Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Julie Vaslin, Gouverner les graff...

Julie Vaslin, Gouverner les graffitis

Karim Ouaras
Gouverner les graffitis
Julie Vaslin, Gouverner les graffitis, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, UGA Éditions, coll. « Politiques culturelles », 2021, 133 p., ISBN : 978-2-7061-4719-7.
Haut de page

Texte intégral

1Les graffitis sont-ils gouvernables ? C’est la question, non formulée ainsi, à laquelle l’ouvrage de Julie Vaslin tente de répondre en examinant, à partir de données empiriques, l’évolution de cette pratique sociale complexe, longtemps perçue comme souillure et gribouillage dans l’espace public. Issue essentiellement de la marge, cette pratique est devenue à présent une forme d’art que la norme aspire à contrôler.

  • 1 Pradel Benjamin, « Entre institutionnalisation et clandestinité : les graffitis ou l’hydre à deux t (...)

2Cet ouvrage présente un intérêt majeur pour « le champ d’études constitué autour » de l’objet-graffiti dans le sens où il lève le voile sur nombre d’aspects qui président à la normalisation et l’institutionnalisation1 de cette pratique marginale (ou perçue comme telle). L’auteur y décortique les jeux et les enjeux de cette nouvelle cartographie. Aboutissement d’une recherche continue qui a pris forme en 2011, le livre présente la pratique du graffiti comme un objet de recherche consistant et légitime, après avoir été longtemps sous-interrogé et sous-analysé, comparativement à d’autres objets des sciences humaines et sociales. Son apport en ce sens est donc indéniable d’autant plus qu’il interroge l’articulation entre la pratique du graffiti, la répression (effacement et criminalisation) qui la cible et sa promotion en ville, un aspect effectivement peu étudié.

3L’introduction de cet ouvrage, densément fourni en enseignements et en expériences, offre au lecteur, averti ou non, un état des connaissances situant l’objet-graffiti dans une panoplie d’approches disciplinaires allant de l’archéologie à la sociologie de l’art en passant par l’histoire, l’anthropologie, la sociologie, la science politique, la géographie et les études culturelles. L’auteure se propose de regarder la pratique du graffiti par l’ornière des politiques et par celle de leurs partenaires qui tentent tant bien que mal de la « gouverner » afin de produire des esthétiques urbaines soft et légitimes. Pour appréhender cet objet complexe, ses enjeux, ses contours et ses finalités en rapport avec l’administration de l’espace public et les politiques culturelles qui y sont injectées, elle a fait le choix de privilégier l’approche sociohistorique. L’ouvrage se décline sous forme de cinq grands chapitres se complètent harmonieusement les uns les autres. Le premier chapitre rappelle le regard stigmatisant et caricatural, doublé d’un traitement criminalisant, que pose le sens commun sur la pratique du graffiti, perçue comme pollution visuelle et déviance bonne... à réprimer, à effacer ou du moins à « invisibiliser » (p. 21).

4Le deuxième chapitre revient sur les transformations qu’a connues la pratique du graffiti en passant du statut de « désordre » à celui de l’« ordre » culturel et artistique. Il revient aussi sur les changements d’appellation que ces transformations impliquent. Ce qui est « tag » pour les politiques répressives devient à partir des années 2000 du street art, de l’art urbain, art de la rue ou simplement post-graffiti pour les politiques culturelles. Les cas de Backjumps à Berlin ainsi que Art Zoï et MUR (Modulable urbain réactif) à Paris sont des exemples édifiants à cet égard. À la stigmatisation, l’effacement et la répression se substituent la tolérance, la reconnaissance culturelle et parfois même la protection sélective.

5Le troisième chapitre interroge les dynamiques qui propulsent les quartiers périurbains ou les lieux de la marge dans des circuits touristiques, dont les graffitis et plus globalement les expressions dites contre-culturelles constituent la principale attraction. Il est également question des rapports sélectifs de tolérance, de domestication et à la limite de gentrification qu’entretiennent les politiques touristiques avec les graffitis. La patrimonialisation des fresques apposées sur quelques segments du mur de Berlin témoigne de cette tendance à promouvoir un tourisme alternatif basé sur l’art urbain institué.

6Le quatrième chapitre montre comment l’institutionnalisation culturelle (et autres) des graffitis se matérialise dans des politiques d’urbanisme sous forme de projets d’aménagement urbain réunissant autorités politiques, opérateurs intermédiaires, acteurs culturels et professionnels de l’art.

7Le cinquième et dernier chapitre, quant à lui, s’attarde, à partir de quelques expériences locales, sur les rapprochements entre les politiques territoriales de l’art urbain et les acteurs du marché de l’art qui jugent de la crédibilité d’un artiste à partir de l’aura qu’il obtient dans l’espace public. Se tissent alors des liens entre les politiques locales et les projections nationales en termes de professionnalisation et de patrimonialisation de l’art urbain.

  • 2 Benessavy Abdel, Bouilleau Séverine, Dahou-Fredi Kadéjat et al., « Le graffiti, un outil au service (...)
  • 3 Van Dijk Teun Adrianus, Discourse and Power, New York, Palgrave, 2008.
  • 4 Foucault Michel, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

8Longtemps persécutés, les graffitis, dans leur forme linguistique aussi bien qu’artistique, s’arrachent de plus en plus à leur essence première, séditieuse, subversive et transgressive, pour se soumettre aux exigences des politiques urbaines et aux injonctions du tourisme et du marché de l’art, en devenant des objets à valeur marchande et pécuniaire. Au cœur des politiques d’embellissement et d’esthétisation des espaces urbains, les graffitis se mettent aussi « au service de la ville »2 en occupant des fonctions qui ne sont pas les leurs. Dans cette perspective domesticatrice, les graffitis sont de plus en plus considérés comme un objet uniforme, voire docile, alors qu’ils recouvrent des réalités bien complexes. Les politiques urbaines et culturelles participent d’un long processus institutionnel consistant à soustraire cette pratique langagière de la marge pour mieux la contrôler, la dominer3, la surveiller ou la punir4. Cependant, ces actions de rapprochement, aux allures de la politique du bâton et de la carotte, génèrent des résistances auprès des acteurs des écritures urbaines.

  • 5 Mensch Nicolas, L’art Transgressif Du Graffiti : Pratiques et Contrôle Social, Thèse de doctorat, U (...)

9Cet ouvrage met en lumière cette nouvelle tendance à assujettir les graffitis tout en donnant l’impression de les servir par l’encadrement et la professionnalisation marchande que les politiques font miroiter. La gouvernementalité du graffiti, une problématique féconde, n’est pas chose aisée dans la mesure où beaucoup d’artistes se démarquent de ces actions les ciblant. Si certains auteurs de graffitis consentent de s’adapter, notamment pour des raisons de carrière, aux attentes des politiques urbaines et du marché de l’art, d’autres choisissent la voie d’un militantisme artistique engagé et engageant pour s’opposer à la domestication galopante des graffitis. D’autres encore oscillent entre ces deux voies, ce qui donne à l’art urbain une dimension éclatée et essentiellement hétérogène, pas facile à gouverner. Tout pareillement, si les politiques urbaines et culturelles adoptent une démarche de tolérance et de reconnaissance vis-à-vis des graffitis et de leurs auteurs, coopérants surtout, leurs appareils répressifs sont toujours de mise pour contrer et mater les voix discordantes et les traits ou tracés rebelles et transgressifs5.

  • 6 Ouaras Karim, « L’espace urbain algérois à l’épreuve de ses graffitis », L’Année du Maghreb, n° 12, (...)
  • 7 Ouaras Karim, « Tagging in Algeria: Graffiti as Aesthetic Claim and Protest », Journal of North Afr (...)
  • 8 Paru récemment, le numéro double de la revue Insaniyat (85/86), dédié à la pratique du graffiti en (...)

10Il importe de souligner dans ce compte rendu que la plupart des travaux qui se penchent sur les graffitis ont tendance à ne voir dans ce phénomène social que la dimension graphique ou visuelle d’un art contrôlé, persécuté ou apprivoisé. Ce phénomène social de plus en plus massif va bien au-delà de cet aspect qui lui est inhérent, pour se saisir d’autres problématiques sociales ayant trait au langues, aux signes, aux discours et aux genres dans l’espace public6. S’inscrivant dans une perspective transdisciplinaire, les travaux de sociolinguistique7, d’analyse du discours et de sémiotique se penchent eux aussi sur cet objet en interrogeant sa dimension langagière et discursive8 que d’autres disciplines maintiennent en arrière-plan de la dimension graphique et figurative qui occupe le devant de la scène. Les langues, les graphies, les signes et les discours des graffitis sont des données de recherche d’un intérêt fondamental qui nécessitent d’être interrogées (prises en considération) en permanence pour mieux cerner l’objet-graffiti, dont les caractéristiques transversales ne sont plus à démontrer.

  • 9 Ouaras Karim, « Présentation », Insaniyat, n° 85-86, 2019, p. 9-13, disponible en ligne : https://d (...)
  • 10 Agier Michel, Anthropologie de la ville, Paris, PUF, 2015 ; compte rendu de Maud-Yeuse Thomas pour (...)
  • 11 Au sens normé et normatif.
  • 12 Belhamideche Hadjer, Ouaras Karim, « Les inscriptions murales et leurs fonctions dans la ville de M (...)
  • 13 Austin John. Quand dire c’est faire, Paris, Éditions du Seuil, 1970.

11Les graffitis renvoient avant tout à une praxis, opèrent comme un nouvel ordre scriptural et discursif9 et participent au « faire-ville »10. Ils ne sont pas seulement des fresques murales, des « œuvres »11 artistiques dénuées de tout discours. Ils sont aussi un ensemble de pratiques de marquage produisant du sens et occupant des fonctions12 dans l’espace public. Pour se saisir des éléments fondateurs de cet acte de langage13, interroger les langues, les signes et les discours qu’il mobilise dans l’espace public, conjugués aux profils, aux parcours et aux stratégies de ses acteurs, peut aider à comprendre la nature des rapports qui le lient à l’espace public et aux normes qui l’entourent.

  • 14 Si Hamdi Nacer, « Les graffitis à Tizi-Ouzou : un espace discursif pluriel », Insaniyat,  85-86, (...)
  • 15 Blanchet Philippe, Discriminations: combattre la glottophobie, Paris, Ed. Textuel, 2016.

12Autre élément qui n’est pas des moindres, les graffitis revêtent diverses dimensions dans des contextes plurilingues, surtout dans ceux qui ne sont pas reconnus comme tels et qui subissent le monolinguisme des États-nations. Dans ces cas, les graffitis servent souvent d’instruments de contre-discours et de contre-pouvoir14. Ils accomplissent, au travers des langues et des discours qu’ils mobilisent dans l’espace public, des actions de résistance à l’ordre établi. Ceci est surtout valable dans des contextes discriminants, minorants et glottophobes15.

13L’ouvrage de Julie Vaslin s’achève sur des questions pertinentes qui invitent à l’écriture de l’histoire sociale de l’art urbain par l’ornière de ses acteurs pour mieux comprendre les évolutions esthétiques de cette pratique sur fond d’antagonisme entre la sphère normative et la sphère a-normative.

14Acte de langage libre, le graffiti ne pourrait évoluer qu’en dehors des cadres normés et des contrôles tous azimuts. Autrement, il perdrait son âme et sa raison d’être. Pourrait-on alors dire qu’un graffiti gouverné ou encadré n’est plus un graffiti ?

Haut de page

Notes

1 Pradel Benjamin, « Entre institutionnalisation et clandestinité : les graffitis ou l’hydre à deux têtes », Consommation et Société, n° 7, 2005, p. 177-189.

2 Benessavy Abdel, Bouilleau Séverine, Dahou-Fredi Kadéjat et al., « Le graffiti, un outil au service de la ville éducatrice », Spécificités, vol. 1, n° 3, 2010, p. 213-228, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-specificites-2010-1-page-213.htm.

3 Van Dijk Teun Adrianus, Discourse and Power, New York, Palgrave, 2008.

4 Foucault Michel, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

5 Mensch Nicolas, L’art Transgressif Du Graffiti : Pratiques et Contrôle Social, Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, 2013.

6 Ouaras Karim, « L’espace urbain algérois à l’épreuve de ses graffitis », L’Année du Maghreb, n° 12, 2015, p. 157-179, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.2431.

7 Ouaras Karim, « Tagging in Algeria: Graffiti as Aesthetic Claim and Protest », Journal of North African Studies, vol. 23, n° 1-2, 2018, p. 173–90, disponible en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/13629387.2018.1400771.

8 Paru récemment, le numéro double de la revue Insaniyat (85/86), dédié à la pratique du graffiti en contexte nord-africain, interroge densément ces aspects : https://journals.openedition.org/insaniyat/21046.

9 Ouaras Karim, « Présentation », Insaniyat, n° 85-86, 2019, p. 9-13, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/insaniyat.21051.

10 Agier Michel, Anthropologie de la ville, Paris, PUF, 2015 ; compte rendu de Maud-Yeuse Thomas pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.18007.

11 Au sens normé et normatif.

12 Belhamideche Hadjer, Ouaras Karim, « Les inscriptions murales et leurs fonctions dans la ville de Mostaganem », Insaniyat,  85-86, 2019, p. 37-57, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/insaniyat.21258.

13 Austin John. Quand dire c’est faire, Paris, Éditions du Seuil, 1970.

14 Si Hamdi Nacer, « Les graffitis à Tizi-Ouzou : un espace discursif pluriel », Insaniyat,  85-86, 2019, p. 173-191, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/insaniyat.21571.

15 Blanchet Philippe, Discriminations: combattre la glottophobie, Paris, Ed. Textuel, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karim Ouaras, « Julie Vaslin, Gouverner les graffitis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49618

Haut de page

Rédacteur

Karim Ouaras

Maître de conférences en sociolinguistique et analyse du discours, Université d’Oran 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search