Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Grégory Daho, Emmanuel-Pierre Gui...

Grégory Daho, Emmanuel-Pierre Guittet, Julien Pomarède (dir.), « Les territoires du secret. Confidentialité et enquête dans les mondes pluriels de la sécurité », Cultures & Conflits, n° 118, 2020

Victor Mercier
Les territoires du secret
Grégory Daho, Emmanuel-Pierre Guittet, Julien Pomarède (dir.), « Les territoires du secret. Confidentialité et enquête dans les mondes pluriels de la sécurité », Cultures & conflits, n° 118, été 2020, 170 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 978-2-343-21960-8.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Cultures & Conflits participe à combler le manque de travaux académiques consacrés au « fonctionnement du secret » (p. 11) au sein des services de sécurité. Dans l’introduction, Grégory Daho, Emmanuel-Pierre Guittet et Julien Pomarède, qui dirigent ce numéro, remarquent en effet que les études de sécurité ont souvent renvoyé le secret « au rang des précisions méthodologiques » (p. 10). Face à ce constat, les auteur·e·s font l’hypothèse d’une « “banalisation” du secret de sécurité » en l’entendant comme « une construction sociale dont les mécaniques ont moins à voir avec des logiques “spectaculaires” […] [qu’avec des] interactions humaines, [des] intérêts et [des] routines aux variations somme toute banales et hétérogènes, mais décisives et structurantes pour comprendre les relations entre champs et groupes sociaux » (p. 13). Trois axes analytiques sont à l’œuvre dans le dossier : la « relationnalité méthodologique » du secret (p. 12), la problématique du secret dans les entretiens et son rôle dans « la délimitation des espaces professionnels » (p. 15).

  • 1 Jean Guisnel, Histoire secrète de la DGSE, Paris, Robert Laffont, 2019, p. 45.
  • 2 Graham T. Allison, Essence of Decision: Explaining the Cuban Missile Crisis, New York, Little Brown (...)

2Le volume s’ouvre avec un premier article de Florent Pouponneau. Refusant « le défaitisme face au secret », le politiste entend proposer des « stratégies de recherche pour les sciences sociales de l’international » qui, lorsqu’elles s’intéressent aux questions de sécurité, sont souvent confrontées à l’obstacle que créé le secret. L’auteur étudie les sources ouvertes qui permettent « d’apprendre énormément de choses sur les activités “couvertes” » (p. 21). La presse (et ses fuites), les réseaux sociaux, ou encore les livres de journalistes spécialisés complètent ainsi les travaux parlementaires, les discours, les « revues spécialisées », les « publications militantes » ou encore « certaines fictions vraisemblables », à l’instar de la fameuse série Bureau des légendes où « tout a les apparences de la réalité. Pas à la lettre, bien sûr. Mais dans l’esprit, on y est »1. Florent Pouponneau explique également que les sources historiques peuvent être très utiles dans la compréhension des logiques du terrain d’enquête et de l’objet d’études, et qu’il est parfois possible d’obtenir de précieuses informations « en jouant avec la logique de classement des documents » (p. 24), comme il l’a fait en étudiant des pièces du fonds de la présidence Valéry Giscard d’Estaing relatives aux relations franco-états-uniennes pour s’intéresser à la politique nucléaire extérieure française. Les fuites de documents secrets, comme ceux publiés par Wikileaks, sont aussi exploitables. Florent Pouponneau propose ensuite de « faire varier la situation d’entretien » (p. 26). Interroger des « outsiders » ou rencontrer plus fois une même personne pour favoriser un climat de confiance peut s’avérer utile. Enfin, l’auteur souhaite « dédramatiser la place du secret » en rompant avec « la passion ou le fétichisme du secret » (p. 33) qui survaloriserait un terrain plutôt qu’un autre plus confidentiel. Au contraire, Florent Pouponneau invite à se laisser « porter par le terrain » (p. 34), et à assumer « la prise de risque dans l’interprétation » (p. 35), comme l’avait fait Graham Allison2.

  • 3 Supreme Headquarters Allied Powers Europe.

3Dans le second article, Julien Pomarède revient sur son expérience de stagiaire au sein d’une division du Quartier général de l’Otan chargée du contre-terrorisme, où il a effectué une observation participante. Son double statut d’insider – officiant au sein du QG comme stagiaire – et d’outsider – du fait de sa qualité revendiquée de doctorant lui a permis d’avoir un accès plus aisé au secret. Les situations d’entretien diffèrent toutefois selon l’interprétation que l’enquêté·e donne à ce statut dual, ce qui rend nécessaire le recul analytique. L’auteur souligne la difficulté d’appréhender un milieu divisé fonctionnellement et marqué par le « besoin d’en connaître », où le secret n’est pas le même partout. Il prend l’exemple des statistiques des navires arraisonnés par les marines de l’Otan, qui sont classifiées dans des rapports de Shape3 mais publiées dans des rapports de l’Assemblée générale de l’organisation, ou encore des acteurs dominants, par exemple des officiers généraux, qui sont plus enclins à transgresser le secret en entretien.

4Dans le troisième article, Catherine Hoeffler souhaite contribuer aux réflexions sur la place du genre dans le secteur [très masculin] de la défense et de l’armement » en problématisant « le rôle du genre dans le travail de terrain au-delà d’une discussion binaire sur les (dés)avantages épistémiques d’un sexe/genre » (p. 72-73). Elle considère que, si le genre structure en partie la relation au secret, ce lien se manifeste avec d’autres variables. L’auteure explique ainsi avoir tenu, durant sa recherche, plusieurs rôles en fonction des détenteurs du secret, qui croisaient deux catégorisations : celle de l’outsider/insider et celle de la connaissance/ignorance, relevant aussi du genre, étant donné la « présomption d’ignorance et de désintérêt pour la chose militaire » (p. 82) prêtée aux femmes. Catherine Hoeffler a ainsi pu tenir le rôle de l’outsider-ignorante en tant que jeune (femme) doctorante en sciences sociales, celui de l’insider-ignorante, en tant que « petite-fille » de l’interlocuteur, celui de l’insider-compétente, du fait de sa thèse financée par la DGA, et encore celui de l’outsider-compétente ou de la journaliste. Elle explique d’ailleurs qu’elle cherchait absolument à éviter ce dernier rôle, puisque le terrain se fermait rapidement, par méfiance envers les journalistes.

  • 4 Michael Lipsky, Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, R (...)

5Le dernier article est de Karine Côté-Boucher, sociologue, et Arianne Marie Galy, doctorante en science politique et en criminologie. En se fondant sur trois enquêtes menées entre 2010 et 2018 auprès, respectivement, des services frontaliers états-uniens, de leurs homologues canadiens et du transport routier canadien, les auteures s’intéressent à la construction, à la circulation e et à la transformation du secret frontalier. Elles observent ainsi une circulation du soupçon, rendue possible par la « numérisation de la frontière » (p. 97). Cette informatisation permet aux gardes-frontières d’enregistrer leurs soupçons vis-à-vis d’un individu dans des bases de données ; elle reconfigure également les relations entre agents en donnant lieu à « de nouvelles luttes internes pour l’accès à l’information » (p. 102), par exemple une évaluation établie sur un voyageur en particulier. Le secret se comprend ainsi « dans sa mise en relation aux pratiques, aux cultures organisationnelles et à l’influence que sa performance confère à celles et ceux qui disent y avoir accès, alors que cet accès est complexifié par la numérisation de la sécurité » (p. 105). La confidentialité des décisions frontalières, elles-mêmes « fragmentées », peut aussi induire une déresponsabilisation de tous les acteurs décisionnels, notamment le garde-frontière, qui s’érigerait en simple street-level bureaucrat4 et s’effacerait derrière un verdict n’étant pas de son fait. Les auteures considèrent ainsi que, dans ce contexte, « le secret de sécurité peut tout recouvrir et rien à la fois », d’autant plus que « les acteurs frontaliers paraissent ne pas savoir ce qui relèverait ou non du secret » (p. 107).

6Les quatre articles répondent parfaitement à la volonté exprimée en introduction de combler les manques sur l’étude du secret. La variété des terrains enquêtés ne fait qu’accroître l’intérêt de ce dossier qui, espérons-le, suscitera d’autres travaux sur cet objet d’étude que le renforcement des services de renseignement et la lutte contre le terrorisme rend toujours actuel.

Haut de page

Notes

1 Jean Guisnel, Histoire secrète de la DGSE, Paris, Robert Laffont, 2019, p. 45.

2 Graham T. Allison, Essence of Decision: Explaining the Cuban Missile Crisis, New York, Little Brown, 1971.

3 Supreme Headquarters Allied Powers Europe.

4 Michael Lipsky, Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Service, New York, Russel Sage Foundation, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Mercier, « Grégory Daho, Emmanuel-Pierre Guittet, Julien Pomarède (dir.), « Les territoires du secret. Confidentialité et enquête dans les mondes pluriels de la sécurité », Cultures & Conflits, n° 118, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 mai 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49579

Haut de page

Rédacteur

Victor Mercier

Étudiant en sciences sociales et politiques à l’Université Paris Sciences et Lettres.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search