Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Michael J. Sandel, La tyrannie du...

Michael J. Sandel, La tyrannie du mériteMarie Duru-Bellat

La tyrannie du mérite
Michael J. Sandel, La tyrannie du mérite, Paris, Albin Michel, 2021, 377 p., trad. Astrid von Busekist, ISBN : 978-2-226-44559-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sandel Michael, Ce que l’argent ne saurait acheter. Les limites morales du marché, Paris, Seuil, 20 (...)
  • 2 Sandel Michael, Justice, Paris, Albin Michel, 2016.

1Professeur de philosophie politique à l’université d’Harvard, Michael Sandel est réputé pour ses travaux sur la justice ; nombre d’entre eux ont connu un succès mondial, dont Ce que l’argent ne saurait acheter1 ou encore Justice2. Il y développe des analyses accessibles très ancrées dans les questionnements politiques contemporains. C’est le cas avec ce nouvel ouvrage qui se centre sur une critique de la méritocratie déjà largement amorcée au pays du self-made man, mais ici étroitement articulée avec l’actualité politique la plus récente.

2L’ouvrage débute sur une affaire qui a fait grand bruit aux États-Unis : la découverte, en 2019, de cas de tricherie aux épreuves d’entrée dans certaines des universités les plus prestigieuses. S’il apparaissait consensuel de dénoncer ceux qui avaient payé pour manipuler les tests d’entrée, le débat a fait apparaître une question autrement plus embarrassante : ces tests censés détecter les plus méritants étaient-ils en fait justes, dès lors que certains parents payaient des cours à leurs enfants pour les préparer et que même sans ce soutien, les résultats restaient très liés au milieu social des candidats ? Dans le débat qui a suivi, si nombre de voix s’accordaient pour dénoncer une méritocratie impossible, bien peu sont allées jusqu’à contester cet idéal lui-même.

3C’est la tâche que se donne Michael Sandel, en débutant son analyse par une critique des élites américaines, centrée sur leur approche technocratique de la gouvernance : tous les problèmes relèveraient d’une expertise technique, dans une perspective idéologique héritée des années Reagan-Thatcher faisant du marché la solution à tous les problèmes et définissant le bien commun en termes économiques.

  • 3 Voir Bovens Mark et Wille Anchrit, Diploma Democracy. The Rise of Political Meritocracy, Oxford, Ox (...)

4Dans le même temps, l’idéologie méritocratique prévaut, qui mêle une version morale très ancienne du mérite (on gagne le salut par ses œuvres, et le succès atteste de la vertu) et une insistance sur la responsabilité individuelle. Michael Sandel reprend en guise d’illustration de nombreux mantras des politiques de tous bords, tels que « l’Amérique est grande parce que bonne » (p. 78). Mais la connotation morale du mérite semble s’être éclipsée dès lors que, dans les faits, la contribution des individus s’évalue à l’aune de leur valeur marchande, sur le marché du travail. Cette orientation technocratique joue contre la démocratie en ce qu’elle prétend s’appuyer sur la science et sur des faits, comme si cela suffisait à évacuer toutes les questions de pouvoir, de morale, de confiance. Les élites se posent comme faisant des choix « intelligents » –autre mantra –, forcément consensuels puisque fondés sur la raison, en deçà de toute controverse partisane. Ceux qui ne s’y rallient pas sont renvoyés à leur ignorance ou à leur bêtise, et ils ne sont pas sans percevoir le mépris des plus éduqués. Michael Sandel reprend ici les analyses de Mark Bovens et Anchrit Wille3 sur cette « classe de diplômés » au pouvoir, aussi homogène socialement qu’au temps du suffrage censitaire, qui suscite l’humiliation et le ressentiment de ceux qui sont dépourvus de tout diplôme. L’idéologie méritocratique ambiante est ici essentielle, puisque si je suis responsable de mes succès, les perdants sont responsables de leur échec.

5Alors que les politiques (les démocrates comme les républicains) mettent sans cesse en avant les possibilités d’ascension sociale (qui seraient spécialement nombreuses aux États-Unis), les personnes du bas de l’échelle sociale ne peuvent ressentir ce message que comme une provocation, tant de fait la mobilité ascendante y reste rare, et bien plus rare en tout cas que dans nombre d’autres pays, tandis que par ailleurs la redistribution est d’ampleur limitée. À nouveau, la méritocratie n’est pas en reste, puisque 70% des Américains pensent que les pauvres peuvent s’en sortir sans aide, contre 35% des Européens.

6Qu’importe ! La perspective de mobilité semble suffire à dessiner un horizon de justice : « l’idéal méritocratique n’est pas fondé sur le principe d’égalité, mais sur l’exigence de mobilité » (p. 193). Il ne s’agit pas de s’opposer aux inégalités entre positions, simplement que chacun puisse aller aussi loin que ses talents le lui permettent, comme le répètent les hommes politiques de tous bords. C’est typiquement la logique de l’égalité des chances, dont le caractère hégémonique se serait affirmé, selon l’auteur, à partir des années 1980-1990.

7Celle-ci est couplée à ce que Michael Sandel désigne sous le vocable de diplômanie : les diplômes sont la seule manière d’atteindre les positions enviables et, dès lors, l’université devient une « machine à trier » (p. 242), même si de fait l’obtention d’un diplôme est loin de bouleverser les lois de la reproduction sociale, ne serait-ce que parce que l’accès aux universités d’élite reste socialement très sélectif et l’est même de plus en plus avec l’accroissement de la concurrence entre étudiants. Cette sélection accrue entretient l’inégalité, du fait des biais sociaux qui marquent les épreuves d’admission, mais aussi de l’inégalité de compétences entre les étudiants. Car, reprenant les interrogations de philosophes comme Rawls, Michael Sandel doute que l’on puisse prétendre mériter ses talents et tout ce que l’on doit à son milieu familial. Même si le caractère crucial de l’effort est particulièrement souligné aux États-Unis, cela n’empêche pas que les sortants des universités d’élite soient considérés comme les plus talentueux, dans un pays où l’invocation d’un talent naturel, que certains expliquent par la génétique, affleure souvent. Et l’auteur de souligner combien les présidents américains se targuent volontiers d’un quotient intellectuel élevé, ou en tout cas utilisent à foison le terme d’intelligence pour justifier leurs choix politiques, estimant qu’un peu de pédagogie en direction des moins intelligents devrait suffire à les soustraire à toute contestation…

8Ce qui affaiblit évidemment la présomption génétique, c’est que la sanction de la société – ce qu’elle va considérer comme la réussite, comme intelligent ou méritant –, se fonde sur un sous-ensemble de l’univers infini des talents. Et les récompenses économiques données à ces talents ne sont en rien une résultante du mérite et un dû moral, la valeur marchande étant déterminée par le rapport offre/demande et les attentes, pas forcément vertueuses, de la société. Sans compter, bien sûr, dans ce qui est considéré comme la réussite, le rôle des autres, des institutions, du contexte national, de la chance…

9Il reste qu’un argument essentiel de cette course à la diplomation est, pour Michael Sandel, que les gagnants ont besoin de penser qu’ils l’ont mérité. Alors que les parents fortunés pourraient se contenter de donner de l’argent à leurs enfants, ils s’échinent à leur créer un environnement stimulant toute leur enfance durant et ils les poussent vers des études prestigieuses où, dans un contexte sélectif, les heureux élus (qui ne vivent pas toujours bien cet acharnement) ne peuvent expliquer leur succès que par leur valeur personnelle : être convaincu d’avoir réussi par soi-même est plus confortable que de penser qu’on s’est contenté d’hériter de la fortune de ses parents.

10Parmi les moyens d’affaiblir ce système, on pourrait, à l’université, tirer au sort les admis (au-delà d’un niveau académique minimal), ou encore rendre la réussite professionnelle (et la hiérarchie des emplois elle-même) moins dépendante des études supérieures, alors que, ces dernières décennies, la « prime » au diplôme a considérablement augmenté, tandis que la dignité du travail dit non qualifié s’effondrait.

11La conclusion de l’auteur est sans appel : ni le mérite ni la vertu ne permettent de justifier des positions inégales. Il faut penser pour elles-mêmes les questions de justice et d’abord définir un système juste pour tous, indépendamment de toute présomption de mérite ou de vertu. Prônant une justice contributive, Michael Sandel pose que tous les citoyens doivent être considérés comme contribuant au bien commun et respectés à ce titre. On ne peut se contenter d’une justice distributive, qui compense les inégalités par des aides, tandis que la course en avant vers plus de bien-être matériel ferait passer au second plan les débats et les controverses qui devraient émerger pour définir une société juste.

12L’auteur met donc au cœur de sa critique de la méritocratie non pas le fait qu’elle serait insuffisamment réalisée mais bien ses effets pervers, arrogance chez des gagnants sûrs de mériter leurs succès, humiliation et ressentiment chez les perdants. Sans nul doute, une société où nous serions tous sensibles au caractère en partie imprévisible et non maîtrisable de notre sort serait d’une bienveillante accrue envers les plus mal lotis… Avec, de plus, des enjeux démocratiques : « affirmer que les diplômés du supérieur ou les experts désintéressés sont les plus à mêmes de résoudre les problèmes politiques et sociaux est une supercherie technocratique qui corrompt la démocratie et dépossède les citoyens ordinaires » (p. 115).

  • 4 Avec, notamment, les analyses de Patrick Savidan en philosophie et celles de François Dubet en soci (...)

13Michael Sandel propose une analyse fouillée non seulement des relations entre méritocratie et justice mais aussi des débats états-uniens contemporains, sur la base d’une documentation impressionnante. Certes, le cœur de la critique de la méritocratie n’apparaîtra pas très neuf aux lecteurs francophones au fait de cette question, tant la littérature philosophique et sociologique est abondante dans notre pays4, même si elle passe « sous les radars » d’un universitaire américain. Mais venue d’un pays emblématique tout autant qu’influent à cet égard, cette critique sans faille de l’idéologie méritocratique vient heureusement relancer le débat.

Haut de page

Notes

1 Sandel Michael, Ce que l’argent ne saurait acheter. Les limites morales du marché, Paris, Seuil, 2014 ; compte rendu d’Olivier Cléach pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.16481.

2 Sandel Michael, Justice, Paris, Albin Michel, 2016.

3 Voir Bovens Mark et Wille Anchrit, Diploma Democracy. The Rise of Political Meritocracy, Oxford, Oxford University Press, 2017.

4 Avec, notamment, les analyses de Patrick Savidan en philosophie et celles de François Dubet en sociologie (ces travaux, et d’autres, sont recensés dans la bibliographie de mon ouvrage Le mérite contre la justice, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.784).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Michael J. Sandel, La tyrannie du mériteMarie Duru-Bellat », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 mai 2021, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49139 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49139

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search