Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Hervé Joly, À Polytechnique. X 1901

Hervé Joly, À Polytechnique. X 1901

Christophe Birolini
À Polytechnique
Hervé Joly, À Polytechnique. X 1901, Paris, Flammarion, 2021, 432 p., préf. Antoine Compagnon, ISBN : 9782081512108.
Haut de page

Texte intégral

1Polytechnique. Ce nom vous évoquera peut-être celui d’illustres figures. Mais tous les polytechniciens ne finissent pas patron d’une grande entreprise, savant reconnu ou président de la République1. Si les conditions d’accès et la composition sociale des promotions d’élèves des grandes écoles sont des sujets récurrents d’études et de débats2, les inégalités ne s’arrêtent pas à l’entrée de ces écoles, et ces élèves ont des trajectoires diverses après leur sortie. Quel est donc l’ensemble des trajectoires des individus qui passent par cette prestigieuse grande école ? Hervé Joly nous propose une prosopographie pour répondre à cette question en reconstituant l’ensemble des parcours d’une promotion de polytechniciens, celle qui est entrée à l’école en 1901, à partir de nombreuses sources publiques (comme les archives de l’École Polytechnique ou les dossiers d’officiers conservés au Service historique de la Défense).

2L’ouvrage est divisé en quatre grandes parties. La première concerne l’entrée et leurs années à l’école, qui érigent ces élèves en individus brillants. À l’époque, pour pouvoir prétendre à une candidature au concours d’entrée, il faut être un homme de nationalité française détenteur d’un baccalauréat. L’âge est également un critère déterminant : on y entre jeune ou on n’y entre pas. 1051 candidats se présentent cette année-là. Polytechnique est souvent leur premier choix, rares sont ceux à refuser d’y entrer. Pour ceux qui échouent et sont assez jeunes, la principale alternative à Polytechnique reste de repasser le concours l’année d’après. Le secret de la réussite au concours semble de passer le baccalauréat jeune pour pouvoir retenter plusieurs fois sa chance. Au total, 180 hommes, pour deux tiers de catégories supérieures, intègrent l’école. Ils y passeront deux ans au cœur de Paris, soumis à un régime de casernement avec peu de sorties et un règlement strict – car, rappelons-le, Polytechnique est une école militaire. De plus, l’école entendant former des généralistes, il n’y a pas de spécialisation des élèves durant cette période. Des contrôles de connaissances fréquents établiront leur classement de sortie qui déterminera leur affectation dans des écoles d’application. Même si cela peut paraître paradoxal pour une école militaire, aux mieux classés les débouchés civils, aux autres l’armée.

3La deuxième porte sur leurs trajectoires professionnelles, ébauchant leurs carrières diverses qui assurent des revenus généralement confortables, avec cependant des différences constituées avant l’entrée dans la vie active qui perdurent tout au long des parcours. Presque un cinquième de la promotion, les mieux classés, rejoignent les grands corps d’État, notamment les Mines, puis les Ponts et Chaussées, tandis que les autres doivent se contenter des corps militaires. Une partie refuse d’intégrer ces derniers et renonce aux services publics : près de 10 % de la promotion démissionnent à ce moment-là. Pour ceux qui restent dans l’administration publique ou l’armée, les perspectives de carrières sont plutôt sûres. Dans l’administration, l’avancement est habituellement rapide et l’accès aux grades élevés leur est réservé. Dans l’armée, cela dépend de leur profil. Les évolutions de carrière des officiers aux compétences plus techniques (ingénieur de manufactures d’armes par exemple) sont plus lentes que leurs camarades aux fonctions militaires classiques dans la troupe et dans l’état-major qui peuvent accéder à de hauts rangs. Plus de la moitié de la promotion a travaillé dans le secteur privé à un moment de leur carrière, avec des réussites inégales. Les héritiers, ici ceux dont les familles sont engagées dans les affaires, paraissent privilégiés pour faire carrière hors des services de l’État. Et les polytechniciens formés aux services publics civils connaissent une plus grande réussite dans le privé que leurs camarades. Ces ingénieurs des grands corps sont nombreux à les quitter, souvent jeunes, l’entrée dans ces corps servant surtout de tremplin à des carrières dans le privé. En outre, s’il y a quelques savants reconnus à leur époque et sportifs amateurs parmi ces polytechniciens, ils ne s’illustrent guère comme créateurs d’entreprise.

4La troisième traite de leurs vies privées, marquées à plusieurs égards par le privilège, l’entre-soi et la reproduction de classe, avec toujours des variations selon leur départ dans la vie. Les plus fortunés sont généralement dans le monde de l’entreprise. Mais il existe des grandes disparités, et les situations de fortunes reposent souvent sur des héritages familiaux. Ces polytechniciens vivent plutôt dans des beaux quartiers, avec des différences selon la réussite professionnelle et les ressources familiales. Leur concentration dans certains secteurs prisés peut être particulièrement forte, comme à l’ouest de Paris. Les trois quarts disposent d’un personnel de maison. Pour les 90 % d’entre eux qui se marient, les mariages suivent plutôt la règle selon laquelle qui se ressemble s’assemble. Si près d’un tiers n’a pas d’enfant, les autres en ont trois en moyenne. Un dixième des fils deviennent polytechniciens. Et presque un quart des familles avec descendance comptent un polytechnicien à la génération suivante, que ce soit un fils ou un gendre. Les écoles militaires et les grandes écoles d’ingénieurs civils attirent également. Nombreux sont les fils à se retrouver dans des écoles parisiennes, ou alors à être diplômés d’autres écoles ou de facultés de droit ou de sciences. Pour ce qui est des professions exercées par leur descendance immédiate, l’armée et l’entreprise sont les deux principaux débouchés, et il n’y a guère de déclassement fragrant. Enfin, s’il y a des morts précoces, « l’inégalité sociale devant la mort joue pleinement en la faveur des polytechniciens » (p. 303).

5La dernière partie replace ces trajectoires dans le contexte particulier du xxe siècle. Ces polytechniciens sont moins présents en politique que leurs ainés au siècle précédent. Pour les exceptions qui ont des engagements, ils sont plutôt à droite. Des organisations d’entre-deux-guerres de la mouvance technocratique et corporatiste (par exemple X-Crise) ont aussi pu en attirer certains. La grande majorité des polytechniciens de la promotion sont catholiques, 3 % sont protestants et autour d’un dixième juifs. Dans une période marquée par l’antisémitisme, ils ne semblent pas discriminés par les examinateurs à l’école. Ils viennent pour la plupart de familles françaises de longue date et n’ont pas d’origines populaires. Si plusieurs connaissent une carrière difficile dans les services publics, ils ont pu atteindre le sommet de leur corps dans l’armée, ces carrières-là ayant surtout été perturbées sur le tard avec les mesures d’exclusion de Vichy. Il y a eu des victimes de la Shoah, mais les polytechniciens ont été moins touchés par les déportations que les immigrés arrivés récemment, aux situations plus précaires. Pendant la Grande Guerre, être polytechnicien de la promotion 1901 est protecteur, ce qui n’est pas vrai pour toutes les promotions. Du fait de leurs âge, qualifications et situations, plusieurs restent à l’arrière et ne sont pas dans des unités combattantes. Aussi, leur mortalité est plus faible que celle des conscrits de l’armée de réserve pour la même classe d’âge. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ce sont les promotions de polytechniciens les plus récentes où les victimes sont les plus nombreuses. Pour les polytechniciens de la promotion 1901, sexagénaires à ce moment-là, cela varie suivant leur situation pendant le conflit. Enfin, si des officiers se sont distingués pendant la Première Guerre mondiale, ce n’est pas au niveau de l’histoire de la guerre, plutôt réservé aux anciens aux grades plus élevés, mais à la tête de leurs petites unités. Plusieurs membres de leur promotion s’illustrent dans la résistance ou la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale.

6Les sources mobilisées auraient pu être présentées plus longuement dans l’introduction de l’ouvrage. S’il y a dans l’ouvrage un certain nombre d’éléments à ce sujet, ils sont dispersés dans le texte, les remerciements et les notes. Suivre la trajectoire d’autant d’individus n’est pas toujours facile. Peut-être qu’un tableau en annexe contenant l’ensemble des polytechniciens de cette promotion avec des informations sur leurs situations et trajectoires aurait aidé. Ces réserves exprimées, l’ouvrage intéressera toute personne travaillant sur les élites ou les grandes écoles, même à notre époque. Les développements sur l’âge d’entrée à Polytechnique par exemple, avec les débats sur la sélection des candidats pour retenir les individus brillants, soit jeunes, « la brièveté du parcours scolaire témoignant de l’étendue du don »3, et rejeter ceux qui ont le concours à l’usure, paraissent encore d’actualité. Ces élèves sont construits comme intelligents4, transformant une différence de parcours en différence de nature qui leur servira tout au long de leur vie. On voit également transparaître le privilège de ces individus. Si tous n’ont pas des carrières brillantes, les ressources dont ils disposent – ressources financières, réseaux professionnels et privés, connaissance des procédures professionnelles, … – et leur statut leurs offrent des possibilités et opportunités inaccessibles à d’autres, et les protègent généralement de certains déboires (le chômage notamment). En fin de compte, certaines choses n’ont pas trop changé en un siècle.

Haut de page

Notes

1 Un point soulevé par Pierre Bourdieu dans La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1989.

2 On peut penser au récent rapport de Bonneau Cécile, Charousset Pauline, Grenet Julien, Thebault Georgia, « Quelle démocratisation des grandes écoles depuis le milieu des années 2000 ? », rapport IPP n° 30, 2021.

3 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1964, p. 108.

4 Ils se construisent également comme tels, Birolini Christophe, «“Est-ce que les gens se cachent encore pour travailler à Centrale ?” Le rejet du “polard” dans une communauté imaginée d’élèves dans une grande école d’ingénieurs », mémoire de master 2 de sociologie, Université Paris-Saclay, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Birolini, « Hervé Joly, À Polytechnique. X 1901 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 mai 2021, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49433

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search