Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Hicham Bou Nassif, Endgames. Mili...

Hicham Bou Nassif, Endgames. Military responses to Protest in Arab Autocracies

Sara Tonsy
Endgames
Hicham Bou Nassif, Endgames. Military Response to Protest in Arab Autocracies, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, 291 p., ISBN : 9781108810159.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notre traduction, pour toutes les citations fournies dans ce compte rendu.
  • 2 Dont on peut traduire le titre par : Fin de partie. Les réponses militaires aux manifestations dans (...)

1« La tyrannie peut durer, et dure de fait, pendant des années et des décennies quand l’appareil coercitif se consacre au statu quo » (p. 3)1. Dans son livre sur les réactions des militaires aux soulèvements populaires de 2011 dans quatre pays arabes2 Hicham Bou Nassif pose la question suivante : pourquoi les réactions des militaires aux manifestations ont-elles été différentes dans ces pays ? Il y répond en se focalisant sur les stratégies de « coup-proofing », ou « contrecoup », comme déterminant principal des réactions militaires aux soulèvements pacifistes. Le coup-proofing est l’ensemble des mesures prises par un gouvernement pour empêcher ou éviter les coups d’État, parmi lesquelles la fameuse méthode de « counterbalancing » ou équilibrage, en donnant du contrepouvoir à d’autres appareils coercitifs de l’État que le militaire. L’importance donnée à ces stratégies de protection repose sur les caractéristiques autoritaires des régimes politiques dans le monde arabe et sur la volonté d’immortaliser le régime au pouvoir. La méthodologie employée par Nassif comporte une revue extensive de littérature sur le sujet, des sources primaires en arabe ainsi que des entretiens avec des personnels militaires retraités et des civils – notamment des journalistes et chercheurs qui travaillent sur le sujet – des pays respectifs.

2Hicham Bou Nassif rappelle les nombreux travaux sur les transitions politiques, l’autoritarisme et les militaires dans le champ politique au niveau international en évoquant des exemples au niveau international. Ces exemples montrent le rapport entre les relations civils-militaires et les contestations populaires, qui permettent ensuite de mettre en contexte les principaux arguments résumés ainsi. Premièrement, le coup-proofing structure la réponse des forces armées dans des périodes de contestation populaire, voire de soulèvement, comme en 2010-2011. Deuxièmement, les mesures de coup-proofing par un régime autoritaire sont stagnantes et perdurent. Cela indique que l’historicité des stratégies de contrecoup affecte directement la politique militaire, les relations civils-militaires ainsi que d’autres enjeux du pouvoir entre l’État et les citoyens, d’un côté, et l’État et ses appareils coercitifs d’un autre côté. Troisièmement, les forces armées ne doivent pas être considérées comme une force homogène et verticalement hiérarchisée, de la manière stéréotypée dont elles sont toujours perçues. Les luttes et la différenciation verticale et horizontale parmi les personnels des forces armées déterminent l’agencement de celles-ci pendant les révolutions pacifistes. Nassif souligne que les aspects intergénérationnels et la hiérarchie verticale font partie des différences et des luttes dans les rangs des militaires. Trois éléments rendent probables les conflits entre les rangs supérieurs et inférieurs : l’autorité morale des officiers supérieurs, les ambitions démocratiques qui s’alignent avec les revendications sociales populaires parmi les officiers subalternes et, finalement les possibilités d’amélioration dans les situations (économiques ou hiérarchiques du travail) de ces officiers, suite aux changements de régime politique.

3Cette idée de contestation au sein des forces armées nous amène au sujet de la défection des militaires. Définie par Nassif à partir de l’échec de l’usage de la violence pendant les moments révolutionnaires, la défection est abordée sous deux aspects. La défection douce (soft defection) caractérise l’attitude des militaires qui refusent de déposer un régime autoritaire mais aussi de se confronter au peuple, comme en Tunisie en 2011, avec le départ de Zein el-Abedeen Ben Ali. La défection dure (hard defection) se produit quand la force armée dépose activement le régime autoritaire ou le contraint à la démission.

  • 3 Nassif Hisham Bou, « Genesis of Coup-Proofing in Egypt: Civil–military relations under King Faruq a (...)

4En parallèle avec d’autres articles et chapitres écrits par Nassif3, ce livre compile ses arguments et son travail, exceptionnellement riche pour un sujet aussi sensible, sur un terrain de recherche dont l’accès est assez difficile, comme il le souligne en présentant sa méthodologie. La dimension comparative du livre aide la compréhension de la diversité des coups comme des stratégies de contrecoups, et de la façon dont cette diversité affecte les réactions des forces armées envers les manifestations et les soulèvements populaires non violents. Les arguments avancés par Nassif sont applicables à l’analyse d’autres contextes ou pays, comme l’Algérie (2018) et le Soudan (2018-2019) plus récemment.

  • 4 Albrecht Holger, Koehler Kevin, « Revolutions and the military: Endgame coups, instability, and pro (...)

5En distinguant les différents appareils sécuritaires de l’État – les appareils coercitifs, en utilisant le même concept qu’Eva Bellin, citée par Nassif –, y compris l’armée, la recherche de Nassif se démarque du travail de Kevin Koehler et Holger Albrecht sur les coups de fin de partie et les défections dans l’armée syrienne4. Les cas étudiés par Nassif sont variés non seulement dans la composition ethnique, religieuse ou tribale des forces armées mais aussi dans la façon dont celles-ci représentent déjà des clivages prescrits, des enjeux du pouvoir et de la loyauté distincte.

6Entre une généalogie des enjeux de pouvoir, de consentement et d’hégémonie relatifs aux régimes autoritaires étudiés et à leurs appareils coercitifs, y compris leurs armées, il est essentiel de souligner que l’État, dans un sens foucaldien, représente le but de toutes ces luttes du pouvoir. La survie de l’État permet la continuité des récompenses pour l’appareil coercitif, en lien avec le régime au pouvoir. Or, dans le cas d’un coup d’État, c’est un appareil de l’État qui devient le représentant de l’autorité et accumule du pouvoir sur elle.

  • 5 Le Conseil suprême des forces armées est un conseil qui réunit les chefs des différents secteurs de (...)

7L’exemple de la « soft defection » de l’armée égyptienne de 2011, dirigée par le maréchal Mohamed Hussein Tantawi – ministre de la Défense et chef du CSFA (Conseil suprême des forces armées)5 pendant l’essentiel de la présidence du Moubarak –, montre plusieurs aspects instructifs. Le premier concerne les enjeux de pouvoir entre l’armée et le ministère de l’Intérieur, voire entre la police et les Forces de la sécurité centrale (FSC). L’armée étant écartée des rétributions et des pouvoirs politiques et économiques vers la fin de l’époque Moubarak, elle tenait à garder l’État, qui a été construit à la base par le régime militaire de Gamal Abdel Nasser. Les rigoureuses stratégies de contrecoup introduites par Nasser vers la fin de sa vie et après el-naksah, ou la défaite de 1967 contre l’armée israélienne n’ont pas été renouvelées, comme cela est souligné par Nassif. Or, Moubarak s’est excessivement appuyé sur une stratégie de « counterbalancing » en utilisant la police et les FSC comme principal – et seul – appareil coercitif. Cela a fait de l’armée un allié faible du régime Moubarak. En revanche, dans la situation de fin de partie de 2011, l’armée a choisi de ne pas utiliser la violence contre les manifestants, après que la police et les FSC aient échoué de les réprimer. D’après les explications de Nassif, cette défection douce peut aussi être interprétée comme une stratégie de contrecoup pour éviter une défection dure des officiers subalternes, notamment suite à la défection immédiate d’un groupe d’officiers partis rejoindre les manifestants sur la place Tahrir en déclarant leur motion contestataire sur les chaînes télévisées (p. 172). Néanmoins, dans la prise de pouvoir du CSFA après le départ de Moubarak, c’est la sauvegarde de l’État et de ses appareils qui ressortent comme les principaux objectifs, et non le changement démocratique. En effet, aux yeux des élites militaires, ce dernier aurait pu conduire à des conséquences dommageables sur le pouvoir et le poids de l’armée égyptienne dans le champ politique.

8Cet ouvrage est une contribution importante pour étudier les soulèvements récents depuis 2011 dans la région. Le lien fait entre les contestations populaires et les relations civils-militaires dans les pays examinés montre les différents enjeux du pouvoir qui se manifestent lors des soulèvements populaires, et la façon dont ceux-ci contribuent à la restauration ou la durabilité des régimes autoritaires. Finalement, le travail de terrain effectué par Hicham Bou Nassif apporte à cet ouvrage une valeur qui est absente des derniers travaux sur les relations entre civils et militaires dans la région.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction, pour toutes les citations fournies dans ce compte rendu.

2 Dont on peut traduire le titre par : Fin de partie. Les réponses militaires aux manifestations dans les autocraties arabes.

3 Nassif Hisham Bou, « Genesis of Coup-Proofing in Egypt: Civil–military relations under King Faruq and beyond », Routledge Handbook on Contemporary Egypt, 2021 ; « Coups and nascent democracies: the military and Egypt's failed consolidation », Democratization, vol. 24, n° 1, 2017, p. 157-174 ; « Generals and Autocrats: How Coup‐Proofing Predetermined the Military Elite's Behavior in the Arab Spring », Political Science Quarterly, vol. 130, n° 2, 2015, p. 245-275.

4 Albrecht Holger, Koehler Kevin, « Revolutions and the military: Endgame coups, instability, and prospects for democracy », Armed Forces & Society, vol. 47, n° 1, 2021, p. 148-176.

5 Le Conseil suprême des forces armées est un conseil qui réunit les chefs des différents secteurs de forces armées égyptiennes, normalement dirigé par le ministre de la Défense – en précisant que le président reste le chef des armées. Ce conseil peut être convoqué par le président en cas de crise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Tonsy, « Hicham Bou Nassif, Endgames. Military responses to Protest in Arab Autocracies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 mai 2021, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49540 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49540

Haut de page

Rédacteur

Sara Tonsy

Sara Tonsy est attachée temporaire d’enseignement et de recherche à la Faculté de droit et science politique de l’Université Côte d’Azur, Nice. Elle est chercheure associée à l’Iremam et au Mesopolhis (UMR 7064), Institut d’études politiques, Aix-en-Provence. Sa thèse, soutenue en novembre 2019, analysait la lutte du pouvoir entre l’armée égyptienne et les Frères musulmans après le soulèvement de 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search