Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Céline Lafontaine, Bio-objets. Le...

Céline Lafontaine, Bio-objets. Les nouvelles frontières du vivant

Paul Coeurquetin
Bio-objets
Céline Lafontaine, Bio-objets. Les nouvelles frontières du vivant, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2021, 336 p., ISBN : 9782021375497.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces deux travaux ont pour point commun d’avoir défini les deux concepts majeurs de l’ouvrage de Cél (...)

1C’est à partir de deux concepts précédemment établis par d’autres chercheurs1 que l’auteure de cet ouvrage, Céline Lafontaine, amorce sa plongée dans un univers peuplé de quantité d’objets vivants dont la prolifération semble parfois relever de l’incroyable. Pourtant, cet univers n’est en aucun cas science-fictif, et c’est bien ici tout l’intérêt d’une enquête sociologique sur cet objet. Dès les premières pages, nous prenons très vite conscience que la multiplication de ces nouvelles formes de vitalité (appelés « bio-objets ») se déroule aujourd’hui sous nos yeux et participe à un changement sans nul doute durable de notre rapport au vivant.

  • 2 Cf. travaux susmentionnés en note.
  • 3 Notion telle que discutée dans Trompette Pascale, Vinck Dominique, « Retour sur la notion d’objet-f (...)

2À « objet » particulier, traitement conceptuel particulier : quelques prises de distance vis-à-vis des apports de la théorie de l’acteur réseau et du « nouveau matérialisme » dans les sciences sociales sont présentées dans le tout premier chapitre du livre. Parmi celles-ci, l’usage de la catégorie bio-objet, originaire des science studies2, permet de dépasser la trop grande souplesse ontologique du concept de non-humain en proposant un qualificatif tout aussi englobant mais cette fois-ci suffisamment robuste – ce livre en atteste – pour désigner des entités vivantes très diverses. Ces formes de vie qui ont pour particularités (i) d’être toutes extraites d’un milieu organique (ii) de conserver certaines caractéristiques de leurs origines (division et reproduction notamment) (iii) tout en possédant une malléabilité technoscientifique au service de la recherche et de desseins industriels. Il est en effet possible de conserver, stocker, décongeler, hybrider ces tissus, cellules, embryons, micro-organismes, etc. La « bio-objectivation », processus de création de bio-objets, permet de rendre compte des procédés d’isolement et de standardisation par lesquels ces entités biologiques « sont d’abord fabriqué[e]s comme des objets », avant de s’intéresser à la manière dont ils vont ensuite « acquérir des identités particulières selon les contextes, les usages et les acteurs concernés » (p. 30). Ne possédant pas de statut ontologique stable, un embryon comme tous les autres bio-objets est un « objet frontière »3, ici un matériel biologique au service d’activités scientifiques tout autant que la perspective d’une naissance au cœur d’un projet de parentalité. Cet exemple laisse entrevoir un champ de connaissance très vaste tant les enquêtes pourraient ainsi devenir multisituées et multiscalaires. De fait, l’impossibilité « de saisir [ces bio-objets] dans leur globalité empirique » (p. 21) rend l’ouvrage irréprochable de notre point de vue.

3Outillée de ces concepts, la suite de ce premier chapitre donne lieu à plusieurs sections qui viennent illustrer les différentes facettes de ce que Céline Lafontaine appelle la « civilisation in vitro » : ses succès scientifiques rendus publics (la brebis Dolly, l’oncosouris de Harvard…), ses présupposés historiques, et ce que ses logiques induisent ou disent de nos conceptions du vivant, passées et à venir. Trois éléments me semblent particulièrement essentiels à résumer ici : les propos de l’auteure sur les caractéristiques de ces bio-objets, son exposé sur la « dimension hautement prospective » de ces biotechnologies et le fait que ces aspects sont indissociables, permis et assurés par les techniques de cryogénisation.

  • 4 L’auteure parle page 47-48 du cas particulier de ces cellules pluripotentes induites (IPS) ramenées (...)
  • 5 En guise de champ-contrechamp sur ces aspects, voir les travaux de Catherine Rémy sur la xénotransp (...)

4Le passage de l’in vivo à l’in vitro s’est accompagné de la démonstration que les cellules pouvaient être rendues indépendantes du « fonctionnement global de l’organisme » (p. 35) humain ou animal, dont elles étaient à l’origine issues. « Corporalité » et « vitalité » se dissocient l’une l’autre et les objets biotechnologiques forment désormais une catégorie à part entière d’entités vivantes qui pourront à leur tour être hybridées par clonage, injection de gènes humains, etc. Après abstraction (voire parfois après « reprogrammation »4), la plasticité des cellules obtenues in vitro autorise une recherche biomédicale centrée sur l’exception humaine, déproblématisée5 quant à cet « ébranlement des barrières entre les espèces » (p. 41).

5De manière fondamentale, la civilisation in vitro rend possible le dépassement des frontières du vivant en dessinant « un espace liminal entre la vie et la mort » (p. 53). Elle laisse entrevoir la possibilité de retarder un jour le vieillissement cellulaire des êtres, de régénérer un organe dysfonctionnel, d’enfanter plus tard... Pour surpasser les temporalités des processus cellulaires, maintenir cette vie dans « un état de latence » (p. 49), la civilisation in vitro doit son existence et son expansion à la maîtrise des températures négatives qui donne aujourd’hui lieu à une « cryopolitique » de large envergure : une surgélation tous azimuts, des collections mises en biobanques sans durée de conservation plus spécifique que celle « d’un usage futur ouvert et indéterminé » (p. 56).

  • 6 Traduction du terme de self-fulfilling prophecy proposé par Robert K. Merton en 1949 et mentionné d (...)
  • 7 Sur cette projection dans le futur comme modèle pour le présent, l’auteure mentionne les travaux de (...)
  • 8 L’auteure évoque pages 56-59 le projet « néocolonial de collecte de sang d’autochtones » documenté (...)
  • 9 Pages 53-54, l’auteure donne à voir l’étonnant paradoxe d’une civilisation in vitro qui s’érige com (...)

6Cette « présentification du futur » se nourrit des promesses d’un avenir bio-objectivé, une bioéconomie néolibérale hautement spéculative qui « nous plonge ainsi dans un futur linéaire déjà prédéterminé, déjà planifié » (p. 63). Les acteurs réunis autour de cette « prophétie autosuffisante »6 contribuent comme dans d’autres domaines à l’ouverture et à la fermeture des possibles7, en faisant le lit de projets cryopolitiques8 de sauvetage ex situ du patrimoine biologique menacé par l’Anthropocène9.

  • 10 « La biocitoyenneté s’exprime à travers un nombre grandissant de mouvements sociaux autour d’enjeux (...)

7Avec une grande clarté et un souci du détail auxquels cette première partie nous avait habitués, l’ouvrage de Céline Lafontaine prolonge ses réflexions au cours de quatre autres chapitres. Le chapitre suivant a pour sujet les bio-objets reproductifs (gamètes et embryons) et « l’imaginaire sociotechnique » qui s’y rapporte. Comprendre ici que ces bio-objets font émerger et réactualisent une construction collective d’enjeux, de futurs désirables et de promesses – mais aussi d’émotions et de dimensions identitaires et relationnelles – auxquels contribuent les chercheurs, les décideurs publics et les industriels, ainsi que les citoyens lorsqu’ils se positionnent par rapport à leur biocitoyenneté10. On apprend comment la procréation médicalement assistée éprouve la construction de liens de filiation biologiques et affectifs entre les naissances et les « pourvoyeurs » rendus plus ou moins anonymes par la bio-objectivation de leurs dons. On comprend ainsi dans quelles mesures la bio-objectivation des embryons voile ou dévoile les enjeux bioéthiques de leurs statuts, l’ambiguïté ontologique de leurs natures, et la dimension affective concernant leurs destins.

8De manière complémentaire, la réflexion de l’auteure sur la bio-objectivation est prolongée dans le troisième chapitre. Celui-ci s’attache à décrire les ressorts sociotechniques de l’essor du marché des bio-objets qui, malgré « leur puissance vitale » et « les bouleversements identitaires dont ils sont porteurs », n’en demeurent pas moins des « produits » de « l’industrialisation du vivant » (p. 146). L’établissement de nouveaux standards éthiques, réglementaires et scientifiques rendent aujourd’hui possible la « mise en valeur » de ces produits d’origine corporelle. Si tout semble aller dans le sens d’un assouplissement des contraintes, d’une expansion du marché, d’une démultiplication des bio-objets et d’une popularisation de leurs promesses, l’auteure insiste en toute fin de ce chapitre sur les résistances qu’opèrent certains bio-objets lorsqu’il s’agit de les identifier et de les cultiver en vue de les standardiser. Cette récalcitrance des bio-objets brièvement évoquée fait l’objet d’un examen plus complet dans le chapitre suivant.

9Le quatrième chapitre constitue la partie « enquête de terrain » de cet ouvrage sociologique. La bio-objectivation comme couple notionnel (rendre objet et objectiver) est à ce moment clarifiée à l’aide d’une série d’entretiens menés auprès d’acteurs de l’ingénierie tissulaire par impression 3D, au sujet de leurs pratiques de domestication et des conceptions qu’ils ont de la matière vivante qu’ils produisent, commercialisent et aspirent à mieux maîtriser. Si les outils de bio-impression continuent de se perfectionner, c’est bien le manque de connaissances sur la réorganisation dynamique des cellules dans le temps (morphogenèse) qui forme la pierre d’achoppement d’une production standardisée de tissus vivants. Loin d’un futur à portée de main fait d’organes entièrement bio-imprimés, vision magnifiée véhiculée par la sphère médiatique, les chercheurs en bio-impression valorisent et déplorent du même coup la nature artisanale, « magique » et interprétative de leurs démarches et des résultats obtenus. Le caractère vivant contrevient au paradigme de simplification sur lequel reposent ces technologies et leurs débouchées.

10Le dernier chapitre, sous la forme d’une conclusion, prend pour toile de fond le réductionnisme opéré par l’ingénierie génétique et la biologie de synthèse. L’auteure traite ici des glissements épistémologiques, rhétoriques et normatifs qui conduisent depuis plusieurs décennies à considérer le vivant comme une machine, une somme d’informations réductibles, un assemblage cellulaire. Origine de la civilisation in vitro et aboutissement de la bio-objectivation, le « modèle informationnel » et la bio-ingénierie continuent de générer ces nouvelles créatures dont l’existence atteste d’un rapport utilitariste au vivant – parfois porté par de bonnes intentions, mais malavisé quant à sa réelle complexité et imprévoyant des nouvelles dynamiques relationnelles au sein desquelles nos propres existences prendront place et ne pourront se désolidariser.

11Le volume proposé par Céline Lafontaine offre une très riche synthèse sur plusieurs dimensions liées à l’existence de ces nouvelles formes de vitalité : ressorts, pratiques, rapports et implications y sont analysés de manière tout à fait stimulante. Les chercheurs dont les travaux concernent des objets biotechnologiques seront intéressés de lire ce passionnant ouvrage duquel ils pourront tirer des fils pour leurs propres réflexions et contribuer ainsi à éprouver le potentiel heuristique de cette catégorie des bio-objets et de ce concept de bio-objectivation.

Haut de page

Notes

1 Ces deux travaux ont pour point commun d’avoir défini les deux concepts majeurs de l’ouvrage de Céline Lafontaine, celui de « bio-objet » et celui de « bio-objectivation » : Landecker Hannah, Culturing life. How cells became technologies, Cambridge, Harvard University Press, 2007. Webster Andrew, « Introduction. Bio-objects: Exploring the boundaries of life », in Niki Vermeulen, Sakari Tamminen et Andrew Webster (dir.), Bio-objects. Life in the 21st century, Londres, Routledge, 2012, p 1-10.

2 Cf. travaux susmentionnés en note.

3 Notion telle que discutée dans Trompette Pascale, Vinck Dominique, « Retour sur la notion d’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, 2009, p. 5-27.

4 L’auteure parle page 47-48 du cas particulier de ces cellules pluripotentes induites (IPS) ramenées « artificiellement à un état prédifférencié ».

5 En guise de champ-contrechamp sur ces aspects, voir les travaux de Catherine Rémy sur la xénotransplantation : Rémy Catherine, « Expérimenter sur les animaux avec compassion ? Enquête dans le milieu de la xénotransplantation », in Nicolas Dodier et Anthony Stavrianakis (dir.), Les objets composés : agencements, dispositifs, assemblages, Paris, Éditions EHESS, 2018, p. 181-204.

6 Traduction du terme de self-fulfilling prophecy proposé par Robert K. Merton en 1949 et mentionné dans l’ouvrage page 62.

7 Sur cette projection dans le futur comme modèle pour le présent, l’auteure mentionne les travaux de Jasanoff Sheila, « Imagined and invented wolds », in Sheila Jasanoff et Kim Sang-Hyun (dir.), Dreamscapes of modernity. Sociotechnical imaginaries and the fabrication of power, Chicago, University of Chicago Press, 2015, p. 321-342. Sur ces aspects de scénarisation et de construction des futurs, voir aussi Chateauraynaud Francis et Debaz Josquin, Aux bords de l’irréversible : sociologie pragmatique des transformations, Paris, Éditions Pétra, coll. « Pragmatismes », 2017 ; compte rendu de Mikaël Chambru pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.24424.

8 L’auteure évoque pages 56-59 le projet « néocolonial de collecte de sang d’autochtones » documenté par Joanna Radin (2017). Pour un autre exposé ici sur les collections de microbiotes intestinaux, on pourra recommander Zimmer Alexis, « Collecter, conserver, cultiver des microbiotes intestinaux. Une biologie de sauvetage », Écologie & politique, n° 58, 2019, p. 135-150, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/ecopo1.058.0135 .

9 Pages 53-54, l’auteure donne à voir l’étonnant paradoxe d’une civilisation in vitro qui s’érige comme réponse aux effets délétères de l’Anthropocène lorsque celle-ci repose justement sur l’utilisation d’une quantité importante d’énergie nécessaire à la cryoconservation et nécessite nombre d’instruments en plastique pour les manipulations : « En ce sens, toute réflexion sur les changements climatiques relatifs à l’Anthropocène devrait tenir compte des dimensions matérielles et énergétiques de la civilisation in vitro » (p. 54).

10 « La biocitoyenneté s’exprime à travers un nombre grandissant de mouvements sociaux autour d’enjeux tels que l’accès à des traitements expérimentaux, l’utilisation de données génétiques, l’euthanasie, le suicide assisté, la sélection embryonnaire, l’accès pour tous aux technologies de procréation ou encore le recours aux mères porteuses » (p. 76).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Coeurquetin, « Céline Lafontaine, Bio-objets. Les nouvelles frontières du vivant », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 avril 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48824

Haut de page

Rédacteur

Paul Coeurquetin

Doctorant en sociologie au sein du laboratoire LISST-Cers. Ses recherches portent sur l’émergence de nouveaux rapports aux micro-organismes portés par de nouvelles connaissances, promesses, pratiques et prescriptions, dans les sphères scientifique, institutionnelle et marchande, ainsi qu’au sein de l’espace domestique des citoyens.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search