Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Pierre Livet et Bernard Conein, P...

Pierre Livet et Bernard Conein, Processus sociaux et types d’interactions

Louis Quéré
Processus sociaux et types d'interactions
Pierre Livet, Bernard Conein, Processus sociaux et types d'interactions, Paris, Hermann, coll. « Philosophie », 2020, 286 p., ISBN : 979-10-370-0559-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Livet Pierre et Nef Frédéric, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Hermann, 2009.

1Ce livre de Pierre Livet et Bernard Conein prolonge celui publié en 2009 par Pierre Livet et Frédéric Nef : Les Êtres sociaux. Processus et virtualité1. Dans ce précédent ouvrage, Livet et Nef proposaient une ontologie des êtres sociaux formulée en termes de processus. Une telle ontologie leur paraissait plus pertinente pour les sciences sociales que les ontologies classiques qui s’intéressent aux propriétés et aux relations de substrats et de substances, ou expliquent les phénomènes sociaux par des déterminismes et des lois. Notamment, elle est selon eux plus pertinente parce qu’elle permet de rendre compte des sociétés dans leur dynamique et pas seulement dans leur structure – une société peut en effet être considérée comme un entrelacement de processus.

2Ce qui caractérise un processus est, d’une part, qu’il accomplit quelque chose, d’autre part, qu’il « procède », selon une modalité déterminée. « Un processus procède », répètent ici Livet et Conein : il se développe, se poursuit, et atteint sa fin. Il est donc un flux concret et dynamique. Il est aussi irréversible. Et il n’est pas entièrement déterminé ; il comporte des virtualités. Il peut s’articuler à d’autres processus dans un réseau ou dans une chaîne. Et les connexions de processus sont elles-mêmes des processus, impliquant des interactions entre des actualités et des virtualités.

  • 2 À distinguer du « possible » : l’actualisation d’un virtuel n’est pas la simple réalisation d’un po (...)
  • 3 Livet Pierre, « Grand résumé de l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef Les Etres sociaux. Proces (...)

3Dans son précédent ouvrage avec Nef, Livet insistait sur une propriété majeure du processus : une « conditionnalité réciproque », dont seul le concept de « virtuel »2 peut rendre compte. Dans un processus, un état présent renvoie à un futur pluriel, donc virtuel ; quand ce « virtuel » devient actuel, il renvoie à un « actuel passé », qui « reste un virtuel […] pour l’actuel présent »3.

  • 4 Ibid.

4Toujours dans l’ouvrage écrit avec Nef, un autre concept important pour l’analyse des processus était celui de « reprise » : les êtres sociaux sont « des êtres qui ont une dimension qui dépasse l’actuel, tout en devant sans cesse se réactualiser via d’autres acteurs sociaux, ce qui exige tout un travail social, de mémoire, de vérification de la réactualisation, de relance des projets, de transmission d’un acteur à un autre, de renouvellement des acteurs, de comparaison de ce qui se produit avec ce qui aurait dû se produire – évoquant ainsi des possibles contrefactuels, etc. »4 Par exemple, la reprise est une contrainte essentielle d’une institution.

5Ce concept de reprise occupe une place centrale dans le nouvel ouvrage. Il est fréquent qu’il y ait des ruptures ou des désynchronisations dans les connexions entre processus. Ces ruptures ou désynchronisations peuvent être réparées par des reprises, qui sont elles aussi des processus : « les individus se montrent les uns aux autres qu’ils font société en reprenant des interactions qui sont similaires ou peuvent se comprendre par référence aux interactions précédentes » (p. 17). Les reprises sélectionnent et actualisent des virtualités. Elles sont similaires sans être des répétitions à l’identique (elles peuvent aussi être divergentes), et elles n’impliquent pas nécessairement les mêmes personnes. Pour Livet et Conein, « c’est la dynamique des processus de reprise et de variation des virtualités » (p. 24) qui définit les temporalités sociales.

  • 5 Cf. Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, 2002. L’idée est qu’une émotion est l (...)

6Un dernier outil d’analyse important est celui de « différentiel d’interactivité ». Livet avait introduit la notion de différentiel de dynamiques pour rendre compte du déclenchement d’une émotion5. Il reprend cette notion pour caractériser cette fois des différences de dynamiques sociales, par exemple entre des types d’interaction ou d’un groupe à un autre. Il fait notamment de ce concept un outil d’explication des émotions collectives. « Qu’est-ce qui justifie que des émotions soient dites collectives ? », demandent les auteurs. Leur réponse est qu’elles sont suscitées par « les dynamiques sociales que sont les différentiels d’interactivité », qui peuvent être positifs ou négatifs : « les émotions collectives ne sont pas simplement des émotions que ressentirait un collectif déjà fixé. Les émotions collectives tiennent aux turbulences des redistributions de différences d’interactions entre groupes aussi bien à l’intérieur du collectif qu’entre collectifs. Ce sont des émotions déclenchées par des mutations dans les distributions des types d’interactions d’un collectif. […] Il n’existe pas d’émotions collectives sans ces sensibilités aux dynamiques sociales que sont les différentiels d’interactivité « (p. 229-230).

7Dans leur ouvrage, les auteurs proposent d’abord une théorie et une typologie des interactions. Il ne s’agit plus seulement des interactions directes en face-à-face, ou de celles qui ont lieu dans une conversation. À ces interactions directes en coprésence Livet et Conein ajoutent les interactions indirectes, les « interactions hors de portée » et les « interactions mises hors de portée ». Les interactions indirectes sont des interactions « en co-absence », médiatisées par la pensée ou l’imagination (des croyances, des attentes, des représentations, etc.). Les interactions hors de portée, ou de « longue portée », sont des chaînes d’interactions indirectes, sur lesquelles les personnes n’ont quasiment pas de contrôle. Les auteurs donnent comme exemples les chaînes d’échanges marchands, ou encore les interactions qui dépendent de l’apparition de nouvelles technologies dans une entreprise et sur lesquelles les salariés n’ont que peu de prise. Enfin, les « interactions mises hors de portée » sont celles qui sont régies par des normes, des règles ou des procédures explicites sur lesquelles les individus n’exercent pas de contrôle. Les interactions médiatisées par les institutions sont de ce type, mais aussi les tabous ou l’interdiction de certains rituels à des catégories d’une population. Chacun de ces types d’interaction a une temporalité spécifique. De plus, il y a des interactions entre ces types d’interaction. Il y a aussi des interactions entre processus, qui sont elles-mêmes des processus. Ces interactions peuvent déclencher des virtualités nouvelles, qui peuvent être plus ou moins compatibles entre elles.

8Livet et Conein considèrent que ce sont ces quatre types d’interaction « qui font société » : « une société se définit […] par sa manière d’agencer ces différentes modalités [d’interaction], qui se définissent par les différents rapports qu’elles mettent en jeu entre processus, reprises et virtualités ». Ou encore : « une société est faite de ces quatre types d’interactions, elle fait société en combinant leurs processus, et elle se maintient et se réforme dans la mesure où elle parvient à entrelacer les différentes virtualités qu’ils impliquent. L’enchâssement social, le « faire société », a donc au moins ces quatre dimensions, qui chacune proposent des versions différentes des rapports entre processus, qu’ils consistent dans les reprises de leurs connexions, ou dans les développements de leurs virtualités » (p. 35).

9Livet et Conein appliquent d’abord leur appareillage conceptuel à l’analyse des conversations entre partenaires en coprésence, critiquant le concept d’organisation séquentielle développé par l’analyse ethnométhodologique de conversation : « les conversations, comme des constructions musicales, reposent sur des schémas qui articulent connexions et virtualités, qui sont construits pour assurer les reprises – entre un virtuel présent et les virtualités qu’une connexion suivante sélectionne ou développe – et qu’il suffit d’accentuer de manière différente, ou de regrouper selon des portées d’anticipation ou de rétrospection différentes, selon des enchaînements différents, pour produire des effets conversationnels variés » (p. 71).

10Suit un chapitre sur les commérages ou les ragots, considérés comme des interactions indirectes – ils portent sur des personnes absentes, qui peuvent par ailleurs entrer en interaction directe avec l’un ou l’autre participant au commérage : « Les commérages permettent l’évaluation des relations passées et présentes entre leurs cibles, comme entre les auteurs du commérage, et entre les auteurs du commérage et leur(s) cible(s). Ils peuvent même viser des liens qui n’existent pas encore mais qui pourraient bien se nouer, ou qui pourraient exister ailleurs mais qui ne leur sont pas accessibles, ce que nous appelons des liens "virtuels". Autrement dit, ils commencent à dessiner tout un réseau qui relie des interactions directes et des interactions indirectes » (p. 78). Les interactions indirectes sont diverses et, dans leur diversité, elles produisent « des réseaux de liens sociaux ».

11Les interactions sont médiatisées par des artefacts (eux-mêmes en interaction), ainsi que par des symboles, des règles, des connaissances, etc. Mais cette médiatisation varie selon les types d’interaction. Par exemple, dans les interactions indirectes, les artefacts « permettent de réduire les incertitudes liées à la phase de co-absence » (p. 122). D’une façon générale, les artefacts « sont des relais entre nos interactions » (p. 135).

12Livet et Conein testent ensuite la capacité d’éclairage de leurs outils d’analyse sur différents problèmes classiques de la philosophie et des sciences sociales, tels ceux de l’intentionnalité collective, de l’agentivité de groupe, de l’extended mind et de la cognition incarnée, ou encore ceux de l’épistémologie sociale et de la théorie des réseaux. Ils se penchent aussi sur ce qu’est l’identification à un groupe ou l’appartenance de groupe. S’agissant de cette dernière, ils proposent de la fonder « sur une situation d’incertitude et sur la possibilité de mieux résister à des interférences », ce qui permet « de penser cette appartenance non seulement comme une relation entre un individu et son groupe, mais aussi comme une relation entre un individu et plusieurs groupes différents, puisque s’il le peut, il va s’identifier de préférence au groupe dans lequel cette incertitude est pour lui moindre que dans d’autres » (p. 107).

13Dans la dernière partie du livre, la fécondité heuristique des concepts introduits est mise à l’épreuve des différentes notions classiques des sciences sociales : les institutions, les organisations, les rituels et les émotions collectives.

14La lecture de cet ouvrage demande un effort soutenu, car il faut se familiariser avec un ensemble de concepts complexes façonnés pour une enquête ontologique. Leur complexité témoigne cependant d’une imagination créatrice peu commune. On ne peut qu’adhérer au souci des auteurs non seulement de pluraliser le concept d’interaction, mais aussi de proposer des outils permettant une meilleure analyse de la dynamique du « faire société ».

Haut de page

Notes

1 Livet Pierre et Nef Frédéric, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Hermann, 2009.

2 À distinguer du « possible » : l’actualisation d’un virtuel n’est pas la simple réalisation d’un possible.

3 Livet Pierre, « Grand résumé de l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef Les Etres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Editions Hermann, 2009 », SociologieS [En ligne], 2014, URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4647.

4 Ibid.

5 Cf. Livet Pierre, Émotions et rationalité morale, Paris, PUF, 2002. L’idée est qu’une émotion est la résonance affective d’une différence ou d’un écart entre, d’un côté, ce que l’on perçoit d’une situation et de son évolution, de l’autre, les pensées ou les actions en cours. Cette différence ou cet écart est apprécié en fonction des orientations affectives (désirs, préférences, humeurs) qui sous-tendent le traitement de la situation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Quéré, « Pierre Livet et Bernard Conein, Processus sociaux et types d’interactions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 mai 2021, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49158

Haut de page

Rédacteur

Louis Quéré

Directeur de recherche honoraire au CNRS – Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CNRS-EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search