Skip to navigation – Site map

Roland Pfefferkorn, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes

Igor Martinache
Inégalités et rapports sociaux
Roland Pfefferkorn, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, La Dispute, series: « Le genre du monde », 2007, 412 p., EAN : 9782843031427.
Top of page

Full text

1Il est un dilemme que les chercheurs en sciences sociales connaissent bien : prendre en compte les divers facteurs de clivage social, longtemps invisibilisés (tels que le genre, l'âge, la génération ou ce que l'on désigne improprement comme « l'appartenance ethnique »), implique-t-il de s'éloigner d'une analyse de la structure sociale en termes de classes ? L'ouvrage de Roland Pfefferkorn permet opportunément de montrer le caractère illusoire de cette contradiction, démontrant même la nécessité qu'il y a au contraire d'affronter le caractère multidimensionnel des clivages qui traversent le monde social.

  • 1 Un thème sur lequel il a, en collaboration avec Alain Bihr, déjà publié plusieurs études, telles qu (...)

2Professeur à l'Université Marc-Bloch de Strasbourg, membre du laboratoire « Cultures et sociétés en Europe » et spécialiste des inégalités1, Roland Pfefferkorn a structuré son analyse en deux moments. Dans le premier, il retrace la paradoxale disparition des classes sociales...dans le discours sociologique dominant, avant, dans le second, de présenter l'émergence du genre comme catégorie d'analyse sociologique majeure. On pourrait penser a priori que celle-ci serait la cause logique de celle-là, comme s'il n'y avait pas de place pour deux principes explicatifs des inégalités sociales. Mais ce serait aller un peu vite en besogne (ce dont certains analystes ne se privent toutefois pas...) comme Roland Pfefferkorn va s'employer à le montrer.

3Comme pour s'excuser de remettre au goût du jour des « gros mots » sortis tout droit du répertoire marxiste, l'auteur commence son étude par un rigoureux travail de définition des différents outils conceptuels qui ont successivement servi aux sociologues pour analyser la stratification sociale. Il part ainsi de l'opposition classique entre les paradigmes holistes et individualistes, incarnés respectivement, sans vouloir sombrer dans un schématisme trop caricatural, par les figures tutélaires que constituent Emile Durkheim et Max Weber. Roland Pfefferkorn s'applique cependant à montrer les limites des concepts employés par l'une comme l'autre des analyses, et préfère à ces derniers celui de rapport social hérité de Karl Marx, qui permet notamment d'insister à la fois sur les dimensions réciproque, collective et dynamique de la stratification sociale.

  • 2 Qui mêle cependant les approches marxiste et wéberienne ( voir notamment Les cols blancs, Maspero, (...)

4Il présente ensuite les analyses fonctionalistes qui ont fleuri dans les Etats-Unis d'après-guerre, représentant la société comme un système intégré pacifié, sans oublier cependant l'existence d'analyses classistes comme celles de Charles Wright Mills2, ainsi que le rejet peut-être moins connu des analyses de classes intervenu au même moment dans la sociologie ouest-allemande. Ce sera ensuite au tour des sociologies britannique et française d'escamoter les classes sociales de leurs discours dans les années 1970-80. Le paradoxe est ici cependant plus patent encore dans la mesure où cette période est marquée par le « tournant néolibéral », autrement dit une polarisation des politiques en faveur des dominants et au détriment des plus défavorisés, et plus généralement par un creusement des inégalités sur plusieurs fronts (revenus, logement, école,...), après la période de nivellement qu'avait pu, partiellement, incarner les « Trente Glorieuses ». C'est à cette époque que l'on voit par exemple émerger les analyses en termes de « sociétés postindustrielles », chères notamment à Alain Touraine et à son « école ». Des sociétés au centre de l'évolution desquelles se situeraient désormais de « nouveaux mouvements sociaux » dont la base ne serait plus matérielle mais culturelle.

  • 3 Même si la parution de La misère du monde (1995) et l'engagement politique de l'auteur de La Distin (...)
  • 4 La formation de la classe ouvrière anglaise, Seuil, 1988 (1ère éd. : 1963)

5Là encore, certaines analyses en termes de classes vont cependant subsister, à commencer par celle de Pierre Bourdieu, qui n'est plus à présenter, mais dont Roland Pfefferkorn reproche cependant un certain déterminisme, un « profond pessimisme »3, et surtout la quasi-absence de la dimension matérielle, et notamment du travail dans les analyses de Bourdieu et de ses suiveurs. Roland Pfefferkorn présente également les travaux moins connus que Michel Verret a consacré à la classe ouvrière, avec notamment sa triologie consacrée entre 1979 et 1988 à l'espace, au travail et à la culture, dans laquelle il met bien en évidence la construction socio-historique de ce groupe, à l'instar des travaux d'Edward P.Thomson au Royaume-Uni4.

6Après avoir dressé un panorama détaillé des inégalités grandissantes, et présenté les nouveaux outils permettant de les mesurer (mais qui manquent encore d'être pris en compte par les dirigeants politiques), Roland Pfefferkorn revient plus en détail sur l'occultation paradoxale des classes sociales dans le discours sociologique. Il présente en particulier les discours qui s'y sont substitué, mettant en avance l'individualisation et la moyennisation du corps social, ainsi que le remplacement du lexique du rapport social par celui du lien social et de l'exclusion qui en évacue la dimension conflictuelle et réciproque. L'auteur démonte ainsi les analyses d'Anthony Giddens, Ulrich Beck ou Pierre Rosanvallon, qui représentent selon lui les principaux porteurs de ce discours d'évacuation des classes sociales.

7Enfin, il clôt cette première partie en décrivant le retour des classes sociales intervenu dans le discours sociologique au tournant du siècle. Une production abondante d'ouvrages et de numéros spéciaux de revues sont ainsi venus ces dernières années « déterrer » les classes qui se cachent derrière les inégalités, réhabilitant ce concept dans sa triple dimension processuelle de segmentation, de hiérarchisation et d'opposition conflictuelle. Quatre éléments communs se dégagent ainsi de ces analyses : le fait qu'aucun domaine de l'activit sociale ne soit exempt d'inégalités profondes entre catégories sociales; que ces inégalités forment système; qu'elles soient cumulatives et qu'elles présentent le caractère d'une certaine hérédité (entendue comme transmission d'une génération à la suivante des avantages ou handicaps sociaux). Aujourd'hui comme hier, c'est donc bien moins sur la disparition des classes sociales qu'il s'agit de s'interroger, qu'à l'écart entre leur existence objective et leur existence subjective, la non-concordance entre « classes en soi » et « classes pour soi », autrement dit sur la difficulté pour certains dominés d'identifier la dimension collective de leurs difficultés.

  • 5 Paru en 1884 et réédité par les Editions sociales en 1974

8Dans la seconde partie de l'ouvrage, Roland Pfefferkorn s'intéresse ensuite à l'émergence de la catégorie de genre comme analyseur majeur des inégalités sociales. Il se livre là encore à un patient travail de généalogie, évoquant les contributions pionnières d'Olympes de Gouges, Flora Tristan ou Mary Wollstonecraft -pour n'en citer que quelques-unes-, avant de détailler davantage l'apport de Friedrich Engels qui, dans L'origine de la famille, de la propriété et de l'Etat5, articulait déjà d'une manière rapports de classe et de genre, en montrant notamment la double-exploitation à l'oeuvre à travers la spécialisation des hommes dans la production, et des femmes dans la reproduction. Une analyse bien en avance sur son temps, alors que les discours naturalisant la différence des sexes rencontrent une large audience jusqu'à aujourd'hui, qu'ils émanent de la plume de Jean-Jacques Rousseau ou de celle de Joseph Ratzinger, alias Benoît XVI, le pape actuel.

  • 6 Voir les essais réunis en deux tomes de cette dernière dans L'Ennemi principal 1, Économie politiqu (...)

9Malgré le large écho dont bénéficiera Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir après-guerre, la déconstruction de ce naturalisme n'interviendra en fait réellement que dans les années 1970 aux Etats-Unis à travers la distinction alors établie entre sex et gender. Mais le mouvement féministe connaît alors lui-même un clivage entre les différencialistes, qui insistent sur l'autonomie nécessaire des femmes dans la lutte pour leur émancipation, les universalistes, qui associent au contraire égalité et identité, et enfin les courants queer qui avancent que la frontière entre sexes -et genres !- serait en fait « trouble », suivant la formule de Judith Butler. En prenant l'exemple du récent débat sur la parité en politique dans notre pays, Roland Pfefferkorn montre du reste que ce clivage reste encore largement actif aujourd'hui. Il présente ensuite les analyses critiques sur le patriarcat, et notamment sur l'exploitation de la femme dans le mode de production domestique, et pour lesquelles les écrits de Christine Delphy ont joué un rôle moteur6, bien qu'il ne faille pas oublier qu'elle s'inscrit dans le sillage de Madeleine Guibert ou Andrée Michel.

  • 7 Etant entendu, comme Roland Pfefferkorn s'applique à le rappeler à plusieurs reprises, que les « ra (...)

10Dans l'avant-dernier chapitre, Roland Pfefferkorn s'interroge sur l'opportunité de substituer au concept de genre celui de rapports sociaux de sexes, qui s'est développé en France dans les années 1980. Apparu outre-Atlantique sous la plume d'Ann Oakley en 1972, le premier a en effet non seulement connu des difficultés à s'ancrer dans le lexique sociologique français, mais présente surtout un certain nombre de limites, dont le risque d'évacuer toute idée de conflit et de classe n'est pas des moindres. Celui de rapports sociaux de sexes présente au contraire l'avantage de rappeler la place centrale du travail, comme lieu d'exploitation, mais aussi d'émancipation, ainsi que le caractère dynamique, en constante transformation, de ces rapports - comme du reste tous rapports sociaux. C'est justement à ces évolutions dans le cadre de la société française que l'auteur consacre son dernier chapitre, validant l'idée de réelles avancées sur des fronts comme le travail ou l'éducation, tout en constatant malgré tout la persistance d'inégalités entre les sexes qui se seraient finalement peut-être surtout déplacées. Cela lui permet en conclusion d'insister sur la nécessité d'articuler les différents rapports sociaux dans l'analyse de la structure sociale (ce qui lui permet de réintroduire in extremis la question des rapports « interethniques »7 et intergénérationnels qui préoccupent de manière croissante les spécialistes de sciences sociales), ainsi que sur celles d'articuler également dimensions objective et subjective et d'inscrire ces rapports dans une temporalité et une spatialité qui les rend éminemment variables.

11Autant de pages pour promouvoir l'emploi du concepts de rapports sociaux ? Bien évidemment, l'ouvrage de Roland Pfefferkorn ne peut pas être réduit à cela, et se présente comme une somme aussi accessible qu'approfondie des conceptualisations foisonnantes de la structure sociale. Mais c'est surtout une invitation à déplacer le regard sociologique, à prendre des distances à l'égard des discours « postmodernes » (mais aussi avec un matérialisme historique trop étroit...), en réintégrant la place centrale de la conflictualité, mais aussi de la contingence historique. Ainsi écrit-il en conclusion que « mettre l'accent sur les rapports sociaux plutôt que sur le mode de production permet bien de mieux prendre en compte la dialectique entre déterminisme et possibilité de changements ou entre reproduction (du même) et production (du neuf), et de comprendre que l'avenir est toujours ouvert ».

Top of page

Notes

1 Un thème sur lequel il a, en collaboration avec Alain Bihr, déjà publié plusieurs études, telles que Déchiffrer les inégalités, Syros-La Découverte, 1999 [2e éd.], et qu'il contribue également à visibiliser en participant à l'animation du Réseau d'Alerte sur les Inégalités (voir son site www.bip40.org)

2 Qui mêle cependant les approches marxiste et wéberienne ( voir notamment Les cols blancs, Maspero, 1966 (1ère éd. : 1951))

3 Même si la parution de La misère du monde (1995) et l'engagement politique de l'auteur de La Distinction (1979) amènent à nuancer cette lecture, comme le reconnaît lui-même Roland Pfefferkorn

4 La formation de la classe ouvrière anglaise, Seuil, 1988 (1ère éd. : 1963)

5 Paru en 1884 et réédité par les Editions sociales en 1974

6 Voir les essais réunis en deux tomes de cette dernière dans L'Ennemi principal 1, Économie politique du patriarcat, Syllepse "Nouvelles Questions féministes", 1998 et L'Ennemi principal 2, Penser le genre, Syllepse "Nouvelles Questions féministes", 2001.

7 Etant entendu, comme Roland Pfefferkorn s'applique à le rappeler à plusieurs reprises, que les « races » ou « ethnies » dans cette acception, n'existent que comme catégories du discours raciste et dès lors par les effets que ces dernières peuvent avoir dans la réalité sociale, à commencer par les différentes formes de discrimination

Top of page

References

Electronic reference

Igor Martinache, « Roland Pfefferkorn, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes », Lectures [Online], Reviews, 2007, Online since 07 December 2007, connection on 14 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/491

Top of page

About the author

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page