Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Anne Lambert, Joanie Cayouette-Re...

Anne Lambert, Joanie Cayouette-Remblière (dir.), L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire

Myriam Chatot
L’explosion des inégalités
Anne Lambert, Joanie Cayouette-Remblière (dir.), L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, INED, Editions de l'Aube, coll. « Monde en cours », 2021, 439 p., Préf. Dominique Méda, ISBN : 978-2-8159-4262-1.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif a pour objectif de comprendre en quoi le confinement du printemps 2020 en France a « révélé et exacerbé les inégalités sociales » (p. 7). En effet, « [l’]effritement des conditions de vie, de travail et de santé des plus modestes [s’est] traduit au moment de la crise par une plus grande vulnérabilité de cette partie de la population, et finalement par une moindre capacité à résister au choc du virus » (p. 10). Il s’agit donc pour les auteurs et autrices de comprendre comment l’entrée en confinement a impacté les trajectoires biographiques des individus, afin d’interroger l’articulation des inégalités de vie en confinement avec des inégalités structurelles antérieures.

  • 1 Enquête Coronavirus et confinement, « Logement et conditions de vie » (Coconel)https://www.ined.fr/ (...)

2Après une préface de Dominique Méda qui détaille l’augmentation des inégalités au cours des dernières décennies, l’introduction écrite par les deux coordinatrices retrace la mise en place du confinement en France et le traitement médiatique de cet événement, puis les modalités de l’enquête1 sur laquelle repose l’ouvrage, à la fois quantitative et qualitative. L’enquête par questionnaire a été réalisé par l’Institut national des études démographiques (Ined), en partenariat avec le consortium Coconel, par Internet début mai 2020, auprès d’un échantillon de 2003 individus représentatifs de la population adulte française âgée de 18 ans et plus. Afin d’inscrire ces résultats dans les parcours de vie et d’accéder aux ménages peu représentés dans les enquêtes statistiques (notamment les plus précaires et les plus aisés), une enquête par entretiens a également été réalisée au printemps 2020 par les sociologues contribuant à l’ouvrage, en sollicitant à nouveau des enquêté•e•s interrogé•e•s dans le cadre de précédentes recherches. 21 portraits ont été réalisés par ce biais, en s’appuyant sur les informations déjà collectées et sur celles obtenues lors de la réenquête du printemps 2020. L’échantillon qualitatif a été constitué dans un objectif de diversification des conditions de vie (en termes de ressources économiques, en titres scolaires, mais aussi concernant les solidarités familiales dont les individus peuvent bénéficier ou leur inscription dans un réseau de sociabilité dense ou au contraire plus clairsemé) et de lieux d’habitation (rural, urbain, etc.). Les entretiens ont été menés pendant le confinement, principalement par téléphone ou en ligne.

3L’introduction est suivie par un chapitre qui fournit quelques données de cadrages sur la pandémie de Covid-19 concernant les changements induits par les restrictions sanitaires sur les conditions de vie des individus (dans le lieu d’habitation, les conditions d’emploi ou les relations sociales). Ce sont les groupes déjà défavorisés qui ont le plus souffert de la crise sanitaire. Les autrices identifient trois catégories d’individus particulièrement affectés. Tout d’abord, les femmes ont davantage stoppé leur activité professionnelle ou perdu leur emploi que les hommes (ou ont télétravaillé dans de moins bonnes conditions) et se sont senties davantage débordées du fait de la responsabilité qui pèse sur elles de gérer la vie quotidienne. Ensuite, les ménages pauvres (c’est-à-dire ceux qui ont un revenu mensuel inférieur à 1 318 euros par unité de consommation) ont été davantage victimes que les ménages plus aisés de pertes de revenus et ont souvent dû s’endetter pour faire face à cette période. Enfin, les jeunes (18-24 ans) ont été particulièrement affectés à la fois par des pertes de revenus et par la solitude.

  • 2 Darmon Muriel, Dulong Delphine et Flavier Elsa, « Temps et pouvoir », Actes de la recherche en scie (...)

4L’ouvrage se découpe ensuite en six parties, qui regroupent chacune deux à quatre portraits d’enquêté•e•s en fonction de la fraction de l’espace social qu’ils occupent, rédigés par les 20 sociologues de statut varié (de masterant•e à professeur•e émérite) qui ont mené les entretiens. Ces parties sont introduites par une courte notice permettant de situer les conditions dans lesquelles ces ménages ont vécu le confinement, en fonction des ressources détenues, du rapport au logement, mais aussi de l’attitude de ces derniers par rapport aux restrictions sanitaires. Ces portraits permettent d’illustrer et de prolonger les résultats statistiques initiaux, en rendant compte de la polarisation entre les ménages de classes moyennes-supérieures, pour qui le confinement ne change que marginalement les conditions d’existence, et les ménages plus modestes, pour qui l’assignation à domicile implique de renoncer à des structures et ressources extérieures (capital d’autochtonie par les réseaux amicaux et familiaux, les structures accueillant les enfants, de sport et de loisirs ou procurant une aide administrative, juridique ou alimentaire, etc.) ou de menus plaisirs comme les vacances, et d’accepter des arrangements professionnels en leur défaveur. En effet, les ménages de classes moyennes et supérieures interrogés (parties 1 et 4) peuvent non seulement se prévaloir de conditions de logement et de vie favorables pendant le confinement (habitation suffisamment spacieuse pour que chacun•e ait un « espace à soi », maintien dans l’emploi et du niveau de revenu, etc.), mais aussi de « dispositions à l’autocontrainte, à l’organisation et à la rationalisation du temps2 acquises au cours de leur trajectoire qui leur ont permis de transformer le repli domestique imposé par le confinement en période productive » (p. 98). En particulier, pour les parents diplômés d’études longues fortement investi•e•s dans la scolarité et l’éducation des enfants, le confinement prolonge l’organisation millimétrée du temps antérieure.

5À l’inverse, pour des ménages moins bien dotés (en termes de ressources économiques, de stabilité de l’emploi, ou de possibilité de recourir à des solidarités familiales ou de voisinage), le confinement déstabilise à la fois la trajectoire personnelle et la vie quotidienne et fragilise les acquis de celles et ceux parvenus à une légère ascension sociale ou en passe d’y parvenir par les études (parties 2 et 5) ou à accéder à la propriété grâce à une mobilisation féminine pour des ménages de classes populaires ou de classes moyennes rurales (partie 3). La partie 6, qui porte sur les « sans-statuts » (une famille sénégalaise logée en hôtel social et un foyer de travailleurs migrants), est particulièrement bienvenue en ce qu’elle permet de rendre compte des conditions de vie des groupes les plus précaires dans la crise sanitaire. Pour cette population, le virus semblait un enjeu secondaire au regard de l’urgence de la survie et de l’obtention de papiers. L’incapacité d’accéder aux réseaux d’aide ordinaires (comme les chèques alimentaires du Samu social) et aux préfectures parait alors une contrainte plus préjudiciable que celle d’être confiné dans des espaces surpeuplés et qui ne sont pas prévus pour servir d’hébergement au long cours.

6Les portraits accordent une attention particulière aux inégalités de genre dans les couples hétérosexuels (en particulier dans les parties 1 et 4), en montrant que dans les ménages de classes moyennes et supérieures, souvent les plus réceptifs aux normes d’égalité entre les sexes, « le confinement a déstabilisé les équilibres conjugaux et renforcé, avec plus ou moins d’intensité, les rapports de pouvoir (économique, matériel et symbolique) déjà plus souvent défavorables à ces femmes » (p. 278), « tant par la déstabilisation de la place des femmes sur le marché du travail […] que par la réassignation à des tâches domestiques et parentales dont elles ne se sont jamais totalement départies » (p. 283). Le chapitre écrit par Paul Gioia, qui porte sur une enseignante de collège (« Jeanne ») en couple avec un enseignant et mère de deux enfants, est à ce titre éclairant car derrière cette « homogamie en trompe-l’œil d’un couple de profs » (p. 299) se dissimule deux rapports au temps quotidien très différents au sein du couple. En effet, Jeanne a à cœur de mener de front « continuité pédagogique » pour ses élèves et pour son fils aîné, tout en surveillant son plus jeune fils et « gér[ant] un peu tout » (p. 307) (au prix de son sommeil), tandis son conjoint privilégie un projet de sculpture du bois sur la terrasse de leur appartement, auquel il consacre la majeure partie de ses journées.

  • 3 Fanny Thomas, « Marc Lazar, Guillaume Plantin, Xavier Ragot (dir.), « Le monde d’aujourd’hui. Les s (...)

7L’explosion des inégalités prolonge d’autres publications sur les inégalités sociales en confinement3 en proposant les résultats de deux enquêtes menées pendant le confinement du printemps 2020 et offrant une vue d’ensemble sur les conditions de vie des Français et des Françaises pendant cette période. Le double dispositif d’enquête permet de comparer la situation des répondant•e•s avec leur situation antérieure, par la duplication de questions posées dans des enquêtes statistiques antérieures pour le volet quantitatif et par la sollicitation d’ancien•ne•s enquêté•e•s pour le volet qualitatif. La diversité des situations en termes d’âge et d’appartenance sociale des enquêté•e•s peut être soulignée, illustrant de manière saisissante comment les ressources détenues ont pu protéger les individus des conséquences des restrictions sanitaires. Cependant, on peut regretter que l’enquête quantitative occupe finalement peu de place dans l’ouvrage et que ses limites méthodologiques ne soient pas discutées plus avant. Le livre intéressera autant les spécialistes en sciences humaines et sociales et les non-spécialistes qui souhaiteraient se replonger dans la période exceptionnelle qu’a été le printemps 2020.

Haut de page

Notes

1 Enquête Coronavirus et confinement, « Logement et conditions de vie » (Coconel)https://www.ined.fr/fr/ressources-methodes/etat-de-la-recherche/covid-19/

2 Darmon Muriel, Dulong Delphine et Flavier Elsa, « Temps et pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 226-227, 2019, p. 6-15. Consultable sur le portail Cairn : https://www-cairn-info.bibelec.univ-lyon2.fr/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2019-1-page-6.htm

3 Fanny Thomas, « Marc Lazar, Guillaume Plantin, Xavier Ragot (dir.), « Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 19 avril 2021. URL : https://journals.openedition.org/lectures/45876

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Chatot, « Anne Lambert, Joanie Cayouette-Remblière (dir.), L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 avril 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48860

Haut de page

Rédacteur

Myriam Chatot

Docteure en sociologie, actuellement post-doctorante à l’Irisso (Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales, à l’université Paris Dauphine) dans le cadre d’un projet de recherche européen sur les effets de la pandémie du Covid-19 sur les familles en France, en Suisse et en Suède.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search