Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Isabelle Sommier (dir.), Violence...

Isabelle Sommier (dir.), Violences politiques en France. De 1986 à nos jours

Marion Jacquet-Vaillant
Violences politiques en France
Isabelle Sommier (dir.), Violences politiques en France. De 1986 à nos jours, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2021, 416 p., avec la collaboration de Xavier Crettiez et François Audigier, ISBN : 9782724627305.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue le point culminant du programme ANR Vioramil (Violences radicales et militantes en France des années 1980 à nos jours1). Les 13 contributeurs à cet ouvrage collectif proposent une analyse approfondie des données collectées dans le cadre de ce projet de recherche.

  • 2 Nierburg Harold, Political Violence, New York, St Martin’s Press, 1969.

2Définissant la violence politique par sa matérialité et sa signification politique2, les auteurs ont codé près de 6 000 épisodes de violence, compilés à partir de diverses sources (services de renseignement, publications militantes, presse régionale et nationale) sur une période de près de 35 ans (1986 à juin 2020). La présentation des données, détaillée dans chaque chapitre de la première partie, mais aussi des logiques de catégorisation et de codage, donnent un aperçu du travail titanesque qu’a supposé la création de cette base de données. Les auteurs n’en masquent pas les limites ni les lacunes, soulignant qu’il s’agit avant tout d’un « carottage » (p. 20) et non d’un inventaire exhaustif. Ces chiffres entendent proposer une « vue d’ensemble » nécessaire pour comprendre : l’approche quantitative se double d’une attention à la mise en récit des épisodes, aux contextes et à l’histoire. Ce matériau inédit fait l’originalité et la force de l’ouvrage : cette première base de données dédiée à tous les types de violence politique permet une radiographie complète. Quels groupes en sont les auteurs ? Avec quels objectifs ? Quels moyens ? Dans quels espaces et temporalités ? Avec quelles évolutions au cours des 34 années étudiées ? Les trois parties répondent à ces questions à travers des points d’entrée complémentaires.

3La première partie se penche sur les cinq familles activistes à l’origine des violences : idéologiques (de droite et de gauche – ch. 1), indépendantistes (ch. 2), religieuses (ch. 3), professionnelles (ch. 4) et sociétales (ch. 5). Un trait saillant ressort de ces contributions : l’alignement du type de violence avec l’idéologie du groupe. Les auteurs tracent donc un lien entre les idées qui animent le groupe et le répertoire d’action (violent) mis en œuvre. La violence, c’est « l’idéologie en actions » (p. 53), résument Nicolas Lebourg et Isabelle Sommier à propos des violences « idéologiques » de droite et de gauche, la première étant plutôt dirigée contre des individus, la seconde en priorité contre des biens. Le constat est renouvelé par Xavier Crettiez et Jennifer Boirot à propos des violences séparatistes (corses et basques), les auteurs notant que le choix, différencié, des cibles de la violence traduit « en acte le discours politique » (p. 59). Bilel Ainine, Loïc Le Pape et Romain Sèze, mettant en avant les formes différenciées de la violence selon les groupes religieux, insistent sur le fait qu’elles sont liées aux agendas de ces groupes, à l’histoire de ces cultes en France et à l’idéologie qu’ils portent. De la même façon, le faible recours à la violence des organisations professionnelles et syndicales, identifié par François Audigier et Pascal Raggi, s’explique par leur objectif initial de résolution non violente des conflits. La lecture croisée des contributions révèle par ailleurs le rôle variable des organisations selon les types de violence. Alors que les violences idéologiques sont de plus en plus le fait de groupes informels, peu structurés, les organisations restent des référentiels pertinents pour l’analyse des violences séparatistes et confessionnelles, par exemple. L’approche statistique vient relativiser certaines « images d’Épinal » : par exemple, loin de la logique terrorisante qui leur est associée, les violences séparatistes constituent plutôt une violence d’affirmation, d’interpellation et d’insertion politique (ch. 2).

  • 3 Pour des développements sur cette distinction, voir : Braud Philippe, « La violence politique : rep (...)
  • 4 Ted Gurr (Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970) distingue les justifications (...)

4La deuxième partie adopte un autre point d’entrée, en analysant dans un premier temps les violences par type d’atteinte, aux personnes – non létales (agressions et affrontements, ch. 6) et létales (assassinats et morts violentes, ch. 7) – et aux biens (ch. 8) puis, dans un second temps, des points plus spécifiques (les revendications de violence, ch. 9, et ses objectifs saisis à travers les cibles, ch. 10). Les auteurs confirment certaines analyses de la première partie, en particulier les logiques différenciées du recours à la violence selon les familles. Ce renouvellement du regard invite à réévaluer certains enseignements classiques de la recherche : la dichotomie entre violences colérique et instrumentale3 est ainsi remise en cause, les deux motifs étant parfois complémentaires (ch. 6). Il nuance certaines représentations médiatiques : les appareils répressifs (police, justice, armée), par exemple, sont les moins pris pour cible (ch. 10). Les analyses quantitatives et qualitatives sont habilement croisées, ce qui s’avère heuristique. C’est grâce à un tel croisement qu’est construite la typologie des logiques de la violence politique létale : volonté d’affaiblissement des rivaux, sublimation de la violence idéologique ou annihilation – terrorisation (ch. 7). De la même façon, le parti-pris d’historiciser les actes de violence permet de mieux approcher les processus longs de construction du recours aux différents registres, par exemple en retraçant l’histoire de l’obstruction (ch. 8). Le chapitre 9 est original de par son objet et sa portée : en portant leur attention sur les taux de revendication – variables selon les groupes et les types d’action – et sur leurs supports, Isabelle Sommier et Julie Bour mettent au jour les registres discursifs de justification de la violence. Soulignant que la violence est justifiée par trois voies (en réponse à la violence d’autrui, en s’inscrivant dans une rhétorique guerrière, en opposition à un pouvoir inique), elles enrichissent le modèle binaire de Ted Gurr4. L’étude des objectifs et sens de la violence (ch. 10) est complémentaire à cette analyse des justifications, rappelant que la violence endosse des objectifs variés (terrorisation, mais aussi construction de l’identité du groupe, ou levier de négociation avec l’État).

  • 5 Celle-ci est, dans la tradition des recherches d’André Siegfried (Tableau politique de la France de (...)
  • 6 Tarrow Sidney, Democracy and disorder, Oxford, Oxford University Press, 1989.

5La troisième partie constitue un camaïeu de nouvelles approches. Comblant une zone grise de la littérature, le chapitre 11 interroge le recours aux – et le choix des – armes : ce faisant, il éclaire les motivations des acteurs, leur degré de structuration, leurs identités et cultures politiques et leur capacité à peser sur le débat public. L’arme devient dès lors « outils et visage » de la lutte politique (p. 285). Le chapitre 12, consacré à la question des territoires de la violence et au « caractère exploratoire assumé » (p. 294), illustre l’intérêt d’une approche écologique5, en révélant des axes géographiques structurant les violences (centre/périphérie ou Est/Ouest). Des recherches futures auront tout intérêt à poursuivre l’exploration de ce chantier désormais ouvert. Le chapitre 13 s’intéresse aux temporalités de la violence, sur la période entière d’étude, mais aussi selon les cycles plus courts (saison, journée). Quelle que soit l’échelle de temps considérée, ce sont les tempos propres à chaque famille d’acteurs et à certains types d’actes qui s’avèrent structurants : le « lien entre temporalité, motivations idéologiques et registre d’action » (p. 328) semble donc incontournable. Le dernier chapitre autour des mobilisations de la période 2016-2020 (loi Travail et Gilets jaunes) s’ancre dans la littérature sur les mouvements sociaux : forment-elles un « cycle de mobilisation6 » ? Ont-elles élaboré un master frame commun ? Les auteurs montrent comme ces mouvement sont influencées par la nouvelle nature « militarisée et judiciarisée de la police des foules » (p. 354), qui est d’ailleurs au cœur de mouvements récents dénonçant les violences policières. C’est en soulevant la question du rapport de l’État à la violence politique que Nicolas Lebourg et Romain Sèze concluent cet ouvrage, soulignant la réponse répressive plutôt que préventive qui a cours en France ainsi que des failles dans l’évaluation des politiques publiques.

6In fine, l’approche quantitative permet effectivement de porter un regard dépassionné sur les violences, phénomène saturé en représentations. Ces données sont mises en valeur grâce aux nombreuses cartes, graphiques et tableaux tout au long de l’ouvrage. Le lecteur pourra être surpris que la carte et le graphique de l’ensemble des violences n’arrivent que dans la troisième partie : une présentation rapide de ces données aurait été bienvenue au début de l’ouvrage. Notons que l’intérêt de l’ouvrage serait plus limité s’il ne proposait qu’une analyse des chiffres : c’est l’expertise des auteurs, chacun sur son champ de recherche, leur connaissance fine de chaque terrain et le souci de contextualiser qui confèrent une épaisseur nécessaire aux chiffres et une réelle profondeur à l’analyse. Cette convergence entre le quantitatif et le qualitatif constitue donc la grande réussite de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Voir le site internet du projet : http://vioramil.univ-lorraine.fr (consulté le 7 avril 2021).

2 Nierburg Harold, Political Violence, New York, St Martin’s Press, 1969.

3 Pour des développements sur cette distinction, voir : Braud Philippe, « La violence politique : repères et problèmes », Cultures & Conflits, n° 9-10, 1993, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/conflits/406.

4 Ted Gurr (Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970) distingue les justifications théoriques – normatives – et celles instrumentales – utilitaires.

5 Celle-ci est, dans la tradition des recherches d’André Siegfried (Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République,) et de Paul Bois (Paysans de l’Ouest, Paris, Flammarion, 1971), plus commune sur le vote. La question des « territoires » a été renouvelé par les analyses localisées (Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric, « L’approche localisée du politique : lieux de recherche ou recherche de lieux ? », Politix, n° 7-8, 1989, p. 6-16).

6 Tarrow Sidney, Democracy and disorder, Oxford, Oxford University Press, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Jacquet-Vaillant, « Isabelle Sommier (dir.), Violences politiques en France. De 1986 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 avril 2021, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48744

Haut de page

Rédacteur

Marion Jacquet-Vaillant

Auteure d’une thèse intitulée Le mouvement identitaire français. Pour une approche mixte des marges en politique, docteure en science politique (Université Paris 2 Panthéon-Assas, CECP).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search