Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Clémence Seurat et Thomas Tari, C...

Clémence Seurat et Thomas Tari, Controverses mode d’emploi

Corinne Delmas
Controverses mode d'emploi
Clémence Seurat, Thomas Tari, Controverses mode d'emploi, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2021, 320 p., préf. Bruno Latour, Version collector, ISBN : 9782724627107.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Lemieux Cyril, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire in (...)
  • 2 Cinquante ans plus tôt, c’est-à-dire dans les années 1970 et 1980 (avec le « programme fort » de Da (...)
  • 3 Aujourd’hui Mines ParisTech.
  • 4 Des « ateliers de sociologie populaire des controverses » sont ainsi menés en 2019 et en 2020 à Par (...)
  • 5 Le programme Forccast, lauréat de l’appel d’offres lancé par l’Agence nationale de la recherche à p (...)

1En sciences sociales, les controverses constituent des objets privilégiés en tant que révélateurs de rapports de force, de positions institutionnelles ou de réseaux sociaux habituellement peu visibles, mais aussi en tant que phénomènes contribuant à la transformation du monde social1. Pour les science studies en particulier, leur étude permet d’appréhender la science en train de se faire et de saisir les désaccords, doutes et indécisions qui en constituent les états premiers. Si cette démarche est à l’origine indissociable d’une approche critique de l’autorité scientifique établie, la situation est aujourd’hui différente, souligne Bruno Latour dans sa préface ; il s’agit désormais de restituer un peu de confiance dans les institutions scientifiques et de faire en sorte que « ce qui était alors2 considéré comme une attaque contre les sciences soit aujourd’hui envisagé comme un moyen de rassurer les élèves autant que les enseignant.e.s sur la fiabilité du travail des scientifiques » (p. 11-12) en mettant en exergue tous les ingrédients nécessaires à la production de faits scientifiques robustes. Ce pari aurait motivé les initiatives à l’origine de cet ouvrage, à savoir le lancement d’un cours de cartographie des controverses à l’École des mines de Paris3 « afin de former les étudiant.e.s à prendre en compte les dimensions sociales et politiques de leurs innovations dès le stade de la conception », puis à Sciences Po « pour enseigner à ne jamais disjoindre les problèmes de société de leurs aspects scientifiques et techniques » (p. 36), mais aussi auprès de citoyens pour se repérer et agir en situation d’incertitude4. En 2009, un médialab y est fondé ; ce laboratoire interdisciplinaire explorant les croisements entre sciences sociales et numérique porte, trois ans plus tard, un programme de « formation par la cartographie des controverses à l’analyse des sciences et des techniques » (Forccast). Cet ouvrage dresse une sorte de bilan de ce programme, clos en 20195.

2Une introduction propose une définition opérationnelle des controverses, permettant à la fois d’identifier des cas intéressants mais aussi d’en saisir les enjeux et processus ; la controverse y est donc appréhendée en tant que « situation dans laquelle un différend/désaccord entre plusieurs parties – chaque partie engageant des savoirs spécialisés et aucune ne parvenant à imposer des certitudes – est mis en scène devant un tiers. Une controverse est caractérisée par un enchevêtrement d’enjeux variés, de faits et de valeurs, ainsi que par le fait que s’y jouent simultanément une définition de la technique et du social » (p. 28). Cette définition posée, la première partie propose de considérer les objets du monde qui nous entourent comme intrinsèquement sociaux et politiques, en analysant leur histoire et leur construction dans le cadre d’une approche « sociotechnique ». Une deuxième partie est ensuite consacrée à « la prolifération des controverses », tandis que la dernière cible « la pratique de l’enquête ».

3La première partie, consacrée au « regard sociotechnique », propose trois parcours dans des lieux du territoire parisien. Le premier suit l’eau dans la ville de Paris et ses usages à travers l’évolution des infrastructures « invisibilisées » que constituent les réservoirs d’eau ; celui de Montsouris est pourtant resté longtemps l’une des plus grandes réserves du monde d’une eau dont la gestion passe, jusqu’à la fin du XXe siècle, par la méthode du « truitomètre ». Ce premier parcours, aquatique, traite ensuite du pouvoir purificateur de l’eau à partir du cas des bains-douches parisiens et de leur essor, pour se conclure sur le recours à la géothermie par la piscine de la Butte-aux-Cailles. Le deuxième parcours interroge les relations entre techniques et sociétés en s’intéressant à des objets en réseaux tels que le vélo, dont la construction sociale est retracée à partir de la collection du musée des Arts et Métiers de Paris. Le cloud constitue un deuxième exemple, traité à partir du territoire de la Seine-Saint-Denis, qui accueille aujourd’hui la plus grande concentration d’Europe de data-centers : 123 en Île-de-France en 2019. Ce parcours se conclut sur les réappropriations successives des sites des transformateurs électriques de Bagnolet, mis au point à la fin du XIXe siècle, temporairement squattés avant d’être investis par un développeur immobilier. Le troisième parcours cible des institutions attestant par leur histoire de la co-construction du corps des femmes par les sciences et les sociétés. Il s’ouvre sur l’invention de la race par le muséum au XIXe siècle, au temps des zoos humains et d’une frénésie classificatrice que le destin de Saartjie Baartman – dite la « Vénus hottentote » – permet d’historiciser. Les deux textes suivants ciblent l’hôpital de la Salpêtrière, où la femme sera définie au XIXe siècle par l’hystérie, folie associée au sexe féminin, et où, un siècle plus tard, en 1974, est pratiquée la première analgésie péridurale, devenue depuis la norme au nom d’un supposé « choix des femmes », sans que pour autant leur avis ne soit souvent demandé…

4La deuxième partie vise à rendre compte de la richesse et de la diversité des controverses contemporaines à partir de cinq d’entre elles. La première, sur le burn-out, traite de la reconnaissance d’une souffrance provoquée par le travail dans une nomenclature médicale (comme maladie), mais aussi politique et juridique (en tant que maladie professionnelle), et questionne le caractère performatif du concept : pourquoi donner un nom à l’épuisement professionnel ? La deuxième, sur le glyphosate, met au défi la capacité des démocraties contemporaines, confrontées au sujet complexe de l’emploi des pesticides, à changer de modèle agricole. La troisième, sur le projet d’aménagement de la forêt sauvage de Romainville, soulève la question de la place à donner à la nature en ville ; ce projet suscite des débats se transformant au fil des décennies et variant selon l’échelle, du voisinage, de la commune, de la métropole, de la région, des espèces constitutives de la biodiversité... La quatrième, sur les rats à Paris, pointe la difficulté à quantifier la présence de rongeurs associés à des représentations souvent négatives. La dernière controverse, sur les forages en eau profonde, ou deep sea mining, atteste le lien souvent étroit entre la production de connaissances scientifiques et les conquêtes industrielles et commerciales, mais aussi les modalités d’émergence d’un débat public autour d’un sujet mobilisant des savoirs experts.

5Enfin, la dernière partie évoque la dimension pédagogique de la cartographie des controverses et son dialogue avec de multiples disciplines : sciences de l’éducation, anthropologie, sociologie qualitative, sciences du design, arts oratoires... Un premier texte met en avant les vertus supposées d’une démarche qui, en entretenant le doute, contribuerait à forger l’esprit critique. Un deuxième en présente les parti-pris, notamment descriptifs, et les modalités de collecte de matériaux. Le troisième traite de la mise en forme des résultats de l’enquête, via la fabrication et l’écriture de sites web invitant à un recours extensif à l’écriture hypertextuelle, particulièrement ajustée au travail de mise en relation que nécessite la cartographie d’une controverse ; chaque étude de controverse a donné lieu à une publication numérique mise en ligne et largement accessibles6. Le texte suivant évoque les restitutions orales de controverses expérimentées dans le cadre de Forccast sous forme de simulations de négociations diplomatiques, de débats publics et de cas de gouvernance. Les enquêtes ont ainsi été présentées sous forme de sites web associés à des créations collectives relevant du théâtre, du cinéma ou de la poésie, comme le précise le dernier texte insistant sur les vertus de la création dans les apprentissages.

  • 7 À l’instar d’autres ouvrages, tels que Gingras Yves (dir.), Controverses. Accords et désaccords en (...)
  • 8 Ce programme et son prolongement, sous forme d’un centre des controverses au sein de l’Institut des (...)

6Si les parties de l’ouvrage apparaissent relativement disjointes, chacune présente un intérêt spécifique. Les textes de la première partie, courts mais complétés de bibliographies et d’illustrations, proposent un cheminement original en Île-de-France tout en présentant de manière accessible l’approche sociotechnique. La deuxième partie, aux textes moins concis, offre un panorama stimulant sur quelques controverses diversifiées qui ont été traitées dans un cadre académique7. La troisième invite à la réflexion sur les innovations pédagogiques, en lien notamment avec le numérique, et sur l’apport de la cartographie. Ce livre original offre finalement plusieurs niveaux de lecture possibles. Témoignage sur un programme de formation8, il s’apparente aussi à une introduction à l’ethnographie des sciences et des techniques promue par Bruno Latour, à l’origine de ce programme, tout en montrant l’intérêt scientifique mais également pédagogique de l’étude des controverses.

Haut de page

Notes

1 Cf. Lemieux Cyril, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 25, 2007, p. 191-212. Pour une mise au point sur l’étude des controverses en STS (science and technology studies), voir aussi Zilsel, n° 2, 2017, « Frictions ».

2 Cinquante ans plus tôt, c’est-à-dire dans les années 1970 et 1980 (avec le « programme fort » de David Bloor et les recherches fondatrice de Harry Collins). Sur cette histoire, voir notamment Pestre Dominique, Introduction aux science studies, Paris, La Découverte, 2006.

3 Aujourd’hui Mines ParisTech.

4 Des « ateliers de sociologie populaire des controverses » sont ainsi menés en 2019 et en 2020 à Paris (p. 24).

5 Le programme Forccast, lauréat de l’appel d’offres lancé par l’Agence nationale de la recherche à propos des initiatives d’excellence en formations innovantes (IDEFI), a été financé de 2012 à 2019. Fondé par Bruno Latour et Bruno Bouillier, puis dirigé par Nicolas Benvegnu et Thomas Tari, ce programme hébergé à Sciences Po associe des établissements du supérieur et du secondaire.

6 https://controverses.org/fr/studies/

7 À l’instar d’autres ouvrages, tels que Gingras Yves (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS, 2014.

8 Ce programme et son prolongement, sous forme d’un centre des controverses au sein de l’Institut des compétences et de l’innovation de Sciences Po, sont succinctement présentés en fin d’ouvrage (p. 313). À cet égard, on peut regretter que le déroulement concret du programme, les modalités d’articulation entre recherche et formation, ainsi que sa diffusion réelle et son effectivité ne soient pas davantage explicités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Clémence Seurat et Thomas Tari, Controverses mode d’emploi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 avril 2021, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48714

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Professeure de sociologie à l’Université de Nantes, membre du Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search