Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Stéphane Beaud et Gérard Noiriel,...

Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie

Stéphane Olivesi
Race et sciences sociales
Stéphane Beaud, Gérard Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d'une catégorie, Marseille, Agone, coll. « Épreuves sociales », 2021, 421 p., ISBN : 978-2-7489-0450-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On indiquera que le rédacteur ne connaît pas personnellement les auteurs, qu’il ne les a jamais ren (...)
  • 2 Pour la clarté du propos, le rédacteur du compte rendu doit indiquer qu’il a toujours été extrêmeme (...)

1Comment aborder1 sereinement un ouvrage suscitant des réactions parfois vives dans le monde académique et au-delà ? Comment s’émanciper des prises de position polémiques qui ont accompagné sa parution afin d’en rendre compte, non pas en feignant une illusoire neutralité, mais en esquissant un commentaire libre des partis pris qui peuvent fausser l’explicitation de son intérêt ? Et, plus essentiel, comment s’émanciper soi-même de ses propres opinions sur le recours au concept de « race » dans les sciences sociales2 et sur les thématiques identitaires pour aborder l’ouvrage ?

2Il faut d’abord dire que le dernier livre de Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, Race et sciences sociales, se positionne à la fois comme un ouvrage de recherche à part entière, proposant une critique de la catégorie de « race » et de ses usages, et comme une manière de prendre position contre la prégnance des thématiques identitaires dans les débats publics et scientifiques. Et, pour cette raison, on comprend qu’il ait suscité des polémiques. Mais que nous proposent au juste les auteurs dans cet ouvrage à quatre mains qui associe démarche historique et analyse sociologique ?

3La première partie, rédigée par Gérard Noiriel, propose une histoire sociale de la question raciale remontant jusqu’à ses origines, au XVIIe siècle. La deuxième partie, qui correspond aux chapitres 3 à 5 coécrits par les deux auteurs, porte sur la résurgence de la question raciale à partir des années 70 et, surtout, sur le recouvrement de la question sociale qu’elle aurait contribué à opérer. Enfin, dans la troisième partie, Stéphane Beaud analyse « le scandale racial » lié à l’affaire des quotas qu’a connu le football français il y a une décennie.

  • 3 Cf. Foucault Michel, « Il faut défendre la société » : Cours au Collège de France (1976), Paris, Eh (...)

4Le chapitre 1 commence par un repérage lexical du terme « race », de ses usages et de ses significations. Il s’inspire en partie des cours au Collège de France de Michel Foucault de 1976 et de sa généalogie du racisme, dans laquelle ce dernier démontrait que le concept moderne de « race » naît au XIXe siècle à partir du moment où se substitue au thème de la guerre des races, préfiguration de la lutte des classes, celui biologique de la pureté de la race3. On verra peut-être malice à rappeler que le racisme est né sous la plume d’auteurs comme Gobineau, puis Vacher de Lapouge, fondateur de « l’anthroposociologie », mais aussi de médecins-anthropologues comme les frères Bertillon, soucieux de défendre la « race française », et que la diffusion de ces idées fut largement supérieure aux travaux, moins facilement accessibles pour le grand public, de Durkheim ou de Weber. Gérard Noiriel situe ainsi la production et la diffusion du racisme français sur la période allant de la débâcle de 1870 à la Première Guerre mondiale, en regard du sentiment de déclin national face à l’Allemagne et en raison de la nécessité de légitimer la domination coloniale par sa naturalisation raciale.

5Le chapitre 2 s’éloigne de l’histoire des idées pour renouer avec l’histoire sociale et politique, inscrivant dès lors la question raciale dans le cadre des luttes politiques propres à la période de l’Entre-deux-guerres. Le racisme, en particulier l’antisémitisme, devient ainsi un enjeu central du débat public au point que le commissaire général à l’information nommé par Daladier proposait, à la veille de la guerre, la création d’un « ministère de la Race » (p. 118). Ce chapitre éclaire aussi sous l’angle de l’histoire intellectuelle les ambivalences de la période immédiatement postérieure à la Seconde Guerre mondiale avec, d’un côté, la relative permanence d’un « racisme sans race » hérité de la troisième République et, de l’autre, le développement de luttes contre le racisme au travers de la question coloniale.

6Le chapitre 3 s’ouvre sur une référence (que l’on jugera au minimum discutable) au concept gramscien d’hégémonie, présenté comme fil directeur d’une analyse des polémiques identitaires qui se sont imposées dans le sillage de mai 68 sous l’impulsion de militants intellectuels « de gauche » et « d’extrême-gauche ». S’il permet de revenir sur de nombreux faits divers, sur des mobilisations sociales, sur des luttes contre les discriminations que, dans les années 70, les « travailleurs immigrés » ont eu à subir, ce chapitre relève d’une histoire événementielle complétée par des données culturelles et politiques. Il comporte d’étranges erreurs factuelles, comme celle consistant à embrigader dans un même élan Foucault et Althusser (p. 156) contre rien moins que la classe dominante, à les opposer aux « nouveaux philosophes », ignorant qu’à cette époque, Althusser est membre du PC et Foucault fortement impliqué dans toutes les luttes contre le PC, soutenant activement ces « nouveaux philosophes ». Le survol des années 70, puis des années 80, sur des points qui sont déjà fortement documentés, comme l’émergence du Front national, risque de laisser perplexe le lecteur au point même de finir par douter de la vraisemblance et de la finalité du tableau général que dressent les auteurs.

  • 4 Fassin Didier et Fassin Éric (dir.), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la (...)

7Le chapitre 4 revêt ouvertement une dimension polémique assumée par les auteurs, qui, tout en revendiquant de manière récurrente l’héritage bourdieusien, s’émancipent de la discussion théorique et de l’analyse sociologique pour dénoncer l’emprise de la question raciale sur le débat public. De nombreux universitaires et essayistes très présents dans les médias sont ainsi mentionnés pour leurs prises de position et le chapitre se termine par une longue évocation de l’ouvrage De la question sociale à la question raciale ? coordonné par Didier et Éric Fassin4. Le chapitre 5 se fait ensuite plus précis, se centrant par exemple sur le rôle institutionnel de ces deux auteurs ainsi que sur celui de Pap Ndiaye. Il analyse longuement le rôle de Pascal Blanchard dans la publicisation de la thématique « raciale ». Et il se conclut par un constat : « les études racialistes » et « les études identitaires » resteraient peu développées et cantonnées à certains lieux comme l’université de Paris VIII. Mais si c’est en effet le cas – et l’on veut bien suivre les auteurs sur ce point –, alors pourquoi autant s’en préoccuper et y consacrer ces centaines de pages ?

  • 5 Les auteurs semblent ignorer qu’il existe une sociologie du journalisme et des médias…

8À partir du chapitre 6, les analyses proposées par Stéphane Beaud se concentrent sur l’affaire des quotas, vieille d’une décennie, qui ébranla le monde du football, en particulier sa direction technique nationale (DTN). Cette affaire s’apparente à une étude de cas et le lecteur connaissant peu l’univers du football découvrira les structures de formation des jeunes joueurs professionnels. On regrettera que la présentation exhaustive des éléments de l’affaire et des prises de position qui en ont découlé ne se soit pas accompagnée d’un travail plus fin et plus équilibré de contextualisation. On regrettera surtout que la médiatisation de cette affaire soit résumée à un coup éditorial du journal Mediapart, auquel les analyses attribuent un pouvoir de nuisance quelque peu disproportionné5. Le lecteur tend dès lors à suivre une démonstration (chapitres 7 et 8) qui s’apparente à un long plaidoyer pour la DTN, dont les principaux protagonistes n’auraient évoqué des quotas qu’en raison d’une dérégulation par la FIFA du marché des joueurs binationaux et de ses conséquences sur les trajectoires des joueurs concernés.

9On l’aura compris, l’ouvrage n’emporte pas l’adhésion et suscite même une forme d’incompréhension sur son objet et sa visée réelle. Par exemple, dès l’introduction, l’absence de travail critique sur les catégories conduit à reprendre des notions comme celles de « gauche » et de « droite », ou celle de « discriminations raciales à l’embauche » (p. 16), qui revient à postuler que les individus seraient discriminés non pas en fonction de leurs noms et prénoms, indices de leur appartenance à une communauté religieuse d’origine, ou en fonction de leur lieu de résidence, mais en fonction de facteurs liés à leur origine raciale. Il y aurait même, selon les auteurs, des acteurs préférant combattre au nom de leur race plutôt que de leur classe (p. 17)… Le lecteur, n’ayant jamais rencontré d’acteur luttant pour sa « classe sociale » si ce n’est en théorie, avoue avoir bien du mal à imaginer des acteurs luttant pour leur « race ».

10Les deux principaux problèmes renvoient à l’ambivalence de la position des auteurs et à la construction même de l’objet de ce triple ouvrage. Se référant souvent à Pierre Bourdieu, les auteurs prônent l’autonomie des sciences sociales à l’égard des débats publics et des enjeux militants, mais ils proposent un livre – certes nécessaire en regard des enjeux scientifiques qu’il recoupe – qui fait précisément ce que les auteurs prétendent dénoncer chez les autres, à savoir mêler les registres savant, polémique, voire partisan sans distanciation. L’ouvrage comporte en fait trois livres en un, et il faut dire qu’aucun de ces trois livres n’est réellement abouti, laissant au lecteur un sentiment d’inachèvement.

Haut de page

Notes

1 On indiquera que le rédacteur ne connaît pas personnellement les auteurs, qu’il ne les a jamais rencontrés et n’a jamais eu de lien académique ou scientifique avec eux, n’étant lui-même ni historien, ni sociologue.

2 Pour la clarté du propos, le rédacteur du compte rendu doit indiquer qu’il a toujours été extrêmement mal à l’aise avec le recours à la notion de « race » dans les sciences sociales contemporaines, ne parvenant pas à comprendre que l’on puisse utiliser ce terme en faisant abstraction de la dimension biologique du concept, et moins encore que l’on puisse parler de « race » ou de « racialisation » à propos de groupes sociaux, culturels, religieux, « ethniques », ou de processus de stigmatisation et de discrimination d’individus en fonction de caractéristiques physiques ou symboliques… La notion de « race » fonctionne d’ailleurs comme une prénotion.

3 Cf. Foucault Michel, « Il faut défendre la société » : Cours au Collège de France (1976), Paris, Ehess / Gallimard / Seuil, 1997, en particulier le cours du 28 janvier 1976.

4 Fassin Didier et Fassin Éric (dir.), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte, 2006.

5 Les auteurs semblent ignorer qu’il existe une sociologie du journalisme et des médias…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 avril 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48819

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search