Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Maria Goupil-Travert, Braves comb...

Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire

Blaise Truong-Loï
Braves combattantes, humbles héroïnes
Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagés volontaires de la Révolution et de l'Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Mnémosyne », 2021, 208 p., préf. Sylvie Steinberg, ISBN : 978-2-7535-8173-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage tiré de son mémoire de master, lauréat du prix 2019 de l’association Mnémosyne pour le développement de l’histoire des femmes et du genre, Maria Goupil-Travert s’intéresse à la trajectoire d’une cinquantaine de femmes ayant combattu entre 1789 et 1815 dans les armées françaises, qu’elles soient révolutionnaires, vendéennes ou impériales.

  • 1 Marie-France Brice (dir.), Les Femmes et la Révolution française. Actes du colloque international d (...)
  • 2 Luc Capdevila et Dominique Godineau (dir.), « Armées », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 20, 2004, (...)
  • 3 Dominique Godineau, « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien régime et l (...)

2En se situant à l’intersection de l’historiographie sur l’engagement politique féminin lors de cette période1 et des recherches sur la construction des normes de genre en contexte militaire2, l’autrice parvient à proposer un regard neuf sur ces femmes-soldats de l’âge des révolutions, auxquelles Dominique Godineau et Jean-Clément Martin ont déjà consacré plusieurs travaux3 qui permettent, notamment, d’établir leur nombre aux alentours de quatre-vingts. Le propos de Maria Goupil-Travert est en effet structuré par la question du rapport au genre de ces combattantes : « par leur existence même, le parcours de ces femmes met en évidence la possibilité de sortir des rôles sociaux assignés, même si cela demeure temporaire et justifié par le contexte exceptionnel de la Révolution ou de la guerre civile. Leur intégration au monde militaire relève-t-elle pour autant d’une transgression des normes de genre ? » (p. 25).

3Pour répondre à cette question, l’autrice mobilise trois grands types de sources. Le premier est constitué de vingt-huit dossiers de demande de pension ou de décoration, adressés au ministère de la Guerre entre 1791 et 1830 et conservés au Service historique de la défense. Le deuxième est composé de mémoires autobiographiques publiés entre 1814 et 1890, qui permettent de se pencher sur une dizaine de nouvelles femmes, principalement des Vendéennes. Le dernier, enfin, rassemble un ensemble de documents iconographiques, d’ouvrages littéraires et d’articles de presse qui nous renseignent sur la postérité de ces combattantes dans la France du XIXe siècle. Très hétérogènes, ces matériaux n’en ont pas moins pour point commun de permettre une reconstitution de l’ensemble de la trajectoire biographique de ces femmes et d’identifier quatre grands moments-clés, développés dans les quatre chapitres de l’ouvrage : l’incorporation, le service, la réintégration à la vie civile et, enfin, le récit de leur passage dans l’armée. Ce dernier point est essentiel dans l’économie générale de l’argumentation ; tous ces documents permettent en effet d’étudier les discours que les femmes soldats produisent sur elles-mêmes et/ou que l’on produit sur elles en différentes occasions. Grâce à eux, l’autrice peut donc analyser les manières dont les normes de genre sont tour à tour revendiquées, imposées, négociées ou refusées tout en soulignant la diversité des acteur·rice·s impliqué·e·s dans ces processus de reconnaissance et de mise en scène de soi.

4Dans le premier chapitre, Maria Goupil-Travert resitue le parcours des combattantes dans le contexte révolutionnaire. Ce dernier est en effet essentiel pour expliquer leur enrôlement ; si les liens amoureux ou familiaux jouent un rôle certain, c’est bien leur volonté de défendre la République ou au contraire la monarchie et l’Église qui apparaît déterminante pour justifier leur engagement. La forme de l’engagement n’est toutefois pas la même dans les deux camps. Dans les armées vendéennes, la répartition des tâches est en effet plus traditionnelle que dans les armées de la Convention. À l’exception de Renée Bordereau et de Louise de Haussay, les femmes ne combattent pas et seules des épouses de généraux parviennent, en tirant profit de leur statut social, à exercer épisodiquement des fonctions de commandement, en théorie exclusivement masculines. En revanche, du côté républicain, de nombreuses femmes participent directement aux combats et se signalent même par leur bravoure. En prenant ainsi les armes, ces engagées posent la question de leurs droits politiques : bien qu’elles en soient privées par la constitution de 1791, elles participent pourtant à la défense armée de la patrie. Pourquoi ne pourraient-elles donc pas être reconnues comme citoyennes ? Soucieuses de clore rapidement ce débat qui pourrait remettre en question le nouvel ordre politique, les autorités républicaines publient le 30 avril 1793 un décret qui interdit aux femmes de porter les armes. Ne sont désormais plus acceptées dans les armées que les blanchisseuses et les vivandières.

5Si de nombreuses engagées sont alors obligées de regagner leur foyer, Maria Goupil-Travert montre qu’un certain nombre de femmes soldats parviennent à rester sous les drapeaux, par des dérogations ou par le biais du travestissement. Qu’il ne dure que quelques mois ou plusieurs décennies (Thérèse Figueur sert pendant une durée record de 22 ans, ne prenant sa retraite qu’en 1815 !), le passage de ces femmes aux armées est dans tous les cas marqué par une tension entre leur genre et leur statut militaire. Si les engagées s’approprient des compétences, des valeurs et un langage normalement réservé aux hommes, elles ont aussi conscience de transgresser les normes sociales de leur temps et d’être exposées à des formes spécifiques de violence. Dans le chapitre 2, Maria Goupil-Travert met cependant l’accent sur leur agentivité en soulignant qu’elles sont capables de transformer cet « entre-deux de genre » (p. 96) en ressource. De fait, c’est en révélant leur sexe que Thérèse de Figueur, Louise de Haussay et Renée Bordereau échappent à des poursuites, à la prison ou à la mort.

6Cette agentivité se retrouve au chapitre 3 au moment d’évoquer la réintégration à la vie civile. Même s’il est synonyme d’une précarisation économique, d’une fragilisation sociale et d’un retour peu enthousiasmant à des rôles féminins, le départ de l’armée est négocié par ces femmes, qui parviennent d’ailleurs par la suite à maintenir une forme de continuité avec l’institution militaire. Le dossier de demande de pension d’Angélique Brulon contient ainsi sept lettres de recommandation différentes signées par dix-huit anciens officiers. La dernière, datée de 1815, prouve que, quinze ans après son licenciement en 1799, cette femme est toujours capable de mobiliser d’anciens supérieurs pour défendre sa cause.

7La reconnaissance des combattantes après leur démobilisation n’est toutefois pas un long fleuve tranquille, comme le montre bien le long dernier chapitre de l’ouvrage. La construction de leur légende épouse en effet les rythmes de l’histoire politique française du XIXe siècle. Les mémoires écrits sous la Restauration sont ainsi très majoritairement l’œuvre de Vendéennes qui participent d’une mémoire contre-révolutionnaire des années 1789-1815, vantant les héros… masculins de cette période. À l’inverse, Angélique Brulon, combattante des armées révolutionnaires, ne devient la première récipiendaire féminine de la Légion d’honneur qu’en 1851, après avoir essuyé deux refus de décoration sous les règnes de Louis XVIII et Charles X. Les raisons avancées par l’institution militaire tiennent toutefois moins à son engagement politique qu’à l’impossibilité de décorer une femme. Bien que combattante républicaine, elle bénéficie d’ailleurs d’une forme de reconnaissance dès cette époque, avec le grade honorifique de sous-lieutenant invalide. Les autorités de la Restauration et de la monarchie de Juillet sont en effet mal à l’aise avec ces femmes au parcours transgressif, fussent-elles vendéennes. Rose Urson est ainsi décorée en 1817, mais pas de la Croix de Saint-Louis que ses états de service lui laissaient espérer. Elle reçoit en fait une médaille d’or, récompense ad hoc à valeur purement symbolique. La reconnaissance de l’engagement de ces femmes n’intervient en fait que dans la seconde moitié du siècle, après (ou au moment de) leur mort. Elles font alors l’objet d’enquêtes historiques et deviennent de véritables figures patriotiques, que l’on célèbre à partir des années 1900 en baptisant des rues de leur nom. Leur valorisation n’en répond alors pas moins à des logiques variées qui témoignent de leur rapport ambigu aux normes de genre. Certains y voient en effet une forme révolue d’héroïsme, appartenant à une époque où la division des tâches militaires n’était pas encore bien définie et où l’on n’avait pas encore cantonné les femmes au soin des blessés. D’autres vantent des femmes dont le passage aux armées n’a pas atténué les qualités « féminines » : amour, tendresse, humilité. Braves combattantes, mais humbles héroïnes, donc. D’autres, à l’inverse en font des féministes avant-gardistes.

  • 4 On peut toutefois déplorer le recours systématique à des pourcentages pour des effectifs de quelque (...)

8Se concluant sur cette foisonnante diversité des mémoires, l’ouvrage de Maria Goupil-Travert intéressera toutes les personnes spécialistes de la période révolutionnaire et des question de genre. Ses nombreux exemples, son écriture fluide4 et l’attention qu’il prête à l’ombre portée de la Révolution et de l’Empire en font également un outil très intéressant pour toutes celles et ceux qui enseignent plus généralement l’histoire du XIXe siècle dans le secondaire ou à l’université.

Haut de page

Notes

1 Marie-France Brice (dir.), Les Femmes et la Révolution française. Actes du colloque international des 12, 13 et 14 avril 1989 à l’université de Toulouse-Le Mirail, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989. Solenn Mabo, « Les Citoyennes, les contre-révolutionnaires et les autres. Participations, engagements et rapports de genre dans la Révolution française en Bretagne », thèse de doctorat sous la direction de Dominique Godineau, Université de Rennes 2, 2019. Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Paris, Alinéa, 1988. Jean-Clément Martin, La Révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Armand Colin, 2008.

2 Luc Capdevila et Dominique Godineau (dir.), « Armées », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 20, 2004, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/clio/1333. Odile Roynette, « Bons pour le service ! » L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000. Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2009.

3 Dominique Godineau, « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien régime et la Révolution française », Clio. Femmes, genre, histoire, n° 20, 2004, : https://journals.openedition.org/clio/1418. Jean-Clément Martin, « Tradition et transgressions : les femmes soldats de la Révolution et de l’Empire », in La Machine à fantasmes. Relire l’histoire de la Révolution française, Paris, Vendémiaire, 2014, p. 169-195.

4 On peut toutefois déplorer le recours systématique à des pourcentages pour des effectifs de quelques dizaines d’individus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Truong-Loï, « Maria Goupil-Travert, Braves combattantes, humbles héroïnes. Trajectoires et mémoires des engagées volontaires de la Révolution et de l’Empire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 mai 2021, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49553 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49553

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search