Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Simon Le Roulley, Introduction à ...

Simon Le Roulley, Introduction à la sociologie d’Henri Lefebvre

Antoine Dubiau
Introduction à la sociologie d’Henri Lefebvre
Simon Le Roulley, Introduction à la sociologie d’Henri Lefebvre, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Anamnèse », 2021, 120 p., ISBN : 9782356877673.
Haut de page

Texte intégral

1L’œuvre d’Henri Lefebvre est profondément plurielle : le sociologue a publié tout au long de sa vie sur des questions variées, tout en faisant de la théorie marxiste le véritable fil conducteur de son travail. Plutôt que de faire une synthèse de l’œuvre d’Henri Lefebvre, le livre de Simon Le Roulley a pour objectif de « poser des balises pour en guider la lecture » (p. 6) en proposant un découpage thématique volontairement original de la réflexion du sociologue.

2Le premier chapitre donne des précisions biographiques et historiques sur la vie d’Henri Lefebvre « pour pointer, depuis son aventure, les sources de sa sociologie » (p. 9). Narrant son parcours atypique, Le Roulley affirme que « le vécu de Lefebvre intervient dans son appréhension même de la discipline philosophique » par laquelle il a débuté son parcours académique (p. 12). Henri Lefebvre a ensuite découvert l’enquête sociologique sur le terrain, en son pays natal béarnais. Adhérent au Parti Communiste Français à partir de 1928, il y a noué des « amitiés et inimitiés, qui, au fil du temps, forgeront sa démarche si singulière » (p. 12). Le jeune penseur « en attend une intelligence collective, un dépassement de la philosophie afin qu’elle puise dans et qu’elle rejoigne le concret » (p. 13) mais suite à la mutation bureaucratique du parti, il fut suspendu et quitta le PCF en 1958. Son amitié avec des penseurs non marxistes (libertaires et autogestionnaires par exemple) a permis à Henri Lefebvre de « garder la ligne d’un marxisme ouvert aux convulsions des pensées critiques » (p. 16) sans basculer dans le structuralisme et le morcellement des sciences sociales.

  • 1 Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épistémologies du “po (...)

3Le positionnement spécifique d’Henri Lefebvre vis-à-vis de la science constitue la trame du deuxième chapitre. Le sociologue entend en effet se démarquer d’une conception rigide de la science objective, notamment caractérisée par la tendance des scientifiques à « s’extraire du social dans [leur] méthodologie sans pour autant inscrire leur activité dans le social auquel ils participent », bien que « l’aliénation touche aussi le monde du savoir » (p. 28). La sociologie elle-même n’échappe pas à la critique des sciences d’Henri Lefebvre, puisque celui-ci s’oppose aux approches positivistes des pionniers de la discipline que sont Auguste Comte et Émile Durkheim. Simon Le Roulley précise alors que ceux-ci représentent une sociologie institutionnalisée, qui étudie essentiellement le social à l’échelle collective, délaissant de fait l’échelle individuelle à laquelle Henri Lefebvre est quant à lui très attentif. Telles que les présente l’auteur, les thèses du sociologue sur l’espace social de la production scientifique semblent presque banales aujourd’hui, en raison de leur proximité avec les travaux désormais classiques sur les savoirs socialement situés1, mais elles méritaient d’être rappelées dès les premiers chapitres de cette introduction à sa sociologie.

4« Contre la fragmentation des sciences humaines, Lefebvre a toujours cherché à entretisser les apports disciplinaires » (p. 32). Cette phrase d’ouverture résume à elle seule le troisième chapitre sur la méthode lefebvrienne, fondée sur la recherche d’une « connaissance totale de la vie sociale ». Lefebvre a toujours mêlé l’histoire, la philosophie et la géographie avec la sociologie dans une pensée située dans le social, et non à l’extérieur de celui-ci. Simon Le Roulley détaille ainsi la conception lefebvrienne de l’enquête de science sociale, orientée par l’« intuition » et l’« invention » du chercheur, qui découlent de ses propres expériences et à partir desquelles il construit son objet de recherche. Lefebvre a ainsi développé une conception totalisante du social non pas « englobante » ou déterministe, mais au contraire attentive à « la matière, [au] vécu ». L’idée de « totalité » ne s’apparente pas à une tentative d’explication « des choses humaines à l’échelle mondiale », mais plutôt au fait que « les individus et les groupes ne s’identifient que par rapport à une totalité » qui les dépasse socialement et historiquement. L’auteur rappelle toutefois que « la totalisation n’est jamais réussite » pour Lefebvre : son intérêt est même de « révéler ce qui échappe à la totalité » (p. 40).

5Henri Lefebvre est notamment connu dans le monde pour sa trilogie massive de Critique de la vie quotidienne, à laquelle est consacré le quatrième chapitre. Si cette trilogie est généralement interprétée comme une critique de la société de consommation, Le Roulley y voit plutôt une « socio-anthropologie de l’aliénation » basée sur une analyse de « l’expérience vécue » (p. 49). Pour Lefebvre, l’étude du quotidien permet en effet d’unir dialectiquement les trois niveaux du social identifiés par Marx, malgré sa focale sur le seul travail : base matérielle, infrastructure et superstructure. Dans cette perspective, l’aliénation apparaît comme un « blocage de la liberté humaine » que Lefebvre entend étudier sur le plan sociologique et historique. L’auteur rappelle toutefois que la critique de la vie quotidienne met également en évidence des formes de « désaliénation », c’est-à-dire « ce qui se dégage de possible dans l’actuel » (p. 53). Il ajoute que, pour Lefebvre, « l’aliénation absolue n’existe pas, ni même la désaliénation absolue » (p. 54). Cela en fait un concept pluriel, permettant d’appréhender des convergences et divergences selon les similitudes et diversités des trajectoires sociales vécues, nécessitant une manipulation fine pour ne pas le rendre inopérant.

6Dans le cinquième chapitre, Le Roulley montre que, contrairement au reste de la sociologie française, le travail d’Henri Lefebvre les temporalités sociales. Le sociologue marxiste ne se contente pas d’une « analyse macroscopique du temps social » puisqu’il s’intéresse véritablement à sa dimension instituée du temps, qu’il repère notamment dans « les continuités et discontinuités rythmiques, les répétitions linéaires et ce qu’elles font à l’activité de l’individu » (p. 67). L’auteur précise ainsi les trois concepts temporels lefebvriens que sont le « moment », la « rythmanalyse » et la dualité entre unité et division des temps de la vie.

  • 2 Henri Lefebvre, La révolution urbaine, Gallimard, 1970.

7Le sixième chapitre présente le célèbre travail d’Henri Lefebvre sur « la production de l’espace ». Le Roulley précise toutefois que le concept doit être compris au sens marxiste, dépassant l’idée plus consensuelle de construction humaine de l’espace géographique, qui désigne « la façon dont les idées, les rapports sociaux et les activités transforment matériellement l’espace, mais aussi les représentations de l’espace et les pratiques quotidiennes » (p. 83). L’idée d’une production de l’espace est issue de l’approche non-fragmentée des sciences sociales que développe Lefebvre, qui insiste sur la dimension spatiale de tous les rapports sociaux. Elle tient dialectiquement ensemble deux conceptions séparées de l’espace – mental et matériel. L’auteur souligne que cette réflexion nouvelle sur l’espace, qui laisse également une place importante au vécu, s’inscrit à la suite de la critique de la vie quotidienne. Soumis à la valorisation du capital, l’espace produit laisse apparaître des « contradictions » résultant de luttes politiques pour son appropriation. Le chapitre se poursuit logiquement par la présentation de la « triplicité de l’espace », qui en articule dialectiquement trois dimensions : l’espace conçu, l’espace perçu et l’espace vécu. Le Roulley présente ensuite le « droit à la ville » en l’inscrivant davantage dans la continuité du travail rythmanalytique et marxiste de Lefebvre que dans sa théorie urbaine, pourtant remarquée – son célèbre ouvrage sur la « révolution urbaine » n’est par exemple pas cité2.

8Dans le septième et dernier chapitre, l’auteur revient d’abord sur l’analyse lefebvrienne de l’État, alors conçu comme « force d’intervention » stratégique de la classe capitaliste pour « garantir et légitimer les rapports de classes » (p. 101). Le Roulley rappelle ensuite que la sociologie des classes sociales de Lefebvre met en cohérence les rapports matériels entre classes et les systèmes de représentations sociales. Elle articule finement les approches quantitative et qualitative des classes sociales (et de leurs rapports), selon quatre niveaux : « celui des forces productives et des rapports de production » ; « celui des rapports de propriété et des rapports juridiques » ; « celui des structures politiques, c’est-à-dire le niveau de l’État » et celui des « idéologies » (p. 103-104).

9Simon Le Roulley conclut son propos sur « la possibilité d’un droit à la radicalité » (p. 112) qu’a selon lui formulé Henri Lefebvre, en consacrant celle-ci comme « attitude [qui] tient à distance l’institué » (p. 113). L’auteur place ainsi la sociologie du côté de celles et ceux qui luttent.

10Dans l’ensemble, l’ouvrage remplit son objectif initial en donnant envie de se (re)plonger dans le travail d’Henri Lefebvre pour en saisir toute la profondeur et la subtilité. De façon utile, l’auteur s’attarde davantage sur les pans méconnus de la pensée du « maître ès dialectique » que sur ses thèses plus célèbres sur l’espace. Les spécialistes des études urbaines regretteront probablement la faible place accordée dans l’ouvrage aux travaux d’Henri Lefebvre sur le phénomène urbain, alors que ses premières enquêtes en sociologie rurale, qui ont conditionné son intérêt futur pour le processus d’urbanisation, sont présentées. L’ouvrage apparaît toutefois comme une ressource importante pour comprendre le reste de la pensée du philosophe-sociologue-géographe-historien. Son principal défaut n’est pas du ressort de l’auteur : le nombre de coquilles restantes laissent présager que le travail éditorial fut minimal sur ce texte de qualité.

Haut de page

Notes

1 Artemisa Flores Espínola, « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épistémologies du “point de vue” », Cahiers du Genre, vol. 53, n° 2, 2012, p. 99-120, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/cdge.053.0099.

2 Henri Lefebvre, La révolution urbaine, Gallimard, 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Dubiau, « Simon Le Roulley, Introduction à la sociologie d’Henri Lefebvre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 avril 2021, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49009

Haut de page

Rédacteur

Antoine Dubiau

Étudiant en master 2 de sociologie, parcours Villes, environnement et sociétés à l’Université de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search