Navigation – Plan du site
Un laboratoire du "salariat libéral"

Un laboratoire du "salariat libéral"

Les instituts de sondage
Remy Caveng, Un laboratoire du "salariat libéral" Les instituts de sondage, Editions du Croquant, coll. « Champ social », 2011, 259 p., EAN : 9782914968881.
Notice publiée le 10 février 2011

Présentation de l'éditeur

Omniprésents sur le devant de la scène politico-médiatique, les professionnels des sondages promettent de rendre la société transparente à elle-même par la " révélation " de l'opinion des citoyens/consommateurs. Mais ils cultivent l'opacité des coulisses et protègent jalousement leurs secrets de fabrication. Parfois, à la faveur d'erreurs trop manifestes, il leur arrive d'évoquer certains aspects de leur cuisine interne (pondération, redressement, biais d'échantillonnage). En revanche, on ne connaît pas grand-chose de la production des enquêtes et encore moins de la condition de ceux qui les réalisent. Ce silence ne révélerait-il pas le peu de fierté qu'en retirent les sondeurs ? Il est permis de le croire au regard du principe sur lequel repose le modèle économique de cette industrie : la flexibilité et la précarité généralisées. Employés le plus souvent sous des contrats de vacation ponctuels et de courte durée, les salariés d'exécution (enquêteurs, superviseurs, codificateurs, opérateurs de saisie) ne connaissent aucune sécurité de l'emploi. En recherche permanente de missions et en concurrence les uns avec les autres, ils doivent entretenir des relations quasi commerciales avec les cadres chargés de la distribution du travail et accumuler, par eux-mêmes, le capital de compétences qui les rendra " employables ". Cette condition qui les place à la lisière du salariat et de l'activité indépendante tend à les convertir en petits entrepreneurs d'eux-mêmes. Ce livre s'attache à analyser la condition de ces salariés qui incarnent l'avenir du salariat si on laissait au marché du travail le soin de se réguler lui-même ; un salariat libéral où chacun deviendrait seul responsable de sa fortune ou de sa faillite et dont les conséquences sur la vie des individus pourraient s'avérer désastreuses. Au détour, il interroge la légitimité sociale des entreprises de sondage et questionne la " qualité " de leurs données au regard de ce qui est " offert " à ceux qui les recueillent.

Haut de page