Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021James C. Scott, L'œil de l'État. ...

James C. Scott, L'œil de l'État. Moderniser, uniformiser, détruire

Olivier Martin
L'œil de l'État
James C. Scott, L'œil de l'État. Moderniser, uniformiser, détruire, Paris, La Découverte, 2021, 540 p., trad. Olivier Ruchet, ISBN : 978-2-348-05735-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 James C. Scott, Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers États, Paris, La Découverte, 20 (...)

1Paru en 1998, Seeing like a state. How certain schemes to improve the human condition have failed est devenu un des ouvrages les plus cités en sciences sociales. Aujourd’hui traduit en français, il est emblématique des travaux de James C. Scott sur l’État et la capacité des pouvoirs à imposer leur conception des sociétés. Ainsi, dans son ouvrage Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers États1 traduit en français en 2019, Scott analysait-il les rôles joués par les États dans les processus de sédentarisation et les choix agricoles. Si Homo domesticus nous plongeait dans la Mésopotamie antique, L’œil de l’État s’intéresse au XIXsiècle et surtout au XXe.

2Comment les États parviennent-ils à connaître et intervenir sur les individus, leurs sociétés et leurs environnements ? La réponse se situe dans tous les processus de simplification, d’abstraction et de standardisation qui rendent lisible le monde social et naturel. Le monde est rendu manipulable, gérable, administrable grâce à des fictions simplificatrices qui touchent aussi bien les territoires, les langues, les identités, les transports, les villes, les villages, l’habitat, le monde rural, les arbres et l’agriculture que les citoyens eux-mêmes. Rendre lisible la réalité complexe, turbulente et chaotique, c’est aussi la transformer, la manipuler, en la rendant conforme à des grilles simples et abstraites. Standardiser et assigner des patronymes permanents, standardiser les poids et mesures, créer un cadastre, uniformiser la langue et le droit, etc. participent activement à l’édification de la réalité. La mise en lisibilité transforme le monde naturel et social.

3Rendre une société lisible suppose d’éliminer tous les monopoles ou pouvoirs locaux. Si Scott concentre une bonne partie de ses analyses sur le rôle des États, il souligne qu’ils ne sont pas les seuls à agir ainsi : les administrations privées comme publiques, les monastères, les casernes, les usines, ainsi que toutes les organisations de grande taille tendent à se comporter de la même manière. Il ne faut pas voir son analyse critique de l’État comme un plaidoyer libéral.

4La confiance absolue en la capacité à rendre le monde lisible afin de faire advenir un progrès social permanent et un contrôle rationnel absolu de la nature est un des traits du haut-modernisme, qui prend son essor au début du XIXe siècle. Ce haut-modernisme est la vision portée par la « version forte (on pourrait même dire musclée) de la foi dans le progrès scientifique et technique associé à l’industrialisation » (p. 144), qui conçoit la société comme un « objet réifié séparé de l’état et pouvant être décrit scientifiquement » (p. 147). Ce haut-modernisme est autoritaire dans la mesure où il prétend intervenir sur la condition humaine et la vie en société, au nom du progrès, de la science, de la technique, de la rationalité et de l’ingénierie sociale. Seuls ceux ayant une capacité à se projeter dans l’avenir sont en mesure de gouverner (élites, avant-gardes), quitte à restreindre le débat politique et à dévaluer la vie démocratique. La foi dans le progrès sert d’argument pour justifier des sacrifices à court terme au nom d’un avenir meilleur.

  • 2 Witold Kula, Les mesures et les hommes, Paris, Éditions de la MSH, 1985 (première édition en polona (...)

5Scott souligne notamment le rôle central que jouent les unités de mesure, leur simplification et leur uniformisation, dans le processus visant à rendre visibles les sociétés humaines. S’appuyant sur l’ouvrage classique de Witold Kula, Les mesures et les hommes (1985)2, il rappelle que la mosaïque de systèmes de mesure (la « tour de Babel métrologique ») entraine des pertes d’efficacité dans les possibilités d’administrer, d’imposer des mesures fiscales optimales, de surveiller les marchés, de comparer les prix ou de réguler les échanges. Elle était aussi un obstacle à toute volonté d’assurer une certaine équité dans le régime fiscal. Et si les volontés de standardiser et uniformiser les systèmes de mesure ont longtemps échoué, c’est en raison de la résistance des particularismes locaux, des pouvoirs détenus par la noblesse et le clergé et de l’héritage du système féodal. Pour ces pouvoirs locaux, la manipulation des unités de mesure était un outil commode pour ajuster leurs profits fiscaux et réguler les échanges sur les marchés. Inversement, pour les tenants d’un pouvoir centralisateur, l’instauration d’un système de mesure unique et uniforme est un puissant outil permettant d’« ériger une société nationale unique parfaitement lisible depuis son centre » (p. 60).

6Scott analyse aussi le rôle joué par le cadastre, qui constitue « la base de la vision en surplomb de l’État et le fondement d’un marché foncier supralocal » (p. 71) : le cadastre est un dispositif qui tire sa force et son efficacité de son caractère abstrait, universel et finalement très sommaire. Il ne s’agit au fond que d’une représentation théorique issue d’une division géométrique de surfaces. Un exemple éclairant est celui de l’évolution du cadastre russe au cours du XIXe siècle. Avant d’être réformé, le partage des terres permettait à chaque foyer de disposer de plusieurs parcelles « représentatives » de la diversité des zones écologiques (culture, pacage, sylviculture…) et des microclimats : chaque foyer pouvait se voir attribuer jusqu’à quinze parcelles différentes. Cette complexité, qui ne posait pas de problèmes aux résidents et répondait à leurs besoins, avait de quoi « faire tourner la tête » aux employés du cadastre. La réforme a conduit à redécouper les parcelles de manière plus géométrique et à les affecter à des propriétaires qui soient des personnes bien identifiées (et non à des familles ou des communautés). L’échec de cette réforme fut patent : elle conduisit à des ruines ainsi qu’à la faillite du système d’approvisionnement de la Russie tsariste.

7Ces actions de simplification et de lisibilité s’appliquent également à l’organisation des villes. En créant des villes ou des quartiers selon des schémas géométriques simples (qui sont des « unités », comme les cases d’un damier, par exemple), le pouvoir crée un espace qu’il est facile d’administrer, d’arpenter, d’aménager et de surveiller. Scott analyse Chicago, l’action d’Haussmann à Paris, le projet de Le Corbusier pour le centre de Paris, le Saint-Pétersbourg de Pierre le Grand et le cas particulièrement éclairant de Brasilia.

8Pour Scott, bon nombre de catégories qui nous sont familières et qui nous servent au quotidien ont pour origine des projets étatiques de standardisation et de lisibilité. C’est le cas des langues (que Scott estime être une des formes de simplification les plus puissantes) ou encore des patronymes permanents, transmis des parents aux enfants, dans le but de permettre aux pouvoirs d’identifier les individus. Ce fut le cas en Chine à partir du IVe siècle et en Europe à partir du XVe siècle. Ces pratiques d’attribution de noms permanents allaient souvent de pair avec démarches de taxation. Scott rappelle que c’est un décret napoléonien de 1808 qui a imposé des patronymes aux juifs, ou encore que les migrants arrivant aux États-Unis se sont vu attribuer un patronyme s’ils n’en avaient pas. D’autres dispositifs contribuent encore aujourd’hui à rendre les individus lisibles : les documents d’identité avec des photos et des indications anthropométriques, les numéros de sécurité sociale, les profils ADN et bientôt, peut-être, les passeports vaccinaux.

  • 3 Jane Jacobs, Déclin et survie des grandes villes américaines, Marseille, Parenthèses, 2012 [1961].

9Les actions des pouvoirs pour rendre lisible de vastes pans du monde ne doivent pour autant pas laisser croire que des domaines sont incompréhensibles et illisibles pour les individus eux-mêmes. Même si une ville n’est pas lisible par le pouvoir central, elle l’est pour ses résidents : ils savent se repérer, s’orienter, se déplacer, faire leurs achats ou se rendre au travail, bien que les rues, les ruelles, les îlots et les immeubles semblent être dessinés selon une logique chaotique et sans schéma structurant simple. La mise en lisibilité opérée par les pouvoirs vise simplement à rendre la réalité plus aisée à administrer et à surveiller. Mais, comme l’analyse en détail Scott à l’aide des travaux de Jane Jacobs3, cette organisation géométrique des villes ne répond pas nécessairement aux besoins concrets des habitants et à leurs modes de vie. D’ailleurs, la lisibilité des villes crée un ordre qui « apparait de la manière la plus évidente non pas depuis le niveau du sol, mais vu du dessus ou de l’extérieur » (p. 96), en les survolant ou en consultant des plans.

  • 4 Marcel Detienne, Jean-Pierre Vernant, Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flamm (...)

10Les objectifs de simplification et de lisibilité ne sont jamais complètement atteints, car toute tentative souffre « d’inexactitudes, d’omissions, d’agrégation trompeuses, de fraude, de négligence, de distorsions politiques » (p. 129), de rivalités entre administrations, d’obstacles techniques mais aussi de « résistance des sujets ». Les simplifications opérées par l’État sont toujours plus schématiques, statiques et réductrices que les réalités sociales et économiques qu’elles sont supposées caractériser. La poursuite des ambitions réformatrices peut même tendre à détruire les communautés et leur capacité à s’adapter. La complexité des processus naturels, humains et sociaux rend vaines toutes les tentatives de schématisation et d’abstraction. Ainsi, la logique utilitaire et commerciale qui conduit aux « forêts géométriques à essence unique et d’âge homogène » provoque de « graves dégâts écologiques » (p. 465). Et il arrive parfois que l’inventivité des habitants, leur capacité à improviser, à agir illégalement et à résister permettent d’éviter, en apparence, la faillite de certains projets, comme celui de la ville planifiée Brasilia. Scott souligne à ce propos le rôle de la mètis, concept qu’il emprunte aux travaux de Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant4 : la mètis désigne les savoirs pratiques localisés, imaginés et utilisés pour résoudre des questions circonscrites dans un environnement naturel et humain en perpétuel changement. En cela, la mètis s’oppose à la techné qui est constituée de savoirs complètement exprimables sous forme de règles strictes, rigides, cohérentes et universelles. Pour une part, L’œil de l’État est un rappel à l’importance cruciale de la mètis et une critique de l’illusion de voir dans la techné la solution à toutes nos questions et à tous nos besoins d’organisation. Critique de la « mentalité planificatrice impérialiste ou hégémonique » et défenseur des savoir-faire locaux, Scott clôt d’ailleurs son ouvrage par un plaidoyer en faveur d’institutions favorables à la mètis.

11L’œil de l’État constitue une mine d’études de cas permettant au lecteur ou à la lectrice de découvrir les détails de l’anthropologie politique de James C. Scott. Plus de vingt ans après sa première publication, la fresque n’a pas perdu de sa force théorique, même si les transformations contemporaines des États (pensons à la Chine, à la Russie de Poutine, ou encore aux évolutions des démocraties européennes depuis la crise sanitaire) obligent à réinterroger en permanence leurs actions pour contrôler les individus et l’environnement.

Haut de page

Notes

1 James C. Scott, Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers États, Paris, La Découverte, 2019, compte rendu de Léo Montaz pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.32442. L’ouvrage est paru initialement en 2017 sous le titre Against the grain: a deep history of the earliest States.

2 Witold Kula, Les mesures et les hommes, Paris, Éditions de la MSH, 1985 (première édition en polonais : 1970). Sur le rôle général des mesures et de la quantification dans la construction des sociétés, nous nous permettons de renvoyer à : Olivier Martin, L’Empire des chiffres. Une sociologie de la quantification, Armand Colin, 2020.

3 Jane Jacobs, Déclin et survie des grandes villes américaines, Marseille, Parenthèses, 2012 [1961].

4 Marcel Detienne, Jean-Pierre Vernant, Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 2018 [1974].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Martin, « James C. Scott, L'œil de l'État. Moderniser, uniformiser, détruire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 avril 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48864

Haut de page

Rédacteur

Olivier Martin

Professeur à l’Université de Paris et directeur du CERLIS (UMR 8070).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search