Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sisvan Nigolian et Pascal Roman (...

Sisvan Nigolian et Pascal Roman (dir.), Sauver les enfants, sauver l’Arménie

Julie Pluies
Sauver les enfants, sauver l'Arménie
Sisvan Nigolian, Pascal Roman (dir.), Sauver les enfants, sauver l'Arménie. La contribution du pasteur Antony Kraft-Bonnard (1919-1945), Lausanne, Antipodes, coll. « Histoire », 2020, 208 p., préf. Hans-Lukas Kieser, ISBN : 978-2-88901-175-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage raconte le combat diplomatique et humanitaire en faveur de l’Arménie mené durant près de vingt-cinq ans par Antony Krafft-Bonnard (1869-1945), « pasteur devenu passeur » d’enfants (p. 81). Il est le récit de l’engagement tenace et singulier de cet homme, et d’autres amis de l’Arménie, afin que « le travail de subversion » élaboré par les Kémalistes et visant à la destruction d’un avenir arménien ne se réalise pas.

2Les auteurs précisent que ce livre est « le fruit d’une rencontre chargée en émotions », à l’instar, je dirais, de la rencontre des lecteurs avec les descendants, y compris ceux de cœur, qui nous livrent, au travers de ces lignes, comment ils ont, d’une manière ou d’une autre, (sur)vécu et grandi grâce à Antony Krafft-Bonnard, aussi appelé Papa Krafft. L’engagement d’Antony Krafft-Bonnard a pris plusieurs formes, avec des actions d’envergure diverse, de la publication de brochures aux conférences pour réveiller l’opinion publique, en passant par les rencontres politiques, durant lesquelles, avec virulence, il s’est attaché à « révéler les responsabilités des puissances et la trahison des promesses, l’abandon et le sacrifice d’une nation pour des intérêts économiques et pétroliers » (p. 91). Cependant, son action majeure, peut-être la plus intime et la plus « folle » penseront certains – ici célébrée dans ce livre –, est l’accueil, avec son épouse née Hélène Bonnard et deux de leurs enfants, de 142 orphelins arméniens à Begnins et à Genève.

3Le livre est construit autour d’archives inédites, incluant photographies, cartographie, coupures de presse et documents d’identité ; nous découvrons au fil des pages les noms de celles et ceux qui ont sauvé femmes, enfants et personnes âgées arméniennes – les derniers survivants d’une éradication planifiée et systématique. L’ouvrage, composé de trois parties, porte donc à notre connaissance ces multiples actions menées par Antony Krafft, desquelles trois préceptes se dégagent : « protester, donner abri et éduquer ».

4La première partie dépeint le contexte historique, en rappelant les conflits internationaux qui ont gangrené l’Europe et leurs répercussions sur les petits États qui, comme l’Arménie, ne trouvèrent pas voix au pupitre lors de la redéfinition des frontières suite à la chute de l’Empire Ottoman puis, plus tard, des deux grandes guerres. Aux côtés des grandes et tristes dates qui ont marqué la disparation du peuple arménien, nous lisons les critiques adressées sans relâche par Antony Krafft-Bonnard à la communauté internationale. Mais nous apprenons aussi comment l’aide et la solidarité se sont mises en place pour aider les rescapés, avec le rôle crucial joué par la Grèce, déjà terre d’accueil des réfugiés au début du siècle dernier. Les conditions de vie y étaient catastrophiques malgré l’aide et l’engagement du gouvernement grec qui, à défaut de moyens, a vu mourir de maladies des milliers d’orphelins arméniens. Des initiatives locales et internationales ont existé pour enrayer cette misère, en assurant travail et revenus ainsi que des transferts de populations, en particulier vers la France, le Brésil, l’Argentine, le Liban et la Syrie. 

5La deuxième partie de l’ouvrage retrace l’histoire mouvementée de l’accueil des orphelins arméniens en Suisse, que l’extrême précarité dans les orphelinats au Proche-Orient et en Grèce a accéléré. Au travers du récit de la création de divers organes (Société suisse d’immigration et de patronage d’orphelins arméniens, Fédération des Comités suisses amis des Arméniens, Ligue internationale philarménienne) à la tête desquels l’infatigable défenseur de l’Arménie et des Arméniens a joué un rôle clé, nous comprenons comment une initiative pourtant éminemment utile a petit à petit été détruite faute de soutien, notamment financier.

  • 1 Le problème arménien, 1928, p.51

6Aux yeux du pasteur vaudois, les initiatives pour l’accueil des orphelins en Suisse sont insuffisantes. En 1921, il quitte le pastorat et ouvre le Foyer arménien, constitué d’un orphelinat et d’une école à Begnins ainsi que d’un foyer à Genève, et se consacre pleinement à ceux qui deviendront « ses » enfants. L’exceptionnalité d’Antony Krafft-Bonnard se prolonge et se matérialise dans le modèle pédagogique novateur poursuivi au Foyer. Entre une instruction religieuse œcuménique et une éducation nationale arménienne, raccordée toutefois aux programmes suisses, la logique de l’accueil est révélatrice du souci initial de son fondateur, à savoir former des intellectuels en mesure de gouverner « l’Arménie future »1. Parmi toutes ses préoccupations, notons sa sensibilité au bien-être mental des enfants, dont les souffrances causées par les traumatismes vécus. Il se met en quête de fonds supplémentaires pour leur donner accès à des soins adaptés. Néanmoins, le Traité de Lausanne anéantit tout espoir d’une Arménie libre et complexifie la situation de ces jeunes apatrides, amenés à rester en Suisse ou à migrer ailleurs.

7Progressivement privé du soutien financier de la Fédération, Antony-Krafft multiplie les conférences en Suisse et à l’étranger, pour trouver des donateurs et assurer ainsi le fonctionnement du foyer au quotidien. Les « brochures », un ensemble de près de 700 pages, sont le support matériel de ces collectes de fonds. En outre, elles sont le témoin « factuel et affectif » de son engagement sans faille pour les enfants arméniens et pour l’Arménie, soulignant ô combien il fut un « pionnier » du travail humanitaire. Guidés par sa foi chrétienne tout au long de l’accomplissement de son œuvre politique et humaine inédite, ses écrits, en plus d’être une précieuse source de connaissance de l’histoire arménienne, dévoilent par ailleurs ses affects : espoir, désillusion, lassitude, indignation, inquiétude, et surtout cette « force de l’espérance » (p. 141) qui, tel un parent à jamais responsable de ses enfants, ne le quitta jamais (p. 145).

8La troisième partie, qui se veut plus réflexive, s’intéresse au « devenir du foyer arménien de Begnins et de Genève et des enfants accueillis » (p. 155) et emploie cette plongée dans les histoires et l’Histoire pour questionner les notions de l’altruisme et de résilience. Nous y lisons le devenir singulier de trois orphelins dont les vies ont en commun « la terre de leur naissance », l’Arménie, et leur terre d’accueil, la Suisse. Après la lecture des faits tragiques de l’histoire arménienne, associés à la reconnaissance encore contestée du génocide et aux impossibles réparations des atteintes au peuple arménien, il émane de ces destins divers espoir et réconfort. Il en est de même avec le prolongement du projet de vie (de sa vie et de la vie de l’Autre) entrepris par Antony Krafft-Bonnard, dont l’héritage est assuré en Suisse avec la Fondation Armenia, ayant pour but « la survie du peuple arménien sur les plans spirituels, moral, culturel et matériel » (p. 164) à travers diverses initiatives telles que l’accueil d’étudiants arméniens, la construction d’une église arménienne et une revue.

9L’abord de la problématique de l’héritage du point de vue de la psychologie nous invite à nous interroger, au regard de l’histoire de vie de Catherine Krafft, fille d’Antony Krafft-Bonnard, sur les gestes d’entraide de rescapés (plus particulièrement les Arméniens) en faveur de nouvelles victimes (notamment juives) entre 1942-1945. S’appuyant sur une réflexion autour de « la personnalité altruiste » de Samuel et Pearl Oliner (1988), l’avant dernier chapitre souligne « l’audace et l’inventivité sociales » des foyers pastoraux, à l’image de celui dont était issue Catherine Krafft qui, comme son père, consacra sa vie aux enfants, à leur éducation et à leur(s) soin(s). Mais ce chapitre ainsi que le suivant sont un miroir tendu au lecteur, mettant en lumière cette résonnance avec le présent tout au long de cet ouvrage. « Les acteurs sont différents ; la folie est la même », nous dit Harry Koumrouyan, dont les parents ont reçu le soutien d’Antony Krafft-Bonnard (p. 83). En tant que lecteurs du XXIe siècle, subjugués par la dévotion de cet homme mais aussi révoltés par la répétition des tragédies humaines, nous nous questionnons, au travers des témoignages et réflexions présentés, sur notre (in)capacité à apprendre du passé (p. 134). Les liens tissés entre le travail de Papa Krafft, figure d’accueil capable d’offrir un toit sous lequel la résilience peut éclore, et l’accueil ou plutôt le sort actuellement réservé aux réfugiés en Suisse et ailleurs, nous forcent à réfléchir à nos engagements, à notre responsabilité, tant au niveau collectif et politique qu’individuel et humain.

10À l’heure de la commémoration de la rafle des intellectuels arméniens du 24 avril qui marqua le début du génocide, l’universalité de la question arménienne demeure, aujourd’hui comme hier. Pour conclure, les mots d’Antony Krafft-Bonnard pointent la singularité du peuple arménien, tout en mettant en perspective l’universalité des problématiques soulevées à la suite de génocide : « Ce n’est pas une aumône que nous lui devons, mais c’est une réparation, dans un sentiment d’un devoir à accomplir à l’égard d’une victime injustement accablé ». De cette leçon de vie que nous offre l’histoire, nous retenons « le devoir d’humanité ». Dans ce combat pour la reconnaissance du génocide, sauver les enfants arméniens consistait à créer l’avenir, à l’heure où un peuple et un territoire étaient en voie de disparition.

Haut de page

Notes

1 Le problème arménien, 1928, p.51

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Pluies, « Sisvan Nigolian et Pascal Roman (dir.), Sauver les enfants, sauver l’Arménie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49593

Haut de page

Rédacteur

Julie Pluies

Doctorante en anthropologie, coordinatrice de l’Observatoire de la maltraitance envers les enfants, Université de Lausanne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search