Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Arlette Farge, Instants de vie

Arlette Farge, Instants de vie

Malo de La Blanchardière
Instants de vie
Arlette Farge, Instants de vie, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2021, 131 p., édition présentée par Clémentine Vidal-Naquet, ISBN : 978-2-7132-2815-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maitresse de conférences à l’université de Picardie Jules Verne et membre du Centre d’histoire des (...)
  • 2 Et notamment les fonds archivistiques de la Bastille, conservés aux Archives nationales et à la bib (...)
  • 3 Farge Arlette, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 ; ouvrage dans lequel Arlette Farge mets en (...)

1Le quotidien, l’invisible, les pauvres et les humbles, les choses ordinaires et les paroles singulières, telles sont les pistes que poursuit Arlette Farge dans son travail d’historienne du Paris populaire du XVIIIe siècle. Car c’est bien le pari de ce petit ouvrage, présenté par Clémentine Vidal-Naquet1 : retracer l’itinéraire biographique, l’aventure intellectuelle et la trajectoire engagée d’une historienne iconoclaste et inclassable. Pour ce faire, le livre se propose de retranscrire huit émissions radiophoniques, enregistrées entre 2013 et 2018 sur France Culture et France Inter. À travers ses entretiens avec Perrine Kervran, Laure Adler et Patrick Boucheron, elle apparaît comme une historienne singulière, qui bat en brèche l’image d’un petit peuple parisien, misérable et pitoyable, pour en réhabiliter la complexité par une lecture minutieuse et passionnée des archives, judiciaires notamment2. Pour Arlette Farge, qui ne cache pas son admiration pour Georges Pérec, il s’agit de photographier le Paris populaire du XVIIIsiècle en s’intéressant aux événements de faible intensité, à la banalité du quotidien et au prosaïque, loin des moments saillants retenus par l’Histoire. À rebours d’une histoire des élites, des grands événements et de l’exceptionnel, elle va au creux de l’archive, comme elle le décrit dans son essai le plus célèbre, Le goût de l’archive3, elle traque l’irréductible singularité des êtres et la multitude de leurs possibilités. Cette démarche, elle l’a maintenue et la peaufinée toute sa vie durant.

  • 4 Publiée deux ans après sa soutenance : Farge Arlette, Le vol d’aliments à Paris au XVIIIe siècle. D (...)
  • 5 Farge Arlette, Foucault Michel, Le désordre des familles. Lettres de cachets des archives de la Bas (...)

2Dans ses entretiens à la radio, Arlette Farge se raconte, pudiquement, mais raconte surtout sa formation, sa découverte des archives, son engagement féministe, et c’est là un des aspects fort instructifs de ce livre : dessiner en filigrane le parcours intellectuel original de l’historienne. Née en 1941 dans une famille modeste des Ardennes, à Charleville, Arlette Farge s’oriente d’abord, selon la volonté de sa mère, vers des études de droit à Paris. Après avoir envisagé d’être juge pour enfants, la jeune étudiante s’oriente finalement vers l’histoire du droit puis, sur les conseils d’une professeure, vers l’histoire. Cette réorientation est l’occasion d’un séjour d’étude décisif aux États-Unis, à Ithaca (Cornell University), en 1968-1969, à une période où l’activisme des Black Panthers et le début d’une forte mobilisation féministe pénètrent les campus américains. Ces mouvements contestataires, qui conduisent à l’occupation de l’université en 1969, marquent fortement la jeune historienne et exaltent sa verve militante. De retour en France, où elle s’engage au Mouvement de libération des femmes (MLF), Arlette Farge commence une thèse d’histoire moderne auprès de Robert Mandrou, charismatique directeur d’étude à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), disciple de Lucien Febvre et pionnier de l’histoire des mentalités et de la psychologie historique. Intitulée Le vol d’aliments à Paris au XVIIIe siècle4, cette thèse est l’occasion pour Arlette Farge d’une immersion totale dans les archives judiciaires de la Bastille, travail qu’elle prolonge par la suite au côté de Michel Foucault. Sa rencontre décisive avec le philosophe, en 1980, aboutit à la publication d’un ouvrage commun consacré aux lettres de cachets5.

3Les archives de la Bastille sont au cœur de la démarche scientifique de l’historienne, qui entretient avec elles un rapport sensible, sensuel presque : son corps est « à l’entière disposition de l’archive » (p. 53), qui lui fait ressentir une « vibration physique » (p. 43). Cette fascination pour le matériau ordinaire l’amène à toucher de ses doigts le moment historique de l’institutionnalisation de la police, en 1665, avec la création à Paris du poste de lieutenant général de police. Arlette Farge découvre dans les archives judiciaires, via les dépositions des témoins notamment, les intimités, les imaginaires, les croyances, les espoirs les mentalités populaires. Elle y trouve la trame sensorielle d’un Paris du XVIIIe siècle sonore, visuel, odorant, tactile, bruyant, familier et lointain à la fois. S’inscrivant dans ce courant, alors nouveau, de l’histoire des sensibilités (aujourd’hui des mentalités), Arlette Farge élargit l’investigation historique à de nouveaux objets. L’élément le plus marquant de son travail est peut-être cela : son intérêt pour des nouveaux sujets de l’histoire, le petit peuple parisien en particulier.

  • 6 Rancière Jacques, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, coll. « Pluriel (...)

4Influencée par Jacques Rancière6, Arlette Farge s’intéresse autant aux tourments du peuple qu’à ses roublardises, son savoir, sa parole comme événement. Consciente du danger inhérent à la posture de l’historien, qui sait ce qui suit et comment tout se termine, elle invite à replacer les acteurs sociaux du passé dans leur présent, dans leur « futur non encore advenu » (p. 13), à rester dans la contemporanéité des gens, refusant notamment de voir dans toute indignation ou insurrection du peuple un signe avant-coureur de la Révolution française. Au risque d’un paradoxe : les historiens n’ont pas assez travaillé les événements de faible intensité, mais s’ils le font, ces événements seront amplifiés et deviendront beaucoup plus importants.

  • 7 Farge Arlette, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, H (...)

5Ainsi, Arlette Farge nous propose une leçon d’attention, une découverte de la quotidienneté et de l’émotion, du singulier et du « sable fin de l’histoire »7. Mais en écrivant une histoire des « gens de peu », l’historienne est consciente de l’écueil pour celui qui ne verrait dans ses récits du quotidien que de simples anecdotes. À rebours d’une lecture anecdotique, l’historienne s’attache à articuler ces faits ordinaires au système social et politique de l’époque, à y déceler les imaginaires, les croyances, les opinions et la pensée de « ces personnes qui pensent, parlent, vivent, qui souffrent en général, mais qui ont aussi beaucoup de joie, de vivacité, de moments d’effervescence ou d’indignation » (p. 97).

6 Les entretiens radiophoniques sont également l’occasion d’une réflexion sur l’écriture de l’histoire et sur le rôle de l’historien dans le présent. Pleinement engagée dans les enjeux du temps présent, Arlette Farge rappelle avoir fait partie des historiens qui s’opposent au projet politique, porté par Nicolas Sarkozy durant son mandat, de créer un musée de l’histoire de France, estimant que « les moments de vie d’autrefois […] seraient […] omis au profit du récit d’une “grande aventure française” » (p. 61). Or, c’est précisément à une histoire de la pauvreté et de l’indignité à laquelle s’applique l’historienne, un travail sur les humbles, les modestes, les exclus, les silencieux, les bafoués, en somme les « lieux absents de l’histoire » (p. 58).

  • 8 Duby Georges, Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 1-5, Paris, Plon, 1990- (...)

7Cette capacité de réflexion et d’engagement était déjà à l’œuvre dans le militantisme féministe d’Arlette Farge. Au sein du MLF, elle était parfois en décalage avec ses camarades, elle qui défend un féminisme compatible avec le désir de maternité. En 1976, elle participe à la fondation d’un groupe de travail sur l’histoire des femmes à l’EHESS. Partie prenante de l’ambitieux projet éditorial mené par George Duby et Michelle Perrot sur l’histoire des femmes8, Arlette Farge se démarque cependant des courants d’étude sur les femmes et des monographies féministes pour leur préférer l’étude des relations hommes-femmes, afin de réinscrire les femmes dans la grande histoire collective, ce qu’elle qualifie volontiers de « féminisme de traverse » (p. 67).

8En définitive, Arlette Farge « plonge le lecteur au milieu de la rue au XVIIIe siècle » (p. 80), époque qu’elle rend vivante par ce que les personnes de jadis ont encore à nous dire. Pour cette « passeuse » (p. 106), qui a consacré sa vie à desserrer l’écriture de l’histoire, à citer volontiers des écrivains et des philosophes, à faire des incursions dans la fiction, faire parler ceux qui ont trop longtemps été condamnés au silence relève autant d’une démarche scientifique que d’un engagement. Ce livre est un hommage vibrant à une infatigable aventurière du savoir, qui fut aussi une voix de la radio, animant durant plusieurs années « Les Lundis de l’histoire » et « La Fabrique de l’histoire » sur France Culture. « Aimer l’histoire, c’est aimer le monde, aimer l’autre » (p. 22).

Haut de page

Notes

1 Maitresse de conférences à l’université de Picardie Jules Verne et membre du Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits, Clémentine Vidal-Naquet est une historienne de la Grande Guerre, de l’intime et des sensibilités.

2 Et notamment les fonds archivistiques de la Bastille, conservés aux Archives nationales et à la bibliothèque de l’Arsenal.

3 Farge Arlette, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 ; ouvrage dans lequel Arlette Farge mets en scène ses propres émotions face aux sources et manifeste une véritable façon d’être face aux traces du passé.

4 Publiée deux ans après sa soutenance : Farge Arlette, Le vol d’aliments à Paris au XVIIIe siècle. Délinquance et criminalité, Paris, Plon, 1974.

5 Farge Arlette, Foucault Michel, Le désordre des familles. Lettres de cachets des archives de la Bastille au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, 1982.

6 Rancière Jacques, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1981.

7 Farge Arlette, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 9.

8 Duby Georges, Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident, vol. 1-5, Paris, Plon, 1990-1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Malo de La Blanchardière, « Arlette Farge, Instants de vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 avril 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48840

Haut de page

Rédacteur

Malo de La Blanchardière

Élève fonctionnaire stagiaire à l’École normale supérieure de Lyon, agrégé d’histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search