Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Joris Thievenaz (dir.), « La théo...

Joris Thievenaz (dir.), « La théorie de l’enquête de John Dewey », Recherche & formation, n° 92, 2019

Adèle Payet
La théorie de l’enquête de John Dewey
Joris Thievenaz (dir.), « La théorie de l’enquête de John Dewey », Recherche & formation, n° 92, 2019, 150 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9791036203022.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notre compte rendu ne suit pas la trame du dossier, qui ne présente pas de progression particulière (...)

1La théorie de l’enquête de John Dewey nous propose un modèle universel de l’apprentissage. Mais quelle différence y a-t-il entre une enquête scientifique et une enquête non scientifique ? Est-ce que toutes les expériences fonctionnent selon ce modèle ? C’est ce problème que les différents contributeur·rices viennent ici traiter avec trois objectifs : éclaircir le concept d’enquête en montrant ses enjeux épistémologiques, méthodologiques et théoriques, montrer sa pertinence pour les sciences de l’éducation et de la formation, et trouver des méthodes d’application pour différents terrains. Ce troisième objectif fait l’originalité de l’approche proposée : comment rendre cet outil théorique opératoire et quelles sont ses limites ? Ce numéro de Recherche & formation est plus qu’un dossier sur la théorie de l’enquête de John Dewey, c’est une critique du modèle qui teste sa force heuristique sur de la matière empirique1.

  • 2 Dewey John, Logic: The Theory of Inquiry, New York, Henry Holt and Company, 1938.

2Chaque article rappelle les traits essentiels de l’enquête, structurée autour de cinq étapes : le doute, l’institution du problème, la suggestion de méthodes de résolution, le raisonnement par la série d’expérimentation et la réunification de la situation par le retour d’une relation de continuité provisoire avec l’environnement2. L’article de Joëlle Zask est alors celui qui identifie le plus clairement une tension : « l’enquête selon John Dewey est à la fois rare et ordinaire » (p. 83). Elle rétablit le sens de ce paradoxe en l’inscrivant dans un projet politique : exporter la méthode expérimentale des sciences de la nature dans les sciences sociales et dans la société pour en faire un moteur de démocratisation. En rappelant l’origine biologique et culturelle du processus d’enquête, Joëlle Zask montre comment Dewey élabore en réalité un concept critique : si l’enquête est rare, c’est que nos environnements sociaux ne parviennent pas à répondre aux besoins de l’espèce humaine. Elle essaie alors d’identifier les obstacles qui gênent à la fois la mise en place du processus d’enquête et la démocratisation de la société qui lui est corrélée. Selon son diagnostic, il y a d’une part des conditions économiques qui véhiculent une conception rétrécie de l’individu dont la fonction et le bonheur sont dirigés vers l’accumulation de capital, et d’autre part des environnements scolaires nuisibles reposant essentiellement sur des méthodes autoritaires. Ainsi, Joëlle Zask restitue le sens politique de cette théorie qui ne réclame que des conditions environnementales pour réaliser un idéal éducatif : permettre aux individus d’apprendre par eux-mêmes dans des collectifs qui leur donnent les ressources intellectuelles et matérielles nécessaires.

3Michel Fabre rapporte la théorie de l’enquête à une intuition fondamentale chez Dewey : le monde dans lequel nous vivons est devenu problématique et nous avons besoin d’une méthode qui articule le doute à la certitude provisoire. Son article explore plus particulièrement la distinction épistémologique entre les enquêtes scientifique et non scientifique. Pour lui, si Dewey voit dans l’enquête un trait essentiel de la pensée au contact de son environnement, c’est que la pensée scientifique est de même nature que la « pensée commune ». Il n’y a entre elles qu’une différence de degré dans la sophistication et la quantité d’outils conceptuels, mais la structure générale reste la même. Un problème apparaît lorsqu’il y a un « trou » dans l’expérience, lorsqu’une routine échoue et que l’individu se retrouve en face de contradictions. Brigitte Albero pose quant à elle une distinction plus tranchée entre les processus d’enquête scientifiques et non scientifiques. Elle identifie d’un côté une recherche formelle, plus longue, ordonnée à des critères rigoureux et formulée selon une « rhétorique de la preuve », et une enquête pratique, soumise à d’autres contraintes, encadrée par une expertise professionnelle où règne plutôt une « rhétorique de la conviction » (les arguments ne sont pas soumis aux procédures de vérification scientifique).

4L’enquête est donc un genre aux espèces multiples. Pour appliquer un concept susceptible de recouvrir des réalités tout à fait différentes, un cadre méthodologique est nécessaire. Joris Thievenaz énonce quatre écueils : la naturalisation du concept, son cloisonnement, sa dilution et sa survalorisation. Le premier consiste à tomber dans un « réalisme naïf » qui confond le modèle et la réalité. Le modèle interprète la réalité mais n’en propose jamais une description tout à fait adéquate. De là un deuxième écueil, celui de vouloir retrouver toutes les composantes de l’enquête canonique. Joris Thievenaz encourage au contraire les chercheur·es à prendre une certaine distance avec le schème théorique, à le rendre plus souple en ne mobilisant que certaines composantes et en adaptant le modèle aux besoins de la situation rencontrée. Il ne faut pas également trop « diluer » le modèle et le généraliser à outrance (troisième écueil). En voyant de l’enquête partout, on manque « l’originalité » et la « radicalité » du concept d’enquête qui admet un certain champ de validité. Enfin, le dernier écueil consiste à faire entrer dans la définition de l’enquête une valeur positive et à s’y référer pour promouvoir des phénomènes, alors qu’elle peut tout à fait aboutir à des raisonnements erronés. Ces quatre écueils posent le postulat épistémologique et méthodologique du dossier : l’enquête n’est qu’un outil théorique qu’il faut rendre opérationnel en lui faisant subir un certain nombre d’ajustements et en restant toujours vigilant à la réalité qu’on essaye d’interpréter.

  • 3 Veyrunes Philippe, Bertone Stefano, Durand Marc, « L’exercice de la pensée critique en recherche-fo (...)

5À partir de ce cadre méthodologique, le dossier propose quelques études de cas qui étudient la fonction de l’enquête dans les apprentissages des adultes : l’une est effectuée dans un service hospitalier spécialisé en traumatismes crâniens et l’autre porte sur l’activité d’une psychomotricienne. Ainsi, deux situations très différentes sont abordées avec une méthodologie qui accompagne les participantes dans une démarche pré-réflexive3. Il s’agit de filmer et d’enregistrer des séquences, puis de réaliser des entretiens avec les professionnelles en leur proposant de visionner leurs propres pratiques pour susciter un retour réflexif sur les moments de doute et d’incertitude. Joris Thievenaz (pour le premier cas) montre que le modèle de Dewey fonctionne à condition qu’on l’utilise de manière souple. Les activités de recherche et d’exploration peuvent se réaliser de façon non linaires, revenir instituer le problème après avoir proposé des hypothèses, et des micro-enquêtes peuvent s’ouvrir à l’intérieur du processus. L’étude de Marion Pagetti sur le second cas vient encore plus tester la puissance heuristique du modèle en exploitant la dimension corporelle trop souvent négligée dans le processus d’enquête que l’on réduit généralement à une démarche intellective. Les vidéos montrent chez la psychomotricienne les gestes d’hésitations, le « tâtonnement des corps », la prise d’informations sensorielles. Cet article ajoute ainsi un contre-point intéressant en envisageant la mobilisation de processus réflexifs peu rationnalisés et peu organisés par l’éprouvé.

6Enfin, on apprécie particulièrement la présence inédite d’un court texte de Dewey, jusqu’à présent non traduit : « L’éducation progressiste et la science de l’éducation » (1928)4, qui s’avère extrêmement riche. À partir d’une évaluation critique des écoles progressistes, il élabore des critères pour repenser le progrès de l’expérience et sa mise en œuvre dans un contexte scolaire. Loin d’un laissez-faire pédagogique, le professeur doit organiser les contenus et diriger l’élève dans un processus d’exploration. Mais il ne s’agit que de grandes lignes d’activités seulement suggérées par l’adulte et qui laissent à l’enfant la liberté de participer également à la construction de son parcours. En réalité, le but de Dewey n’est pas tant de délivrer des recettes pédagogiques que de parvenir à formuler de manière claire le problème de l’éducation : comment faire pour que, dans des conditions tout à fait artificielles, l’apprentissage se produise de manière naturelle et nécessaire ? Nous avons là un problème philosophique, c’est-à-dire profondément lié aux conditions de l’expérience et ne pouvant trouver que des solutions provisoires : « résoudre le problème consistant à découvrir les causes de l’apprentissage est un processus infini » (p. 81).

7Pour qui s’intéresse à la théorie de l’enquête, et plus largement à l’application des concepts de Dewey, ce dossier est extrêmement utile. Il faudrait encore varier les cas d’application et observer par exemple des processus d’enquête où les acteur·ices se montrent plus autonomes dans l’encadrement méthodologique de leurs enquêtes et moins tributaires de l’intervention du chercheur·e. Il faudrait également regarder ces situations dans lesquelles l’enquête bloque afin d’interroger ses conditions de possibilités et insister encore sur l’importance de l’environnement social et matériel dans les dynamiques d’apprentissage. Ce numéro de Recherche & formation n’épuise donc pas toute la complexité de la théorie de l’enquête, mais il contribue néanmoins à l’enrichir et défriche un terrain peu exploré avec des ressources à exploiter dans les sciences de l’éducation et de la formation.

Haut de page

Notes

1 Notre compte rendu ne suit pas la trame du dossier, qui ne présente pas de progression particulière ; il tente de reconstruire un ordre de réflexion à l’aune de la problématique que nous avons identifiée.

2 Dewey John, Logic: The Theory of Inquiry, New York, Henry Holt and Company, 1938.

3 Veyrunes Philippe, Bertone Stefano, Durand Marc, « L’exercice de la pensée critique en recherche-formation : vers la construction d'une éthique des relations entre chercheurs et enseignants débutants », Savoirs, vol. 2, n° 2, 2003, p. 51-70, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-savoirs-2003-2-page-51.htm.

4 P. 71-82, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/rechercheformation/5686.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adèle Payet, « Joris Thievenaz (dir.), « La théorie de l’enquête de John Dewey », Recherche & formation, n° 92, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 avril 2021, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48682

Haut de page

Rédacteur

Adèle Payet

Doctorante en philosophie politique à l’ENS de Lyon (UMR 5206) et à l’Université Laval (Institut d’éthique appliqué).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search