Navigation – Plan du site

AccueilÀ suivreComptes rendus à paraîtreQuand étudier, c’est travailler

Quand étudier, c’est travailler

Quand étudier, c’est travailler

Cadres institués des études et perspectives étudiantes
Ludivine Balland, Marie David, Gérald Houdeville, Fanny Jedlicki, Sophie Orange (dir.), « Quand étudier, c’est travailler. Cadres institués des études et perspectives étudiantes », Revue française de pédagogie, n° 209, novembre 2020, 166 p., Lyon, Institut français de l'Éducation, ENS Éditions, ISBN : 9791036203459.
Notice publiée le 05 mai 2021

Présentation de l'éditeur

Ce numéro prend pour objet la question des apprentissages dans l’enseignement supérieur en mobilisant des méthodes et des concepts relevant de la sociologie du travail. Cette perspective s’avère heuristique pour rendre visible l’ensemble des activités et des dimensions constitutives du travail des étudiant.es. Cette approche permet de porter l’attention sur leurs pratiques effectives en prenant au sérieux leurs logiques propres, qui favorisent ou non leur réussite. Cet angle choisi permet de tenir ensemble les contraintes variées qui pèsent sur les apprentissages et le travail des étudiant.es. Il permet de voir comment ils et elles les renégocient, individuellement et collectivement. Cela permet en outre de comprendre qu’une partie de cette négociation ne tourne pas seulement autour de strictes questions de savoirs mais engage plus largement des rapports aux études, des ethos ainsi que des activités afférentes aux savoirs et liées au curriculum caché (gérer le temps, les efforts, les émotions). Recourir à la sociologie du travail pour des objets usuellement réservés à la sociologie de l’éducation et de l’enseignement supérieur permet de les « déscolariser » temporairement et, ce faisant, d’éclairer des logiques et des pratiques habituellement non visibles dans les approches scolaro-centrées.

Sommaire : 

Dossier 

- Ludivine Balland, Marie David, Gérald Houdeville, Fanny Jedlicki et Sophie Orange : Quand étudier, c’est travailler. Cadres institués des études et perspectives étudiantes
- Alice Lermusiaux : L’effet des socialisations scolaire et professionnelle sur les pratiques de travail en IFSI. Une observation directe des formes du travail étudiant dans la formation en soins infirmiers
- Ruggero Iori : L’« intensité » du curriculum en service social : un apprentissage en tension entre standardisation scolaire et qualification professionnelle
- Cédric Laheyne : Le processus de construction des inégalités dans l’apprentissage de la régulation émotionnelle en classe préparatoire littéraire
- Gaële Henri-Panabière et Camille Noûs : De la première à la troisième année d’une licence : comment l’assiduité étudiante est-elle travaillée ?
- Serge Proust, Myriam Normand et Corine Védrine : Ethos vocationnel et extension du travail pour les étudiants des écoles supérieures d’art
- Marie David : Travailler à l’université. La définition étudiante du niveau et de la direction des efforts à fournir
- Ruggero Iori et Florian Tixier : Boys in White : l’assimilation des valeurs médicales par les étudiants de médecine 
- Howard S. Becker, Everett C. Hughes, Blanche P. Geer et Anselm L. Strauss: L’assimilation des valeurs médicales par les étudiants de médecine : les perspectives de la responsabilité médicale et de l’expérience clinique

Varia

- Chloé Tolmatcheff, Neda Bebiroglu et Benoît Galand : L’aménagement des cours de récréation et l’organisation d’espaces de parole permettent-ils de réduire le harcèlement scolaire ?

Notes critiques

- Jean-Yves Bodergat : Charlot Bernard. Éducation ou barbarie. Pour une anthropo-pédagogie contemporaine
- Xavier Roth : Fabre Michel & Chauvigné Céline (dir.). L’éducation et les Lumières. Enjeux philosophiques et didactiques contemporains
- Rachel Gasparini : Leroy Ghislain. L’école maternelle de la performance enfantine

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search