Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Rémi Lefebvre, Emmanuel Taïeb, Sé...

Rémi Lefebvre, Emmanuel Taïeb, Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité.

Thomas Michaud
Séries politiques
Rémi Lefebvre, Emmanuel Taïeb (dir.), Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité, Louvain-la-Neuve, De Boeck, coll. « Ouvertures politiques », 2020, 192 p., ISBN : 978-2-8073-3095-5.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre s’intéresse à l’utilisation des séries politiques par les sciences sociales, et en particulier par les sciences politiques. Il est le résultat d’une journée d’étude qui s’est déroulée le 16 octobre 2018 à l’Université de Lille. Les auteurs sont essentiellement des spécialistes de sciences politiques. Emmanuel Taïeb et Rémi Lefebvre, qui ont coordonné l’ouvrage, voient dans les séries politiques des terrains et des nouveaux matériaux pour les sciences sociales, du fait qu’elles permettent d’accéder à des pratiques et à des activités politiques jusqu’alors difficiles à observer. Les différents chapitres de l’ouvrage s’intéressent à différentes séries, analysées souvent précisément, avec des problématiques variées sur les rapports des personnages au pouvoir et à l’activité politique. Les fictions sont censées apporter des connaissances aux sciences sociales en stimulant l’imagination sociologique des spectateurs et des chercheurs. Les recherches visent notamment à déterminer si ces séries contribuent au désenchantement politique ou si elles proposent une vision méliorative, contribuant à structurer l’opinion publique sur l’activité des décideurs politiques. De même, les séries ont parfois un impact sur la construction de l’identité des politiciens. Ainsi, Najat Valaud-Belkacem admet s’être inspirée du personnage de C.J. Cregg, porte-parole de la présidence américaine dans À la Maison-Blanche, pour sa propre fonction de porte-parole du gouvernement français. Par ailleurs, Éric Benzekri, co-auteur de Baron noir, a signalé que des parlementaires socialistes l’ont interrogé sur certaines mesures appliquées dans la série, particulièrement dans le domaine de l’éducation. Julien Dray a aussi affirmé : « Le Baron noir, c’est moi ». Toutefois, les scénaristes ne revendiquent pas systématiquement le souhait d’influer sur le réel ou de s’en inspirer, privilégiant l’intérêt dramatique au détriment du réalisme. Ainsi, les coordinateurs de l’ouvrage estiment que « c’est paradoxalement en s’autonomisant des contraintes du réel que les séries produisent un régime de vérité qui leur est propre, une puissance d’énonciation particulière sur la politique, et un langage sériel qui offre des produits heuristiques » (p. 13). Le succès de ces séries est lié à leur faculté d’être des lieux de débat et des laboratoires d’idées qui peuvent par la suite devenir réalité dans la société. Ainsi, plusieurs séries revendiquent l’expérimentation de solutions à des problèmes qu’elles entendent dénoncer. La première partie de l’ouvrage présente des articles soulignant en quoi les séries constituent des modes d’emploi de l’activité politique, alors que la seconde partie s’intéresse à la manière dont les séries constituent des alertes sur les dangers pesant sur la société.

2Trois articles se focalisent sur la série Baron noir. Constituée de trois saisons diffusées depuis 2016, elle décrit l’évolution politique et judiciaire de Philippe Rickwaert, un membre de Parti socialiste, député-maire du Nord. Antoine Faure insiste sur la manière dont l’urgence affecte l’exercice de l’activité politique et impacte le processus de (dé)légitimation de ses professionnels. Il suggère ainsi que la politique a une temporalité qui la distingue des autres activités sociales. De même, la présentation des crises successives dans la série montre que la politique professionnelle a perdu du crédit. La vitesse de la mise en scène provoque la perception d’un jeu politique qui se joue sans transparence, dans le secret. En contraste, les scènes lentes montrent le républicanisme, comme pour les cérémonies d’investiture ou les commémorations. Arthur Delaporte, dans un chapitre intitulé « Quand Baron noir s’impose au parti socialiste : des effets de réel aux effets sur le réel », s’attarde sur l’impact de la série sur les membres du Parti socialiste. Il s’est appuyé sur des observations au sein du PS et a mené vingt-cinq entretiens auprès de cadres nationaux du parti. La plupart partagent une impression de réalisme de la série, montrant notamment le quotidien des militants et l’exécution de basses œuvres politiques. Certains militants craignent que la série donne une image négative du PS. Les spectateurs peuvent aussi voir dans Baron noir un intérêt en comparant les évènements et les personnages de la série avec la réalité. Ainsi, Arthur Delaporte estime qu’« à l’idéal-type Philippe Rickwaert peuvent être rattachés un certain nombre de personnages réels ». Julien Dray affirmait aussi que la série avait eu une incidence sur la façon dont il était perçu, contribuant à construire son mythe au sein du PS. « Se prendre pour le Baron noir » est aussi devenu une expression courante chez les jeunes socialistes, ce personnage devenant un modèle pour certains d’entre eux et contribuant à l’apprentissage de leur rôle politique. On apprend que « la série apparaitrait donc comme un outil de diffusion d’une sous-culture partisane et de raisonnements stratégiques qui sont ceux dans lesquels Éric Benzekri a baigné, à savoir le milieu de la gauche socialiste et des organisations de jeunesse » (p. 45). La série appellerait la gauche à s’unir et constitue un guide pour un Parti socialiste désorienté.

3Nicolas Bué s’intéresse à la série The Walking Dead, mettant en scène une société post-apocalyptique dans laquelle, suite à une épidémie, les morts ressuscitent en zombies et provoquent l’effondrement de la société. L’auteur voit dans les fictions zombies des métaphores de la lutte des classes, des expressions cathartiques des angoisses des sociétés occidentales face aux épidémies ou aux menaces intérieures, le miroir d’un monde désenchanté, et des paraboles sur le nazisme et l’anarchie. La série montre de quelle manière les groupes se réorganisent dans un monde soumis à la terreur et à l’anarchie. « Dans l’apocalypse zombie, le pouvoir se rétracte sur les enjeux les plus régaliens » (p. 59). Les communautés sont constituées de trop peu de membres pour recréer des institutions. La série envisage le déclin de la civilisation, et sa reconstruction sur la base de nouvelles valeurs libertariennes.

4Patrick Lehingue oriente par la suite son étude sur l’analyse de l’ouvrage collectif Les leçons politiques de Game of Throne. Cette série, inspirée par des romans de Georges Martin, décrit une sanglante guerre civile pour conquérir le Trône de fer du Royaume des Sept couronnes. Lehingue explique le succès de la fantaisie médiévale par l’affaiblissement historique de la science-fiction qui aurait culminé avec Matrix, « l’imaginaire contemporain se réfugiant désormais davantage dans le passé que dans l’avenir » (p. 70). L’ouvrage collectif est signé par le secrétaire général du mouvement espagnol Podemos, Pablo Iglesias. La moitié des auteurs exercent des responsabilités au sein de Podemos (« Nous pouvons »). Ainsi, la série permettrait de questionner les stratégies à mettre en œuvre pour renverser le régime dominant. Symboliquement, le coffret de la série a été remis au roi d’Espagne lors de sa visite au Parlement européen en avril 2015 par les représentants de Podemos, présentant Game of Throne comme un outil d’interprétation de ce qui se passe en Espagne. La série a été utilisée au niveau symbolique comme l’expression d’une contestation politique.

5Corinne Daniellot et Florence Ihaddadene s’intéressent à la série The Handmaild’s Tale : La Servante écarlate, qui présente une société dystopique dans laquelle la chute de la fertilité a débouché sur la prise de pouvoir par un groupe fondamentaliste protestant qui instaure une dictature patriarcale. Elle est souvent interprétée comme un récit féministe reflétant l’actualité américaine, à l’époque de l’élection de Donald Trump à la présidence américaine. Les chercheuses se sont demandé si cette série était féministe, en analysant les discours d’un forum spécialisé. Certains la considèrent comme une critique du parti Républicain, d’autres comme celle des pays islamiques. Toutefois, la série n’est pas pensée comme un appel à la révolte, préférant un féminisme modéré et résilient.

6Christian Le Bart étudie la série Borgen en envisageant de quelle manière une femme politique contrôle et expose ses émotions dans sa quête du pouvoir politique, à travers l’exemple de Birgitte Nyborg, qui accède au poste de Premier ministre du Danemark en faisant preuve de sang-froid, mais aussi d’émotion à bon escient. La série est intéressante, car elle pose la question de la gestion des émotions chez les décideurs politiques, en particulier chez les femmes.

7Emmanuel Taïeb analyse les séries House of Cards et Designated Survivors en envisageant dans quelle mesure ces feuilletons « déforment, transforment et réforment l’activité qu’ils dépeignent » (p. 126). Emmanuel Cherrier se focalise sur la série Occupied, relatant une invasion russe de la Norvège qui est acceptée sans réaction par la population. Une grande partie des Norvégiens était opposée à la réalisation de cette fiction, qui réexamine le rapport du pays à l’occupation nazie, très bien tolérée à l’époque. De plus, la série présente négativement l’Union européenne, que la Norvège a refusé à deux reprises d’intégrer.

8Enfin, Clémentine Fauconnier étudie les séries comiques Kaamelott et Veep, estimant qu’« en prenant parti de l’outrance, les séries mettant en scène des clowns au pouvoir jouent en quelque sorte le rôle de fou du roi, seul habilité à pouvoir énoncer certaines vérités sur l’exercice du pouvoir, ses coulisses et ses insuffisances » (p. 168).

9Cet ouvrage est particulièrement éclairant sur les multiples analyses possibles de la vie politique à travers les fictions télévisées. Véritables métaphores, les séries participent aussi à la construction des représentations collectives et contribuent à l’évolution des identités des citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Rémi Lefebvre, Emmanuel Taïeb, Séries politiques. Le pouvoir entre fiction et vérité. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49589 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49589

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search