Skip to navigation – Site map

HomeContentsLes comptes rendus2021Patricia Sorel, Petite histoire d...

Patricia Sorel, Petite histoire de la librairie française

Marie-Pierre Vaslet
Petite histoire de la librairie française
Patricia Sorel, Petite histoire de la librairie française, Paris, La Fabrique, 2021, 240 p., ISBN : 9782358722070.
Top of page

Full text

1À l’heure où l’on fête les quarante ans de la loi sur le prix unique du livre, ce petit ouvrage propose une synthèse vivante et documentée sur l’histoire de la librairie en France depuis ses origines, les libraires stationnaires, « suppôts de l’université » apparus au XIIIsiècle, jusqu’à aujourd’hui. Patricia Sorel est historienne du livre, elle avait déjà coordonné avec Frédérique Blanc une somme savante sur le sujet parue en 2008, vaste ouvrage collectif portant sur les deux derniers siècles de l’histoire de la librairie en France. Elle nous propose ici à l’inverse une « petite » histoire de la librairie française. Une intention en apparence modeste donc, pour un ouvrage qui se veut accessible aux non-spécialistes alors que l’intérêt du public pour le sort des libraires indépendants s’est révélé de façon saisissante lors des confinements de 2020 et des discussions sur le caractère « essentiel » – ou non – du commerce du livre.

2Cette accessibilité se manifeste par le caractère synthétique de l’ouvrage (200 p. hors notes et index), mais aussi par le choix de son autrice de nous donner à lire une histoire vivante et incarnée, avec des personnages dont la voix nous parvient grâce à de nombreuses citations. On note aussi la présence de gravures et photographies qui, malgré leur petite taille et une qualité de reproduction très moyenne, apportent une réelle plus-value au texte. Malgré son caractère synthétique, le livre parvient à ne pas simplifier outrageusement un monde complexe et se révèle très riche en évoquant clairement, même si nécessairement brièvement, de très nombreux aspects de cette histoire, s’appuyant sur plusieurs décennies de travaux sur le commerce du livre (les nombreuses références – 466 notes – sont reportées en fin d’ouvrage). Le volume comporte également un index des noms propres fort utile. On regrette en revanche l’absence d’un index thématique, et ce d’autant plus que les intertitres sont relativement peu nombreux et pas toujours suffisamment descriptifs du contenu. On regrette également l’absence de toute explication méthodologique, ainsi que des intentions ou enjeux de l’ouvrage, ou même de véritables introduction et conclusion, « l’introduction » et « l’épilogue » étant de fait nommés de façon assez déroutante puisqu’ils retracent les premiers et les derniers moments de cette histoire, et s’apparentent plutôt à un premier et un dernier chapitre.

3La structure générale de l’ouvrage est chronologique et reprend la périodisation traditionnelle de l’histoire du livre, les développements prenant de l’ampleur à mesure que l’on avance dans cette histoire. L’introduction développe ainsi sur six pages le « temps du livre manuscrit » ; le premier chapitre propose 27 pages sur « la librairie d’Ancien Régime » (XVIe-XVIIIsiècles) ; le deuxième 53 pages sur « le développement de la librairie au XIXe siècle » ; le troisième retrace en 31 pages les évolutions d’une « profession ancrée dans la tradition » de la fin du XIXe siècle à 1945 ; le quatrième évoque la « modernisation à marche forcée » de l’après-guerre à 1981 (33 pages ) ; le cinquième les évolutions sous « le régime du prix unique », en 35 pages, pour la période qui court depuis 1981 ; enfin, un « épilogue » d’une dizaine de pages dessine les grands enjeux du « commerce du livre à l’ère du numérique ». À l’intérieur de ces grandes périodes, les développements sont globalement plutôt thématiques, mais en partie aussi chronologiques (ce qui peut se révéler parfois un peu déroutant).

4Le livre retrace les grands traits de l’histoire du commerce du livre (et non celle du livre, qui démarre bien plus tôt), ses ruptures et continuité. La première grande rupture est celle de l’imprimerie, qui bouleverse les conditions d’un métier de libraire existant depuis le XIIIe siècle, en le faisant changer d’échelle. Malgré la nouvelle technologie, le livre reste sous l’Ancien Régime un objet onéreux, dont la diffusion est limitée (le tirage moyen est de 500 à 1000 exemplaires). Il faut attendre le XIXe siècle pour que les effets conjugués de l’industrialisation et de l’alphabétisation – et le développement de collections à bas prix – le transforment en objet de consommation de masse. Le XIXe siècle est donc une grande période de rupture pour la librairie, où le commerce du livre connait une expansion considérable, et où les métiers de libraire et d’éditeur (mais aussi d’imprimeur) finissent de se spécialiser et de se séparer, après des siècles pendant lesquels un « libraire » pouvait désigner tout autant le diffuseur de livres qu’il est demeuré qu’un éditeur.

5Le XIXe siècle conduit aussi à une autre rupture, en permettant progressivement au commerce du livre d’être moins contrôlé. Sous l’Ancien Régime règne en effet la censure, tant royale – chaque livre publié doit obtenir un privilège d’impression – que religieuse, l’Église établissant son Index librorum prohibitorum à partir de 1558. Cette censure induit le développement d’un commerce à deux niveaux, le premier légal et le second dominé par la contrebande et la contrefaçon. La Révolution permet une abolition provisoire de la censure et l’avènement d’une période où, selon le témoignage de Louis-Sébastien Mercier, à Paris, « les rebords des quais sont couverts de livres ; il y en a encore plus que de marchands de gâteaux » (cité p. 41). Mais le contrôle de l’État sur le livre revient dès 1810 avec l’instauration du système du brevet pour les imprimeurs et les libraires, qui oblige ces derniers à faire la preuve de leur bonne moralité et de leur soumission au pouvoir en place. La censure préalable est supprimée en 1815 mais ce système du brevet, qui restreint le nombre de libraires, « mesure de lèse-civilisation » (cité p. 50), perdure des décennies avant d’être finalement aboli en 1870, six jours après la proclamation de la IIIe République.

6Au-delà de ces ruptures, dont on n’a donné ici que quelques exemples, l’ouvrage met également au jour des continuités saisissantes. Par exemple la question de la surproduction, un enjeu majeur tant pour la librairie que pour l’édition aujourd’hui, apparaît dès la fin du XIXe siècle : « le bon livre se trouve noyé, submergé parmi les mauvais », se lamente ainsi un libraire en... 1911 (cité p. 103). L’ouvrage met aussi en avant, et ce à toutes les époques, la dimension concrète et très physique du commerce du livre, qui est aussi un travail de boutiquier. L’un des enjeux de l’après Seconde Guerre mondiale est ainsi la modernisation des surfaces de ventes, qui avaient conservé jusqu’alors une « allure bien vieillotte » (p. 118). On comprend mieux alors pourquoi l’informatisation des librairies, à partir des années 1980, rencontre de nombreuses résistances, liées à la crainte de l’interposition de l’écran avec la clientèle et aussi à celle de « l’altération du lien physique avec le livre » (p. 180).

7Mais l’un des fils les plus insistants qui parcourt l’ouvrage est la lutte récurrente des libraires, qui se perçoivent comme les seuls représentants du « vrai » commerce du livre, contre les nombreux outsiders venant les concurrencer. Dès l’origine, les libraires s’organisent en corporations et créent des dynasties « hostiles à tout nouveau venu et jalouses de leurs prérogatives » (p. 20). Ces libraires établis s’efforcent ensuite de lutter contre la concurrence extérieure. Par exemple, en 1649, ils obtiennent un règlement qui empêche la vente de livres à l’étalage (p. 34) ou par des petits marchand également « épiciers ou clinqualiers » (p. 35). Plus tard, ils demeurent en majorité très attachés au système des brevets qui les protège de la concurrence et, après sa suppression en 1870, beaucoup en restent nostalgiques. Ces « vrais » libraires ressentent comme une agression la concurrence de ces autres acteurs du commerce du livre qui, en fonction des époques, peuvent être des colporteurs, petits marchands, bouquinistes et étalagistes, cabinets de lecture, bibliothèques de gare, grands magasins, journaux, parfois même éditeurs s’essayant à la vente directe... La lutte contre la concurrence, jugée déloyale, de tous ces « non-libraires », de « tous ces commerçants qui se servent du livre au lieu de le servir » (cité p. 145), est encore un de leur principaux « chevaux de bataille » au XXe siècle. Les libraires ont alors à lutter contre la concurrence des clubs de livre, des supermarchés et hypermarchés, puis des grandes surfaces spécialisées, à commencer par la FNAC qui ouvre sa première librairie en 1974. La politique de discount tarifaire pratiquée par celle-ci ou par les centres Leclerc met la question du prix du livre au cœur du débat. Grâce au travail de plaidoyer d’un groupe de libraires et d’éditeurs menés par Jérôme Lindon, la loi sur le prix unique du livre finit par être votée en 1981. Quarante ans plus tard, cette loi a fait de nombreux émules dans d’autres pays et nul ne conteste plus le rôle qu’elle a joué dans le maintien d’un réseau important de librairies indépendantes. Mais l’ouvrage rappelle ici les vives controverses qu’elle a fait naître avant d’être adoptée, les contestations, et même les années de « difficile application » (p. 161) avant qu’elle ne s’impose définitivement.

8Le livre s’achève logiquement sur la concurrence la plus récente et, peut-être, la plus forte à laquelle la librairie a eu affaire jusqu’ici, celle de la vente via les plateformes en ligne, Amazon au premier chef, et retrace les tentatives – plutôt vaines – des libraires pour lutter contre le développement de sa part de marché. Patricia Sorel conclut sur le nécessaire recentrage vers le « cœur de métier » des libraires, outil décisif dans cette lutte. L’année qui vient de s’écouler n’est pas traitée dans l’ouvrage, mais l’apparent engouement récent du public pour la librairie indépendante semble lui donner raison – il serait difficile de ne pas s’en réjouir.

Top of page

References

Electronic reference

Marie-Pierre Vaslet, « Patricia Sorel, Petite histoire de la librairie française  », Lectures [Online], Reviews, Online since 27 April 2021, connection on 06 August 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48869 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48869

Top of page

About the author

Marie-Pierre Vaslet

Docteure de l’IAE de Paris (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search