de cette actualité, le douzième numéro de la revue Les cahiers de la LCD propose plusieurs entrées sur la notion de « discriminations territoriales » qui amène à repenser le concept et à comprendre les phénomènes qui le sous-tendent.

2Le dossier est divisé en trois parties composées de différentes contributions : deux entretiens auprès de chercheurs, deux articles de chercheuses et chercheur et deux entretiens avec des hommes politiques. Il traite du sujet à travers un ensemble de positionnements multi-situées et complémentaires dans la compréhension des enjeux en question.

3La première partie du dossier thématique propose de définir la notion de discrimination territoriale et de rendre compte de la confusion des sens et des usages qu’elle peut recouvrir. Les sociologues Thomas Kirszbaum et Renaud Epstein déconstruisent cette notion dans leurs entretiens respectifs et permettent de la distinguer d’autres phénomènes qui sont parfois confondus. Kirszbaum insiste ainsi sur les effets du discours relatif aux discriminations territoriales, qui conduisent d’après lui à évacuer des problématiques inhérentes à la question de territoire, notamment à « masquer la dimension ethno-raciale des inégalités territoriales en mobilisant la catégorie du territoire » (p. 28). Cette critique selon laquelle l’entrée par le territoire comporte un risque d’effacement de la dimension individuelle se retrouve dans l’ensemble des contributions de ce numéro, bien qu’une perspective principale se dégage dans chaque partie : la première est théorique, la seconde est pratique et la dernière est politique.

4Kirszbaum appelle également à « se méfier de l’équivalence trompeuse entre ségrégation et discrimination » (p. 28). La ségrégation est un processus multifactoriel ; si la discrimination ethnoraciale est difficile à mettre en évidence, la discrimination territoriale permet de comprendre la situation des « populations minoritaires […] concentrée dans un même quartier » (p. 31).Le second entretien mené auprès de Renaud Epstein clarifie le caractère polysémique de la notion de discrimination territoriale, tout du moins les implications pratiques qu’elle peut engendrer dans l’action publique. Ainsi, « la notion de “discrimination territoriale” ne prend pas le même sens pour tous : pour les [élus socialistes], elle désigne des inégalités de traitement d’individus liées à leur lieu de résidence quand pour les [élus communistes], il s’agit des inégalités de traitement des territoires eux-mêmes » (p. 39). Les acteurs de l’action publique administrent la politique locale très différemment selon que la problématique est pensée au prisme du territoire (place) ou des individus qui l’occupe (people). En cela, Renaud Epstein rejoint Thomas Kirszbaum qui souligne que « considérer les “effets de quartiers” comme une source de discrimination territoriale a des conséquences politiques très différentes selon que l’on s’attache à remédier aux carences de l’action publique ou à réduire la concentration spatiale de la pauvreté et, implicitement, celle des minorités ethniques » (p. 32).

5La seconde partie du dossier articule deux articles dont les perspectives se rencontrent, tout particulièrement au niveau de la description de processus d’invisibilisation de certains groupes sociaux-territoriaux. L’article de Corinne Luxembourg met en évidence l’existence de « stéréotypes de territoire » et les rapports de domination qui en découlent. La chercheuse avise l’observateur des risques propres aux démarches de classification, qui contribuent à réifier des catégories sociales ou spatiales, là où la focale devrait être placée sur des «processus à l’œuvre par l’intermédiaire de l’étude de rapports changeants » (p. 53). Ce papier permet de faire la synthèse entre les dimensions objectives et subjectives des inégalités, en soulignant « l’invisibilisation de la violence symbolique faite à la population d’un territoire » (p. 59).

6L’article qui suit donne une lecture très poussée du contraste des situations territoriales dans le domaine de la santé, à travers une approche localisée extrêmement dense de Julia Bardes, Stéphan Rican et Zoé Vaillant. Les auteures effectuent une analyse comparative sur les inégalités d’accès au dépistage du cancer du sein dans 33 QPV situés dans 17 villes d’Île-de-France ; cette approche est originale dans la mesure où elle repose sur les diagnostics territoriaux d’étudiants en master de géographie de la santé menés entre 2011 et 2015. Sachant que le principe « d’égalité et d’indivisibilité de la République » rend impossible l’identification de « critères ethnico-socio-économique » (p. 69), les acteurs de l’action publique ont tendance à privilégier une approche zonale du public. Il est difficile de rendre compte ici de la densité des données de cet article relatives aux dispositifs de santé déployés sur ces QPV, mais il en ressort globalement une intensification de la segmentation du territoire. L’étude démontre ainsi que le « mode d’élaboration d’une politique locale sur projet potentialise les inégalités (et la concurrence pour les ressources) entre les territoires » (p. 81). Les auteures soulignent également le « décalage entre l’importance des enjeux en question et la fragilité des dispositifs sur lesquels repose en partie la mise en œuvre des politiques » (p. 82).

7Bardes, Rican et Vaillant décrivent effectivement en quoi les logiques évaluatives (conditionnement du renouvellement des dispositifs aux impératifs de visibilité et de rapidité) favorisent les pratiques en direction des territoires facile d’accès – renforçant de fait l’exclusion des territoires les plus difficile d’accès –, où les résultats répondent aux attentes, qui seraient « souvent court-termistes », alimentant alors un « cercle vicieux » (p. 85). Ceci leur permet de conclure que la moyennisation par le territoire contribuerait à gommer ses nombreuses aspérités. Cette analyse souligne que « la dispersion spatiale ou la “submersion” spatiale des catégories sociales pauvres (et issue de l’immigration en général) par d’autres catégories plus aisées peut contribuer à invisibiliser les inégalités (notamment en atténuant les contrastes spatiaux par lesquels on mesure les inégalités) et donc les discriminations socio-raciales qui sont à l’œuvre » (p. 86). C’est pourquoi les auteures invitent finalement à penser la notion de gradient afin de nuancer des lectures trop homogénéisante par le territoire qui donnerait une « vision clivée entre quartiers pauvres versus tous les autres sans nuancer davantage cette catégorie socio-spatiale » (p. 87).

8Enfin, le dossier est complété par deux entretiens de figures politiques locales que sont Philipe Rio et Gilles Poux ; deux maires communistes du bassin parisien. Poux, maire de La Courneuve depuis 1996 est connu pour avoir porté plainte au nom de sa ville auprès de La Halde pour discrimination territoriale en 2009 et donc participé de la visibilisation du concept et des problématiques qu’il sous-tend. Sa position politique rejoint le constat établi par les sociologues précédemment cités, selon lesquels les moyens de la politique de la ville manquent d’intensité et d’adéquation aux besoins nécessaires pour corriger les inégalités présentes sur le territoire : « Tout d’abord la banlieue a toujours été le parent pauvre des politiques régaliennes. Au lieu de remettre à niveau les moyens de l’État pour l’école, la justice, la santé, la police, l’emploi… l’on a créé un dispositif annexe “la politique de la ville”, une sorte de saupoudrage dérisoire pour apaiser les esprits » (p. 110).

  • 3 Atelier santé ville.

9Les différentes contributions du dossier permettent d’élargir et de clarifier la focale sur la question des discriminations territoriales, tout en illustrant la problématique autour de conséquences pratiques de certains dispositifs territorialisés (QPV, ASV3, etc.). Les deux premières parties du dossier soulignent les effets discriminants, voire stigmatisants de certains programmes de l’action publique (financement sur projet, catégorie spécifique etc.), alors que la dernière partie dresse un bilan politique définitivement critique de la politique de la ville, et des conséquences du traitement médiatique des quartiers, entre autres (« par ces mots, c’est tout un territoire qui est touché, dont chaque individu porte le fardeau » (Rio, p. 101). Ce numéro offre une lecture complète d’un sujet d’actualité qui laisse définitivement ouvert le champ de recherche et d’action sur les discriminations territoriales.

Haut de page

Notes

1 Entre le 1er mars et le 19 avril 2020.

2 Quartiers fixés par l’article 5 de la loi de programmation pour la Ville et la cohésion urbaine en février 2014.

3 Atelier santé ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Ratel, « Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn (dir.), « Discriminations territoriales. Ville & Banlieue », Les cahiers de la LCD, n° 12, 2021 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 avril 2021, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48673 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48673

Haut de page

Rédacteur

Manon Ratel

Doctorante en science politique à l’Université de droit et science politique de Montpellier, affiliée au laboratoire du CEPEL.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search