Navigation – Plan du site

Olivier Galland, Yannick Lemel, Valeurs et cultures en Europe

Nicolas Olivier
Valeurs et cultures en Europe
Olivier Galland, Yannick Lemel, Valeurs et cultures en Europe, La Découverte, coll. « Repères Sciences politiques - », 2007, 120 p., EAN : 9782707138460.
Haut de page

Texte intégral

1Le débat sur la Constitution européenne en 2005 a soulevé la question des « valeurs » de l'Europe et les multiples problèmes qu'elle pose : peut-on notamment parler d'un « fonds culturel commun » à tous les européens ? Quelles sont les valeurs communes aux européens ? Cet ouvrage d'Olivier Galland et Yannick Lemel cherche à explorer les fondations culturelles de l'Europe (un champ d'analyse quelque peu négligé par les sciences humaines). L'objectif des deux auteurs est d'évaluer l'importance des valeurs (définies comme la partie régulative des cultures) et de la culture dans la mise en place historique de l'Europe. Ainsi, la problématique générale de l'ouvrage consiste à analyser si l'Europe peut-être considérée comme une « aire culturelle » autonome, bâtie sur une longue durée. Mais les auteurs s'attachent aussi à étudier la diversité interne de cette aire, en tentant de repérer des aires culturelles plus limitées. Enfin, il s'agit de s'intéresser aux clivages sociaux à l'intérieur même des sociétés, en tentant de voir à quel point les appartenances sociales et culturelles permettent d'expliquer les orientations de valeur. Les pays européens partagent au-delà de leurs différences immédiates des traits culturels communs qu'il s'agit de dégager.

2Dans un premier chapitre, les auteurs cherchent à voir en quoi l'Europe peut être considérée comme une aire culturelle autonome. Ils repèrent tout d'abord que cet espace géographique est caractérisé par un « fonds chrétien », qui s'est diffusé peu à peu et qui a modelé les systèmes de valeurs. L'école civilisationniste (avec notamment A. Toynbee) a cherché à mettre en évidence l'existence d'une « civilisation occidentale » (« western european civilization ») qui aurait émergé entre 500 et 900 après JC. Selon ces auteurs, il n'y aurait qu'une seule et même dynamique à l'œuvre depuis l'empire romain et donc une seule et même civilisation européenne. Mais cette notion de « civilisation » implique une vision linéaire et syncrétique de l'histoire : en fait, la civilisation gréco-romaine n'est qu'une source des répertoires culturels de la société occidentale. O. Galland et Y. Lemel expliquent ainsi qu'on peut repérer plusieurs étapes dans l'édification de l'aire culturelle européenne : ils soulignent que la chrétienté latine a permis à partir du XII° siècle un quadrillage de l'espace européen par l'intermédiaire du réseau diocésain ; ils mettent aussi en avant l'importance de la langue latine qui s'est diffusée parmi les élites européennes (avant d'être supplantée par le français). La mise en place des Etats-nations aurait mis un terme à cette phase d'unification. La dernière tentative d'unification serait menée actuellement par l'Union Européenne (sur un plan plus économique que politique cependant).

3Les traits fondamentaux de la « culture européenne » seraient la réflexivité, la modernité (cf. les analyses de M. Weber sur la rationalisation), et la mise en place des Etats-nations. Pour Mendras, il faut ajouter l'individualisme (inscrit dans le christianisme), l'idée de nation, le capitalisme et la démocratie (gouvernement de la majorité). Les auteurs insistent par ailleurs sur le rôle fondamental de la religion, qui occuperait une place essentielle dans la création de la « civilisation » européenne. Il y aurait ainsi une « matrice religieuse commune » chrétienne (cf. René Rémond) qui mettrait en avant une morale individuelle, le respect de la vie humaine ainsi que l'égalité spirituelle entre les hommes. Cependant, l'Europe s'est aussi divisée sur fond de querelles religieuses : la séparation entre le christianisme occidental et le christianisme oriental puis la séparation entre les catholiques et les protestants ont contribué à façonner des aires culturelles distinctes. Laréférence à la « tradition », c'est-à-dire aux valeurs héritées du passé, reste un pôle structurant du système de valeurs des Européens.

4En ce qui concerne les valeurs de la vie quotidienne, les auteurs constatent qu'il existe une nette hiérarchie des valeurs en Europe : famille, travail, amis et relations sont jugés les plus importants (par ordre décroissant d'importance). Il y aurait notamment un modèle familial européen issu de l'Antiquité gréco-romaine, fondé sur la famille nucléaire et la résidence néolocale, mais qui aurait pris des formes diverses en Europe. Reher (1998) a ainsi montré qu'il y a dans l'Europe du Sud un système familial « fort » (rôle protecteur de la famille) qui contraste avec un système nordique plus individualiste. Le modèle familial européen s'est donc bien répandu dans toute l'Europe chrétienne, mais pas de façon uniforme (dans le Nord, il s'est mélangé aux traditions germaniques : Reher met en évidence des phénomènes d'hybridation culturelle).

5Enfin, les auteurs s'intéressent au rapport au travail, qui est devenu aujourd'hui une valeur fondamentale. Mais ils soulignent à ce propos qu'il est difficile de saisir la diversité des motifs pour lesquels le travail est important (cela peut renvoyer à une conception instrumentale ou normative, ou encore à un choix personnel). Là encore, l'influence de la religion se fait sentir : les pays protestants ou mixtes ont une conception du travail proche de celle développée par Weber (travail comme vocation) alors que les pays catholiques sont plus proches de la conception du travail comme obligation morale.

6Une autre façon d'appréhender les systèmes de valeurs consiste à étudier l'organisation de la vie collective des pays européens (systèmes politiques, etc.). Il faut tout d'abord remarquer que les pays européens possèdent en commun des valeurs démocratiques, relatives notamment au débat d'idées, au pluralisme. Cependant, il existe des différences entre les pays. Les travaux de Stein Rokkan sur les origines des systèmes politiques européens soulignent l'importance d'une analyse sur le long terme. Pour lui, c'est la situation des élites juste avant le passage à la démocratisation qui structure le futur système politique. Une autre caractéristique partagée par de nombreux pays européens est le système d'Etat providence. Pour les auteurs, les différences d'un Etat Providence à l'autre renseignent de manière indirecte sur les systèmes de valeur propres aux pays correspondant. Sur ce thème, les travaux d'Esping Andersen constituent une référence incontournable : ils mettent en évidence trois modèles d'Etat providence (conservateur, social-démocrate, libéral). La notion de démarchandisation (qui permet de mesurer le degré auquel les systèmes de protection sociale permettent aux personnes de survivre sans devoir dépendre exclusivement d'une insertion sur le marché du travail) permet d'établir des différences entre les pays, qui structurent leur protection sociale autour de différentes institutions (modèle conservateur : la famille, modèle social-démocrate : l'Etat, modèle libéral : le marché).

7D'autre part, quelle pertinence ont les frontières nationales par rapport aux différentes aires culturelles européennes ? Les auteurs cherchent à savoir si les orientations de valeur des Européens sont d'abord liées à leur appartenance nationale ou si on peut discerner des déterminants transnationaux. Une aire culturelle ne recoupe pas forcément les frontières d'un pays. Les auteurs repèrent trois grandes aires : l'aire méditerranéenne (dont les traits fondamentaux ont été construits à l'âge classique puis reformulés au Moyen-âge : familialisme, domination masculine, code de l'honneur), l'aire scandinave (Suède, Norvège, Danemark : une même origine pour leurs langues ainsi qu'un certain sens civique inspiré du luthéranisme) et enfin l'aire germanique (fondée sur la « philosophie allemande », ainsi que sur les langues germaniques). Mais quelle est la validité de ces traits culturels à l'époque actuelle ? Louis Chauvel s'est appuyé sur l'Enquête européenne sur les valeurs (1995) pour mettre en évidence le fait que les régions d'un même pays paraissent très proches dans leurs opinions. Seule l'Europe du Sud apparaît moins homogène nationalement que les autres pays (cela s'explique notamment par des différentiels de développement économique).

8Enfin, les auteurs s'intéressent aux orientations individuelles de valeurs : sur quoi reposent-elles ? Sont-elles le reflet des appartenances nationales ? Sont-elles le reflet des appartenances de classe ? Il existe des luttes transnationales liées à une appartenance de classe (cf. le mouvement ouvrier). Les appartenances de classe sont des déterminants importants des orientations de valeurs. Mais il est délicat d'en déduire que les systèmes de valeurs « de classe » sont les mêmes d'un pays à l'autre : l'appartenance nationale reste structurante (comme l'a montré L. Chauvel).

9Après ce tour d'horizon des systèmes de valeur, les auteurs concluent que les sociétés européennes ont un fonds culturel commun, mais qu'il existe des héritages historiques et donc des traits culturels spécifiques propres à chaque société. La variable religieuse est capitale pour comprendre les systèmes de valeur des différentes « aires culturelles ». Il existe par ailleurs aujourd'hui des facteurs de convergence culturelle : le droit et les institutions sont marqués par une tendance à l'homogénéisation (cf. notamment le rôle de l'Union Européenne). Mais rien ne permet de dire que l'Europe est en marche vers l'homogénéisation culturelle.

10Finalement, l'intérêt de cet ouvrage est de montrer que l'existence éventuelle d'une « aire culturelle européenne » dépend de l'échelle d'analyse : il est toujours possible de repérer des « valeurs distinctives » qui seraient constitutives d'une culture européenne ; néanmoins, il est aussi toujours possible de réduire l'échelle d'analyse pour envisager les spécificités de chaque culture (ce qui contribue à démentir l'existence de cette même culture européenne). La question de l'existence d'une aire culturelle européenne est donc sans fin : on peut retrouver la même aporie à l'échelle nationale (lorsque l'on envisage les rapports des « sous-cultures » à une éventuelle « culture nationale » qui en serait le syncrétisme) et même à l'échelle individuelle (lorsque l'on envisage des individus aux profils dissonants par rapport à un « habitus » de classe). Ainsi, tout l'intérêt de cette étude est moins de trancher un débat (« existe-t-il une culture et des valeurs européennes ? ») que de varier les niveaux d'analyse tout en les combinant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Olivier, « Olivier Galland, Yannick Lemel, Valeurs et cultures en Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 10 octobre 2007, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/493

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Olivier

Auditeur d'agrégation en sciences économiques et sociales à l'ENS Lettres & Sciences Humaines.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page