Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Pierre Bourdieu, Jean-Claude Cham...

Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue

Gaspard Sénéchal
Le métier de sociologue
Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue, Paris, EHESS, 2021, 575 p., 1re éd. 1968, texte présenté par Pascale Pasquali, ISBN : 978-2-7132-2820-9.
Haut de page

Texte intégral

1La publication de cet ouvrage au début de l’année 2021, dans la nouvelle collection « poche » des Éditions de l’EHESS, est salutaire à plus d’un titre. Premièrement, elle rend doublement accessible un texte fondateur pour la sociologie et les sciences sociales. Sur le plan économique d’une part car, bien que classique parmi les classiques, Le métier de sociologue était difficilement trouvable à un prix abordable en raison de l’épuisement des stocks de la dernière édition (2005). Sur le plan intellectuel d’autre part, car la longue présentation de Paul Pasquali permet de rentrer progressivement dans la lecture d’un ouvrage d’épistémologie au « style très “écrit” », un « “livre pour professeur” qui pèche selon [Pierre Bourdieu lui-même] par un excès de procédés rhétoriques » (p. 73) pouvant rebuter un lectorat d’étudiant·es ou de jeunes chercheur·ses, comme moi. Deuxièmement, cette parution tombe à point nommé, au moment où les sciences sociales en général et la sociologie en particulier sont la cible de nombreuses attaques : car en proposant une épistémologie en acte qui à la fois donne à la sociologie une assise scientifique et accompagne quotidiennement les chercheur·ses dans la construction du savoir, ce « manuel-manifeste » offre de véritables armes intellectuelles aux artisans des sciences sociales.

  • 1 Il s’agit de deux recherches en cours, la première sur les relations entre le CSE et la sociologie (...)
  • 2 Il nous semble que, dans la présentation de la problématique de l’ouvrage que nous avons cité, l’aj (...)
  • 3 Voir le dossier : « Reconstructions de la sociologie française, 1945-1960 » de la Revue française d (...)

2Les auteurs récusent en effet l’idée répandue d’une opposition épistémologique entre sciences de la nature et sciences sociales. Le problème posé est de savoir « sous quelles conditions, épistémologiques et historiques, la sociologie peut[…] revendiquer un statut de science “comme les autres”, en dépit des discours et des intérêts sociaux qui contribuent à miner ou à nier sa scientificité ? » (p. 10) En conduisant les lecteur·ices dans les coulisses du Métier, la présentation de Paul Pasquali, solidement arrimée à un travail de recherche en cours1, permet de restituer sa fabrication et sa postérité, tout en proposant une réflexion sur son actualité2. L’ouvrage est né dans le contexte des années 1960, marqué par une expansion et une reconnaissance institutionnelle et publique de la sociologie : la création de postes à l’université, l’ouverture progressive de l’École normale supérieure à la sociologie et la création de centres de recherche comme le Centre de sociologie européenne (CSE) fournissent des cadres sociaux à cette ambition intellectuelle. Cette dernière doit être comprise au regard de l’état du champ scientifique hérité de la refondation de la sociologie française après 19453, laquelle importe des États-Unis une opposition entre deux conceptions de la science, que les auteurs renvoient dos-à-dos. Celle, d’une part, de la profession (des social scientists réfléchissant aux problèmes sociaux dans le but de conseiller le Prince), qui recouvre une posture positiviste ; un « empirisme scientiste », incarné par Paul Lazarsfeld. Celle, d’autre part, de la discipline (approche théorique, érudite, fondée sur le commentaire magistral des grandes œuvres et structurée par des rituels académiques), qui renvoie à une posture théoriciste, incarnée par Talcott Parsons.

  • 4 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris Minuit, 19 (...)
  • 5 En renvoyant à Gaston Bachelard et George Canguilhem, les auteurs donnent une définition suggestive (...)

3Ce qui fait l’originalité du Métier et explique en partie sa postérité, c’est précisément de tenir ensemble des opérations ordinairement envisagées séparément (empirie, théorie, méthodologie, épistémologie) pour promouvoir une conception unitaire des sciences sociales recouvrant une posture critique, réflexive et cumulative, fondée sur un travail artisanal, alliant « art de la preuve » et « art de l’improvisation », une forme irréductible de bricolage et d’inventivité réfléchis et raisonnés. Cette épistémologie en acte est « le produit d’un capital d’expériences, aussi bien individuelles que collectives, à la fois pédagogiques et scientifiques » (p. 54), adossé à des recherches collectives4 et des ateliers de lecture qui mettent en discussion la tradition sociologique (les durkheimiens, Marx, Weber), épistémologique (Bachelard, Canguilhem), historique (Panovsky), européenne mais aussi les courants américains hétérodoxes (Wright Mills, les interactionnistes de Chicago). L’ouvrage original se compose de deux parties : un traité d’épistémologie5 de la sociologie, qui fait référence à de nombreux textes rassemblés et présentés dans la seconde partie de l’ouvrage, et qu’il convient de lire simultanément.

  • 6 Bourdieu, Passeron et Chamboredon désignent tout particulièrement l’entreprise du sociologue améric (...)
  • 7 Le second et le troisième tome (respectivement « La problématique » et « Les outils »), dont on tro (...)

4Dans l’introduction, les auteurs présentent leur ambition initiale de proposer en trois tomes une pédagogie de la recherche et d’inculquer un certain ethos de chercheur sous la forme d’une socialisation scientifique. Ces « préalables épistémologiques », qui constituent le premier tome, promeuvent une posture de recherche à l’antipode de celle fondée sur l’élaboration de protocoles standardisés et de normes techniques inconditionnelles, qualifiée de scientiste6 : la « vigilance épistémologique », c’est-à-dire le fait de subordonner l’utilisation des techniques et des concepts à une interrogation sur leurs implications ainsi que sur les conditions et limites de leur validité7. Elle comporte trois « actes » ordonnés logiquement.

5Le premier acte – le plus fondamental parce que le plus difficile en raison de la familiarité du sociologue avec le monde social – est la rupture avec l’ensemble des présupposés et des impensés embarqués dans la recherche. La rupture durkheimienne avec les prénotions ne se limite pas à contester les préjugés de sens commun mais nécessite l’étude de leurs fonctions sociales, notamment des rapports de forces qu’ils engagent. Aussi les auteurs adossent-ils l’exposé des techniques de rupture, comme les statistiques ou la définition provisoire de l’objet, au principe de « non-conscience », à opposer aux prétentions de la « sociologie spontanée » : contre l’illusion du savoir immédiat produit par la familiarité avec le monde social, le sociologue doit poser que les causes et les raisons des phénomènes sociaux échappent en partie aux acteurs. Cela non pas en raison de moindres compétences cognitives, mais parce les déterminants sociaux renvoient à des systèmes de relations objectives dans lesquels les agents sont pris et qu’il faut construire, ce qui suppose des moyens (temporels et matériels) et des outils (intellectuels, pratiques) dont disposent, de manière privilégiée, les chercheurs. La rupture doit aussi se faire avec les « présupposés savants » : à la fois ceux du chercheur – suivant la technique de l’autoanalyse qui sera codifiée à partir de la fin des années 1980 – et ceux de sa science. La mise en question réfléchie des principes, des thématiques et des constructions scientifiques est la condition même du progrès scientifique.

  • 8 Bourdieu, Chamboredon et Passeron pointent particulièrement du doigt des techniques très en vogue à (...)

6Outre l’impératif de rupture, c’est à la condition de construire son objet que la sociologie peut revendiquer le statut de science. Contre l’empirisme, qui traite les faits comme des données et qui, sous couvert de « neutralité axiologique », promeut « l’expérience comme protocole d’un constat pur de toute implication théorique » (p. 135), les auteurs opposent – en faisant de nombreuses références aux épistémologues et praticiens des sciences de la nature – que tout fait constaté est toujours construit. La référence à la « neutralité axiologique » permet souvent d’éluder la discussion proprement épistémologique sur la “neutralité méthodologique” des techniques » (p. 143)8. Ainsi, loin d’être athéoriques, ceux qui singent les sciences expérimentales ne font qu’ignorer les présupposés théoriques engagés dans leur recherche. Il faut donc substituer au couple « protocole/interrogations incontrôlées » l’élaboration conjointe d’hypothèses de recherche systématiques, fondées sur une théorie, et des méthodes d’investigation adaptées.

7Ce n’est que parce qu’il est construit scientifiquement, en rupture avec le sens commun, que le fait peut être constaté. Ce troisième acte épistémologique, subordonné aux deux autres mais essentiel à la constitution d’une science empirique, n’est pas le moment de l’expérience qui ferait suite au moment théorique de la recherche. La constatation n’est pas le test d’une série discontinue d’hypothèses par des expérimentations partielles, c’est la vérification systématique d’une théorie du réel, « corps systématique de concepts et de relations défini autant par la cohérence de ce qu’il exclut que par la cohérence de ce qu’il établit » (p. 176). Et, dans cette épreuve des faits, la théorie est partout présente, du « choix » des instruments à l’usage qui en est fait, ou encore des normes d’appréciation des résultats à la définition de leur « force probatoire [qui dépend] du système complet des propositions déjà établies » (p. 180).

  • 9 Il reste à écrire l’histoire sociale de la nébuleuse réactionnaire qui s’est particulièrement illus (...)
  • 10 Voir le documentaire de Pierre Claste, « La sociologie est un sport de combat » (2001), auquel je r (...)

8À la date de la première édition, en 1968, les auteurs du Métier construisent et défendent dans le même geste une science dont scientificité est contestée. Ils refusent à la sociologie un statut épistémologique d’exception, mais soulignent qu’en raison du caractère plus indécis de la frontière entre science et sens commun, « la nécessité de rupture épistémologique s’impose avec une urgence particulière » (p. 185). Plus d’un demi-siècle plus tard, ce sont des attaques autrement plus graves et virulentes auxquelles doivent faire face les producteur·ices et diffuseur·ses de connaissances sur le monde social : car au déni de scientificité s’ajoute l’accusation de complicité avec des idéologies armées meurtrières9. Paul Pasquali souligne avec raison le sentiment de décalage que peuvent éprouver les lecteur·trices contemporain·es vis-à-vis de la certitude conquérante des auteurs. Mais, à condition de ne pas le considérer comme l’« étalon universel des pratiques de recherche contemporaines » (p. 17), ce « manuel-manifeste » peut offrir de véritables ressources aux sociologues – apprenti·es, enseignant·es et/ou chercheur·ses – à la fois pour construire ou affiner leurs savoir-faire scientifiques, pour croire au sens de leur métier et pour défendre les sciences sociales qui sont, plus que jamais et n’en déplaisent à certain·es, un sport de combat10.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de deux recherches en cours, la première sur les relations entre le CSE et la sociologie aux États-Unis entre 1960 et 1975, la seconde sur les rapports entre les auteurs du Métier et Louis Althusser dans les années 1950-1970. Pour celles-ci, le Métier et sa fabrication constituent les matériaux d’une histoire des sciences sociales. Dans cette présentation, qui s’appuie donc sur des travaux d’histoire des sciences sociales, la réalisation d’entretiens et la consultation d’archives, l’ouvrage est considéré pour lui-même, dans le cadre d’une réflexion sur son actualité. Si Paul Pasquali souligne que ses recherches s’inscrivent plus largement dans une démarche scientifique collective qui met l’accent sur la réflexivité historienne dans la recherche (voir Gilles Laferté, Paul Pasquali, Nicolas Renahy (dir.), Laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquête et revisites, Paris, Raisons d’agir, 2018), nous voudrions souligner et saluer le rôle de passeur qu’il articule à son travail de chercheur, visible dans les présentations de recherches peu connues du public universitaire francophone (voir Karl Jacoby, L’esclave qui devint millionnaire. Les vies extraordinaires de William Ellis, Toulouse, Anacharsis, 2018), ou les rééditions de classiques méconnus et peu accessibles (Jean-Claude Chamboredon, Jeunesses et classes sociales, Paris, Rue d’Ulm, 2015 ; Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquête sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Paris, Raisons d’agir, 2019, notre compte rendu pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.40407).

2 Il nous semble que, dans la présentation de la problématique de l’ouvrage que nous avons cité, l’ajout de la dimension historique au questionnement sur la scientificité de la sociologie est l’œuvre de Pasquali, Bourdieu, Chamboredon et Passeron s’en tenant dans l’ouvrage à la dimension épistémologique. Il s’agit d’un apport du travail d’historien de Pasquali qu’il faut souligner : c’est en étudiant conjointement les conditions sociales et historiques de production d’une épistémologie pour la sociologie, l’état du champ scientifique et les contraintes sociales et politiques qui pèsent sur la science que l’on peut réfléchir, outre la postérité de l’œuvre, à l’actualité du programme qu’elle contient.

3 Voir le dossier : « Reconstructions de la sociologie française, 1945-1960 » de la Revue française de sociologie (vol. 32, n° 3, 1991), disponible en ligne : https://www.persee.fr/issue/rfsoc_0035-2969_1991_num3.

4 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris Minuit, 1964 ; Pierre Bourdieu, Luc Boltanski, Robert Castel, Jean-Claude Chamboredon, Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, 1965.

5 En renvoyant à Gaston Bachelard et George Canguilhem, les auteurs donnent une définition suggestive de cette notion et de la manière dont ils la combinent avec une sociologie de la connaissance : il s’agit d’analyser les conditions de l’erreur scientifique, ce qui la rend possible et parfois inévitable, pour construire les conditions de la découverte de la vérité, entendue non comme certitude de l’acquis définitif, mais comme construction théorique réfutable et soumise, en même temps que les méthodes, à la rectification permanente (p. 88-89).

6 Bourdieu, Passeron et Chamboredon désignent tout particulièrement l’entreprise du sociologue américain Paul Lazarsfeld qui, dans le courant des années 1940-1960, a œuvré à l’institution d’une sociologie empiriste, fondée sur l’élaboration et la promotion du respect pointilleux de protocoles standardisés pour collecter des « données » en grands nombres et qui parlent d’elles-mêmes. Il nous semble que l’on peut trouver des postures similaires aujourd’hui chez certains chercheurs qui, pour lutter contre une prétendue dérive idéologique de la sociologie, proposent de refonder les sciences sociales sur le modèle des sciences expérimentales et des sciences cognitives.

7 Le second et le troisième tome (respectivement « La problématique » et « Les outils »), dont on trouvera les projets de sommaires (p. 487-494), n’ont pas été rédigés. Cela n’a pas empêché, comme le note Pasquali, que l’analyse des opérations théoriques engagées dans la construction de l’objet et l’analyse critique des outils disponibles qu’ils contenaient à l’état de projet soit diffusés aux générations suivantes. On peut regretter que la question de la postérité du Métier ne soit pas davantage approfondie par Pasquali, notamment en étudiant le rôle de ces générations suivantes, celles formées à la sociologie par le Métier et qui ont contribué, de par leur position dans le champ académique, leurs recherches et leurs enseignements, à la reconnaissance et la diffusion de cette posture de recherche mais aussi à son évolution.

8 Bourdieu, Chamboredon et Passeron pointent particulièrement du doigt des techniques très en vogue à l’époque, telles que l’entretien non directif, l’expérimentation en laboratoire ou le questionnaire, alors présentées comme « neutres », c’est-à-dire ne « perturbant » pas le réel et donc permettant une connaissance « objective ».

9 Il reste à écrire l’histoire sociale de la nébuleuse réactionnaire qui s’est particulièrement illustrée depuis les attentats terroristes ayant endeuillé la France en 2015, sous la forme d’une dénonciation visant une « culture de l’excuse sociologique » et même (!) une « complicité intellectuelle » avec le terrorisme des universitaires « islamo-gauchistes ».

10 Voir le documentaire de Pierre Claste, « La sociologie est un sport de combat » (2001), auquel je reprends l’expression : https://www.youtube.com/watch?v=1fHwbBw32aM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaspard Sénéchal, « Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 avril 2021, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48814 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48814

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search