Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021« Le savoir des cartes », Annales...

« Le savoir des cartes », Annales, vol. 75, n° 2, avril-juin 2020

Geoffrey Phelippot
Le savoir des cartes
« Le savoir des cartes », Annales, vol. 75, n° 2, 274 p., Paris, Cambridge University Press, EHESS, avril-juin 2020, ISBN : 9782713228445.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Matthew H. Edney et Mary Sponberg Pedley, The History of Cartography, Volume 4: Cartography in the (...)

1Il faut se féliciter de la parution de cette dernière livraison des Annales organisée autour d’un dossier sur la cartographie. D’abord, parce qu’il s’agit du premier numéro entièrement consacré à cet objet, thème jusqu’alors délaissé par la revue, mais surtout parce qu’il s’insère dans le prolongement des nombreux renouvellements qui marquent l’histoire de la cartographie ces dernières années dans les mondes anglo-américain et francophone. Plus particulièrement, ce numéro s’inscrit dans le prolongement de la publication du volume 4 de l’entreprise History of Cartography publiée en 2020 et consacrée à la période moderne1. Sans vouloir faire dialoguer deux projets éditoriaux bien différents, force est de constater que l’histoire de la cartographie occupe une place croissante dans le paysage historiographique des sciences sociales.

2Ce dossier thématique, intitulé « Le savoir des cartes », propose sous la forme de deux articles et d’une note critique une réflexion articulée autour de l’objet cartographique et de ses usages. La carte n’est alors plus un outil à l’appui du propos de l’historien, mais bien le sujet central des trois textes proposés. Quinze planches en couleur sont insérées dans le numéro et permettent au lecteur de contempler les différentes cartes traitées dans les deux premiers textes. Cette approche, centrée sur les cartes, est l’un des enjeux méthodologiques investis par ce dossier et elle reste intrinsèquement comparatiste, « sous discipline encore peu développée » (p. 157) selon Zoltan Biedermann. Elle se double d’une volonté de restitution du contexte social, professionnel et culturel dans lequel les cartes sont produites. Analyser des cartes en historien, c’est en effet prendre la mesure des différentes traditions cartographiques dont elles relèvent et s’inspirent.

3Le deuxième axe sur lequel se fonde le dossier est d’ordre épistémologique et réside dans « le décentrement du regard » (p. 191), suggéré dans l’article de Marie de Rugy et travaillé dans les deux autres textes. En effet, l’histoire de la cartographie a bien souvent été écrite « dans une perspective positiviste et centrée sur les traditions européennes » (p. 190) et à l’intérieur du cadre du grand récit de la « science moderne » au XVIIe siècle. Comme le note Zoltan Biedermann, les « travaux des dernières décennies ont toutefois apporté plusieurs importants correctifs à ce tableau » (p. 158) et ce numéro illustre bien que des espaces extra-européens font également des cartes et que cette révolution scientifique n’est peut-être pas « aussi scientifique, ni même aussi révolutionnaire que ce que les historiens pensaient » (p. 158). Au fil des pages, le lecteur traverse successivement Goa et Venise au XVIe siècle, puis la région du Tonkin au XIXe siècle, pour terminer son parcours auprès des cartes médiévales et modernes européennes. Ainsi, les trois textes proposent une autre lecture historiographique en dehors des espaces traditionnellement associés à cette rupture, des systèmes savants établis et d’une chronologie focalisée sur l’époque moderne.

4S’ils partagent des objectifs communs, les trois textes empruntent aussi des chemins différents. En effet, les deux articles s’inscrivent dans une perspective locale pour saisir la mécanique de production cartographique dans deux périodes différentes de l’expansion européenne en Asie : l’expansion portugaise au XVIe siècle, pour l’article de Zoltan Biedermann, et l’expansion française au XIXe siècle pour celui de Marie de Rugy. A contrario, la note critique de Valérie Theis répond à des ambitions plus générales en décrivant les opérations cartographiques à travers les cartes médiévales et modernes présentes dans un catalogue d’exposition.

  • 2 Il est en particulier l’auteur de : The Portuguese in Sri Lanka and South India: studies in the his (...)
  • 3 Jorge Luis Borges, « Le jardin aux sentiers qui bifurquent », dans Fictions, Paris, Gallimard, [195 (...)
  • 4 Cette proposition historiographique est déjà au cœur de son dernier travail : (Dis)connected Empire (...)

5Dans un premier article dense et rigoureux, Zoltan Biedermann compare deux cartes : l’une manuscrite tracée de la main d’un auteur anonyme portugais en 1560 à Goa et l’autre imprimée dans l’atelier de Giacomo Gastaldi entre 1559-1561 à Venise. D’un continent à l’autre, l’historien spécialiste de l’empire portugais en Asie2 revient sur deux manières hétérogènes de mettre en carte la mer Caspienne et sa région, zone stratégique et limitrophe entre les empires safavide et ottoman. D’un côté, le cartographe anonyme de Goa propose « un nouveau modèle pour la mer Caspienne » (p. 158), à savoir la conception d’une carte hydrographique d’une région intérieure. De l’autre côté, l’éditeur de cartes Gastaldi, « le plus demandé des cartographes-imprimeurs vénitiens » (p. 173), fait figurer « la mer Caspienne en suivant le modèle attribué à Ptolémée » tout en ayant pour objectif « de soumettre à son public une myriade de toponymes » (p. 157-158). Par l’étude fine et détaillée des deux cartes, réinscrites dans leur contexte spatial, social et professionnel, Zoltan Biedermann fait émerger deux traditions cartographiques différentes : d’une part celle des cartographes de Goa, de Séville et de Lisbonne et d’autre part celle des cartographes vénitiens. Le titre énigmatique des « jardins aux cartes qui bifurquent » renvoie à la nouvelle de Jorge Luis Borges3 et permet à Zoltan Biedermann de revendiquer une histoire « (dis)jointe » (p. 186) ou déconnectée du savoir4. Il s’agit de l’idée selon laquelle le savoir est « visqueux » puisqu’il voyage « par morceaux et ne se dépla[ce] que si quelqu’un s’y intéresse » et non plus en flux, circulant entre auteurs de cartes (p. 159). Cette proposition historiographique permet d’aborder à nouveau frais la question de l’oubli et de l’absence de la transmission d’un savoir d’un espace à l’autre. C’est ainsi que le cartographe de Goa et Gastaldi choisissent « telle ou telle voie pour figurer la mer Caspienne » et ces choix, « bien que foulés pendant des siècles, ont parfois été oubliés et perdus » (p. 188).

  • 5 Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la pé (...)

6Dans le deuxième article, Marie de Rugy prolonge son travail sur la cartographie de la péninsule indochinoise entrepris dans sa thèse de doctorat5. Elle propose ici une enquête à partir d’un corpus inédit de cartes vietnamiennes réalisées à la fin du XIXe siècle par des autochtones, synonymes de locaux sous la plume de l’historienne de la cartographie. À partir de ce corpus de cartes « extraites de leur contexte de production » et pour « la plupart non datées », Marie de Rugy déploie une analyse aussi bien méthodologique qu’historiographique pour répondre à un double questionnement : « Comment analyser des cartes autochtones sans sources complémentaires pour les éclairer ? » (p. 190) et existe-t-il une spécificité du cas vietnamien concernant les savoirs cartographiques produits en situation coloniale ? L’auteure s’intéresse alors à la manière dont les « cartes autochtones ont pu servir de lien, de moyen de traduction entre les cadres spatiaux autochtones et européens » (p. 193). D’une part, il s’agit pour l’historienne de la cartographie de replacer les cartes dans la longue durée en les inscrivant dans les différentes traditions cartographiques passées. Cette première étape permet ainsi de caractériser « l’habitus cartographique des Vietnamiens » (p. 196) et l’originalité de leurs pratiques au regard de la puissante tradition de cartographie royale vietnamienne inspirée du modèle étatique chinois et du début de la topographie d’état-major française. D’autre part, Marie de Rugy confronte les cartes autochtones avec d’autres sources et archives coloniales françaises (publiques et privées) pour identifier et qualifier les opérations cartographiques en contexte colonial. Cette mise en perspective féconde des cartes du corpus permet d’analyser en détail les conditions de leur production « non liée à la phase d’exploration (en amont) ou à l’administration coloniale établie (en aval) » (p. 231), mais bien associée à une situation coloniale intermédiaire. Enfin, l’historienne propose l’analyse interne et détaillée du corpus de cartes dans le but de préciser ses premières hypothèses. Ce détour par les cartes elles-mêmes, en particulier les dispositifs graphiques et linguistiques, lui permet de préciser les différentes formes de représentations cartographiques particulières de ce début de la colonisation française au Tonkin.

  • 6 Juliette Dumasy-Rabineau, Nadine Gastaldi et Camille Serchuk (dir.), Quand les artistes dessinaient (...)
  • 7 Le titre de sa note critique, « Pratiques de l’écrit, pratiques de la carte. Rendre justice aux car (...)

7Enfin, le dernier texte est une note critique de Valérie Theis qui revient sur l’abondante production cartographique au cœur du catalogue de l’exposition « Quand les artistes dessinaient les cartes »6 tenue aux Archives nationales en 2019. Spécialiste d’histoire politique et sociale en Europe au Moyen Âge et au début de l’époque moderne7, Valérie Theis n’est pas historienne de la cartographie et c’est pour cette raison qu’elle replace les cartes médiévales et modernes « à l’intérieur du spectre des pratiques d’écriture » car la plupart sont réalisées en collaboration avec des « spécialistes de l’écrit » (p. 233). En effet, la carte n’est pas seulement l’image d’un territoire, mais bien des « sources articulant écrit et image » (p. 233). Valérie Theis présente d’abord les enjeux du catalogue de l’exposition et les choix opérés dans la sélection des cartes. Elle revient par exemple sur la catégorie d’artiste employée par les auteures du catalogue pour désigner les producteurs des cartes, mais qui « tend à projeter un regard contemporain sur leurs productions » (p. 237) dans un moment où la porosité socio-professionnelle est forte. L’historienne expose ensuite le parcours du catalogue de l’exposition pour rendre compte de la grande diversité des cartes, de leurs productions et de leurs usages. Enfin, Valérie Theis développe des perspectives fécondes pour l’histoire de la cartographie, en particulier sur le rôle des femmes dans la production de cartes, trop souvent négligé. Le parcours du lecteur ne s’achève pourtant pas à la note critique puisqu’il peut être prolongé dans la dernière partie du numéro intitulée « Savoirs et techniques » regroupant les comptes rendus-critiques d’ouvrages parus récemment et nombreux sont ceux relatifs à l’histoire de la cartographie. Ce geste historiographique consistant à raccrocher l’histoire de la cartographie à celle de l’histoire des savoirs et des techniques invite au croisement des approches entre ces deux disciplines.

8Malgré la densité et la qualité des articles, on pourrait regretter que seuls trois textes viennent appuyer l’analyse cartographique. Ce constat est d’autant plus flagrant que ce numéro pose la question de la reproductibilité de cette méthode sur d’autres espaces et chronologies. Si le titre du dossier, « Le savoir des cartes », place au centre l’importance accordée à l’objet carte, cette approche reste intimement comparatiste et le « savoir » n’est pas seulement extrait des cartes elles-mêmes mais de leur confrontation à d’autres sources, cartographiques ou non. Le terme de « savoirs » au pluriel aurait sans doute permis de ne pas occulter l’importance de leur confrontation. Pour autant, le défi de prendre au sérieux l’analyse cartographique est relevé par ce dernier numéro des Annales.

Haut de page

Notes

1 Matthew H. Edney et Mary Sponberg Pedley, The History of Cartography, Volume 4: Cartography in the European Enlightenment, Chicago, University of Chicago Press, 2020, 1803 p.

2 Il est en particulier l’auteur de : The Portuguese in Sri Lanka and South India: studies in the history of diplomacy, empire and trade, 1500-1650, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2014, 205 p.

3 Jorge Luis Borges, « Le jardin aux sentiers qui bifurquent », dans Fictions, Paris, Gallimard, [1951] 1980.

4 Cette proposition historiographique est déjà au cœur de son dernier travail : (Dis)connected Empires : Imperial Portugal, Sri Lankan Diplomacy, and the Making of a Habsburg Conquest in Asia, Oxford, Oxford University Press, 2018, 255 p.

5 Marie de Rugy, Aux confins des empires. Cartes et constructions territoriales dans le nord de la péninsule indochinoise (1885-1914), Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2018, 312 p. et voir également le compte-rendu de Martin Vailly, « Marie de Rugy, Aux confins des empires […] », Lectures https://journals.openedition.org/lectures/28163#quotation

6 Juliette Dumasy-Rabineau, Nadine Gastaldi et Camille Serchuk (dir.), Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen Âge et Renaissance, Paris, Archives nationales/Le Passage, 2019, 239 p.

7 Le titre de sa note critique, « Pratiques de l’écrit, pratiques de la carte. Rendre justice aux cartes médiévales et modernes », est dérivé de celui de son HDR dans lequel elle revient sur les pratiques et usages de l’écrit dans la fin du Moyen Âge : Pratiques de l’écrit, pratiques de l’espace. Recherches sur les techniques de gouvernement en Europe occidentale, XIe-XVe siècle, HDR, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, novembre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geoffrey Phelippot, « « Le savoir des cartes », Annales, vol. 75, n° 2, avril-juin 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49644

Haut de page

Rédacteur

Geoffrey Phelippot

Doctorant en histoire à l’EHESS-CAK.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search